L'édito

Des similitudes troublantes

Jeudi 1 Février 2018 par Nicolas Zomersztajn, Rédacteur en chef
Publié dans Regards n°876 (1016)

« Si un étranger vient séjourner avec toi, dans votre pays, ne le molestez point. Il sera pour vous comme un de vos compatriotes, l’étranger qui séjourne avec vous, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte je suis l’Eternel votre Dieu », énoncent les versets 33 et 34 du livre de Vayikra (Lévitique).

Face à la détresse des migrants, les Juifs doivent faire le choix exigeant, mais conforme à la tradition juive, de donner une traduction concrète à ces deux versets en dénonçant la politique répressive (arrestations, enfermement, expulsions, renvois dans leur pays d’origine) menée contre les migrants et en exigeant que le gouvernement cesse de criminaliser des innocents fuyant la misère et la répression.

Ces versets renvoient aussi les Juifs à leur propre expérience historique, notamment en leur rappelant qu’ils ont été aussi étrangers et esclaves dans un autre pays. Nous ne pouvons l’ignorer, d’autant plus que le drame actuel des migrants entre en résonnance avec ce que nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents ont vécu dans les années 1930 lorsque les Juifs fuyant l’Allemagne, l’Autriche et d’autres pays d’Europe orientale se sont heurtés à des frontières fermées et à des autorités prêtes à tout pour les empêcher d’entrer et demeurer en Belgique.

Les comparaisons avec les années 1930 sont souvent inadéquates. Cette période tient effectivement une place particulière dans l’histoire juive. Car suite à ces années troubles, il y a la Shoah. S’il est vrai que les migrants soudanais ou érythréens se retrouvant aujourd’hui en Belgique ne sont pas arrêtés pour être déportés vers des centres d’extermination comme l’étaient les Juifs entre 1942 et 1944, il est toutefois pertinent de comparer les périodes pendant lesquelles des migrants tentent d’entrer sur un territoire.

Ce n’est pas avec le régime de Vichy qu’il convient de comparer le gouvernement belge de Charles Michel en matière de politique migratoire. C’est avec les différents gouvernements belges qui se sont succédé entre 1935 et 1940 que la comparaison s’impose. Dans les deux cas, des coalitions gouvernementales prétendant adopter une ligne ferme et humaine sont loin de tenir l’équilibre qu’ils revendiquent entre humanité et fermeté. Le sort qu’ils réservent aux migrants, hier envers les réfugiés juifs, aujourd’hui envers les migrants soudanais et érythréens n’est pas du tout à la hauteur des critères que l’on est en droit d’attendre d’une démocratie comme la Belgique.

Les ministres de la Justice et de l’Intérieur compétents entre 1935 et 1940 s’efforcent surtout d’empêcher l’immigration juive. Cette politique nourrie parfois de préjugés antisémites se durcit même entre 1937 et 1939 lorsque l’Anschluss et la Nuit de Cristal contraignent les Juifs allemands et autrichiens à fuir leur pays. Les propos musclés des ministres catholiques Joseph Pholien et Charles du Bus de Warnaffe n’ont rien à envier à ceux de Théo Francken, l’actuel secrétaire d’Etat à la Migration. Et la complicité des ministres socialistes et libéraux de ces gouvernements d’avant-guerre vaut celle des libéraux et des chrétiens démocrates du gouvernement Michel.

Comment ne pas songer à l’administrateur de la Sûreté publique, Robert de Foy. Soucieux d’empêcher l’afflux de réfugiés juifs en Belgique, il expulse et renvoie en Allemagne des centaines de Juifs. Pour mener son action, de Foy n’hésite pas à échanger des informations avec les services de sécurité du 3e Reich ! La collaboration actuelle avec la dictature soudanaise, dont le président est accusé de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale, rappelle celle menée par de Foy en cette fin des années 1930. Même si l’Histoire ne se répète pas, les similitudes entre les politiques menées sont troublantes. Il est temps que cela cesse si la Belgique veut célébrer dignement les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme le 10 décembre prochain.  


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/