Attentats de Bruxelles

Luc Dardenne : "Dans les analyses sur le djihadisme, on ne prend pas assez en compte le facteur religieux".

Lundi 4 avril 2016 par Luc Dardenne, cinéaste

Dans ce texte publié dans les Inrocks*, le cinéaste belge Luc Dardenne exprime son désaccord avec une certaine analyse de gauche disant que la radicalisation dépend de causes sociales.

Ce mardi 22 mars, j’étais avec ma fille à la maison et nous avons été sous le choc. On pense bien sûr avant tout aux victimes, à leurs proches. Après, ce qui est terrible, c’est qu’on n’est pas surpris. Il faut prendre conscience que dans notre pays se sont développés d’importants réseaux islamistes. On se doutait que Bruxelles serait un jour la cible d’attentats plus amples que l’attentat antisémite du musée juif en raison de la présence de l’OTAN et des institutions européennes. Ces attentats ressemblent à ceux du 13 novembre à Paris, ils visaient n’importe qui dans la population.

Depuis le 11 septembre 2001, je pense que nous sommes entrés dans une nouvelle guerre. Confirmée en février 2002 par l’égorgement de Daniel Pearl après lui avoir fait dire « je suis juif, fils de juif, je mérite la mort ». Des gens de gauche comme moi ont longtemps cru que la haine qui se profilait était le fait d’une petite minorité, or on voit que cette haine est très répandue et très profonde. Je ne suis pas un va-t-en-guerre mais je pense que nous sommes confrontés à une nouvelle forme de guerre, qu’il faut y répondre et neutraliser ces islamistes le plus rapidement possible.

Un jour, j’ai demandé à un responsable musulman belge, pourquoi vous ne dites pas massivement « pas en notre nom ! » et il m’a répondu que cela donnerait le sentiment que la communauté musulmane doit se justifier. Je lui ai dit que ce n’était pas la question. Au moment de la guerre d’Algérie, des milliers de Français sont descendus dans la rue pour crier « pas en notre nom ! ».

Il ne s’agit absolument pas d’accuser tous les musulmans, mais puisque ces crimes sont commis au nom de l’islam, les musulmans qui rejettent cela doivent dire en quoi leur religion n’est pas compatible avec cette violence terroriste et pourquoi cependant elle peut être revendiquée par ces terroristes islamistes. Or, les musulmans bougent encore trop peu. Dans leur communauté existe un contrôle social puissant. Je connais des musulmans qui osent parler, mais avant d’oser dire que l’on est Charlie, que l’on désapprouve sans aucune réserve tous les attentats, il faut du courage.

Dans les années 90, j’ai donné des cours dans une école de devoirs maghrébine d’un quartier populaire de Bruxelles. On ne parlait jamais d’intégration mais le but était de partager des valeurs communes. Je recevais donc des garçons maghrébins, tout se passait bien, ils disaient bonjour à ma femme, etc. Un jour, le plus grand est allé en cours à la mosquée où il apprenait l’arabe et le Coran. La semaine qui a suivi, il n’a plus désiré donner la main à ma femme et à commencer à me poser des questions qui témoignaient qu’il était pris dans des conflits de loyauté. On avait commencé à lui monter la tête, à lui apprendre que « eux, c’est pas nous »… Ce « eux, c’est pas nous » prêché dans les mosquées est un discours de haine qui après un certain temps peut déboucher sur « tue-les ».

Dans les analyses sur le djihadisme, on ne prend pas assez en compte le facteur religieux. Les imams wahhabites sont en Belgique depuis les années 60 et prospèrent depuis les années 90 prêchant dans la plupart des mosquées officielles et non officielles du pays. Très peu, disent les gens informés, prêchent le djihad, mais tous ils prêchent le séparatisme : « eux ce n’est pas nous ».

J’ai senti depuis longtemps se développer ce fanatisme religieux et c’est en cela que je suis en désaccord avec une certaine analyse de gauche disant que la radicalisation dépend de causes sociales. Ces causes sociales jouent un rôle mais pas l’essentiel : Abaoud était le fils d’un commerçant prospère de Bruxelles, un des kamikazes de Paris avait un emploi à la RATP, les membres du commando des attentats du 11 septembre étaient diplômés… Je pense qu’il faut admettre que l’endoctrinement religieux a crée un imaginaire qui se développe de manière autonome et est capable de capter des jeunes musulmans vivant dans des conditions sociales diverses. Dire que le djihadisme est causé par le chômage, c’est comme si on disait que le traité de Versailles ou le chômage des années 1930 en Allemagne étaient les premières causes de la shoah ! Le chômage est bien sûr un problème mais ne suffit pas à expliquer pourquoi on devient tueur fanatique.

