Au CCLJ

Un islam pour les jeunes

Mardi 21 mars 2017 par Michel Gheude

Le livre de Hicham Abdel Gawad, Les questions que se posent les jeunes sur l’islam, sous-titré « Itinéraire d’un prof », raconte comment l’auteur est passé de sa foi naïve d’enfant musulman à un diplôme d’islamologie labélisé UCL avec la plus grande distinction, avant de s’aventurer sur le terrain périlleux d’un cours de religion dans des écoles « à problèmes ». Il viendra présenter son ouvrage au CCLJ le mercredi 29 mars 2017 à 20h.

 
Sur le même sujet

    Hicham Abdel Gawad veut décortiquer les clichés « islamophobes » qui voient dans l’islam une religion simpliste et outrageusement dogmatique. Et nous initier dans le même temps à une lecture plus subtile, à une réflexion plus exigeante sur les textes, sur la langue, sur l’histoire et sur la place du fait religieux dans nos sociétés.

    Gawad raconte donc d’abord son parcours personnel, celui d’un enfant élevé dans la religion musulmane qui découvre le Coran à 16 ans, lecture qui le plonge dans un océan de questions sans réponse. Avant de découvrir les hadiths, de lire des livres salafistes, de dialoguer sur des forums et de rencontrer au détour de débats enflammés quelques approches critiques qui lui donnent envie de creuser. Au point de s’inscrire à des cours d’islamologie, celui de Guillaume Dye à l’ULB, puis du CISMOC à l’UCL. Son master en bandoulière, il devient professeur de religion islamique. Et ses élèves, Gawad les aime. Il consacre quelques pages à les défendre bec et ongle contre une société surtout sensible à leur indiscipline et à leur incivilité. Lui s’intéresse à leurs questions. Elles ressemblent évidemment à celles qu’il se posait à leur âge. Et elles ressemblent aussi beaucoup à celles que les non-musulmans se posent à partir des connaissances rudimentaires qui sont les nôtres concernant l’islam.

    A partir de là, le livre s’envole. Comment Jonas a-t-il survécu dans le ventre de la baleine ? Un homme peut-il frapper sa femme ? Peut-on prouver l’existence de Dieu ? Ma mère est chrétienne, est-elle condamnée à l’enfer ? Le prophète a-t-il vraiment épousé une fille de 9 ans ? Chaque question émane d’un Mehmet ou d’une Yessine en pleine adolescence. Chaque réponse exige de longs détours. Et Gawad s’y emploie avec patience et amour. Pas question de botter en touche. Pas question de s’abriter derrière quelque artifice que ce soit. Il est croyant et prend soin de ne pas heurter la foi de ses élèves. Mais il n’est pas bigot. Le savoir ne se soumet pas au croire, le croire se nourrit de savoir. Le Coran est certes la parole de Dieu, mais c’est une parole qui n’a pas été mise par écrit du jour au lendemain. Le texte a une histoire. Comme tous les textes du Moyen-Age, il n’est pas sans interpolations. Ecrit au 7e siècle pour des tribus arabes, certains passages ne se comprennent qu’en fonction du contexte historique. D’autres ont été interprétés plus tard selon un autre contexte. Beaucoup se comprennent mieux si on ne les lit pas littéralement, mais de manière symbolique. Quant aux hadiths, témoignages de la vie du prophète, ils sont sujets à caution et précaution puisqu’écrits plusieurs siècles après sa mort. Gawad nous initie ainsi à la lecture historico-critique du texte sacré et ce faisant, fait un pari : « Les jeunes musulmans d’aujourd’hui ne sont pas les dévots de demain, mais les questionneurs de demain ». Il fait de la foi non celle du charbonnier, mais un acte de confiance : « Là où la science produit du savoir et la philosophie du sens, la religion doit produire une promesse ; la promesse d’un futur dans ce monde que l’on souhaite plus lumineux et la promesse d’une victoire de la vie sur la mort, en opposition directe avec la violence terroriste ». Les élèves font parfois les yeux ronds, mais manifestement saisissent la perche qui leur est tendue. Ce sont des jeunes d’aujourd’hui habitués à critiquer et à ne pas accepter les dogmes et les injonctions, sans rien remettre en question. S’approprier leur religion, interroger la tradition, s’autoriser des interprétations personnelles fait totalement partie de leur culture. Et de la nôtre. Le pari n’est peut-être pas gagné. Mais si nos jeunes musulmans rencontrent quelques Gawad, il peut l’être.

    Hicham Abdel Gawad, Les questions que se posent les jeunes sur l’islam, itinéraire d’un prof. Préface de Rachid Benzine. Ed. La Boîte à Pandore. 

    Infos et réservations : 02/543.01.01 ou info@cclj.be


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Michael U. - 27/03/2017 - 21:18

      C'est une excellent livre que je recommande aux lectrices et lecteurs de Regards ! Très instructif.