Antisémitisme

L'UNESCO retire le carnaval d’Alost de sa liste du Patrimoine immatériel

Lundi 16 décembre 2019 par La Rédaction

Lors de la 14e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui se tenait à Bogota, l’UNESCO a décidé de retirer le carnaval d’Alost de sa liste du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

 

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel « a fondé sa décision sur le fait que les répétitions récurrentes de représentations racistes et antisémites sont incompatibles avec les principes fondamentaux de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et en particulier son article 2 », précise l’UNESCO. Selon cet article, « seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus ».

D’après les éléments portés à son attention par le Bureau et le Secrétariat, selon lesquels le carnaval d’Alost ne remplit plus les critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’UNESCO considère que « depuis son inscription, le carnaval d’Alost a, à plusieurs reprises, diffusé des messages, images et représentations qui peuvent être considérés, au sein de la communauté et en dehors, comme encourageant les stéréotypes, ridiculisant certains groupes et insultant les souvenirs d’expériences historiques douloureuses comme le génocide, l’esclavage et la ségrégation raciale. Ces comportements, intentionnels ou non, vont à l’encontre de l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus ».

L’UNESCO a également constaté que des représentations blessantes ont été utilisées, à plusieurs reprises, pendant le carnaval d’Alost depuis son l’inscription sur la Liste représentative. L’inscription ne semble pas avoir encouragé le dialogue entre les communautés, suscitant au contraire une méfiance au sein des communautés et entre elles.

Pour mémoire, l’un des chars de l’édition 2019 représentait des marionnettes géantes de Juifs orthodoxes, savamment enlaidis, assis sur des sacs d’or et d’argent ; l’un d’eux avec un rat sur son épaule. Pour assister à des représentations de Juifs aussi abjectes, il faut remonter aux carnavals antisémites organisés en Allemagne sous le 3e Reich.

Nous ne pouvons que saluer la décision de l’UNESCO et nous déplorons que le Centre interfédéral de lutte contre le racisme, Unia, n’ait pas condamné les incidents du carnaval d’Alost au motif qu’« il n’y avait pas d’incitation consciente à la haine, à la discrimination ou à la violence contre les Juifs ».

Carnaval de Cologne 1934

Nous ne pouvons qu’espérer qu’Unia tiendra compte de cette décision de l’UNESCO si un dérapage antisémite se produit lors de la prochaine édition du carnaval d’Alost.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/