Polémique

L'ULB honorera Ken Loach malgré les réactions d'indignation

Mercredi 4 avril 2018 par N.Z.

En dépit des réactions d’indignation suscitées par la décision d’attribuer le 26 avril les insignes de docteur honoris causa au cinéaste Ken Loach, l’Université libre de Bruxelles (ULB) maintient son choix de l’honorer.

 
Sur le même sujet

    Le Conseil académique de l'ULB rappelle que Ken Loach a été choisi en raison de son « œuvre militante relative aux conflits sociaux et la lutte pour le droit des travailleurs ou des immigrés clandestins ».

    « Nous ne souhaitons pas en déplacer la focalisation vers le conflit israélo-arabe, ce qui serait en dénaturer totalement la signification et la dimension », a expliqué l'Université. L’ULB justifie son choix d’attribuer les insignes de docteur honoris causa au cinéaste britannique. « Monsieur Loach a été choisi par le Conseil académique de l'ULB, dans le cadre de l'Année des Diversités, en raison de son "œuvre militante relative aux conflits sociaux et la lutte pour le droit des travailleurs ou des immigrés clandestins », précise l’ULB.

    Et de souligner que ce choix n’a pas été motivé par ses prises de position concernant le conflit israélo-palestinien. « Nous ne souhaitons pas en déplacer la focalisation vers le conflit israélo-arabe, ce qui serait en dénaturer totalement la signification et la dimension. Dans ce contexte, si les prises de position politiques de Monsieur Loach dans le cadre du conflit Israélo-arabe attirent inévitablement les critiques de ses opposants, aucun élément du parcours de ce cinéaste engagé ne permet cependant d'étayer des accusations d'antisémitisme ou de révisionnisme à son égard. Aucune de ses œuvres ne traite d'ailleurs de ce conflit. Le soutien au boycott académique d'Israël, qui lui est reproché, n'est pas et n'a jamais été la position de l'ULB en tant qu'institution, mais ne peut le disqualifier pour autant. L'engagement très ferme de l'ULB contre toute forme de racisme ou d'antisémitisme, et a fortiori de négationnisme, est une constante que nous souhaitons réaffirmer ici avec force ».

    Par conséquent, l’ULB ne reviendra pas sur sa décision : « C'est sur base de son œuvre artistique et de la liberté d'opinion et d'expression qui doivent lui être accordées comme à tout un chacun, qu'est basée la décision d'octroyer les insignes de Docteur Honoris Causa à Ken Loach le 26 avril prochain ».

    Les autorités de l’ULB défendent leur choix mais ne répondent pas aux objections avancées par les différentes organisations juives ayant dénoncé l’attribution des insignes de docteur honoris causa à Ken Loach.

    Ces organisations juives ne contestent ni son œuvre ni son engagement en faveur de la cause palestinienne. Tout comme elles ne lui ont pas reproché de prôner le boycott académique et culturel d’Israël. Leur communiqué n’en fait aucune mention.

    Dans cette affaire, ce n’est pas du boycott d’Israël dont il est question. Ce qui pose problème se rapporte à des propos plus que douteux  qu’il a tenus concernant le négationnisme ainsi qu’à son refus obstiné de reconnaitre l’antisémitisme qui s’exprime au sein du Parti travailliste britannique dirigé par Jeremy Corbyn que Ken Loach soutient indéfectiblement.

    En associant directement ou indirectement l’Allemagne nazie au mouvement sioniste (ce qui est grotesque et faux historiquement) et en se rangeant systématiquement du côté des militants et des responsables travaillistes signalés comme antisémites, Ken Loach hystérise complètement son rapport aux Juifs et leur signifie par la même occasion que l’antisémitisme est une opinion comme une autre.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Pierre Vansteenkiste - 4/04/2018 - 20:56

      je ne suis pas juif, j'ai fait mes études à l'ULB et j'ai honte de son attitude!

    • Par Laetitia - 4/04/2018 - 23:23

      Qu attend le recteur Englebert, enfant caché, pour démissionner et claquer la porte de l'ULB?
      Un peu de dignité ne serait pas superflu

    • Par Alain Benda - 5/04/2018 - 9:04

      Laetiia. Vous êtes doublement à côté de la plaque :

      1) Le recteur se nomme Yvon Englert.
      2) Il n'est pas un enfant caché. Il est né dans les années 50.

      Un peu de précision ne serait pas superflu !

    • Par helene galperin - 5/04/2018 - 14:46

      Il y a un certain temps qu'on peut constater une dérive de mon université l'ULB par rapport à son principe fondateur :
      le Libre Examen ,critique, objectif, glorieux et enthousiasmant, ainsi,"la pensée ne doit jamais se soumettre etc," poussant l'ULB dans le passé à fermer ses portes au fascisme de l'occupant.
      Depuis, lorsque l'on pense au déferlement hurlant ,bête, d'une certaine population estudiantine, lors de la visite de Fourrest , pour l'empêcher de parler, amenant le President Hasquin de vider l'auditoire K ,sans pouvoir dire un mot.
      Ici ,parce que c'est l'année de la diversité ,ce principe est piétiné , en se soumettant à une pensée unique d' une majorité hurlante et violante,
      d'une majorité gauchiste devenue fasciste comme l'était et l'est l'extrême droite, non critique, non objective, s'inclinant devant la terreur.
      Ce titre prestigieux d'Honoris Causa d'université ,n'est pas un Prix de Cinéma,,que Ken Loach mériterait ,mais semble-t-il doit tenir compte de sa position, de ses propos, même s'il le nie maintenant, mettant en doute des vérités historiques telles la Shoah ,ou que les sionistes auraient pactisé avec hitler! outrageant mais surtout ridicule.
      Ainsi son antisémitisme primaire avait été critiqué déjà fortement en Grande Bretagne.

    • Par Yoram - 6/04/2018 - 15:11

      Ouf !