Communiqué

L'Université libre de Bruxelles ne devrait pas remettre les insignes de docteur honoris causa à Ken Loach

Mardi 3 avril 2018

C’est avec consternation que nous apprenons que l’Université Libre de Bruxelles (ULB) remettra le 26 avril 2018 les insignes de docteur honoris causa au cinéaste britannique Ken Loach.

Nous sommes conscients qu’à travers ses films et son style sans concession, Ken Loach dénonce avec talent les inégalités sociales et réussit à y sensibiliser un large public.

Toutefois, « l’engagement et l’action dans le monde »* d’un réalisateur ne peuvent se mesurer exclusivement à l'aune de ses réalisations cinématographiques. Il y a son œuvre cinématographique certes, mais il y a aussi le reste. Et le reste est déplorable.

Ainsi, Ken Loach a développé une haine obsessionnelle d’Israël jusqu’à faire du sionisme un mouvement allié des nazis et à considérer que les communautés juives attachées à cet Etat sont des entités hostiles.

Ken Loach est à ce point obsédé par Israël qu’il en devient incapable de dénoncer l’antisémitisme et le négationnisme lorsqu’ils s’expriment au sein même de sa famille politique.

Alors que des incidents antisémites se multiplient au sein du Parti travailliste britannique depuis qu’il est dirigé par Jeremy Corbyn, Ken Loach se range systématiquement du côté des militants travaillistes aux idées ouvertement antisémites et conspirationnistes, tout en affirmant qu’il n’a jamais entendu ni lu le moindre propos antisémite de leur part.

Pire, Ken Loach a lui-même tenu des propos plus que douteux lorsqu’une journaliste l’interrogeait en septembre 2017 sur la remise en cause de la Shoah. Incapable de condamner purement et simplement le négationnisme, il s’est perdu dans une réponse ambiguë en déclarant que « l’histoire est là pour être discutée par nous tous ».

Dans ce contexte, nous estimons que l’ULB ne devrait pas attribuer les insignes de docteur honoris causa à Ken Loach. Sa tolérance inacceptable à l'égard de l’antisémitisme et la forme révisionniste qu’il donne à son engagement pour la Palestine sont incompatibles avec les valeurs de respect que l’ULB doit incarner et mettre à l’honneur à l’occasion de cette cérémonie.

* Raison de l’octroi du titre par l’ULB

Le Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind

Continuité des Anciens Résistants Juifs de Belgique

L’Enfant Caché

L’Union des Déportés Juifs de Belgique - Filles et Fils de la Déportation

L’Union des Etudiants Juifs de Belgique


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Keitelman - 3/04/2018 - 12:03

    Donne ce prix à Ken Loach, c’est accepter son antisemitisme.
    C’est une honte pour une université libre.

  • Par July - 3/04/2018 - 13:03

    Ken loach fonctionne en fonction des ideologies
    Il est de gauche alors l air du temps est de taper sur Israel et de defendre les terroristes
    Que ne l entendons pas defendre les kurdes ?
    Niet. Il est ds la ligne de Staline
    Du Proces des blouses blanches tous juifs
    Nie t il les 30 millions de mort du goulag ss staline
    C est un alain badiou du cinema
    La gauche d aujourd hui est devenue l extreme droite d hier antisemitebet collaborationnistes avec les islamistes

  • Par Rossler David - 3/04/2018 - 14:00

    L’ULB se déshonore si elle persévère
    malgré notre mise en garde
    Et nous avons une excellente mémoire !

  • Par Harold Jacubowitz - 3/04/2018 - 15:15

    Encore un exemple de cette splendide hypocrisie bien british, celle des plus grands colonisateurs de l'histoire de l'humanité dont l'empire et les pillages des trésors et l'exploitation des populations locales ne semble jamais provoquer de crises intellectuelles parmis ceux la même qui boycottent Israel.

  • Par godelieve,béatrice - 3/04/2018 - 15:23

    Je ne peux qu'avoir du respect pour votre réaction. J'ai été très étonnée de voir les affiches à l'Université U.L.B. et de voir le nom de monsieur Ken Loach sur cette affiche. Insinuer qu'il faut des discutions sur l'histoire de la Shoah est une attitude immorale. Je pense que nous devons rappeler à l'ULB l'article du philosophe français Vladimir Jankélèvitch qui est apparu dans le journal Le Monde en février 1965 sous le titre l'Imprescriptible.Et cela est une opinion officielle en vertu d'un vote unanime du Parlement français.
    Godelieve

  • Par Ariane Sadowski - 3/04/2018 - 15:33

    L'ULB continue dans sa politique d'antisémitisme. Triste.

  • Par Jean-Louis Péters - 3/04/2018 - 16:00

    Aucun probleme. La vie ne consiste pas à favoriser une communauté par rapport à une autre...

