Etat islamique

"Il faut cesser de dire que l'Etat islamique (Daesh) ce n'est pas l'islam"

Mardi 17 novembre 2015 par Nicolas Zomersztajn
Publié dans Regards n°829

Pour Xavier Luffin, professeur de littérature arabe à l’Université libre de Bruxelles (ULB), les musulmans doivent se demander pourquoi le texte coranique peut être si souvent utilisé pour revendiquer des actes meurtriers et cesser de s’enfermer dans des schémas victimaires qui sont encore repris suite aux tueries de Paris du 13 novembre 2015.

 

Quel regard portez-vous sur cette réaction musulmane selon laquelle la violence de l’Etat islamique n’a rien à voir avec l’islam ? Xavier Luffin : Cela nous renvoie à un problème récurrent dans le monde arabo-musulman : le refus d’assumer la part de responsabilité des maux qu’il connaît et une grande propension à souligner la responsabilité de l’autre, que ce soit l’Occident, Israël ou le monde chrétien. On voit bien qu’il existe une réelle difficulté à assumer une responsabilité dans son propre chef, même quand un parallèle peut être établi. Ainsi les conquêtes coloniales et l’esclavage ne seraient des questions que seul l’Occident doit assumer, alors qu’on trouve des phénomènes similaires dans l’histoire arabo-musulmane. Outre les facteurs historiques qui expliquent cette incapacité d’assumer, il y a aussi des facteurs religieux. Le Coran étant considéré par les musulmans comme un texte révélé, le texte ne peut donc être remis en question. Or, le Coran contient des passages problématiques, et notamment belliqueux. Par ailleurs, ces passages sont utilisés par les extrémistes religieux et les propagandistes de l’Etat islamique. Il faut bien comprendre que ces passages existent. On peut certes décider de les expliquer, et c’est ce que font les exégètes du Coran. Mais le problème, c’est que bien souvent ce travail d’exégèse est trop proche du sens littéral du texte. Je n’ignore pas non plus les approches visant à replacer ces passages problématiques dans un contexte historique bien précis remontant aux périodes conflictuelles de l’expansion de l’islam au 7e siècle. En réalité, on trouve de tout dans ces approches exégétiques et il n’existe aucune hiérarchisation. Personne n’indique clairement quel texte il faut suivre ni celui qu’il faut abandonner une fois pour toutes. Les musulmans se retrouvent donc avec un discours qui n’est pas suffisamment remis en question. Il est donc urgent que les musulmans s'interrogent, se demandent pourquoi le texte coranique peut être si souvent utilisé pour revendiquer des actes aussi violents que les tueries de Paris.

Cela signifie-t-il que l’Etat islamique n’est pas un repère d’ignorants des sources coraniques ? X.L. : Tout à fait. Il faut cesser de dire l’Etat islamique (Daesh), ce n’est pas l’islam. Il suffit d’écouter les discours et les prêches d’Abou Bakr al-Baghdadi ou d’autres responsables de cette organisation pour comprendre qu’ils ont une bonne connaissance des sources coraniques. L’Etat islamique publie sur internet une revue en anglais, Dabiq, et même en français, Dar al-Islam, dans laquelle l’ensemble des articles sont truffés de références au Coran, à des Hadith, et à un nombre considérable de penseurs particulièrement conservateurs comme Ibn Taymiyya ou Mohammed Ben Abdelwahhab, le fondateur du wahhabisme. Ces textes sont cités avec les références de la même manière qu’un article pour une revue scientifique occidentale. On ne peut donc pas du tout affirmer que ces gens ne connaissent rien aux textes coraniques qu’ils citent abondamment.

Que faut-il faire alors ? X.L. : Commencer par entamer un travail critique au sein même de l’islam. Car lorsqu’on entend les réactions musulmanes actuelles selon lesquelles ce ne sont pas des vrais musulmans qui ont commis ces actes ou que ce n’est pas l’islam, cela reviendrait à dire que ce ne sont pas les Etats-Unis qui ont mené la Guerre au Vietnam parce que ce n’est pas cela les vrais Américains, ou encore que le Congo n’a pas été colonisé par les Belges parce que ce n’est pas cela la vraie belgitude, etc. Il y a un moment où un groupe humain, quel qu’il soit, doit pouvoir dire qu’il assume la responsabilité des actes commis par les siens au nom des références dont se revendique l’ensemble du groupe, même si ces références ne sont pas claires. C’est un travail que les musulmans doivent aussi entreprendre, sinon ils resteront enfermés dans ce discours de la victimisation et de la déresponsabilisation. Quand on regarde de nombreux discours de prédicateurs musulmans vivant en Europe, on s’aperçoit qu’ils ne remettent nullement en cause des passages belliqueux du Coran.

Des tentatives d’approches critiques ont pourtant été initiées… X.L. : Oui, mais elles posent deux problèmes majeurs. Tout d’abord, ces réouvertures de la tradition exégétique du Coran depuis le début du 20e siècle, comme celle de Mohammed Arkoun, sont certes très intéressantes, mais elles restent prisonnières du texte. Puisque le Coran est censé être une parole divine révélée, elles doivent tenter de critiquer le texte sans pour autant l’invalider, ce qui est un exercice périlleux. Mais cette explication critique est toujours littéraliste. Le deuxième problème de ce mouvement de pensée réside dans son impact réel. Ces nouveaux penseurs de l’islam existent bel et bien, ils publient énormément par ailleurs, mais leurs travaux sont surtout lus par des intellectuels occidentaux ou par une frange marginale d’intellectuels du monde arabo-musulman. Ainsi, je n’ai jamais entendu un imam bruxellois se référer aux écrits de Nasr Hamid Abou Zayd, ce théologien égyptien cherchant à interpréter le Coran à travers une herméneutique humaniste. Je n’affirme pas que l’impact de ces penseurs musulmans humanistes soit inexistant, mais il demeure malgré tout très faible. Quand on franchit la porte d’une librairie musulmane du boulevard Lemonnier à Bruxelles, les livres qu’on vend sont surtout des traités médiévaux conservateurs et des manuels d’une pauvreté intellectuelle et spirituelle n’abordant que la question du licite et de l’illicite ! Il n’est jamais question de remettre en cause certains préceptes problématiques ni de les contextualiser historiquement. Or, le discours ambiant répétant que l’Etat islamique n’est pas l’islam minimise complètement la portée des textes qui sont réels et qui sont utilisés par les fondamentalistes les plus violents et les plus rétrogrades, comme par les plus modérés et les plus humanistes. 

Les musulmans doivent-ils manifester leur désapprobation des exactions perpétrées par l'Etat islamique ?

Certes, rien ne les y oblige. Mais rappelons que manifester sa solidarité avec des victimes est avant tout un acte altruiste, et responsable, et non un quelconque aveu de culpabilité. Par le passé, les Américains opposés à la guerre du Vietnam ne se sont pas abstenus de manifester sous prétexte qu'ils n'avaient pas à se justifier pour des actes d'un gouvernement dans lequel ils ne se reconnaissaient pas parce que son message n’était pas celui des Pères fondateurs, les Européens hostiles à l'apartheid ne se sont pas abstenus de manifester contre le régime de Pretoria sous prétexte qu'être Blanc ne signifiait pas être forcément en faveur d'un régime ségrégationniste. Ceux qui manifestaient le faisaient d'abord et avant tout pour montrer aux gouvernements concernés que le monde ne restait pas immobile devant leurs exactions, qu'eux-mêmes n'étaient pas d'accord avec ces actes, commis ou non en leur nom, et qu'ils voulaient qu'ils cessent, peu importe leur lien religieux, ethnique ou politique avec les régimes critiqués. Les musulmans d'Occident, mais aussi ceux qui vivent au Proche-Orient et au Maghreb lorsqu’ils le peuvent, ne doivent donc pas manifester contre l'Etat islamique, contre les atrocités innommables commises contre les Yézidis, contre les destructions d'églises en Irak, en Egypte et ailleurs, ou contre la destruction des mausolées soufis de Tombouctou. Ils ne le doivent pas, certes, mais ils le peuvent, comme ils l’ont fait à plusieurs reprises en solidarité avec les Palestiniens.