J’ai peur des islamistes mais je ne suis pas islamophobe. Je n’ai rien contre la liberté de culte, j’estime normal que la religion et la culture musulmanes fassent partie des traditions européennes, mais le fanatisme islamiste n’est pas compatible avec la démocratie. Les islamistes développent une haine féroce de l’occident et les intellectuels européens, responsables publics ou leaders d’opinion qui ne prennent pas conscience de cela, qui ne parviennent pas à désigner notre ennemi, sans faire d’amalgame, ceux-là ont une responsabilité énorme.

Avec Jean-Pierre, nous avons voulu produire le film Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud, cinéaste tunisien vivant en Belgique. Le film raconte l’histoire d’un père marocain qui revient en Belgique pour enterrer son fils soi-disant suicidé, et qui découvre que le fils a été en fait liquidé par un groupe islamiste pour avoir refusé de participer à un attentat. Ce scénario a été refusé à plusieurs reprises par le CNC français et certains producteurs français au motif que le film disait « les assassins sont parmi nous ». Mahmoud, qui en connait un rayon sur sa culture musulmane, qui a connu les scouts musulmans belges qui sont à l’origine de Sharia 4Belgium, me disait « c’est dingue, ils ne comprennent pas ce qui se passe ». Nous étions en 2008.

*Propos recueillis par Serge Kaganski


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Nowak Nowak - 4/04/2016 - 15:38

    Mr.Luc Dardenne,
    peut-ètre serez-vous interessé par ma petite personne !
    Aujoud'hui , j'ai 88 ans , en 1942 ,j'en avait 15 !!!.
    Vous me trouverez dans "Google" a Herman Nowak !
    Voyez aussi a Le Soir , La Libre ! Interressant aussi , la
    vrais histoire de 'L' enfant de Noë " de E.E. Smitt .Dans le
    cas ou vous aimeriez me lire , je me ferai un plaisir de vous
    le faire parvenir .
    Avec toute ma sympathie ,
    Herman Nowak

  • Par mischka - 4/04/2016 - 17:02

    Luc Dardenne que j'ai eu le privilège de rencontrer à Lyon introduit un avis fort stimulant pour réfléchir sans parti-pris sur un problème extraordinairement complexe et que l'on ne saurait réduire à un phénomène purement social. La religion musulmane en tant qu'idéologie est (re)devenue insensiblement d'actualité - et l'on peut dire maintenant que le problème est mondial -. Evidemment, cela remet en cause les principes laïcs et républicains dans lesquels nous vivons. Et qui sont précisément la conclusion logique de siècles de luttes religieuses sanguinaires. En désignant l'ennemi occidental ("ils ne sont pas comme nous"), l'islamisme brouille volontairement les pistes. Ce n'est pas l'Europe et sa culture, ce n'est pas le catholicisme ou le protestantisme que désignent les dirigeants du fondamentalisme musulman (Frères musulmans, salafistes, wahhabites ou autres), c'est la pensée rationnelle et démocratique, humaniste et éclairée - fruit de nombreuses luttes philosophiques et idéologiques - qu'elle cherche à combattre pour maintenir les peuples dans la soumission et l'obscurantisme. Ce n'est pas un choc de civilisations. C'est un choc entre l'ancien et le nouveau. Dès qu'il y a idéologie, on doit apprendre à ne pas sous-estimer le problème. Luc Dardenne a parfaitement raison de s'interroger.

  • Par Deprez - 4/04/2016 - 17:34

    Quelle riche analyse.Merci de faire avancer ma réflexion.

  • Par cirripede - 4/04/2016 - 18:43

    Mais l'Islam EST tout à fait compatible avec cette violence terroriste. Il la demande. C'est l'éssence de l'Islam."Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus d'association, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s'ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu'ils oeuvrent."(Coran 8:39)"Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah le retour."(Coran 3:28)

  • Par Claude-Raphaël ... - 4/04/2016 - 23:01

    Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et on peut aussi s'aveugler. Seuls une partie des musulmans européens non-islamistes comprennent quelque chose à l'affaire, étant "dedans". Les européens non-musulmans qui sont "en-dehors" restent dans l'angélisme ou un partage 'cultural' idéal, qui n'est pas réciproque... L'urgence est d'éclairer ces derniers. La gauche et l'extrême gauche de nos pays ne veulent pas changer de logiciel sur le sujet. Pendant trente ans on a cheminé aussi avec "Israël versus Palestine", fragment infime des mondes musulmans...Il faudrait aujourd'hui le rappeler à tous.