  • Par Anne banet - 3/04/2018 - 16:17

    Honteux

  • Par Alain Dzialowski - 3/04/2018 - 16:26

    Ce ne sera pas le premier , ni le dernier des mécréants antisémites honorés
    à l’ULB

  • Par Danielle Delmaire - 3/04/2018 - 16:42

    Il fait partie des aveugles et sourds qui prétendent qu'antisionisme n'est pas antisémitisme.
    Voir ce qui se passe dans quelques universités françaises où les "Indigènes de la République" ou France Palestine Solidarité empêchent des étudiants de travailler sur Israël.

  • Par Allouche Joëlle - 3/04/2018 - 17:17

    c'est- scandaleux!
    je m'associe au mouvement de protestation contre cette distinction à ce petit monsieur
    Joëlle Allouche

  • Par Béatrice - 3/04/2018 - 18:04

    L'Institut de la Mémoire audiovisuele Juive, IMAJ s'associe entièrement à la protestation du CCLJ.
    Est-il encore temps de mettre en route une pétition ?

  • Par Benatar - 3/04/2018 - 18:13

    Ne laissons pas faire ça !
    Il ne faut rien laisser passer à ces antisemites à la mémoire courte!

  • Par Yoram - 3/04/2018 - 18:31

    Au point où en est arrivée l'accusation d'antisémitisme, le communiqué ci-dessus ne permet pas de décider si celle qui y est portée contre Loach a un fondement quelconque ou non. Mais Keitelman semble tout savoir de lui et Ariane Sadowski tout savoir de l'ULB.

  • Par Jérôme Kriwin - 3/04/2018 - 18:34

    Grand cinéaste
    Mais laissons - lui ses distinctions cinématographiques

  • Par Joud - 3/04/2018 - 18:42

    Ce genre de penseurs me répugne ils sont la honte des mouvements socialistes. Il est à associer à Roger Garaudy et Alain Soral ici en France.
    Ceci dit l'antisemitisme n'est pas la panacée exclusive de la droite et de l'extrême droite.
    Je m'associe totalement à votre indignation.
    Pour information je suis militant socialiste et syndicaliste.

  • Par Max Dratwa - 3/04/2018 - 18:47

    Tout à fait d'accord avec cette position et ce d'autant plus qu'au cours de la même cérémonie un rescapé de la Shoah recevra le même diplôme, à savoir S.Hirsch! Et ce, des mains du recteur de mon alma mater dont l'oncle, prix Nobel de physique, a été un enfant caché!

  • Par WOLFGANG ELSNER - 3/04/2018 - 20:40

    Vous avez tout à fait raison. A lire l'article dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 27/3 sur Jeremy Corbyn.

  • Par HENRI - 4/04/2018 - 4:10

    Il faudrait que plus aucun étudiant juif n aille étudier dans cette université maudire et que tous prennent la direction de l'UCL, de l'ICHEC et autres universités ou grandes écoles.
    Ceci mis à part, l'absence de réaction du CCOJB est, une fois encore, éloquent. C'est à se demander s'il y a encore un capitaine dans ce grand machin inutile.

  • Par Yoram - 4/04/2018 - 9:32

    https://www.ulb.ac.be/actulb/index.php?e=13652&page=0#13652

  • Par serge_1 - 4/04/2018 - 11:15

    Après avoir honoré Stephane Hessel, plus rien ne m'étonne.

  • Par Gregorio - 4/04/2018 - 11:15

    Votre chantage à l'antisémitisme prime sur les crimes d'israël, communautarisme aujourd'hui indécent...

  • Par Van Emden - 4/04/2018 - 14:53

    Scandaleux!

  • Par luc - 4/04/2018 - 15:37

    De façon générale et hors de tout contexte particulier Jean Teghem disait :
    " Un fait est plus fort qu'un Lord Maire. "

  • Par Lyamukuru Félicité - 4/04/2018 - 15:55

    c'est scandaleux pour l'ULB. Je m'associe à cette protestation.

  • Par Maurice Sadowski - 4/04/2018 - 17:05

    Cela rappelle la polémique suscitée par la musique de Richard Wagner, antisémite notoire s'il en est;
    Peut-on dissocier une oeuvre de son créateur.
    Dans le cas qui nous occupe, il faudrait trouver le moyen lors de la remise de cette distinction, de reconnaitre la qualité de l'oeuvre, qui est indéniable, tout en mettant l'accent sur les opinions exprimées concernant la Shoah et Israël par son auteur, qui sont elles hautement méprisables.
    Si cela ne se fait pas, il sera légitime de se poser des questions sur l'intégrité morale de l'ULB, en général et de celle de certains de ses cadres dirigeants en particulier.
    A l'heure des "vérités alternatives" il faut être particulièrement vigilant et intransigeant à l'égard d' une histoire aussi tragique et douloureuse que celle du peuple juif.
    La revision de l'histoire et la haine pathologique de tout ce qui est juif, par des nostalgiques d'un certain passé doivent être combattues avec la dernière énergie et sans la moindre concession !

