Vivre-ensemble

La Tricoterie organise son 2e couscous sépharabe

Mardi 2 mai 2017 par Géraldine Kamps

La Tricoterie n’aura même pas attendu un an pour remettre le couvert en organisant son 2e couscous sépharabe ce lundi 22 mai 2017 à 19h. Et tenter de voir, l’espace d’un repas, tout ce qui rapproche les Juifs des Arabes. Une soirée culinaire et musicale, avant tout conviviale, ouverte à tous les partisans de la paix. Interview de Joëlle Yana, fondatrice de la Fabrique de liens saint-gilloise.

 
Sur le même sujet

    Vous aviez rassemblé pour votre première édition en novembre dernier 200 personnes. Au vu du succès, on pourrait croire que ce genre d’événement manque à Bruxelles…

    Je ne connais certainement pas toutes les initiatives de rapprochement de communautés à Bruxelles, mais c’est vrai que la participation enthousiaste des gens à nos deux éditions du couscous sépharabe semble montrer l’importance de ce genre d’initiatives. Il y a comme un soulagement, pour beaucoup, de voir qu’une soirée simple et conviviale est possible. On a besoin de favoriser la rencontre pour combattre le repli.

    Quel est l’objectif de cette 2e édition? La preuve qu’on peut partager un bon moment entre Juifs et musulmans sans aborder les questions politiques ?

    Disons que notre volonté n’est pas d’exclure le débat politique, mais simplement d’insister sur ce qui rapproche les peuples plutôt que sur ce qui les sépare. L’idée, c’est aussi de sortir des cases et des clichés réducteurs. Je pense à la phrase d’Amin Maalouf : « (...) c’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer ». Nous pensons que notre rôle est de proposer des choses simples et concrètes dans une logique qui relève davantage du faire-ensemble (faire du pain ensemble, manger ensemble, chanter, danser, etc.).

    Quel est le programme de la soirée ? Y aura-t-il des changements par rapport à la première édition ?

    Nous allons mettre l’accent cette fois sur le partage des origines, c’est la touche que nous ajoutons. Nous allons essayer pendant une partie de la soirée que les gens, s’ils le veulent, parlent de leurs racines. L’idée, c’est de mettre en avant nos origines communes, les langues que nous parlons, les plats qu’on aime, etc. Ensuite, nous proposerons nos deux types de couscous avec de la viande casher et halal, puis le concert du groupe Nagham Zikrayat, et de la danse, si les gens le souhaitent !

    Vous semblez avoir compris comment rassembler les foules, quel est votre secret ?

    Je serais beaucoup plus humble, car c’est chaque fois un nouveau défi ! On invente et on propose de nouveaux projets, mais c’est toujours un saut dans l’inconnu. On ne peut jamais savoir si on rencontrera le public et ses attentes du moment. Mais ce qui nous guide, c’est toujours de réinterroger ce qui fait sens pour nous, de la manière la plus sincère possible.

    Ce couscous sépharabe deviendra-t-il une tradition annuelle ? D’autres projets pour favoriser le vivre-ensemble sont-ils sur la table ? 

    Oui, on pense faire au moins un couscous sépharabe par an et effectivement, nous avons d’autres projets qui trottent dans nos têtes, mais la saison se termine bientôt. Nous gardons un peu de surprises pour la rentrée ! 

    Evénement organisé en partenariat avec le CCLJ.

    P.A.F. : 10 € adulte, 5 € enfant. - Réservations : reservations@tricoterie.behttp://www.tricoterie.be/


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/