  • Par Germain - 4/04/2016 - 23:32

    Bonjour ,
    Vous écrivez "le fanatisme islamiste n’est pas compatible avec la démocratie" . A l'occasion de la lecture de votre texte je réalise que le fanatisme islamiste n'est pas compatible avec l'islam en tout premier lieu . De la même manière que l'inquisition n'était pas compatible avec le christianisme ... etc , de même pour toute religion. Cette incompatibilité est difficile à réaliser à croire. Peut-être est ce cela qui freine tant les musulmans dans le rejet de ces pratiques qui tendent à leur faire endosser la responsabilité !
    Bien à vous .

  • Par Gyora GAL - 5/04/2016 - 8:55

    11.03.2018
    Le gouvernement de Charles Michel fait appel à la Coalition Internationale qui entame des frappes sur Molenbeek.

    26.05.2019
    Israël collabore avec les services belges pour le maniement des Domes de Fer installés à Woluwee St Lambert, après des tirs de Kassam opérés depuis la commune de Schaerbeek

    11.09.2020
    Une trêve renouvelable est signée entre le groupe EI pour la Reconquête (DAWICH) et les autorités fédérales belges.

  • Par Lambert Anne - 5/04/2016 - 9:33

    Merci pour cette position clairvoyante que je partage à 100 0/0 . Pourquoi les bons musulmans ne s'élèvent pas contre l'usurpation du nom d'Allah pour massacrer des hommes, femmes enfants qui sont aussi parfois des musulmans....le silence est synonyme de lâcheté , de peur et de complicité .

    Les responsables politiques belges au nom de la démocratie ont laissé prendre trop de place aux musulmans, exemple le changement du nom des périodes scolaires qui perdent la référence du berceau culturel religieux. Nous sommes en train de payer les excès démocratiques, la démocratie n'est pas accepter tout, pourquoi pas de contrôle de l'enseignement dans les mosquées? Au nom de la liberté religieuse? C'est le berceau de la haine , de l'abêtissement, de l'endoctrinement et ça commence très tôt! J'ai vu des changements chez mes élèves musulmans il y a déjà quelques années pas très ouverts au dialogue...

    Nous nous sentons impuissants devant ces explosions de barbarie...pour moi c'est une nouvelle forme de guerre imprévisible, malhonnête des fous d'Allah qui ont perdu toute forme de conscience humaine....la meilleure arme pour contrecarrer est l'amour qui est l'antidote de la peur.

    Continuez à être notre porte-parole , un prophète de notre temps pour semer le discernement et l'espérance.
    Je vous remercie et transmet votre message .
    J'ai toujours travaillé vos films avec mes élèves....toujours porteurs de tant d'humanité...révélation de la lumière à travers les parts d'ombres sombres des personnages.

    Anne Lambert

  • Par heselmans jean-marie - 5/04/2016 - 9:53

    Je suis né en 1940. En 1944, un officier nazi à posé son Lüger sur ma tempe pour forcer ma mère, résistante, à avouer qu'elle cachait des juifs. Mon rapport à des croyances politiques ou religionnaires relève d'utopies aveuglantes. Je partage votre propos. Meci

  • Par Alain Van Hecke - 5/04/2016 - 10:02

    Je ne veux absolument pas rentrer ici dans ce que dit le coran ou combien de phrophètes ont été trucidé et comment ... .J'ai eu une éducation chrétienne dans le Pays Noir puisqu'ayan véçu jusqu'à mes 21 ans en face de l'entrée de la mine.(Châtelineau) et cotoyé alors de nombreuses cultures différentes. Mais jamais je n'ai eu peur comme maintenant alors qu'il y avait beaucoup de conflits (même de vraie bagarres sanglantes entre eux) notamment à la sortie des cafés ...
    Je n'ai jamais ressenti le rejet de l'homme comme je le ressens dans une partie de la culture islamique où on met Dieu au dessus de tout et où l'homme n'est plus rien. Et ce contrairement à l'importance primordiale de l'homme et de ses relations avec les autres. A l'intérieur des galeries c'était le plus important pour travailler, avoir la sécurité, gagner sa croûte pour nourir sa famille et se soigner et donc simplement vivre ... on n'avait pas vraiment besoin de croire ... on apparaissait peut-être pauvre, on vivait peutêtre pauvrement mais toute la richesse était en nous et entre nous ... ! Voilà et depuis j'ai fait des études universaitaires, travaillé et maintenant je dessine et j'écris un peu et ....j''habite à côté de Molenbeek !

  • Par MarJac - 5/04/2016 - 12:18

    Chacun porte en soi une part d'ombre. Remarque facile et connue sauf que cette part d'ombre est exploitée par des boutes-feu qui l'exacerbent, la manipulent et s'en servent. Il faut les chasser, les trouver et les éliminer. Les cités avec leurs nombreuses désillusions et conflits sont le terreau de ces abjections. La religion n'est qu'un prétexte, le vecteur dont se servent les manipulateurs pour fixer le malaise sociétal et spirituel dont souffrent beaucoup de jeunes. Fut pas si loin que ça, et toujours d'actualité d'ailleurs, le problème des sectes qui recrutent sur le même principe : donner un but à des gens paumés, fragiles et en manque de projet.

