Boycott académique

Une nouvelle campagne belge de boycott académique et culturel d'Israël

Mardi 19 mai 2015 par Nicolas Zomersztajn

Une campagne de boycott académique et culturel vient d’être lancée en Belgique à l’initiative du Belgian Academic and Cultural Boycott of Israël (BACBI), un collectif d’universitaires belges, majoritairement flamands, prônant un boycott complet et constant de toutes les institutions académiques et culturelles israéliennes.

 
Sur le même sujet

    Les campagnes BDS (boycott désinvestissement et sanctions) ont montré à quel point elles sont absurdes et contraires au principe d’universalité de la culture et de la science. Tout ceci n’empêche pas des universitaires belges, principalement flamands, de lancer une nouvelle campagne de boycott académique et culturel : le Belgian Academic and Cultural Boycott of Israël (BACBI). Voici ce que ce collectif propose :

    « Nous, universitaires et intellectuel(le)s belges, soutenons l'appel palestinien de 2005 aux boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Nous invitons nos collègues de la communauté belge à boycotter de façon complète et constante toutes les institutions académiques et culturelles d'Israël en appliquant ce qui suit : 

    (1) S'abstenir de participer à toute forme de coopération académique et culturelle, de collaboration et de communauté de projet avec les institutions et entités de recherche israéliennes ;

    (2) Prôner un boycott complet des institutions israéliennes, et non pas des universitaires israéliens à titre individuel, et ce, aux niveaux national et international, y compris la suspension de toutes formes de financement et de subventionnement de ces institutions ;

    (3) Promouvoir la scission d'actifs et le désinvestissement de la part des institutions académiques internationales à l'égard d'Israël et des sociétés multinationales qui agissent en tant qu'instruments dans les violations systématiques des lois internationales commises par l'État d'Israël ;

    (4) Œuvrer dans le sens de la condamnation de la politique israélienne en exerçant des pressions pour que les associations et organisations académiques, professionnelles et culturelles adoptent des résolutions ;

    (5) Favoriser le dialogue constructif avec les collègues israéliens afin d'amener conjointement l'État d'Israël à respecter les lois internationales, et ce, dans le même esprit que celui de l'appel à la résistance commune émis par les universitaires palestiniens qui ont lancé l'initiative PACBI" ;

    (6) Soutenir les institutions académiques et culturelles palestiniennes ».

    Cette campagne traduit une radicalisation du mouvement de boycott des universités israéliennes car désormais, ce sont toutes les institutions académiques et culturelles israéliennes qui sont visées, sans la moindre distinction.

    Conscients des critiques éventuelles qu’on peut émettre à leur encontre, les signataires belges de cet appel prennent la précaution de rappeler que seules les institutions sont visées. Les universitaires israéliens y échappent à titre individuel. Fort bien, mais ils n’ignorent pas qu’à travers le monde, les professeurs et les chercheurs n’ont de légitimité scientifique qu’en raison de leur appartenance à une université ou une institution académique. Cette distinction censée donner des gages de sérieux et de modération n’est qu’un écran de fumée destinée à impressionner les plus naïfs ou ceux qui ne connaissent rien au monde académique.

    De la même manière, comment imaginer un seul instant « favoriser un dialogue constructif » avec leurs collègues israéliens alors qu’ils boycottent leurs universités.

    Comme BDS, cette initiative de boycott passe à côté de l’essentiel : l’occupation et la colonisation de la Cisjordanie. Elias Sanbar, poète, essayiste et ambassadeur de la Palestine à l’UNESCO avait déjà mis en exergue toute l’absurdité de ce type de campagne sur les ondes de La Première à l’émission Face à l’info le 3 mars dernier : « Si ces groupes avaient lancé une campagne de boycott de la colonisation, ils auraient eu un appui planétaire. Le problème, c’est qu’ils ont mélangé les deux domaines et aujourd’hui, comment voulez-vous que je boycotte, alors que par ailleurs, en même temps, je suis en train de dire que je veux installer un bon voisinage avec ce pays voisin, ce peuple voisin ».

    Pétris de certitudes, ces universitaires belges auront-ils l’outrecuidance d’affirmer qu’Elias Sanbar se trompe ? Il se peut que l’orgueil et l’obstination idéologique les poussent à considérer Sanbar comme un poète égaré et soumis à une Autorité palestinienne décrédibilisée.

    Un mystère demeure avec ce type de campagne de boycott académique et culturel : le doute, la nuance et la raison dont usent tous ces signataires dans leurs disciplines respectives font cruellement défaut lorsqu’il est question d’Israël. Comment expliquer que des gens intelligents et mesurés puissent verser dans un rabâchage à ce point péremptoire et simpliste ? C’est un mystère.

    En attendant, oserions-nous leur suggérer d’aller voir Mita Tova (The Farewell party), ce beau film israélien sur le droit de mourir dans la dignité. Il s’agit bien d’oser le leur suggérer, car ce film, comme l’immense majorité des films israéliens (même très critiques du gouvernement), a bénéficié des subsides d’institutions publiques israéliennes comme le Jerusalem film & TV Fund ou le Israel Film Fund ! 


