Antisémitisme

Nouveau dérapage antisémite au carnaval d'Alost

Mardi 5 mars 2019 par Nicolas Zomersztajn et Belga

A l’occasion de la 90e édition du carnaval d’Alost, célèbre pour son mauvais goût, on pouvait voir dans le cortège un char sur lequel se tenaient des géants aux traits grossiers de Juifs ultra-orthodoxes aux nez crochus et aux coffres remplis d’argent. Ce n’est pas la première fois que des stéréotypes antisémites sont véhiculés dans ce festival et sont justifiés au nom de l’humour.

 

Le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) et le Forum der Joodse Organisaties (FJO) ont exprimé lundi leur colère et leur incompréhension face aux marionnettes de juifs au nez crochu et aux coffres remplis d'argent qui ont défilé lors du carnaval d'Alost. Les deux organisations juives représentatives ont saisi Unia, l'institution interfédérale de lutte contre les discriminations.

« Au mieux c'est un manque de discernement condamnable, particulièrement au vu du contexte de montée de l'antisémitisme dans notre pays et dans le monde, au pire la reproduction de caricatures antisémites dignes de l'époque nazie », ont dénoncé le CCOJB et le FJO dans un communiqué.

« Nous avons signalé ces éléments à Unia et allons prendre contact avec les organisateurs et les autorités compétentes pour accompagner notre dénonciation d'actes concrets pour les années à venir », ont précisé ces deux institutions juives.

« Carnaval ou pas, ces caricatures "n'ont pas de place en 2019 dans un pays démocratique comme la Belgique », insistent-elles.

Ces dérapages antisémites ne sont pas nouveaux au carnaval d’Alost. Déjà en 2009, des membres du jury étaient déguisés en « Juifs ultra-orthodoxes » au nez crochu, arborant au revers l’étoile jaune et la « truite d’Hitler » sur le dos. Des chars étaient animés par d’autres « Juifs ultra-orthodoxes » aux pieds plats démesurés, moustaches d’Hitler et hélicoptères de combat israéliens sur leurs schtreimel, et des drapeaux nazis ornés de l’étoile de David flottaient sur ces chars.

En 2013, les clichés antisémites ont été à nouveau diffusés dans la joie et l’allégresse du carnaval désormais reconnu patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO. A cette occasion, un char SS-VA destiné à « la déportation des francophones » défilait devant les représentants de l’UNESCO. Et comme à l’accoutumée, les organisateurs ont sorti leur joker « humour » face à l’indignation exprimée par les organisations juives.

Cette fois-ci, les dérapages ont attiré l'attention de la Commission européenne qui les a fermement condamnés. « Il devrait être évident pour tous que faire défiler des représentations de ce type dans des rues d'Europe est absolument impensable, 74 ans après la Shoah », a affirmé le porte-parole en chef de la Commission européenne, Margaritis Schinas, interrogé lors du point presse quotidien. « Il incombe aux autorités nationales de prendre les mesures qui s'imposent sur la base du droit applicable », a-t-il ajouté, répétant que la Commission condamnait fermement toute manifestation d'antisémitisme.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Rakel - 5/03/2019 - 21:07

    Bla bla habituel de l inconsistant CCOJB un machin aussi opaque qu inutile.
    Heureusement pour nous que la LBCA existe et est efficace.
    Toute la différence entre ces deux institutions

  • Par godelieve,béatr... - 5/03/2019 - 23:41

    Je suis très choqué par ce qui à eu lieu à Alost au moment du carnaval. Ceci est vraiment semblable l'antisémitisme au temps des nazi. Chaque excuse est déplacée et hypocrite car il n'y à pas de pardon pour cela. La justice doit punir les personnes qui ont organisé ce carnaval.
    Je souffre très fort de ce que j'ai vu et qui m'a rappelé tant de malheur pour mes amis Juives.
    Salutations distinguées.
    Godelieve Vandendriessche, Master en sciences Morales Univ. Gand 2005 et étudiante à l'institut d'études Judaïsme Martin Buber Bruxelles.