  • Par Anne-Marie Talon - 5/04/2016 - 14:25

    Merci pour ce beau temoignage que j'approuve totalement.

  • Par Alain Grandperret - 5/04/2016 - 14:33

    Il faut absolument faire en sorte que ce document soit très largement diffusé, car il éclaire de façon explicite et raisonnable le comportement de certains hommes victimes de leur croyance ! Aux secours Voltaire ! Et vive la Laïcité ....!

  • Par c. cusumano - 5/04/2016 - 15:06

    Je vous rejoins M. Dardenne. Cependant, il serait naïf de croire qu'il y a une seule raison au terrorisme. Il y a un faisceau de pistes qui s’entrecroisent : le culte religieux, le discours social ambiant, la société de consommation, la toute-puissance du paraître et non de l’être, la reconnaissance de chacun, la relation à l’autorité (ou à ce qui fait autorité), etc. L’avantage de cette lecture réside dans la diversité des actions possibles pour amener du changement ! Nous avons tous notre pierre a apporté à l’édifice…l’enjeu est de la jouer « collectif », beaucoup ne connaissent plus le vrai sens de ce mot.

  • Par Mauro Soldani - 5/04/2016 - 15:38

    Luc Dardenne semble ignorer que TOUTES les religions, en particulier la religion israélite, sont basées sur le "eux, c'est pas nous"! ... J'invite ceux qui sont tentés de stigmatiser une religion plus qu'une autre, de considérer cette analyse, pertinente celle-ci, de Alain Badiou. http://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/alain-badiou-penser-les-meurtres-de-masse

  • Par Jadot - 5/04/2016 - 16:55

    Merci pour cette analyse. la culture est plus visionnaire que le monde politiques et les décideurs politiques.

  • Par Willy lermer - 5/04/2016 - 18:43

    Enfin un belge àvec des couilles qui dit la vérité. Bien-sûr que l'idee que le djihadisme à une cause sociale vient d'une incompréhension de la gauche par rapport à l'islam. Le djihad ét la violence sont l'essence même du Coran (que la gauche ne se donne pas la peine de lire). Si les occidentaux lisaient le coran, îl ne poseraient plus aucune question....

  • Par rivka yahich - 5/04/2016 - 22:15

    je suppose que vous connaissez déjà le livre de Jean Birnbaum " un silence religieux, la gauche face au djihadisme". Sinon, je pense qu'il vous intéressera! Il abonde dans votre sens.

  • Par Françoise Boyer - 5/04/2016 - 22:52

    Tout à fait d'accord, cette manière de s'aveugler et de penser que nous, européens sommes responsables de la montée en puissance de l'islamisme radical est un trouble du jugement qui nous fait beaucoup de tort, c'est un déni de la réalité. Heureusement, quelques musulmans honnêtes commencent à le dire et grâce à eux, nous allons savoir juguler le danger.

  • Par kalisz - 6/04/2016 - 8:16

    100 % en accord avec cette analyse, qui dit, haut et clair, la vérité.
    Une fois de plus, il faut souligner le courage des Dardenne, qui savent remettre en question les logiciels marxistes et ceux des révolutionnaires de salon.
    Merci pour ce texte.