 

Eléments biographiques

Titulaire d’une licence en histoire de l'art et archéologie (Université libre de Bruxelles), et toujours étudiant en langues orientales, Xavier Luffin est parti à deux reprises sur un chantier de fouilles en Syrie. Il part au Caire étudier la langue arabe pendant un semestre. Licencié en langue arabe, il passe l'agrégation et est engagé par une asbl bruxelloise impliquée dans le monde associatif immigré. Sa connaissance des langues pour atout, Xavier Luffin part ensuite à l'étranger - Palestine, Yémen, Burundi - travailler pour une ONG humanitaire. A la fin des années '90, il rentre en Belgique et rejoint l'ULB; il devient assistant à l'Institut des langues vivantes tout en réalisant sa thèse de doctorat qui a pour objet la description linguistique d'un créole arabe parlé en Afrique de l'Est (principalement Ouganda et Kenya), le kinubi. En 2004, il défend sa thèse et devient chargé de cours à l'ULB; 4 ans plus tard, il est nommé professeur ordinaire où il enseigne la littérature arabe. Sa recherche actuelle porte sur les créoles arabes : le kinubi mais aussi l'arabe de Bongor parlé au Tchad et l'arabe de Juba qu'on entend au sud du Soudan. Xavier Luffin traduit également en français des ouvrages littéraires contemporains, notamment du soudanais Ahmad Al-Malik ou encore de l'égyptienne Nawal El Saadawi, docteur honoris causa de l'ULB ainsi que le seul auteur juif israélien de langue arabe, Samir Naqqash.

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par faria ribeiro - 17/11/2015 - 16:08

    Votre article est excellent , très clair , très argumenté . Ce serait d'utilité publique d'exposer davantage votre démonstration et , pourquoi pas , de faire naitre un débat sur cette question essentielle ... Notons au passage le temps qu'il a fallu pour se débarrasser de l'ingérence de l'Eglise sur nos sociétés ... il nous en reste des séquelles : l'appareil de l'Etat qui assiste au Te Deum , les déclarations de l'ancien primat de Belgique ( homos , pédophilie ...) ... Alors , " réformer " les Musulmans ( séparation privé/public , devoir citoyen , appartenance religieuse ) ... çà va etre long , très compliqué ...
    La diffusion de votre éclairage serait très utile ....
    En tous cas , merci Monsieur

  • Par Kalisz R. - 17/11/2015 - 16:35

    Entièrement d'accord. L'islamisme est bien une branche de l'islam. Une forme plutôt pathologique. Les articles du journal Le Soir continuent dans la victimisation et les Ecolos encore davantage. Ils sont nuisibles.
    Hier tous les forestois ont reçu dans leur boîte aux lettres un prospectus intitulé ISLAM qui dit parler à la jeunesse européenne en l'invitant à lire le Coran, Il est signé de deux conseillers communaux arabes, l'un d'Anderlecht, l'autre de Molenbeek, prêchant pour un islam politique (!!!) mais distinct de Daesh. L'islam n'arrive pas à concevoir que dans nos sociétés la religion est une affaire privée et non un programme de conquête du pouvoir.

  • Par AlbrechtPaul - 17/11/2015 - 17:08

    Tout à fait d'accord avec Luffin. Ce sont les Musulmans qui doivent revoir leur copie. Les Chrétiens, mais aussi les Juifs, ont dû réinterpréter les textes racistes et intolérants qui ont si longtemps justifié arrogance, agressivité et mépris des 'incroyants'. Les simples d'esprit se font encore dire: "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens", malheureusement !

  • Par Grunchard - 17/11/2015 - 17:38

    Merci pour cette excellente interview.
    C'est à X Luffin qu'il faudrait plus souvent donner la parole, pas à des enfumeurs comme Farid El Asri.

  • Par Hervé de T - 17/11/2015 - 18:38

    Merci pour ce résumé clair et concis.

    Mais, je n'aimerais pas qu'un Juif, un Chrétien ou un Musulman ou qui que ce soit d'autre remette en question des réalités religieuses qui appartiennent à ma communauté.

    En d'autres termes, je ne crois pas que nous ayons le droit d'analyser de façon "occidentalo cartésienne" l'incroyable imbroglio Musulman. Il n'y a pas Dieu qui comprenne! ;-). Les Musulmans eux mêmes s'en réfèrent à la volonté "Divine" en tout.
    Quand vous dites qu'ils n'assument pas. En effet, ils ne peuvent assumer. C'est la volonté divine!

    En attendant, au nom de Dieu des horreurs sont commises. Horreurs pour nous, mais je ne suis pas convaincu que ce soit des horreurs pour eux!

    La question, des lors n'est elle pas de promouvoir la Culture, l'Education, le Sport? Ne devrions nous pas faire pression sur nos dirigeants pour investir massivement dans ces derniers?

    Si nous faisions de l'Europe un havre de culture de tolérance et de paix, Un peu comme "Al Andaluz" l'était en l'an 1.000 ....

  • Par Victoria Rouben - 17/11/2015 - 19:02

    Très interressant comme article... Pouvez vous le publier sur un site à grand public, du genre Le vif?

  • Par Jean-Benoît Burrion - 17/11/2015 - 19:44

    Limpide. Mais on n'est pas rendu à Loches, j'en ai bien peur ...

    Cordialement

    JBB

  • Par Giacomo Douenias - 17/11/2015 - 19:48

    Je n'ai certainement pas la prétention d'ajouter quoi que ce soit aux propos combien vrais du Professeur Luffin.

    Tant son interview que les commentaires publiés sont du plus haut niveau.

    Merci à tous de cet éclairage.



  • Par abdou - 17/11/2015 - 20:47

    Bonjour
    Un article très subjectif les musulmans sont près d'un milliard les groupuscules salafistes ne dépassent pas les 10.000 de la a généraliser et dire que l'état islamique d'iraq et de Syrie est tout l'islam c'est un peu grotesque ou plutôt non venant d'un site prônant les idées de l'état d'Israël qui occupe la Palestine

  • Par Golda - 17/11/2015 - 21:08

    "Le Coran étant considéré par les musulmans comme un texte révélé, le texte ne peut donc être remis en question. Or, le Coran contient des passages problématiques, et notamment belliqueux."

    Ezechiel 25:15-17 :

    15Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: Parce que les Philistins se sont livrés à la vengeance, Parce qu'ils se sont vengés dédaigneusement et du fond de l'âme, Voulant tout détruire, dans leur haine éternelle, 16Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: Voici, j'étends ma main sur les Philistins, J'extermine les Kéréthiens, Et je détruis ce qui reste sur la côte de la mer.… 17J'exercerai sur eux de grandes vengeances, En les châtiant avec fureur. Et ils sauront que je suis l'Eternel, Quand j'exercerai sur eux ma vengeance.

    Il ne fait pas bon être Philistin ou Kéréthiens à en croire le Tanakh...

  • Par Richard - 17/11/2015 - 22:53

    Dans le modèle intégral de Ken Wilber fait référence à la Spirale Dynamique pour expliquer les différentes exégèse des textes religieux. Les différents niveaux de valeurs présentées par la Spirale Dynamique sont associées à différentes couleurs. Le bleu pour fondamentalisme mythique. L'orange pour la modernité rationnelle, le vert pour le pluralisme humaniste.

    Chacune de ces étapes, se succèdent dans la vie de l'individu, ainsi que dans l'histoire des sociétés. Mais bien sûr, chacun et chaque culture s'arrête à une couleur en fonction de l'éducation reçue, des influences familiales et sociales.

    Il y a donc un christianisme bleu, orange, vert., etc (la spirale dynamique énumère les étapes suivantes, jaunes, turquoise etc..). il existe pareillement des interprétations fondamentalistes de toutes les traditions, une lecture moderne rationnelle ou une lecture post moderne humaniste.

    L'interprétation ne change pas les textes mais les éclaire d'une lumière particulière, de plus en plus altruiste, aimante, respectueuse de l'individu, de la nature et de Dieu.

    La responsabilisation de l'individu et des sociétés croît naturellement du bleu à l'orange au vert, au fur et à mesure de la montée des échelons de la Spirale.

    Le manichéisme est profondément associé au discours fondamentaliste bleu. Le dialogue compétitif et démocratique ne se conçoit qu'au niveau rationnel orange. L'écoute non compétitive commence au niveau vert. Impossible donc pour les fondamentalistes bleus de se remettre en question et de prendre leur responsabilité. Impossible pour eux d'utiliser autre chose que la force pour imposer la seule vérité révélée du Livre.

    Une exégèse humanisme est possible si on vise la part spirituelle de toute tradition. Inévitablement la contextualisation rationnelle des écrits sera l'étape préalable indispensable.

