Mémoire de la Shoah

L'Eglise de Belgique demande pardon pour son "prosélytisme malsain" sous l’Occupation

Samedi 9 septembre 2017 par La Rédaction

Dans le discours qu’il a prononcé le 3 septembre 2017 à l’occasion du 75e anniversaire de la rafle des Marolles à Bruxelles, le cardinal Jozef De Kesel, primat de Belgique, a demandé pardon pour le prosélytisme malsain et les conversions abusives d’enfants juifs cachés. Une parole de repentance inédite.

 
Sur le même sujet

    Une commémoration de la rafle des Marolles était organisée le 3 septembre dernier à l’initiative de l’Association pour la mémoire de la Shoah (AMS). Lors de cette rafle, 660 Juifs qui ont été arrêtés et déportées depuis Malines vers Auschwitz avec les convois des 8 et 12 septembre 1942.

    Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, le Primat de Belgique, le cardinal Jozef Van Kesel a rappelé le rôle des institutions catholiques dans le sauvetage de nombreux enfants juifs : « Nombre de prêtres vont se lancer aussi dans des actions de sauvetage, parfois au péril de leur vie ».

    Mais le Primat de Belgique ne s’est pas contenté d’insister sur cet aspect à mettre au crédit de l’Eglise catholique. Non sans courage, Jozef van Kesel a ajouté que « nous ne voudrions en aucun cas passer sous silence, ceux qui dans un esprit de prosélytisme malsain, baptiseront « à tour de bras ».

    Et de poursuivre ne présentant solennellement les excuses de l’Eglise. « Nous regrettons et nous voudrions demander pardon pour ce qui s'est apparenté dans un certain nombre de cas au viol de conscience et à l'abus de faiblesse ». a-t-il déclaré. « En effet, le sauvetage des vies deviendra vite pour beaucoup de catholiques un sauvetage des âmes, surtout pour les enfants dont les parents ne sont pas revenus. Dans bien des cas, les enfants grandiront sans n'avoir plus aucun lien avec le judaïsme ce qui, si c'était encore possible, ajoute à la « catastrophe ».Ce n'est qu'après la guerre que se posera le grave problème de la restitution aux survivants de leur famille des enfants juifs cachés et « convertis » de manière si perverse ».

    Des paroles qui ont le mérite de la clarté et qui permettront aux Juifs de mieux cicatriser les plaies de la Shoah. Elles contribueront également à renforcer le dialogue et l’entente entre Juifs et catholiques. 


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par ezekiel - 9/09/2017 - 22:25

      Je prends acte de ces excuses courageuses du primat de Belgique en regrettant toutefois qu'il ait fallu attendre 2017 pour que l'église reconnaisse ses torts.

    • Par Henri Roanne-Ro... - 12/09/2017 - 19:11

      Et quid, Monseigneur, du silence de la hiérarchie ?