  • Par Jebari khalid - 6/04/2016 - 9:16

    Je ne suis qu'à moitié d'accord avec cette analyse. Il est un fait que la situation socio-économique ne peut être invoquée à elle seule pour expliquer de manière exclusive ce radicalisme de même que le facteur religieux est à considérer sérieusement pour en comprendre les mécanismes. C'est la formule "eux c'est pas nous" qui me gène. Parce qu'il est un fait que, pour chacun de nous, l'autre n'est pas moi, même s'il y a en moi des moments où je rencontre l'autre et inversement. Nous avons tous une identité avec des valeurs, des comportements qui nous caractérisent,sans pour autant que cela remette en question l'intégrité de l'autre. C'est à partir du moment où justement cette intégrité de l'autre est remise en question que l'on peut parler de problème . C'est à partir du moment où "il n'y a plus de l'autre en nous", où "l'autre n'est plus seulement -pas nous- mais qu'il n'est plus rien, ni un homme, ni un être vivant, juste un ennemi à abattre, sans aucune valeur, ni aucune intégrité", c'est à partir de là que l'on peut parler d'extremisme. Un jeune homme aux identités multiples qui découvre des traditions issues de ses racines et se retrouve aux prises avec lui-même dans un conflit identitaire interne... C'est le processus par lequel passe naturellement chaque jeune issus de l'immigration pour se construire. Évidemment je peux comprendre que ça puisse choquer qu'un jeune décide de ne plus donner la main à une femme (ou une jeune femme donner la main à un homme) pour reprendre le cas cité par l'auteur... Mais je pense qu'il s'agit d'une question périphérique que l'auteur soulève plus, pour moi, justement parce que ça choque l'occidentale, et qui relève plus d'une incompréhension réciproque au sujet d'un comportement caractéristique. Il s'agit bien de définir le phénomène du radicalisme... A partir de quand et qu'est ce qui fait qu'on puisse qualifier un comportement de radicaliste. Un comportement caractéristique religieux suffit il vraiment à le classer dans cette case parce qu'alors nous aurions un réel problème. Le radicalisme, au delà de ses explications multiples, trouve également racine dans une attitude qui consiste à promouvoir l'acte d'obéir simplement, d'obéir sans réfléchir, parce qu'il faudrait obéir. Alors que l'histoire de la religion se construit sur les interprétations divergentes et diverses de nombreux hommes et femmes à travers elle. S'il y a une réforme à faire chez les religieux c'est celle là. Celle de reprendre à bras le corps la lecture de leurs références sans aucun tabou. De la même façon il y a une distinction à faire entre le radicalisme et ses effets néfastes sur l'intellect... et le terrorisme. Il ne s'agit pas de la même chose d'autant que l'un n'explique pas forcément l'autre,...

  • Par Frere - 6/04/2016 - 9:51

    Ceci n'est pas du cinéma ...

  • Par Marc Rayet - 6/04/2016 - 10:40

    En tant qu'homme de gauche, je ne peux qu'approuver les propos de Luc Dardenne. Sur ce thème de l'aveuglement, de l'incompréhension coupable de la gauche face au fait religieux, il faut lire le livre récemment paru de Jean Birnbaum (responsable du Monde des Livres), Un silence religieux (bis repetita: je vois qu'un commentaire ci-dessous le mentionne aussi)Au témoignage de Luc je voudrais ajouter ceci. En 2009, dans le cadre de l'année internationale de l'astronomie, j'ai donné une conférnce sur l'astronomie dans une école communale de la rue de Ribaucourt (au coeur de Molenbeek). Ce que j'ai pu voir du quartier en y garant ma voiture m'a inquiété, depuis l'homme agé, barbu et en djellaba qui m'a invité à stationner dans un endroit improbable en me laissant entendre que c'est lui qui "controlait" la rue, jusqu'aux grosses 4x4 rutilantes conduites par d'autres barbus, jeunes ceux-là. Par contre je garde le lumineux souvenir de ces enfants de 9-10 ans, intelligents, avides d'apprendre, et de cette jeune directrice d'école, d'origine marocaine, en jeans et bien entendu non voilée, qui me confiait ses difficultés à tenir le cap de son école sur la marée communautariste et religieuse de son quartier.

  • Par Christian - 6/04/2016 - 11:30

    Pour faire un film il faut être bien documenté.... l' analyse est pertinente.

  • Par ELIAT-ELIAT - 6/04/2016 - 12:19

    Un musulman, Shahrour, dit la même chose en quelque sorte :
    http://souriahouria.com/slam-et-haine-dautrui-par-dr-muhammad-shahrur-traduit-de-larabe-par-marcel-charbonnier/
    Le problème dans le Coran, c'est la division du monde en deux : les bons et les mauvais. De là vient toute violence. Ce qui sauve l'Occident coupable de tant de crimes, c'est de sans cesse se considérer comme imparfait

  • Par Dosias daniel - 6/04/2016 - 12:24

    Tout ceci est vrai ! Le salafisme prisonnier du wahabisme saoudien gagne du terrainchez les jeunes musulmans ! Il faut exiger le respect de la laicite et ne pas hesiter a fermer des mosquees, renvoyer des imams, ne plus financer les ecoles musulmanes qui enseigne le salafisme ! Sin'on il u aura encore plus d'horreur! Essayez de vous exprimer dans un pays musulman ... Votre vie sera en danger

  • Par liliane staner - 6/04/2016 - 12:45

    Je suis entièrement d'accord. L'islam n'est pas compatible avec la démocratie, n'est pas compatible avec l'égalité femmes-hommes, n'est pas compatible avec nos valeurs occidentales et notre manière de vivre. Certains veulent nous imposer la charia par la force ! Il existe d'ailleurs à Bruxelles, un parti " ISLAM" qui a remporté lors des dernières élections communales, un certain succès puisque des conseillers communaux ont été nommés. Lorsqu'il a été interrogé par un journaliste, un élu de ce parti a dit : "nous voulons instaurer la charia en Belgique, cela pourra prendre peut- être 100 ans, mais nous y arriverons " Qui de nos décideurs politiques , de nos faiseurs d'opinions ont lu le Coran ? fréquentent-ils les magasins spécialisés où l'on peut se documenter et se faire une opinion personnelle au sujet de cette religion . De multiples ouvrages nous éclairent sur le but final, de cette religion qui présente des aspects ahurissants. Elle doit seule dominer le monde, et tout mécréant ( même un chiite ! ) doit être soit converti, soit éliminé.