    L'essence spirituelle et l'exégèse sacrée ne deviennent accessibles que lorsque l'essence mystique des textes religieux a été expérimentée. C'est dans l'expérience de l'unité essentielle des âmes, de la paix de l'être que le respect pour l'autre et pour le monde trouvent leur source.

    Il ne s'agit même plus d'humanisme mais du plongeon dans la source des révélations. Et les mystiques on souvent été mal accueillis par les fondamentalistes, les rationalistes ou les humanistes.

    Ken wilber parle d'un Jésus bleu, orange, vert, turquoise, violet, ultra violet.... Un Livre, une révélation, une myriade d'interprétations aussi complémentaires que les couleurs de l'arc en ciel.

  • Par Rachel Sol - 18/11/2015 - 9:44

    Question pour Xavier Luffin et le CCLJ:

    Comment justifiez-vous la comparaison entre musulmans et américains ou belges?

    Pour suivre votre logique, c'est comme si tous les juifs du monde devaient se sentir coupables et prendre responsabilité pour l'occupation des territoires de Hebron (et toutes violences commises en territoires occupés) par exemple.

    Vous ne pouvez pas comparer un groupe religieux qui est ethniquement parlant et de nationalités totalement différentes (juifs, musulmans, chretiens,..), et un état-nation avec un gouvernement qui se dit démocratique et donc représentatif de sa population (américains, belges, israeliens,...).

    La comparaison telle que vous la faites, est premièrement inadéquate, simpliste (ce qui selon moi décrédibilise beaucoup du reste de votre interview) et extrêmement dangereuse.

    C'est exactement ce genre de propos qui justifie le fait que les musulmans et défenseurs de l’égalité des chances et autres mouvement anti-racisme, mettent en avant le danger d'amalgamer Daech avec le monde musulman en général. Je pense que s'il y avait moins de propos simplistes et réducteurs comme les vôtres, il y aurait aussi plus de place pour un regard critique vis-a-vis de l'Islam, ses textes et interprétations provenant de musulmans. (repli identitaire)

    S'il vous plait, répondez a ma question car j'essaye d'avoir encore une once d'espoir que et vous, professeur a l'ULB de littérature arabe, donc éduqués et curieux, et le CCLJ, voué a un combat contre le racisme et un regard critique sur le monde, peuvent m'expliquer en quoi est-ce justifiable de présenter de tels propos.

    Merci.

  • Par nicolas - 18/11/2015 - 10:19

    Chère Rachel Sol,

    Je ne partage pas votre point de vue ni l'interprétation que vous faites des propos de Xavier Luffin.
    Il n'est en aucun cas question de recourir à l'amalgame. Comme beaucoup de démocrates sincères, il considère toutefois qu'on ne peut limiter le débat, voire le fermer complètement, en invoquant systématiquement la mise en garde "pas d'amalgame".
    Sa connaissance du monde arabo-musulman ainsi que sa maîtrise de l'arabe, du turc et de certaines formes dialectales de l'arabe lui permettent de travailler directement sur des sources de première et donc de saisir toute la complexité des problèmes ainsi que la diversité des opinions. Tout cela lui permet de ne jamais tomber dans le travers essentialiste ni raciste. Xavier Luffin n'ignore pas non plus que des hommes et des femmes vivant dans ces pays se posent la question de savoir pourquoi le texte coranique peut être si souvent utilisé pour revendiquer des actes barbares. Et comme il l’avait déjà écrit dans une tribune publiée dans Le Soir, "le monde musulman n'est pas complètement muet, mais il faut reconnaître que sa voix peine à se faire entendre, parce qu'elle est pour l'instant celle d'individus isolés..."
    Nicolas Zomersztajn, rédacteur en chef de Regards

  • Par marcov - 18/11/2015 - 11:05

    on a lu le coran
    rien de violent là dedans
    après ça les histoires d'interpretation
    valent pour la bible aussi
    si on va par là

  • Par Lynda - 18/11/2015 - 11:18

    La logique de ce texte voudrait que soit considéré comme légitime le fait de déformer les propos de quelqu'un pour leur donner un tout autre sens en ne prenant que quelques extraits sortis de leur contexte. Il me semble de manière assez intuitive que tout un chacun réfuterait une telle approche et ne considérera jamais que la nouvelle signification donnée à un discours permet de dire qu'il s'agit bien de ce que la personne a voulu signifier au départ et que cela représente les idées qu'elle défend. Cela reviendrait à dire qu'il est légitime de considérer que c'est à cette personne de se justifier car le discours modifié se base sur des extraits qu'il a effectivement prononcés.

    Or, il s'agit exactement du fonctionnement de tout extrémisme (musulman ou autre). C'est pour cette raison par exemple que personne n'assimile le Ku Klux Khlan au Christianisme. Je rappelle par exemple les attentants commis en Norvège par un "Chrétien" extrémiste, à quel moment la religion chrétienne a-t-elle été mise en cause dans ce cas ? Dès lors, pourquoi faire deux poids, deux mesures et demander aux Musulmans du monde d'assumer eux aussi les actes de fous du pouvoir qui utilisent le Coran et le détournent pour justifier leurs atrocités ? Pourquoi dans ce cas précis considérer que des discours déformant très clairement la religion en en niant par exemple des fondements de base (ne pas tuer les êtres humains car créés par Dieu ils sont de fait sacrés) sont effectivement représentatifs de l'Islam ?

  • Par hanane - 18/11/2015 - 11:22

    Dites moi suivant votre logique est ce que tous les israélites ou israéliens de par le monde sont responsables et de mèche avec l'état sioniste de netanyahou et consort sui occupe la Palestine et bafoue la légalité internationale et persécute chaque jour les habitants des territoires occupés?
    Non je ne pense pas donc votre logique tombe a l'eau et démontre que vous ne connaissez rien au monde islamo arabe que vous ne cesser de clamer,je vous conseille de faire autre chose que de la recherche sur une histoire millénaire alors que vous n'avez que quelques années d'âge

  • Par Richard - 18/11/2015 - 11:32

    Ce texte jette très clairement et manière irresponsable de l'huile sur le feu au moment où les communautés religieuses, juive, musulmane, chrétienne et les athées doivent parler d'une même voix contre l'EI. Tous les textes religieux peuvent être détournés à des fins d'agression.Que penser de l'acte dément de l'intégriste juif Baruch Goldstein qui tua 29 palestiniens et a blessé 129 personnes en 1994 à Hebron? Que penser des dictateurs comme Franco qui a agit au nom du catholiscime ? Que dire des guerres de religion entre catholique et protestants au 16ème siècle ? Des croisades des rois de France au nom de la bible ?

  • Par nicolas - 18/11/2015 - 11:51

    Cher Richard,
    Quand Baruch Goldstein ou Yigal Amir tuent au nom du judaïsme avec la bénédiction de rabbins nationalistes religieux, il ne me viendrait jamais à l'esprit d'affirmer qu'ils ne sont pas juifs ni que ce qu'ils incarnent, ce n'est pas le judaïsme.
    Ils sont juifs comme moi mais nos lectures des textes sont radicalement différentes. Ils sont juifs mais cela ne m'empêche pas de les combattre et de faire en sorte qu'ils soient isolés et neutralisés lorsqu'ils deviennent un danger pour la société.
    Et à aucun moment il ne me viendrait à l'esprit de justifier ou de "comprendre" leurs actes parce qu'ils seraient humiliés par la société moderne ou mal à l'aise face à des évolutions qu'ils ne comprennent pas et qu'ils rejettent.
    Ils sont juifs mais ce sont aussi mes ennemis car leur projet politique est suicidaire pour l'ensemble du peuple juif et que même si cela me déplaît, leur folie accomplie au nom du judaïsme m'engage aussi en tant que juif. Mais elle m'engage à m'opposer à eux.
    Nicolas Zomersztajn

  • Par Jackie Rousseaux - 18/11/2015 - 12:19

    Monsieur,
    Merci pour ce texte dont j'apprécie le contenu intelligent et le forme non-agressive.
    Je me permets de vous soumettre deux questions :
    Croyez-vous que tous les membres de Daesch sont des musulmans convaincus et pratiquants?
    Ne peut-on penser que le Coran n'est utilisé par ces "assassins" que pour
    convaincre et enrôler des individus fragiles et belliqueux? Ce qui se rapproche fort d'une secte...
    Et, je pense que les musulmans qui tentent de s'intégrer chez nous ont peur d'amalgame et de stigmatisation.
    Bien à vous
    Jackie Rousseaux

  • Par Petra - 18/11/2015 - 15:41

    Je trouve ce debat tres intéressant et nécessaire. Par contre, sur le dernière point, un element crucial a été oublié: l'argent et le financement. Pourquoi la littérature conservatrice est-elle si omniprésent tant que la litterature "moderé" reste marginalisé? Simplement parce qu'elle recoit beaucoup moins de soutien de l'Arabie Saoudite. Si un théologien veut publier un livre plutot humaniste, c'est sur et certain qu'il aura beaucoup plus de difficulte de 1) être publié et 2) recevoir du financement.

