L'édito

Se placer sur le plan de la dignité humaine

Jeudi 1 novembre 2018 par Nicolas Zomersztajn, Rédacteur en chef
Publié dans Regards n°1032

Dans un mois, le 10 décembre 2018, nous célébrerons le 70e anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale des Nations Unies réunie en séance plénière à Paris au palais de Chaillot.

Cette célébration aura un goût amer : la majorité des 193 Etats membres des Nations Unies ne répondent pas aux critères d’une société démocratique respectant les droits de l’homme. La violation de ces droits est ainsi plus universelle que leur respect.

C’est le principe même de l’universalité des droits de l’homme qui est sans cesse remis en cause par des régimes invoquant leur propre conception des droits de l’homme au nom de leurs particularismes culturels, historiques et religieux. Ce relativisme n’est qu’un prétexte pour justifier les violations des droits de l'homme. C’est d’autant plus fallacieux que les rédacteurs de la Déclaration sont eux-mêmes issus de divers pays et de diverses cultures. Parmi eux, le juriste français René Cassin a insisté pour que le qualificatif « universelle » soit précisément retenu et non pas « internationale » en soulignant que seule « une déclaration “universelle” indiquerait que les droits de l’homme seraient l’affaire de tous et de chacun ».

C’est pendant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il occupe à Londres de nombreuses fonctions juridiques pour la France libre sous l’autorité du général de Gaulle, que René Cassin commence à élaborer le projet d’une Déclaration universelle des droits de l’homme. Né à Bayonne en 1886, dans une famille juive, ce grand juriste a toujours combiné harmonieusement son héritage juif à l'universalisme. René Cassin a souvent rappelé qu’il voyait dans la Déclaration universelle des droits de l’homme « les Tables de la Loi humaine », ou un « Décalogue laïque ». C’est dans ce même état d’esprit qu’il a présidé l’Alliance israélite universelle de 1943 jusqu’à sa mort en 1976. « L’Alliance israélite universelle doit toujours se placer sur le plan de la dignité humaine », déclarait-il en 1944 devant le comité central de cette institution juive.

René Cassin sera enfin récompensé en 1968 du Prix Nobel de la paix pour sa participation à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Formidable signe du destin, la même année, Albert Cohen, également juriste international comme René Cassin, publie Belle du Seigneur. Ce roman, qualifié de « chef-d’œuvre absolu » par Joseph Kessel, raconte la passion amoureuse entre Solal, un séduisant fonctionnaire international juif, et Ariane, l’épouse d’un diplomate belge ambitieux et falot. Mais dans Belle du seigneur, qui est aussi un hymne d’amour au peuple juif, Albert Cohen insiste sur la problématique des réfugiés et des apatrides à laquelle il s’est efforcé d’apporter une solution juridique concrète en 1946 lorsqu’il rédigea, dans le cadre de ses fonctions de conseiller juridique au Comité intergouvernemental pour les réfugiés, le texte d’un accord relatif à la délivrance d’un passeport aux apatrides et réfugiés. Les dispositions de cet accord seront reprises dans la Convention relative au statut des réfugiés de 1951. Ce passeport qu’il considère comme « son plus beau livre », a notamment permis à de nombreux Juifs de circuler en toute légalité à travers le monde et de se reconstruire après la tragédie de la Shoah.

En se battant sans relâche pour venir en aide à tous les déracinés, Albert Cohen a suivi l’injonction de René Cassin de toujours se placer sur le plan de la dignité humaine. Ces deux juristes, ces deux grands Juifs, ont toujours agi en « bâtisseurs de justice » et ont ainsi perpétué la vocation prophétique du peuple juif. Il ne tient plus qu’à nous, Juifs de diaspora et d’Israël, de nous montrer dignes de l’héritage de ces deux hommes en ne nous laissant jamais séduire par les démagogues populistes et nationalistes qui détestent avec acharnement tout ce que René Cassin et Albert Cohen ont soigneusement bâti.


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/