  • Par Un citoyen - 6/04/2016 - 13:01

    Monsieur DArdenne, oublie que ce n'est pas le chômage qui est visé dans la raison sociale mais l'exclusion de l'immigré qu'on subit et que subit les parents de ces jeunes et eux même dans leur quotidien et ce n'est pas une question de religion mais de refus du français d'accueillir ses immigrés. En France un étranger de nationalité française restera l'étranger.

  • Par R. Dernier-Pirotte - 6/04/2016 - 14:51

    Merci, merci...osez dire (écrire dans les INBROCK, chouette!) ce que nous craignons profondément; suggestion à tous vos lecteurs écoutez, lisez toutes les interviews de Chadorth Djawann...se rappeler qu'en moins de 4 mois Khomeiny a réussit (1979) a créer un état totalitaire islamique d'une violence incomparable contre son propre peuple...alors "nous" ne ferons jamais le poids...c'est trop tard!

  • Par Jean de la lune - 6/04/2016 - 15:22

    En effet le facteur religieux a trop longtemps été minimisé par rapport aux facteurs socio-économiques.
    Mais ce "pas en mon nom" demandé aux seuls musulmans me parait contre-productif...

    Bien sûr, les vraies racines de l’embrigadement de ces jeunes sont à chercher dans l'interprétation millénariste et littéraliste du coran et de la sunna par les prédicateurs islamistes : Quand on s'auto-persuade que l'apocalypse et la venue d'un sauveur sont imminentes, l'Autre n'est plus qu'une simple entrave sur le chemin de la vérité.

    Mais, des colons millénaristes de judée-samarie aux salafistes rigoristes d'Arabie Saoudite en passant par les télé-évangelistes américains ou les catholiques révisionnistes, tous puisent leurs arguments messianiques à la même source.

    Alors "Pas en mon nom", c'est l'affaire de tout croyant, pas simplement des musulmans, cela doit passer par une condamnation de TOUT les discours eschatologiques qui veulent imposer à leurs coreligionnaires, mais aussi aux laïcs, une explication littéraliste du passé et de l'avenir de l'humanité.


  • Par hubert mestrez - 6/04/2016 - 19:04

    Je partage entièrement le point de vue de Monsieur Dardenne. Enfin il est encourageant de voir que l'on commence à oser nommer les choses et sortir de l'angélisme tout en continuant d'affirmer notre volonté de continuer à vivre ensemble

  • Par claude scemla - 6/04/2016 - 19:36

    Analyse très fine, lucide, responsable et courageuse! Combien de temps cela prendra t'il pour que l'on ose tenter de type d'analyse sans avoir peur de ne plus être dans le camp de cette satanée bienpensance qui dispense de réfléchir..

  • Par Lucrèce SANSONETTI - 6/04/2016 - 20:10

    Je vous rejoins complètement dans votre réflexion !

  • Par Larry Moffett - 7/04/2016 - 0:03

    "Au moment de la guerre d’Algérie, des milliers de Français sont descendus dans la rue pour crier « pas en notre nom ! »"

    Comparaison peu pertinente. Lorsqu'un gouvernement élu par le peuple commet une injustice au nom de l'Etat, les citoyens ont le devoir de s'y opposer. Lorsqu'une minorité de fanatiques commet un acte terroriste au nom de leur propre conception pervertie de l'Islam, les millions de personnes qui pratiquent cette religion de manière pacifique n'ont pas l'obligation de clamer leur innocence.