  • Par alain grignard,... - 18/11/2015 - 16:04

    cher Xavier,
    pour m'être consacré à ce genre de "sous-littérature" depuis 30 ans et plus particulièrement à celle de cet "Etat islamique", je ne peux qu'abonder dans ton sens. Toutes leurs actions s'appuient toujours sur des textes religieux - parfois bancaux j'en conviens - et relèvent par là directement de l'imprécision du corpus de référence immense et protéiforme inhérent à l'islam.

  • Par pierre - 18/11/2015 - 16:34

    Je ne suis pas tout à fait d'accord avec le titre, j'aurais écrit qu'il faut arrêter de dire que Daesh n'est pas l'islam, mais plutôt arrêter de dire que Daesh n'est pas l'une de faces de l'islam. Nuance certes, mais nuance.
    Et après ou se situe le problème : pourquoi un être humain n’aurait-il pas le droit de prendre au pied de la lettre les écrits du texte sacré qu’il vénère ? Quand Bush envoie l’armée américaine en Irak avec son discoure est messianique, il représente une forme, un courant de la chrétienté. Quand un colon en Israël abat les oliviers centenaires d’une famille de paysans avec sa lecture de la thora, il représente une forme du judaïsme.
    Qui peut s’autoriser à dire voilà comment ton texte sacré doit être lu et compris ? A partir du moment où référencé est faite à un texte sacré, divinisé, de quel droit une interprétation serait plus juste, plus applicable qu’une autre.
    Peut-être l’ensemble législatif d’une nation, ses règles, ses us et coutumes qui permettent un certain vivre ensemble. La France, pour mon cas, peut dire et doit dire : « citoyen français et résidents étrangers de religions musulmanes, mettons-nous d’accord sur les limites de l’expression de votre religion, dès ses prêches, de ses interprétations de façon à ce qu’elles soient compatibles avec notre vivre ensemble». Ceux qui n’en veulent pas, parte vers les pays qui tolèrent ou applique un islam compatible avec leur désirs. Et la même chose pour toutes les religions.
    Il va sans dire par exemple que l’expression de judaïsme en Belgique n’est pas la même qu’en Israël, De même pour celles du catholicisme en France et dans le ceinture biblique au état unis. Je ne pense pas que cela pose un problème. Il doit en être de même pour l’islam. Le rigorisme chiite iranien est acceptable en Iran. Le wasabisme ne semble pas poser de problème à l’occident lorsqu’il est cloisonné à l’Arabie Saoudite.
    Je ne comprends pas complètement l’intérêt de l’article : oui Daesh est une expression de l’islam, oui elle est violente, cruelle, meurtrière, mais en quoi est-elle moins légitime qu’une autre lecture du coran ? Au même titre que le sionisme qui veut le grand Israël décrit dans ses textes sacrés.

  • Par Said 13 - 18/11/2015 - 16:59

    Vous dites qu'il faut arrêter de dire que état islamique n'est pas islam donc maintenant, pouvez vous le prouver dans le ou les sourates dans le coran , qui nous permets de tuer les gens gratuitement et librement.Dis moi comment et combien personnes sont morts pendant la guerre de sainte avec le prophète mohamed salli wa sallem.Je suis sur et certain que vous serez très étonné et vous serez pourquoi.

  • Par Giacomo Valentini - 18/11/2015 - 17:13

    Article très intéressant. C'est surtout une question de comme on vit sa religion. Face au conservatisme et cruauté de la réligion chretienne (attitude envers les divorcés, l'IVG, etc.), la plupart des Européens se sont distancés de leur réligion. C'est normal - leur réligion ne les suit plus dans leur vie, ils ne s'identifient plus avec elle. Le monde juif est lui aussi de plus en plus secularisé. J'ai l'impression que pour l'instant, cette secularisation dans le monde musulman n'a pas eu lieu. Donc il est plus difficile pour un musulman trouver le juste distance, les mots justes pour identifier l'aberration de daesh.

  • Par Alain Marchildon - 18/11/2015 - 18:46

    À Rachel Sol et à ceux qui partagent son opinion. Ce ne sont pas tous les juifs du monde qui doivent se sentir coupables et responsables comme vous dites mais bien tous ceux qui appuient, supportent, financent Israël et approuvent l'oppression des palestiniens. Au Canada et aux États-Unis, il y en a beaucoup, en Europe, le contraire me surprendrait.

  • Par Leila el khattabi - 18/11/2015 - 20:14

    Bonjour monsieur Luffin .Cette analyse provenant d mon ancien prof d arabe litteraire me decoit beaucoup. Mais en meme temps il est normal q vous reflechissez ainsi puisque vous n etes pas musulmanz et donc en manque d elements important pour la lecture du coran q vous lisez comme un roman ou livre historique. Ceci dit je tiens a informer q le coran a ete révélée en 23 années et q chaque verset est descendu avec un contexte une situation une époque bien precise. C est a dire q actuellement il y'a des savant qui étudie durement l interprétation d un verset pendant plusieurs annee et des fois juste un mot demande énormément de temps pour l expliquer. Ainsi la problématique de ces personnes musulmane est q ils veulent pratiquer la religion mais comme vous ne possedent pas la sciences du coran et l interprétation de ces verset. Ils applique donc a la lettre sans contexte ce qui est écrit sans même terminer le verset. C pour cela q nous parlons d faux musulman car ils lnutomise islam a leur guise. Lorsque on se réfère au hadith donc ce qui a été racontée et rapporter du comportement et de la sounna tradition prophétique qui est une complémentarité du coran donc la pratique d la theorie il n a jamais ete question d attentat mais d bataille avec des règles très exigeantes notamment le respect des prisonniers l interdiction d tuer innocent femme personnes agees et enfants. Ces règles sont respectees nulle part ailleurs. L islam est aussi divisée en une septentaine de branches et notrr prophete paix et salut sur lui nous a informee q une seul est correct c est celle qui sera suivi selon' sa tradition

  • Par hamza - 18/11/2015 - 20:45

    1-qui vous a dis que daesh ou ce que appelle les medias "etat islamique " avec ces pratiques qui n'ont rien a avoir avec l'islam donc quand vous parlé de daesh laissé lislam a part parce que lislam nacceptte pas les assassins comme eu et les maudis c qui fait ne parlez pas au nom de lislam .
    2- ces passages que vous dites qui sont evoqué sont enfait mal compris pas ces ignorant qui n'ont aucun but dans la vie . C'est souvant des gens desesperé qui sont facile a manipuler par des forces puissante et avec des master mind intelligent .
    3- vous etes pas monsieur un savant en education islamique du coup ta pas le droit de donner ton avis sur les passages et donner ton jugement . Tes prof d'arabe pas d'education islamique. Faut etre expert en la matiere pour en tirer des conclusions . Parce que la tu touche 1 milliard de. Personnes .

  • Par Astrid - 18/11/2015 - 21:36

    Bonsoir,

    Voilà un article très intéressant même sans doute un peu maladroit.

    Si l'on en croit cet article, l'EI serait dans une forme d'Islam. Autrement dit, il n' y aurait pas un Islam, mais des Islams. Tout comme, il n' y a pas une chrétienté ou un judaïsme d'ailleurs.

    Je pense être d'accord avec cette idée mais je crois qu'il faut surtout se demander quels peuvent être l'intérêt/méfaits/effets d'une telle affirmation. Sur cette question, je reste très partagée.

    Pour dire les choses simplement :

    D'une part, ce propos peut conduire, malheureusement, certains à penser que l'amalgame est bien fait chez ceux qui propagent cette idée. Donc, à mon sens, que cette idée soit vraie ou fausse, elle peut devenir alors contre-productive.