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par HENRIETTE Irène... - 20/05/2015 - 11:34

      A mon sens les boycotts sont stupides et dangereux. De la part de nos universitaires, d'est une honte. N'ont-ils rien d'autre dans la tête.... qu'un
      petit "pois" ?

      Quand on voit et entend certains "universitaires", on se demande très souvent comment ils vont réussir dans la vie. Il est vrai que maintenant,
      c'est la médiocrité qui domine, et de plus en plus. C'est bien triste.

      Les boycotts n'ont jamais mené à rien qu'à démontrer la stupidité de ceux qui l'organisent !

      Ce pays, la Belgique, devient invivable !

    • Par Charlotte - 20/05/2015 - 12:12

      Ces intellectuels qui prônent le boycott se tirent eux-mêmes une balle dans le pied puisque Israël est à la pointe de la technologie et de l'innovation. Sont-ils près à renoncer à toutes ces découvertes et inventions d'Israël, prêts à renoncer à leur clef USB p.ex. puisqu'elle a été inventée par Israël.

    • Par Marcel ETIENNE - 20/05/2015 - 13:16

      holà !

      bien que très critique sur la politique israélienne, je pense que la paix ne peut se construire que sur la connaissance mutuelle et l'échange culturel… Un tel appel est donc non seulement absurde mais franchement contre productif !

      Par contre un boycott économique ciblé peut avoir un impact s'il est organisé… Pour ma part, j'évite par exemple d'acheter les fruits israélien produits dans les territoires occupés, ce qui m'est assez facile vu que je consomme principalement local !

    • Par Willy lermer - 20/05/2015 - 13:21

      Toute personne prônant le boycott académique ou culturel d'Israël, c'est à dire des Juifs, agit selon les normes des lois raciales nazies de Nürnberg. Si îl reste un semblant de fierte aux Juifs de Belgique, ceux-ci devraient manifester en nombre, ostensiblement dans les rues de Bruxelles. Ils devraient aussi demander au premier ministre et a Bart de Wever de dénoncer publiquement cette volonté de boycott

    • Par Alain - 20/05/2015 - 13:43

      Les perdants seront les universités qui boycottent.Les gagnants seront celles qui continueront de collaborer avec les institutions israéliennes, notamment aux USA et en Australie.

    • Par szombat - 24/05/2015 - 11:31

      le boycott est une nouvelle forme d'obscurantisme forme d'expression favorite des djihadistes et sympathisants.
      cette attitude est tellement proche de la ségrégation raciale que certains ne le remarque même pas , c'est peut-être la raison de son succès en Flandres
      Il est cependant réconfortant que ce "BACBI" prônant le respect des lois internationales s'accorde a reconnaître ipso facto le droit à l'existence de l'état d'Israël et dont le fameux poête palestinien nomme le "voisin" et qui a donc sauté un chapitre de l'Histoire.....obscurantisme quand tu nous tiens...c'est tellement plus facile......
      Messieurs les signataires essayez plutôt la connaissance et la fraternité de la science pour le bien être de l'humanité.

    • Par Yoram - 24/05/2015 - 23:05

      "Messieurs les signataires essayez plutôt la connaissance et la fraternité de la science pour le bien être de l'humanité", conclut Szombat.
      .
      J'ai dans l'idée que ça a déjà été essayé, que cela se poursuit même et que cela n'empêche pas les universités israéliennes de collaborer au pire de ce que produit Israël.
      .
      Je n'exclus pas que Szombat n'ait rien envie de savoir de la réalité. C'est d'ailleurs l'un des usages du sacrosaint "devoir de mémoire".

    • Par Avinou - 28/05/2015 - 4:42

      Le boycott des réseaux internationaux de BDS, très bien financés et partis d'Angleterre, ne concernent pas seulement les institutions académiques, comme les universités israéliennes, mais aussi les individus : les enseignants, les chercheurs, les intellectuels,les artistes (Noa), etc.
      De même, ses militants font pressions sur les Européens qui veulent se rendre en Israël, par exemple un groupe de jazz, voire les harcèlent... En cela, ils rejoignent le pire des rejets, celui pratiqué dans l'Espagne du 15° siècle, avec la limpia de sangre, et bien sûr l'Allemagne du nazisme...
      C'est une attitude indigne dans l'Europe du 21 siècle, qui choque bien au-delà de la communauté juive et des amis d'Israël mais qui passe... Dix ans après le lancement de la campagne BDS, ses résultats sont maigres MAIS elle a participé à l'instillation de la haine, nous l'avons vu, mortelle. Une contre-campagne, motivée avec bon sens, doit être lancée pour marquer le coup de dix ans de haine. Une des solutions contre-offensives : publier les noms et les activités des principaux militants de BDS en Belgique, en particulier de ceux qui enseignent dans les universités.
      Avinou

    • Par patrick szombat... - 4/12/2016 - 21:18

      le boycot est une arme pacifique ! universelle, bien plus qu'une quelconque religion, derrière laquelle "certains" se blasent, se blâment , se fustigent, s'en flagellent !
      Je peux "comprendre" les réactions épidermiques de certains et je les respecte
      Bien à vous