  • Par Jean-François Enault - 7/04/2016 - 12:48

    Tout à fait d'accord avec vous M. DARDENNE.
    Citoyen français (horrifié parce qui est arrivé à Bruxelles), j'enrage de voir une certaine gauche (extrême ou au PS) parler sans arrêt de malaise social, de discriminations pour expliquer la chute dans le djihadisme de certains jeunes Français (ou Belges) issus de l'immigration. C'est en effet une utilisation radicale de l'Islam qui est en cause et un certain "racisme" qui désigne les "gaulois", les juifs comme des ennemis. Ayant participé à la manifestation à Paris après l'attentat contre Charlie Hebdo et le supermarché kasher, j'ai vu très peu de français issus de l'immigration dans le cortège. Sans doute beaucoup d'entre eux n'étaient pas si tristes que cela de voir des auteurs de blasphèmes éliminés... Que penser aussi de ces jeunes filles et jeunes femmes issues de l'immigration maghrébine qui depuis quelques années seulement ont décidé de marquer leur différence en se voilant ou en s'enfoulardant ? C'est une phénomène récent et on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a là une sorte de solidarité avec les régimes musulmans les plus rigoristes. En ces périodes d'attentats, c'est mal venu et mal reçu par la population. Ce qui fait les choux gras du FN : le slogan "on est chez nous !" repris dans ses meetings.
    Et puis, nous sommes un pays laïc, je n'apprécie pas que certaines personnes arborent leur religion aussi obstensiblement. Je veux avoir à faire à une personne face à moi, pas un musulman, une mulsumane. La religion est du domaine de l'intime : je ne sais pas la plupart du temps si la personne en face de moi est croyante ou non. Ce n'est pas mon problème. Avec le foulard, j'ai l'impression qu'on met une distance avec moi... Je suis musulmane, c'est ce qui me définit d'abord... Pourquoi ?
    Et puis, cela me semble une insulte à toutes ces femmes qui, en Iran, en Afghanistan, sont obligées de se voir ainsi cachées. Certaines voudraient sûrement se débarrasser de cette humiliation. Et nos petites "beurettes" s'amusent à se cacher les cheveux pour marquer keur différence !
    Merci pour votre intervention, M. DARDENNE

  • Par SOLÉ Jean - 8/04/2016 - 9:34

    Vous avez tout à fait raison. la gauche commet beaucoup d'erreurs d'appréciation.

  • Par Rio - 9/04/2016 - 18:03

    Tout à fait d'accord avec les arguments de Monsieur Luc Dardenne et j'ajouterai que j'ai déjà lu et entendu "qu'ils doivent faire tout pour conquérir le monde ! " Que le "Vrai" doit convertir l'épouse et enfants, puis les voisins ensuite les habitants de sa rue, puis de la ville et enfin tout le pays et enfin le monde, c'est pour ça qu'ils veulent être présents partout.

  • Par Coralie Meunier - 10/04/2016 - 0:51

    « les scouts musulmans belges qui sont à l’origine de Sharia 4Belgium »...

    Quel délire !

    Comme ce fantasme de l'invasion des "wahabites"... Les quelques imams haineux ont été écartés à la suite de la surveillance par la sûreté de l'état et un seul était saoudien.

    On n'a jamais trouvé un seul prétexte pour fermer la Grande mosquée.

  • Par Nicole Allio - 21/04/2016 - 13:28

    Excellence analyse de a situation. L'islamophobie n'existe pas. Il est parfaitement rationnel de craindre l'Islam et ses débordements naturels prescrits dans le Coran.

  • Par Valérian Charloteaux - 29/04/2016 - 17:54

    Meh.

    Monsieur Dardenne oublie que si a gauche on donne dans le "padamalgame" (Pour citer nos "amis" d'extrême droite...), à droite on fait dans l'exclusion économique autant que communautaire. Ce qui fait le terreau des fondamentalistes de tout poils, qu'ils soient musulmans, Chrétiens, ou autres...

    Ironiquement, il oublie peut-être de pointer du doigt le fait que notre dépendance économique au pétrole nous empêche d'intervenir directement auprès de ceux qui soutiennent le wahabisme au moyen orient et qu'a terme, une guerre directe menée disons, au Qatar, ou a l'Arabie saoudite, ruinerais l'occident.

    Pour finir, il ne faut pas négliger un fait, c'est que l'Islam actuel est un bordel religieux aussi dingue que mettons, la foi chrétienne avec toute ses variantes (Luthériens, méthodistes, Catholique, Orthodoxe, Anglicans, etc...) et qu'une réaction de groupe est virtuellement impossible en l'état.

  • Par José Brouwers - 4/06/2016 - 12:17

    Bravo pour cette analyse lucide et sincère qui vient d'un cinéaste de talent en prise directe dans son oeuvre avec notre époque, ses dérives, ses espoirs. Bravo.

  • Par Eric DEROISY - 7/06/2016 - 12:00

    toute cette merveilleuse analyse se base sur la religion, l'argent, la puissance sont totalement ignoré, l'époque et l'état de développement intellectuel aussi, tiendriez vous le même discours si vous viviez au temps des croisades ou celui de la St Bartélémy ou plus près l'air coloniale?
    Régner par la terreur, qu'elle soit produite par la force, la persuasion ou encore par l'hypocrisie.
    Relisez si vous l'avez déjà lu l'histoire du Vieux de la Montagne de ce chiite Hassan Ier et de ses successeurs et cherchez qui est actuellement l'Hassan Ier d'aujourd'hui, vous seriez peut-être fort étonné de sa personnalité !