    D'autres part, si l'EI est effectivement une forme d'Islam appliquant à la lettre une partie même infime du Coran, alors ce qui me paraît le plus important à retenir, c'est que l'EI a alors de vrais arguments aux yeux de ceux qui l'écoutent et qui sont en quête de réponses. Dans ce cas, nous sommes forcés d'admettre que l'EI possède alors un véritable pouvoir de convaincre quiconque étant peut-être "perdu" spirituellement. Pour ces raisons, ce pouvoir de convaincre n'est donc pas à sous-estimer et l'EI possèderait alors une véritable "arme idéologique".

    Mais, les musulmans de France ont eux une autre vision différente de l'Islam, avec comme base d'autres textes du Coran... Me vient alors une autre question simple.... pourquoi certains choisissent malgré tout l'EI ?!!!!!!!

    Plusieurs hypothèses peuvent être émises et je n'ai pas la prétention de détenir la vérité.

    Il me semble juste qu'aujourd'hui les musulmans en France ne peuvent que très peu s'exprimer sur leur religion. Intégration et laïcité oblige. Les débats sur la religion en France sont très souvent étouffés et je suspecte les musulmans français d'avoir tellement bien voulu s'intégrer que leur réflexion autour de leur religion s'est sans doute elle aussi étouffée. C'est dommage. A noter que l'évolution du Christianisme en France pousse à confirmer cette idée.

    J'en viens donc sérieusement à me poser la question de la laïcité. Oui bien sûr, à une laïcité qui prône la liberté de culte et d'expression, mais non au dogme de la laïcité. Au nom de la laïcité, nous avons gommé toutes les formes de spiritualité. Enfin bref, c'est peut-être un autre débat...

    Mais finalement, je me demande si la laïcité telle qu'elle est conçue aujourd'hui ne serait pas un des facteur ayant freiné les réflexions théologiques des musulmans de France et ainsi fait gagné du terrain à l'idéologie de l'EI. En bref, l'Islam en France serait-il en train de vivre une crise interne ? Et si tel est le cas, la mise en garde de "l'amalgame" n'est-elle pas un moyen de ne pas se confronter à cette dure réalité ? Aussi, il en va de même peut-être pour la France en général ? Face aux recul des religions devant le principe de laïcité et aux difficultés que nous avons rencontré pour concilier tous cela, sommes-nous pas français, nous aussi, en crise ? Nous assistons finalement peut être depuis des années à nos propres contradictions que nous ne voulons ni voir ni entendre.

    Enfin bref, voilà milles et une questions et peu de réponses.... L'essentiel étant peut-être de rester "éveillée"

    J'espère en tout cas sincèrement que les évènements actuels seront, bien que tragiques, au moins un peu moteur pour faire une place une bonne foi pour toute aux musulmans français.

    Merci à tous pour vos réflexions !!! Bonne soirée !

  • Par Bibi - 19/11/2015 - 0:13

    Faria Ribero vous me faites bien rire lorsque vous écrivez que l'on a mis du temps à nous débarrasser de l'ingérence de l'Eglise sur nos sociétés. Parce qu'aujourd'hui on en vois bien les résultats et les dégâts que cela a causé à nos sociétés occidentalisés et cela grâce ou devrais je dire à cause de gens comme vous qui se sont concentrés a détruire ce qui était l'essence même de notre culture européenne. Et voilà qu'aujourd'hui on s'étonne que le nombre de personnes seules, suicidaires, dépressifs, malheureuses et j'en passe n'a fais qu'exploser. Il y a un lien de cause à effet entre ce manque spirituel et cette société qui va mal, que seule une ignorante de votre genre pourra nier.

  • Par mokhtar el khlifi - 19/11/2015 - 12:54

    Monsieur Xavier Luffin, j'ai lu avec intérêt cette interview qui met le doigt sur une question capitale a savoir la nécessité d'une relecture du Coran, notre livre sacré, et le tamisage de la Chariaa.Je vous convie à joindre à votre bibliographie les notamment les œuvres en langue français de deux penseurs tunisiens, Monsieur Youssef Essedik et Mohamed Taalbi.J'ai proposé dans mes articles publiés sur Leaders.com.tn le lancement par la France et les pays maghrebins d'une chaîne satellitaire devant comporter des débats contradictoires sur la lecture du Coran et d la chariaa dont l'objectif n'est évidemment pas le prosélytisme , mais la création de nouvelles références scientifiques et historiques de notre religion devant en définitive servir de repère surtout à nos jeunes et à ceux qui nous voient de l'extérieur prompt à charger injustement l'Islam.

  • Par Abdi - 19/11/2015 - 16:38

    Vous dites: ON S'APERÇOIT QU'ILS NE REMETTENT NULLEMENT EN QUESTION DES PASSAGES BELLIQUEUX DU CORAN. J'aimerai connaitre ses passages car Dieu dans le Coran nous encourage à faire ce qui est bon et interdits ce qui est de mauvais, le Coran contient des passages qui sont pacifique et qui conduisent à la paix. La RÉVÉLATION CORANIQUE fait une place tout à fait à part en raison de la garantie d'authenticité qu'elle offre et de la présence d'énoncés scientifiques qui, examinés à notre époque, apparaissent comme un défi à l'explication humaine. Vous qualifié aussi des livres très anciens écrits par de très grands savants musulmans de TRAITÉS MÉDIÉVAUX CONSERVATEUR ET DES MANUELS D'UNE PAUVRETÉ INTELLECTUEL ET SPIRITUELLE N'ABORDANT QUE LA QUESTION DU LICITE ET DE L'ILLICITE. Livres qui ont été l'inspiration même d'intellectuel occidentaux grâce à une étude objective des textes qui relèvent comme thèmes: La création des cieux et de la terre, l'astronomie, le règne animal et végétal, la reproduction humaine, l'éducation sexuelle, le déluge, l'exode de Moïse ect..... Qui sont évoqués aussi dans le Saint Coran. Je vous invite à faire des investigations et interprétations aussi poussées que possible avant de remettre en question le Coran. Quand on sait par qui est financé DAECH, L'EI ou autre, on ne se pose plus la question de savoir si elle est ou pas de l'Islam

  • Par Lecteur pas d'accord - 19/11/2015 - 17:30

    DAECH tue pourtant beaucoup plus de musulmans que de membres d'autres religions. Ce fait seul devrait suffire à dire que DAECH CE N'EST PAS L'ISLAM.

  • Par Majid E. H. - 19/11/2015 - 17:41

    Ce n'est pas parce que DAECH tue des musulmans que ce n'est pas l'islam. Il faut arrêter de s'enfermer dans le déni et la victimisation. Notre colère dans la oumma doit se diriger contre ces tarés de DAESH et non pas contre un professeur d'université qui pointe à juste titre ce qui ne va pas du tout chez nous.

    Majid

  • Par Maalej Moez - 19/11/2015 - 17:45

    Ce Monsieur ne manque pas de savoir que les autres religions ont fait pire que ca ....ce Monsieur ne manque pas de savoir que les autres religions ont passé par la même trajectoire de Terrorisme et d enfer ............Ce Monsieur s il avait de la Bonne volonté il aurait pu dire que le seul problème en Islam c l implantation d une Nouvelle Lecture et une Nouvelle Compréhension exactement ce que la politique exigeait sur les eglises tout genre de faire .....................Ce Monsieur s il avait de la bonne volonté il aurait du mentionner que L Islam est la Religion la plus jeune au lieu d essayer de nous Implanter des axiomes jurisprudences a sa facon idiote cartésienne et de mauvaise volonté

  • Par Heather - 19/11/2015 - 18:12

    Le problème est l’islam lui-même. Lisez le coran, sourate des femmes, par exemple, et vous dégoutez ce dieu de paix. Ce type qui parle d’enculer et de péter la mâchoire… C’est la mentalité des musulmans. ils n’ont appris que le bâton et la carotte (l’enfer et le paradis). Ils ne reconnaissent pas la conscience.

