Espagne

Plus de 130.000 descendants des Juifs expulsés en 1492 demandent la nationalité

Jeudi 3 octobre 2019 par AFP

Plus de 500 ans après l'expulsion des juifs d'Espagne en 1492, au moins 132.000 de leurs descendants ont demandé la nationalité espagnole en vertu d'une loi adoptée en 2015.

Expulsion des Juifs de Séville

Le parlement espagnol avait adopté cette loi pour réparer ce que Madrid considère comme une « erreur historique » : l'expulsion d'environ 200.000 juifs par les rois catholiques Isabelle et Ferdinand, au nom de la « pureté » du sang.

Ils avaient alors fui en particulier vers l'empire ottoman et l'Afrique du nord.

Selon les chiffres provisoires du ministère espagnol de la Justice, 132.226 personnes ont sollicité la nationalité espagnole avant la date limite de lundi. Les demandes s'étaient accélérées de manière spectaculaire en septembre avec 72.000 dossiers.

Mais le processus est long et complexe. Pour le moment, seuls 6.000 demandeurs ont obtenu la naturalisation, selon Pedro Garrido Chamorro, directeur général des registres et du notariat, un organisme dépendant du ministère.

La grande majorité des demandeurs habitent en Amérique latine, où les descendants des Séfarades se sont établis à partir du 16e siècle, à commencer par le Mexique (20.000), le Venezuela (près de 15.000) et la Colombie (environ 14.000). De nombreuses demandes sont aussi venues d'Argentine (plus de 4.000) et d'Israël (plus de 3.000).

Les candidats doivent faire certifier leur origine séfarade par un rabbin ou via une enquête généalogique et passer un examen d'espagnol à l'Institut Cervantès, dans le cas des non-hispanophones.

Tous les candidats doivent en outre passer un test de culture et société. Les documents doivent ensuite être validés par un notaire et le demandeur doit se rendre en Espagne pour signer l'acte notarial.

Si l'attachement à la culture ancestrale importe, l'accès à un passeport européen est aussi attrayant dans des pays comme le Venezuela ou la Turquie, remarque Gonzalo Manglano, directeur de l'Institut Cervantes d'Istanbul, assurant que « les deux aspects ont eu beaucoup de poids »


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Jacky - 4/10/2019 - 18:03

    A ma connaissance, l’expulsion des Juifs d’Espagne ne s’est pas faite au nom de la pureté du sang , puisque la conversion au catholicisme permettait aux Juifs de rester en Espagne. Plus tard , certains convertis ont cependant été discriminés au nom de la pureté du sang.
    Des descendants des Juifs d’Espagne ont aussi été découverts dans les montagnes de l’Equateur. Les habitants d’ un village - atteints d’un nanisme génétique , le nanisme de Laron, ont été apparentés à une famille israélienne souffrant de la même affection . Tous descendent sans doute d’un ancêtre commun très prolifique.un militaire marane.