Incitation à la haine

L'importation du conflit version bruxelloise

Vendredi 16 octobre 2015 par Nicolas Zomersztajn

Alors que les attaques au couteau se multiplient à Jérusalem, c’est avec cette photo violente que Nordine Saïdi, ce militant actif de la cause palestinienne à Bruxelles, exprime aujourd’hui son soutien aux Palestiniens sur sa page Facebook.

 
Sur le même sujet

    « Soutien total à la résistance du peuple palestinien. Depuis les geôles israéliennes où les prisonniers mènent des grèves de la faim, en passant par Jérusalem où les habitants protègent leur patrimoine et leurs lieux saints, jusqu’aux jets de pierres et aux coups de couteaux qui défient aujourd’hui les forces d’occupation sionistes, les Palestiniens poursuivent un combat que nous honorons, celui de la justice et de la libération ». (Posté le 16 octobre 2015)

    Si la photo illustrant ce post Facebook n’est pas une incitation à la haine, on peut se demander ce que signifie cet appel. Car le couteau que le co-fondateur du Mouvement Citoyen Palestine brandit fièrement, dans le corps de quel individu va-t-il le planter ? Des sionistes évidemment, et de tous ceux qui les soutiennent.

    Mais comme dans la novlangue de Saïdi, un des soutiens le plus actifs de Dieudonné en Belgique, le terme « sionisme » relève d’une interprétation très large, on peut légitimement s’attendre à ce que certains prennent au premier degré cet appel au meurtre et cherchent à faire saigner du sioniste, de l’Israélien et du Juif.

    Dans une mouvance où les Juifs sont présentés à des sionistes inféodés à Israël, on imagine sans peine des tentatives de passage à l’acte.

    N’est-ce pas Nordine Saïdi qui a tenté en octobre 2010 d’empêcher violemment de parler le directeur de publication de Regards, Joël Kotek, donnant une formation sur l’antisémitisme au Centre communautaire maritime de Molenbeek dans le cadre d’une rencontre interculturelle. Tapant sur les volets du centre communautaire, ils éructaient les slogans suivants : « Kotek, casse-toi, des sionistes, on n’en veut pas » et « Kotek assassin ». Nordine Saïdi n’hésite pas non plus à qualifier Joël Kotek de « raclure sioniste » sur d’autres pages Facebook.

    Espérons qu’il n’y aura pas encore quelques hérauts stupides de la liberté d’expression pour nous dire que tout cela n’est que du second degré à ne pas interpréter littéralement. 


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Nick - 17/10/2015 - 15:17

      Comme le disait Michel Audiard, "les cons ça ose tout etc"... Pathétique.

    • Par Jan Hoet - 20/10/2015 - 11:07

      Nordine Saidi ( ex. MRAX) Le frere de Fatiha Saidi membre du PS.


    • Par Jan Hoet - 20/10/2015 - 12:34

      Est ce que Fatiha Saidi / PS a condamner cette "action/communication" de Nordine Saidi?

      Quid la RTBF, RTL , Le Soir, La Libre

    • Par Vandervée - 20/10/2015 - 12:39

      Mais pourquoi donc, une formation sur l’antisémitisme, dans cette commune et pas une autre ?
      Est-ce réellement un thème proche des préoccupations de ses habitants ?
      J'appelle cela une déplorable ouverture de banquet aux idioties…

      Effectivement, invitée, elles ne sont pas longue à trouver...

    • Par Philippe Sallcr... - 21/10/2015 - 14:55

      c'est bien dommage de voir des radicaux religieux extremistes recevoir par piston politique des emplois dans des institutions publiques ou des ASBL subventionnées avec l'argent public, nous mettons à disposition un outil performant aux mains de nazislamistes, alors que le MRAX a été fondé par des anciens résistants de 40/45, justement pour lutter contre des individus de ce genre. Que s'est-il passé pour que cette ASBL soient infiltrées et contrôlées à ce point par des gens dangereux pour les valeurs démocratiques ?
      Dans quel parti politque faut-il rentrer pour inverser la tendance ?
      Phisal

    • Par candide - 21/10/2015 - 17:47

      Beurk! beurk! beurk!

      En effet ce n'est pas suffisant de pointer du doigt cet idiot criminel mais plutôt d'interpeler les medias qui ferment les yeux, les politiques qui laissent passer au nom de quoi? des fameux accommodements combien dé-raisonnables.