  • Par hamza himdi - 19/11/2015 - 21:19

    si vous dites monsieur que ces terroristes barbares sont des musulmans ( c qui est faux c cque les medias nous ont transmis) et que ces actes sont basés sur la comprehension de quelques passages du coran est ce que tu crois que ca serait logique que la plupart de leurs victimes sont des musulmans ???
    dapres ce que vous dites ils doivent attaqué lenemie pas lallié dapres cest evident . mais it doesn't make any sense so d'ont blame islam because it has nothing to do with it . donc votre analyse ne tient pas la route voila :D

  • Par Yassine Yves - 19/11/2015 - 22:57

    Monsieur,
    Il convient de traiter le sujet avec plus de sérieux et plus en profondeur,l'interprétation des verset de toutes religion doit être faite par des théologiens ou savants.... nous savants tous,que tout texte peut être détournés aux seules intérêt de certains .
    Si vous pensez avoir raisons,comment expliqué que ces terroristes tuent des musulmans ??
    Aucune religion n'accepte la haine et la violence,Les relations du Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) avec les gens d’autres religions sont résumées dans ce verset du Coran : « À vous votre religion et à moi la mienne. » (Coran 109:6)
    Aussi: « Nulle contrainte en religion. » (Coran 2:256)
    - Donc laissons la politique aux politiciens...

  • Par rienquelavérité - 20/11/2015 - 9:10

    Bravo pour votre lucidité. Malheureusement, même devant l'évidence, la majorité des musulmans ne remettront jamais en question les textes coraniques qi incite à la haine, à la discrimination et à la misogynie. De plus, ils se victimisent facilement, accusent rapidement d'islamophobe et en font leurs ennemis tous ceux qui osent dire la vérité au sujet de l'islam. En réalité, ce sont des fanatiques religieux et nous ne sommes pas sortie du bois !

  • Par Rached El Youssef - 20/11/2015 - 12:59

    Thank you for the article ,I find it interesting and I spent sometime in the west ( 22 years ) and although I am not a scholar in this subject but being a Muslim , I do have two things to add
    1- this should be discussed openly by scholars , not fair to please to certain audience namely Europeans with first the author is professor of Arabic literature and not Islamic studies / culture / religion ,,, then you are misleading this audience as an expert in this's matter
    2- One of the comments I saw here to this article by a gentlemen wishing for Europe to become the ground place for free speech , freedom of belief etc ....just like " Andaloussiya " in Spain was around 1000 ad ( Islamic at the time when the rest of Europe was in its darkest ages ,,,,


    Then there is more than one facet to this subject and I hope we see more of a dialogue / discussion opened

  • Par JC - 20/11/2015 - 14:35

    Il faut un certain niveau de connaissance pour comprendre le coran et pouvoir l'interpréter!, ce n'est pas parce que vous êtes professeur de littérature arabe que vous pouvez vous le permettre, la mauvaise interprétation du coran est la principale cause de création de cet état Islamique.
    c'est normal que vous trouvez que ce livre n'est pas hiérarchisé,... seuls les savants (doctorat en sciences et cultures Islamique + beaucoup de culture) peuvent comprendre interpeller et nous expliquer les sens du coran.
    Je vous invite vivement d'en consulter un pour mieux vous éclaircir et évitez de vous mêler dans des choses hors de votre porté.
    Merci.

  • Par GUILLET , Philippe - 20/11/2015 - 16:33

    le gros problème des religions en général est d'avoir enfermé les gens dans la pensée unique et nombre d'entre elles n'ont pas su évoluer au fil des siècles avec notamment l'avancée technologique ainsi que la place de la femme , souvent reléguée à un sous rang animal . Bouddha et Confucius , eux,sont dans le vrai ,Quant aux parole"s du Christ, elles ont été en très grande partie déformées par une Eglise bien trop soucieuse d’accroître son patrimoine au détriment de ses administrés .
    il en va de même de l'EI qui se comporte comme l'Eglise Catholique il y a 5 siècles

  • Par Hassini - 20/11/2015 - 18:11

    Dire que les extremistes musulmans et les terroristes islamistes ne sont pas des musulmans c'est nier l'existence d'une crise profonde et ravageuse dans la communaute musulmane et le sens et la place qu'il donnent a leur foi. C'est la politique de l'autruche, et c'est grave. Les musulmans eclaires ont la responsabilite d'affronter cette confiscation outrageuse par des musulmans extremistes et terroristes pour des desseins politiques. Les musulmans lambda en Europe ont le devoir desortir de leur apathie et indifference pour denoncer publiquement, a visage decouvert et sans nuance cette derive meurtriere.

  • Par Jean Raulic - 20/11/2015 - 22:20

    La spiritualité commence... là où la religion s'arrête.

  • Par Ashkan - 20/11/2015 - 23:40

    « Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes » (Sourate 5 – Verset 51)

    Dans le Coran il y par exemple cette sourate, et aussi une autre qui dit le contraire, que parmi les gens du livre il y a des biens. Il y a la période La Mecque et la période Médine. Certes il y a un contexte historique, mais tous ne le comprennent pas ainsi. De la même façon qu'il y a des sourates qui appellent au meurtre des juifs et des chrétiens, et d'autres qui appellent à fraterniser avec eux. Une fois de plus période La Mecque et période Médine.

    2 contextes différents, mais quoi qu'il en soit, une personne qui ouvre le Coran, et lit un passage hostile aux chrétiens ou aux juifs, l'interprétera comme celà, si il a peu de connaissances. C'est ce que veut dire cet article, pourquoi voir le mal partout? Il explique que les extrémistes, comme les takfiristes par exemple montre aux jeunes des passages dans le Coran et disent tu vois c'est écrit là faut que tu tues les infidèles, les koufars.

    Sauf que il y a un contexte, mais c'est écrit, voilà son propos, j'ai lu le Coran en français et en arabe, et nier que les passages se référant à Médine ne sont pas pacifiques et fraternels c'est soit être dans le déni, soit pas avoir lu le Coran ou soit retenir ce qui arrange. Médine c'est période de guerre.

    Aux musulmans, aux savants, aux imams, aux théologiens de bien expliquer le contexte historique en question. Sinon des jeunes prendront des passages de façon littérale pour pouvoir justifier leur actes, en se disant juste c'est la parole de Dieu, si c'est écrit alors je peux le faire.

    Le problème est le littéralisme, et ça concerne pas que l'Islam, mais aussi. Il faut aussi arrêter de toujours se sentir agresser. Le dialogue est toujours à privilégier car nous sommes toutes et tous soeurs et frères en humanité comme le disait si bien l'Imam Ali (PSL).

    Nous sommes "condamnés" à vivre ensemble, jamais toute la planète ne sera chrétienne ou musulmane ou hindouiste, alors apprenons à vivre ensemble comme des frères (en humanité), à nous respecter ou sinon nous mourrons ensemble comme des idiots. Salaam.

  • Par Yassine Temlali - 21/11/2015 - 7:16

    Les passages belliqueux dans l'ancien Testament, c'est aussi pas mal en nombre et en cruauté. Nous ne pouvons pour autant en conclure que le terrorisme d'Etat israélien soit un terrorisme religieux "judaïque". Les juifs qui lisent l'ancien Testament ne sont pas comptables des agissements de l'Etat d'Israël ni ne doivent s'interroger sur le lien entre ce terrorisme et leur livre sacré.

  • Par Mlati Fatiha - 21/11/2015 - 7:41

    Excellent article auquel je souscrit pleinement.

  • Par Bérénice - 21/11/2015 - 11:39

    Bonjour,

    Je ne suis pas d'accord avec cet article sur la fait que l'Islam, par certains passages belliqueux, est la cause de terrorisme. Je suis catholique et dans la Bible, il y a aussi des passages choquants:

    "Celui qui entraînera la chute d'un seul qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu'on le jette à la mer. Et si ta main t'entraîne au péché, coupe la."(Mc 9,41-50)

    Cette citation a toujours été dans la Bible et le sera toujours. Pourtant aucun catholique n'a jamais coupé la main de qui que ce soit ! La Bible n'est donc pas la cause de violence, comme le Coran, ayant aussi des passages belliqueux, n'est pas la cause de violence. C'est bien une interprétation erronée qui en est la cause.

    L'Islam n'a que 1000 ans ! Quand le christianisme n'avait que 1000 ans, on était en pleine croisade ! Certains chrétiens de cette époque ont pillé, violé. Jeanne d'Arc a été tué pour sorcellerie! ...en réalité pour des mobiles politiques. Ainsi de la même façon, les Syriens,prétendus "mécréants" , sont tués par des islamistes qui cherchent à étendre Daesh.

    Cependant, il est vrai que le monde musulman doit faire un travail pour, étendre les bonnes interprétations du Coran et repérer les fauteurs de troubles.
    Je pense aussi que les Etats ont tout intérêt à participer au financement de plus de mosquées dans leurs villes de façon à, surveiller de près les prêches et éviter les financements par des pays à l'Islam douteux.


