Vu de France

Sécurité, intégration, vers l'israélisation de nos méthodes ?

Mardi 3 octobre 2017 par Laurent David Samama
Publié dans Regards n°869 (1009)

Menace terroriste oblige, depuis quelques mois, Israël a fait son grand retour dans les médias français ! Inquiète et à court de solutions, Paris semble regarder avec un net regain d’intérêt ce qui se trame du côté de l’Etat hébreu, questionnant notamment la capacité de ses habitants à vivre, malgré la menace constante du terrorisme islamique telle une épée de Damoclès.

Aux attentats dans les bus se sont succédé les voitures béliers fonçant dans les foules, puis les attaques au couteau. Chaque fois, l’Etat hébreu a fait face et, logiquement, ses méthodes intriguent.

Quelques jours après l’attentat commis à Saint-Etienne du Rouvray, de nombreuses voix politiques s’élevaient pour un changement radical de stratégie. Ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, Hervé Morin, clamait ainsi : « Il faut que l’on prenne des mesures comme la société israélienne a su en prendre pour assurer sa sécurité ». Fin 2016, deux députés français -Guillaume Larrivé et Eric Ciotti- ont poussé la logique jusqu’à faire le voyage vers l’Etat hébreu pour y rencontrer des « opérationnels », spécialistes de la sécurité et du renseignement. Eric Ciotti explique : « Il s’agit de regarder ce que font les Israéliens en matière de contrôles à l’aéroport, d’organisation des secours, de renseignement, de mobilisation citoyenne ». Son collègue Les Républicains Guillaume Larrivé poursuit : « En 2002, en Israël, il y a eu malheureusement 450 victimes du terrorisme, l’année dernière 30. C’est beaucoup trop, mais c’est 15 fois moins. Je rappelle qu’en France nous avons eu 250 morts ».

Les effets d’un tel voyage sont là : à Paris et dans de nombreuses villes de province, des travaux d’aménagement citadin ont été effectués. Aux abords des rues piétonnes, on trouve désormais de gros blocs de béton destinés à barrer le passage aux véhicules motorisés. Sur les trottoirs, des barrières et autres poteaux métalliques délimitent désormais un cordon de sécurité entre la chaussée, les pistes cyclables et les espaces piétons. A l’entrée des centres commerciaux, mairies, salles de concert et autres stades : fouilles systématiques et portiques de sécurité.

La tendance à l’israélisation des méthodes ne concerne pas que le domaine défensif. En matière de processus d’intégration, les politiciens français lorgnent également du côté de l’étranger. Pour mieux accueillir les migrants, le sénateur LR Roger Karoutchi proposait une méthode étonnante : s’inspirer d’Israël. Début septembre, au Figaro, ce dernier déclarait : « Il est temps de réfléchir à la définition d’un modèle d’intégration complet, comme en Israël ou en Allemagne ». Pourquoi, alors, ne pas s’inspirer des méthodes qui ont fait le succès des kibboutz ? De là à parler d’une « israélisation » du contexte français ?


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Marie - 17/10/2017 - 17:44

    En somme nous allons vivre barricadés et entourés de blocs de béton, de militaires armés jusqu'au dents, de policiers !!!! Si je dois vivre de la sorte, j'aimerais que d'autres mesures plus radicales puissent aussi être appliquées. Et juste pour démontrer que toutes ces mesures "bétons et autres" ne seront pas assez efficaces et ne sont que de la poudre aux yeux pour nous obliger à ne prendre aucune sanction préventive contre les individus: la semaine dernière je me suis rendue à l'Innovation centre ville. Les entrées du City 2 sont gardées, la rue Neuve des militaires, idem à l'entrée du grand magasin, et pourtant je suis arrivée dans le parking sans le moindre contrôle, à chaque étage un accès direct au grand magasin etc etc. Les premières mesures à prendre doivent être plus radicales et ciblées sur les individus eux-même, avec déjà l'expulsion immédiate de toute personne ayant des accointances ou autre avec des mouvements qui veulent détruire notre démocratie, idem pour toute personne ayant commis des actes de criminalité. Ces premières mesures pourraient déjà éclaircir la situation.