Belgique/Reconnaissance

Shimon Peres a honoré les Justes

Jeudi 7 mars 2013 par Denis Baumerder

Une cérémonie de remises de médailles et de diplômes d'honneur « Justes parmi les Nations » décernés par l'Institut Yad Vachem à Jérusalem s'est déroulée le 5 mars dernier au Palais d'Egmont, en présence d'un trio de hautes personnalités : le Président de l'Etat d'Israël Shimon Peres, le Prince Philippe et le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

 

Tour à tour, chacun des 21 descendants de ces courageux Sauveurs, honorés à titre posthume, ont reçu, des mains du Président israélien Shimon Peres, les marques de reconnaissance. Le seul Sauveur encore vivant, honoré personnellement, est Martin Aguirre y Otegui, né en 1924, lui-même réfugié espagnol devenu belge, qui a dû fuir en 1936 la guerre civile d'Espagne. Durant l'occupation nazie, âgé de 18 ans, il convoyait d'une cache à l'autre des enfants juifs en détresse. Voici un extrait de son intervention : « Chers amis juifs, chers frères et sœurs, permettez-moi de m'incliner devant toutes les victimes de l'Holocauste et de rendre hommage à la dignité avec laquelle vous avez enduré tant  de souffrances ». Il s'adressait ainsi directement aux nombreux enfants cachés de l'époque présents cet après-midi, venus exprimer leur profonde gratitude aux familles qui avaient contribué à leur sauvetage. Comme par exemple, la directrice d'une maison de convalescence de Rixensart, Louise Anciaux, qui  continuellement protégea, au péril de sa vie, une vingtaine d'enfants juifs, dont les filles Birnberg, Francis Grunchard, Rosa Handali, Sonia Kam et Hannie Dauman, la plupart présents dans la salle. Chacun porte en lui son propre récit lourd de souvenirs.

Un de ces enfants survivants, David Herszlikovicz, a rappelé que la terreur a commencé en Belgique en 1942. « Toute personne juive était arrêtée pour la seule raison qu'elle était juive ». Shimon Peres paraissait aussi ému que ceux à qui il remettait diplômes et médailles. Tous ses proches restés en Pologne pendant la guerre ont été massacrés. « Je sais combien les nazis étaient effrayants et pourquoi vous l'avez fait. Vous avez mis en danger votre propre vie... Je tiens à remercier le gouvernement et le peuple belges pour avoir maintenu la flamme de la Mémoire de la Shoah ».

Une séance d'hommage particulièrement émouvante qui s'est prolongée par la suite au gré des retrouvailles entre familles de sauveurs et de sauvés que les avatars de la guerre avaient rapprochés. Forgeant ainsi des liens indestructibles.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/