  • Par ANNE - 21/11/2015 - 17:25

    Monsieur Luffin,
    J'espère que vos étudiants auront l'intelligence et le coeur d'une humanité nouvelle qui combat le racisme !
    L'amalgame que vous faites entre des musulmans pratiquant le Coran et les valeurs humaines qu'il contient ET,des terroristes qui ne pratiquent nullement cette religion musulmane mais qui l'utilisent uniquement à des fins mercantiles, en semant peur et terreur, ne peut que développer l'intolérance et la haine déjà latentes .
    Ne perdons pas de vue que si nous souffrons de ces attaques terroristes, il en va de même pour les nombreux musulmans qui vivent dans des pays dictatoriaux sous le joug de ces fous qui leur interdisent l'accès à l'éducation, à l'instruction,... sous le regard indifférent de l'Occident ! Là, se trouve notre responsabilité !
    Le hasard du lieu de naissance ne nous permet pas de pointer les responsabilités externes sans prendre les nôtres !
    Les musulmans n'ont pas à assumer les actes d'un état non islamique mais bien terroriste, comme tous les juifs n'ont pas à assumer les horreurs perpétrées dans les territoires occupés !
    Le Coran comme vous le dites à juste titre contient des passages belliqueux...tout autant que la Bible . A nous Humains de veiller à une interprétation humaniste de tous les textes sacrés !
    Bien à vous

  • Par Louis Kanarek - 21/11/2015 - 18:10

    Le Coran affirme peut-être cent fois, en tout cas, des dizaines de fois, que toute personne qui meurt sans croire aux versets du messager, Mahomet, sera condamné par Allah le miséricordieux à rôtir en enfer pour l'éternité.
    Si Allah estime que c'est juste, qui sommes nous pour oser penser le contraire.

    Coran IV-89. "Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier de Dieu (se convertissent. LK). Mais s'ils tournent le dos(s'ils changent d'avis et apostasient, LK), saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur".
    Il y en a des dizaines comme cela aussi.

    Alors comment interpréter ou contextualiser des ordres aussi clairs, donnés par Allah lui-même par la voix de son prophète-messager. Et à qui peut-on faire croire qu'Allah a fait descendre sur terre un livre incréé et éternel qui ne s'appliquerait qu'à quelques bédouins d'Arabie au VIIème siècle.



    Eléazar

  • Par Fatma - 21/11/2015 - 18:14

    Je ne suis pas d'accord avec ceci. Comment voudriez vous qu'à l'échelle individuelle nous puissions se sentir responsable d'une lecture volontairement erronée afin de légitimer la violence ? Les musulmans ne se deresponsabilisent pas, il n'arrivent tout juste pas à s'associer à des meurtriers parce qu'il n'y a aucune religion qui encourage le meurtre et il faudrait vraiment être simple d'esprit pour le croire (et vous connaissez sûrement le passage du coran qui l'interdit et qui est très clair).Remettre en cause une lecture qui ne se veut pas être là bonne est certes primordial mais malheureusement on ne peut changer le livre. Les terroristes présumés connaissent le coran mais pour ne pas avoir vu l'idée essentielle qui veut être véhiculée par la religion certains les associent à des ignorants. Oublier l'endoctrinement Monsieur serait aussi deresponsabiliser vos pays. Certains sont vos enfants et vous avez échoué dans leur éducation quelque part...À part le fait que les politiques alimentent et livrent eux mêmes les armes et achètent le pétrole de l'État islamique, d'où viennent entre autre ses radicalisations ? L'interventionnisme de certains pays et leur implication dans l'armement laisse perplexe quand à la montée de celui-ci.Tomber dans un débat religieux ne me semble pas non plus être le problème central. Les intérêts sont plus fort que l'être humain et nous en tant que citoyens avons démocratiquement élus des gouvernements qui ont contribué à la création de ce monstre qui revient nous hanter.

  • Par Roard - 21/11/2015 - 19:43

    C'est tout à fait normal car ledit professeur en littérature Arabe fait une confusion entre la littérature et les sciences politiques et philosophiques! Il n'arrive donc pas à faire de distinction entre le monde imaginaire et la raison qu'il semble avoir perdue depuis qu'il a débuté des études de littérature et peut être même un peu avant si tenté qu'il en ait disposé un jour. Dans son monde littéraire où tout se mélange, il n'arrive pas à saisir, ou du moins il feint, la différence entre une religion et les actes de certains individus qui prétendent se revendiquer de cette religion mais qui en fait la combattent. A titre d'exemple et pour que notre ami puisse plus facilement attérrir et nous comprendre, si un professeur en Littérature dit une énorme bêtise, faudra t'il considérer que tous les professeurs de littérature sont des imbéciles!!! Mais bon, peut on vraiment en vouloir à un enseignant de l'Université libre de Bruxelles qui passe son temps à faire des blagues.......

  • Par saadaoui - 21/11/2015 - 19:43

    Monsieur Xavier je pense que vous manquez de beaucoup d'éléments pour parler d'islam et je me demande comment avez vous fait pour enseigner dans une université car vos arguments ne sont point convainquant ,vous ne connaissez absolument rien à l'islam à moins que vous ne soyez à la solde de ceux qui veulent exterminer les musulmans et les chrétiens pour avoir ainsi la liberté de diriger le monde selon leur bon vouloir car le sens étymologique de l'islam vient de selm qui veut dire la paix!vous êtes en train de mettre l'huile sur du feu et dans quel but?je préfère encore rester analphabète qu'avoir un enseignant comme vous.je plains vos étudiants et je condamne celui qui vous a permis d'enseigner à l'université car vous êtes pire que Daesh

  • Par Marwan Mbrak - 21/11/2015 - 20:07

    Mais arrêtez de dire que Xavier ne connaît rien au Coran ni à l'islam. La question n'est pas là et c'est une énième manière de nier le problème : il y a parmi les musulmans, dont je suis, des individus qui salissent le nom de notre prophète. Ils sont musulmans comme moi et il est temps de dire haut et fort qu'ils sont aussi nos ennemis. Et aucune explication à leur folie ne peut être donnée. Oubliez les soi-disant discriminations ou cette connerie d'islamophobie, ce sont ces islamistes les ennemis de l'islam. Pas de quartier contre eux. Et surtout pas de "Je condamne, mais..." Il n'y a pas de mais comme dit un musulman que nous devrons tous lire : Salman Rushdie.

    Marwan

  • Par Walid Assaf - 21/11/2015 - 20:13

    Je m'appelle Walid, je suis originaire de Tunis. Je ne voudrais qu'une seule chose : que d'autres professeurs spécialistes du monde arabe tiennent des propos analogues à ceux de Xavier Luffin. Mabrouk Xavier Luffin.
    Ces fascistes salafistes ont fait trop de mal à mon pays.

    Walid

  • Par YACIA - 22/11/2015 - 0:18

    Pour ma part, je dis clairement que c'est une intérprétation pure...
    Certes, comme on dit "Il n'y a pas de fumée sans feu" mais sachez lecteurs que le Coran en tant que texte n'est à l'origine de quoi que ce soit, cependant, il s'agit là d'une lecture hors contexte de certains passages "versets" du Coran. Partant de ce principe, c'est hélas un véritable malaise qu'on dénote auprès de musulmans principalement dans les communautés européennes. Musulmans victimes OUI mais c'est exactement au même titre que tous les humains sur terre subissant la terreur des groupes islamiques.
    J'ai toujours dit que le terrorisme a d'abord commencé dans les pays en voie de développement, en l'occurrence, pays africains et j'en passe. En effet, les mouvements terroristes sont officiellement apparus notamment en Algérie: La décennie noire 90-2000, je vais sans doute m'arrêter là de peur que cela passe encore une fois pour de la victimisation. Contenu des événements qui se sont produits et se produisent encore malheureusement au nom de Dieu (me rendent particulièrement triste) je voudrais tellement vous dire que tout cela finira par rentrer dans l'ordre... la vérité c'est que j'ai aussi peur et que j'ai vraiment honte de toutes ces atrocités d'autant plus qu'elles sont commises au nom de ma religion.
    Mon message ce soir c'est soyons intelligents, ne cédons pas aux amalgames et surtout à l'attention du professeur Luffin; monsieur, le coran n'est qu'un instrument et la religion de l'Islam prône la . "paix".
    Signé: "Un musulman pour la paix".
    NB: Il faudrait peut-être songer aux intérêts de chacun dans toute cette histoire. Effectivement, on défend pas les gens, on ne défend pas une religion mais bien entendu des intérêts qui sont donc la source de tous les conflits actuels et que cela malheureusement n'est une reproduction de schémas déjà connus que l'histoire ne cesse de nous rappeler. Merci à tous. JE SUIS HUMAIN, JE SUIS LE MONDE. Non aux attentats.