  • Par celine - 4/04/2018 - 18:12

    aux Grégorios et consorts
    Il n'y a pas de chantage à l'antisémitimse.
    Il n'est pas question ici d'Israël, ni de ses crimes( ni des crimes du Hamas d'ailleurs)
    Il y a des faits. des déclarations négationistes de Loach qui ne lui font pas honneur ni aux victimes concernées, dont le Prix Nobel de physique François Englert, issu de l'Ulb et enfant caché. Aura-t-il l'occasion del lui remonter les bretelles, à ce fossoyeur ?
    Stop au déni !

  • Par Rami - 4/04/2018 - 18:14


    Où est l'entarteur ?
    Ken Loach ... entarté !
    le rêve!

  • Par candide - 4/04/2018 - 18:35

    Tout à fait d'accord avec la protestation du CCLJ et honteux et penaud d'avoir cru si longtemps en l'université où j'ai étudié et que j'ai servi tout au long de ma longue carrière et qui finit par "déraper grave". Un de mes amis auquel j'écrivais m'a rendu une copie de la lettre que je lui envoyais en 1972, en stage à Londres: "il ne fait pas de doute, mon cher XXX, que nous assisterons, de notre vivant, à la chute de la sous-université de Bruxelles"
    Ma critique portait alors sur la pédagogie et les déviances idéologiques superflues dans le cadre de matières scientifiques.
    Pour ce qui est de la politique d'honorer des personnalités il ne fait pas de doute que la "teinture de gauche" voire d'extrême gauche est une vitrine que l'ULB tient à montrer même lorsqu'il s'agit de perroquets séniles et radoteurs comme Stéphane Hessel...
    Le cas de Ken Loach est d'une autre nature et il ne fait pas de doute que son oeuvre cinématographique est remarquable et vise juste lorsqu'il s'agit de la misère sociale (Moi, Daniel Blake) mais plus idéologiquement enfermée, à l'opposé du Libre examen, dans "land and freedom" par exemple. C'est le même dilemme que pour la qualité littéraire indéniable de Céline et ses abominables saloperies antisémites.
    Je ne suis pas de l'avis de ceux qui préconisent le boycott des études à l'ULB par les étudiants juifs car s'est au contraire en y étant nombreux que l'on peut espérer modifier le courant imbécile de ce fleuve de la libre pensée devenu peu à peu un ruisseau pollué par les eaux usées de la pensée unique.
    Pour ce qui est Ken Loach et Israël ce ne sera pas le premier à se noyer dans sa bile antisémite qui détruit toute libre pensée...

    Je compte me rendre à cette séance d'hommage, ne fut-ce que pour honorer Siegi Hirsch, rescapé des camps et formateur rigoureux et généreux de tant de psys...et quitter ostensiblement la salle lorsqu'il s'agira de Loach.
    J'invite tous ceux qui pensent comme moi de faire pareil!

  • Par maurice e. - 5/04/2018 - 2:47

    Ken Loach est un talentueux et inlassable défenseur nostalgique de la "working class" aujourd'hui quasi disparue en Grande Bretagne et remplacée par les "nouveaux prolétaires" issus de l'immigration et base électorale du Labour de Jeremy Corbyn.
    Ce qui l'amène à des prises de positions souvent à la limite de la caricature antisémite.
    Son aversion militante contre le sionisme et l'existence de l'Etat d'Israel remonte factuellement à l'année 1987, date à laqueele il découvre la "malignité" de l'idée sioniste.
    En effet, il a accepté de mettre en scène à Londres la pièce "Perdition" écrite par son ami de longue date James Allen. Cette pièce dénonçait la "collusion" présumée des notables juifs hongrois avec les Nazis pendant la guerre. Cette "collusion" se basait sur les accusations reprises au cours du procès intenté dans les années 50 en Israel contre Rudolf Kastner pour complicité avec les Nazis.
    Kastner, après avoir été assassiné, fut blanchi par la Cour Suprême.
    Dans cette pièce, il est clairement stipulé, que le projet sioniste était conçu pour créer en Israel un état "raciste" destiné à remplacer ses habitants arabes par des juifs aisés, en collaborant avec les Nazis.
    La thèse de cette pièce fut farouchement combattue, notamment par les orgaisations juives et elle fut retirée de la programmation 36 heures avant la première.
    Ken Loach en conçu une grande amertune et n'a depuis plus jamais dérivé de son approbation de ces thèses conspirationnistes pour soutenir la cause palestinienne et sa détestation d'Israel, Etat "illégitime".d'après lui.
    Il m'est difficile de comprendre comment l'ULB (dont le recteur est un descendant d'enfants cachés) puisse justifier un hommage fait à quelqu'un qui ne s'est jamais départi de sa haine rabique basée sur des allégations manifestement antisémites.
    Le fait que Ken Loach soit par ailleurs un grand cinéaste ne constitue nullement une excuse. Un prix Honoris Causa d'une institution universitaire n'est pas une récompense à un festival de Cinéma.