  • Par Bettie Vanhoudt - 6/03/2019 - 0:33

    Colère, chagrin, incompréhension. Existe-t-il une procédure pour retirer la reconnaissance de l'UNESCO ? Car il n'y a pas d'humanité dans l'antisémitisme (ou le racisme).

  • Par Paulette P. - 6/03/2019 - 13:01

    A vomir. Et à sanctionner. Sévèrement.
    Comment ne pas penser à cette propagande antisémite répugnante d'avant 40-45? La shoah n'a pas encore suffi?
    L'humour, oui, la liberté d'expression, oui, mais en aucun cas sans limite.


  • Par Titi - 6/03/2019 - 16:42

    Les responsables qui ont cautionné cette farce nauséabonde doivent être sévèrement condamnés et punis. Un bourgmestre qui tente de justifier une telle infamie est indigne d'être le premier citoyen de sa commune. Ces dérapages récurrents depuis plusieurs années devraient suffire pour que l'UNESCO revoie sa copie, et relègue ce carnaval au rang qu'il n'aurait jamais dû quitter : celui d'illustration vivante de l'esprit bête et méchant d'une frange minoritaire, mais en constante augmentation, de l'espèce humaine.

  • Par ALEKSANDROWICZ ... - 6/03/2019 - 18:25

    La parole s'est libérée en Europe et moi qui suis Français dans mon pays, chantre des droits de l'Homme etc...etc.. Effectivement si on assiste à une poussée de l'antisémitisme, on ne peux que constater que quasiment tous les regards étaient tournés vers le racisme lié au conflit israélo-palestinien et à la naissance d'un antisionisme servant de paravent utiles aux extrêmes droite et gauche.Je pense que l'on avait un peut gommer l'antisémitisme "traditionnel". La seule " consolation" est qu'avec les réseaux sociaux, les gilets jaunes et autres philosophes du Café du Commerce , on a maintenant un très large aperçu de ceux qui nous détestent. Et cela fait quand même froid dans le dos.

  • Par Danielle - 7/03/2019 - 11:20

    Shame!

  • Par Marianne Sluszny - 12/03/2019 - 1:16

    Bonjour
    Je voudrais savoir si le CCOJB compte porter plainte, contre les organisateurs du carnaval, les " auteurs " du char... et Unia... Merci.

  • Par Jean-Jacques - 11/12/2019 - 15:22

    Ce qui est particulièrement inquiétant, me semble-t-il, c'est le déni auquel on est confronté aujourd'hui, en particulier en Flandres. Des affirmations du genre: "L'extrême-droite n'existe pas, c'est dépassé" , "Il ne faut pas confondre antisémitisme et humour vachard", etc. donnent à penser qu'on ne peut plus dénoncer l'innommable... sans se faire traiter de sinistre censeur, voire d'obsessionnel dépourvu d'humour. Même le drapeau affiché par le Vlaams Belang (le lion totalement noir de la "collaboration", celui que l'on peut voir place Madoux) finit par être assimilé au drapeau reconnu légalement: cette confusion a d'ailleurs été formulée récemment à travers une intervention (agressive) de Théo Francken qui reprochait à l'organisateur d'un festival d'avoir interdit l'affichage de ce drapeau, soi-disant symbole de la Flandre,... dans des circonstances scandaleuses qu'il est inutile de rappeler ici...

  • Par ezekiel - 13/12/2019 - 9:33

    Marianne,

    Votre naïveté me surprend.
    Que fait le CCOJB à part convier nos politiciens, la plupart d'entre eux étant foncièrement anti-israéliens donc antisémites, à sa kermesse boudins annuelle ?
    Ah oui c'est vrai parfois publier des communiqués dénués de tout contenu intéressant.
    Rubinfeld reviens !!
    E.M.