  • Par Jean Pierre Bigot - 23/07/2016 - 20:11

    J'ai personnellement vécu une expérience analogue avec une famille musulmane, réfugiés politiques Tchétchènes, une mère et ses trois filles dont toute le reste de la famille avait été tué lors de la guerre. Au début elles étaient bien intégrées, habillées à l'européenne et très sympas. J'ai même donné des cours d'arithmétique à la plus jeune des filles, âgée de 10à 12 ans et ce à la demande de sa maman..... Puis s'installa une mosquée et les enfants l'ont fréquenté ! Quelques temps après : Voile, burqua malgré l'interdit, habillées en noir .... et plus jamais de contact ...... Puis on a fermé la mosquée pour propos " ....." !

  • Par mohammed hida - 24/07/2016 - 13:22

    je suis d'accord avec son analyse,,,, mais y a aussi un autre facteur qui rentre en ligne,,,le conflit ( palestine-israel ) 2 poids..2 mesures, est ça touche bcp de gens , je suis pour les no-imams wahhabites , faut des imams typiquement belges,,avec nos valeurs belges,

  • Par Daniel Hicter - 24/07/2016 - 18:49

    Tout-à-fait d'accord. En 1972, l'arrivée des frères musulmans a amené à la fermeture de l'école ou j'enseignais à Bordj-El-Kiffan, en Algérie. J.M. Boeglin, un des dix porteurs de valises et fondateur de cette école du TNA me conseilla vivement de rentrer en Europe, ce que je fis.Trois mois plus tard, l'école fermait ses portes durant plusieurs années. Personne ici ne voulait comprendre "on est de gauche! Ils ne vont faire une guerre civile !". Cependant en 1992...

  • Par ketelslegers - 24/07/2016 - 21:39

    bravo Monsieur Dardenne , je partage votre avis sur cette question

  • Par Marie - 25/07/2016 - 9:53

    Mr Dardenne parle avec courage et sensibilité. Nous entrons dans une guerre sans merci mais les assaillants n'ont personne en façe sauf des peuples qui ne sont pas au courant qu'ils vont etre tués parce que les gouvernants ne nomment pas avec précision celui qui a déclaré la guerre! D'où un ennemi avec des armes incongrues tel un camion ! Mais qui est cet ennemi ? Un terroriste salafiste? Un pauvre fou? Un égaré rescapé des quartiers communautaristes? Un chômeur? Un récidiviste avec un casier long comme la trompe d'un éléphant? Oui mais pas seulement ! Et il faut aussi ajouter que le vivre ensemble n'a plus lieu d'être! Pourquoi? Parce que nous n'avons pas ou plus les mêmes valeurs. La religion d'islam comme beaucoup d'autres religions d'ailleurs n'acceptent pas notre mode de vie. Et il est inconcevable que nous ne vivions pas avec les préceptes de Dieu quelque soit le nom que l'on lui donne! Je voudrais pouvoir dire vivons ensemble et acceptons nous! Mais eux ne nous acceptent pas et c,est ce qui donne à une poignée d'hommes et un jour de femmes les moyens de nous tuer. La solution est de former les imams dans nos pays respectifs et de leur faire admettre que nous sommes différents. Que la laïcité n'est pas un gros mot !

  • Par Laffineuse - 25/07/2016 - 14:45

    Certes le facteur religieux est à prendre en considération mais les actions violentes et meurtrières commises en France et en Allemagne témoignent d'autres réalités qui renvoient à la condition sociale et psychologique des auteurs même si certains peuvent se réclamer, pour la plus grande satisfaction de DAESH de l'Islam radical... D'une certaine manière ces derniers ont gagné, ils on installé la peur, l'angoisse, la méfiance de l'autre et ainsi cassé nos solidarités. Les moyens que nous consacrons à la sécurité et à là défense sont perdus pour l'éducation et la culture. Ce ne sont pas les fiches S et les mesures prises lors de la proclamation de l'état d'urgence qui gommeront les différences entre ceux qui ont l'accès à la culture, à la communication et au pouvoir et la très grande masse de ceux qui ne savent plus trop qui croire...
    L'exemple turc est là pour nous démontrer que la démocratie est fragile qu'elle soit brisée par l'armée ou par un Président qui frappe à la porte de l'Europe et emprisonne par dizaine ou centaine de milliers ceux qui s'opposent à lui.

  • Par Pierre Delmotte . - 1/10/2016 - 21:53

    J'adhère à ce texte .
    Islamophobie = peur raisonnée ou irraisonnée de l'islam ; la peur raisonnée de l'islam est légitime , il suffit de lire le Coran , quelques hadiths , la biographie de Mahomet . En parallèle , il faut lire aussi l'Histoire de l'expansion de l'islam dans le monde ainsi que l'actualité .