  • Par Yoram - 5/04/2018 - 9:55

    Maurice Sadowski ne se fatigue guère en faisant allusion à des "opinions exprimées concernant la Shoah et Israël par [Loach], qui sont elles hautement méprisables".

    Pourrait-il nous éclairer sur ces opinions ou s'agit-il seulement de mousser entre soi ? Je note qu'il les qualifie de "hautement méprisables", ce qui est déjà plus pâle qu'une accusation d'antisémitisme. Progresserait-on ? Déjà qu'une opinion concernant Israël risque bien d'être "hautement méprisable" à bon compte ici.

  • Par pocci marie-hélène - 5/04/2018 - 10:33

    Je ne connais pas les dire de ce monsieur mais si ce que vous dites est la réalité, c'est honteux de la part de l'ulb de lui décerner ce prix et donc d'accepter son antisémitisme !!!

  • Par Gisquière Thierry - 5/04/2018 - 10:35

    " L'histoire est là pour être discutée par nous tous" , dixit Ken Loach. Ce monsieur se croit très malin et pense peut-être brisé un " tabou" en voulant faire croire que l'histoire de la Shoah est un sujet qui ne peut faire l'objet d'interprétations divergentes. Certes, la Shoah, d'un point de vue scientifique, est un objet d'étude comme un autre : en fonction de la découverte de nouvelles sources, son histoire peut être complétée, modifiée sur certains points, etc. Mais il n'est pas possible que Ken Loach ignore la multitude de travaux effectués par des historiens depuis des décennies sur le sujet : le travail fondamental de Raul Hilberg ( "La destruction des Juifs d'Europe"), les travaux des historiens allemands, français, anglais, israéliens, etc. dont on peut avoir un aperçu dans le remarquable documentaire "Jusqu'au dernier. La destruction des Juifs d'Europe", etc. La force de l'Histoire, c'est qu'elle se base sur des sources (documents, témoignages, etc), qui sont passées au crible de la critique historique,sources qui sont utilisées pour re-construire la vérité historique. Donc des historiens de bords idéologiques différents peuvent avoir des analyses divergentes sur certains points, mais ils s'accordent tous, si ils font honnêtement leur travail, sur l'établissement des FAITS.

    Donc, je conseille à Mr. Loach : 1) d'apprendre l'allemand. 2) de se libérer (beaucoup) de temps pour aller travailler dans les archives allemandes afin récolter les documents touchant à l'Histoire de la Shoah, de les analyser, de les critiquer et d'en tirer la substance moëlle pour rédiger un travail NOVATEUR sur le sujet. Cela étant fait, il pourra confronter ses analyses avec d'autres historiens spécialistes du sujet et faire part ensuite au public de ces avancées dans la recherche historique.

  • Par Godlewicz Léon - 5/04/2018 - 23:20

    un négationniste ne doit en aucun cas recevoir les honneurs, pour une fois l'ULB a bien agit de ne pas remettre le titre es insignes de docteur honoris causa à Ken Loach, je trouve que ce type soit sanctionné
    Godlewicz Léon

  • Par Ayache - 6/04/2018 - 19:36

    J’ai effectivement entendu cette position de la part du cineaste

  • Par maurice e. - 6/04/2018 - 22:21

    Leon Godlewicz,

    Où avez vous lu que l'ULB renonçait à remettre Ken Loach les insignes de Docteur Honoris Causa?
    C'est un peu tard pour les poissons d'avril!

  • Par Dupuis Patrick - 7/04/2018 - 19:58

    Lamentable... Une volonté de censurer. Je ne défends pas forcément ce cinéaste mais plutôt que de vouloir qu'il soit interdit, je vous suggère d'argumenter et de contredire ses idées. Ce serait plus intelligent.

  • Par Fatma Alioua - 9/04/2018 - 21:43

    I can't believe that a man like Loach who is known as a respectable and righteous academic is also a victim of witch hunt by the Jewish lobby that Will défend thé terrorist state of Israël which has just assassinated unarmed Young people just because they march for thé right of return To their spoliated Homeland and they dare call anyone that opposés that state an antisémite. It's appalling and thèse people surely do not honour thé memory of those who died victims of Nazism.

  • Par Athénée Maïmonide - 19/04/2018 - 14:29

    D’accord

  • Par Benizri Sandra - 19/04/2018 - 16:17

    Oui