  • Par Allal - 22/11/2015 - 7:38

    Des attentats dans le monde entier (en Afrique, en Europe, aux proches Orients, en Amérique..) les terroristes sont des musulmans se référant au Coran, aux Hadiths ou aux fatwas des Oulémas musulmans
    Les terroristes détenus 170 otages dans un hôtel à Mail, ont libèré ceux qui étaient capables de réciter des versets Coraniques et tué les non –musulmans.. et on continue à dire « ça n’a rien à voir avec l’islam » !

    Le terrorisme a une religion : c’est l’Islam
    Les tueurs puisent leur idéologie dans certains passages du texte coranique (les versets « révélés » de Médine) qui véhiculent la haine et prônent l’assassinat de l’autre. Ils s’appuient sur une kyrielle de fatwas, elles-mêmes inspirées du Coran ou présentées comme son interprétation. Ils disent appliquer les enseignements des oulémas.
    Il est très dangereux de s’accommoder encore comme si rien n’était et continuer à caresser le monstre dans le sens du poil pour éviter de le provoquer.
    Il est temps d’abandonner le politiquement correct qui ne fait que renforcer l'extrémisme et les ultas musulmans.
    Il faut que les états européens exigent des musulmans un engagement pour une vaste et profonde réforme de l’islam indiquant clairement quel texte il faut suivre et celui qu’il faut abandonner une fois pour toutes.
    Il est urgent que les musulmans cessent leur double langage qui consiste à présenter uniquement les versets « révélés » à La Mecque pour prôner un islam pacifique, une religion d’amour et de miséricorde, et à omettre sciemment les versets de Médine, guerriers et violents, qui appellent à tuer les mécréants..

  • Par Malato - 22/11/2015 - 8:17

    Beacoup prétendent que ce n'est du qu'à des facteurs socio-économiques et de politique occidentale envers les musulmans. Cela joue un rôle, mais cet argument est vite invalidé en regardant l'histoire récente. Les vietnamiens, Japonnais, les Zaïrois (congolais), etc... ont tout les droits d'avoir de la haine envers l'occident, mais ils ne commettent pas d'actes terroristes. En afrique noir il y a pleins de groupes armés tuant et violant, mais aucun ne cite de versets bibliques.
    Certains disent que Brejwik a commis des attentats en Norwège est un chrétien. Il ne s'est jamais basé sur la bible ni n'a revendiqué faire ça pour Dieu. Au contraire il a écrit un manifest de milles pages pour explique son geste.
    Bref, il est inutile de nier une réalité. Le Coran permet de justifer les actes terroristes actuels, de même que la mise à mort des femmes et hommes adultères, de couper les mains des voleurs, etc... La même chose n'est pas possible avec la bible ou d'autres religions, même si les bienpensants espère nous le faire croire.
    Soyons honnête intelectuellement, même Tariq Ramadan le reconnait.

  • Par Franck - 22/11/2015 - 10:28

    Tout à fait les musulmans doivent assumer leur coran et ses conséquences.
    A tous ceux qui refusent , qu'ils disent pourquoi ces pro état islamiques terroristes sont dans le monde entier et dans tous les pays.
    Ils voudraient faire de notre planète un état islamique et avec violence ou sans violence les non musulmans n'en veulent pas.
    Quand des prêtes Pédophiles sont accusés, entent-on les catholiques dires que ce n'est pas ça le catholicisme ???
    Ou alors, que les musulmans se séparent et se déclarent sunnites, chiites , frères musulmans etc .....comme les chrétiens qui sont catholiques ou protestant , orthodoxe etc....
    A chaque attentat c'est " 'l'islam" "les musulmans qui se victimisent, profitent pour encore revendiquer....

  • Par Robert MOUSTIE - 22/11/2015 - 11:00

    Je trouve que l'article est très intéressant.
    Je confesse que je n'ai pas lu le coran mais je pense très sincèrement que c'est aussi le cas de la majorité des beaux esprits qui nous expliquent qu'il n'y a pas de lien entre la religion musulmane et le terrorisme djihadiste.
    La nature du lien se discute certainement mais le lien lui-même est indiscutable et il ne faut sûrement pas dispenser les musulmans "modérés" d'un examen de conscience salutaire qu'ils sont les seuls à pouvoir mener et qui est probablement le seul à pouvoir influencer positivement les choses puisque les djihadistes se radicalisent au sein de leur communauté.
    Par rapport à cette réflexion indispensable, je trouve regrettable et même ... suspecte cette déconnexion réaffirmée comme un leitmotiv du terrorisme se réclamant de l'Islam par rapport à la religion.
    Autre affirmation reprise jusqu'à plus soif : le fait que l'Islam soit une religion d'amour. Que je sache, il n'y aucune influence pernicieuse extérieure à l'Islam qui explique que Sunnites et Chiites se font la guerre parfois très violemment. Cette guerre-là ne serait-elle pas haram ?

  • Par Sébastien Marlair - 22/11/2015 - 11:05

    L'article a le mérite d'alimenter le débat, en soulevant un point central pour l'islam : le rapport au texte coranique, son usage, et le littéralisme qui prévaut généralement dans son interprétation.

    (1) Interprétation littérale


    Cependant, il convient de se demander où mène une telle remise en cause dans la mesure où elle est précisément produite dans des contextes qui ne sont pas directement adressés à la communauté musulmane (comme on peut le faire et comme certains le font par exemple en s'adressant aux jeunes musulmans dans les écoles), et dans la mesure où tout le problème des extrémismes semble réduit à un noyau central actuel de l'islam qui pourrait mettre des siècles avant de prendre une autre forme.

    On peut aller encore un cran plus loin en montrant que défendre l'idée d'une lecture plus symbolique du Coran revient un peu à signifier à l'islam que la seule voie possible pour un islam associé à une société moderne et démocratique est celle qu'ont largement emprunté le christianisme et le judaïsme, et qui s'apparente, à bien des égards, à une laïcisation et à un recul de la religion.


    La question qui fait ici problème, et qui est très vaste, est de savoir si l'on peut être croyant au sein d'une religion dogmatique révélée et vivre dans une société moderne, pluraliste, démocratique et tolérante. Je pense que c'est ce que font de facto de nombreux musulmans, comme de nombreux chrétiens ou juifs qui resteraient dans une perspective plus traditionaliste. S'il y a, assurément, une tension conflictuelle entre modernité et tradition, cela ne me semble pas une solution de dire à tous ceux qui sont attachés à une tradition religieuse multiséculaire qu'ils n'ont qu'à la passer à la moulinette d'une modernité critique salutaire... La même modernité, d'ailleurs, qui semble convenir si bien à une société où les valeurs marchandes semblent donner le la à toute nouvelle axiologie du moment.

    Quoi qu'il en soit, il est normal et sain qu'un centre laïque incite les religions à faire leur propre examen afin de mesurer leur part de responsabilité dans les violences qui éclatent en leur nom. Cependant, il me parait également essentiel, pour le même centre laïque, d'être très vigilant sur le genre de positionnement ainsi promu, et le rôle qu'il peut avoir dans le contexte actuel, aisément anti-musulman.

    En effet, prôner une perspective aussi peu recevable par la grande majorité de la communauté musulmane actuelle, à partir d'un problème qui n'est pas le fait de cette majorité, mais bien celui d'une minorité violente extrêmement nuisible et extrêmement médiatisée, risque d'entrainer une réaction de la part des Occidentaux non-musulmans (car c'est bien à eux que s'adresse prioritairement cet article) du type : "vous pouvez vivre parmi nous, mais non en tant que musulmans". Ce qui est une formulation calquée sur la première étape de l'anti-sémitisme selon Raul Hilberg : "vous pouvez vivre parmi nous, mais non en tant que juifs" (avant les deux étapes consécutives, au cours des siècles : "vous ne pouvez plus vivre parmi nous" puis "vous ne pouvez plus vivre").


    (2) Daesh n'est pas l'islam

    Malgré l'intérêt d'interpeller l'islam sur le littéralisme général de ses interprétations, il me semble que la causalité qui fait la thèse de l'article entre littéralisme coranique global et islamisme de type Daesh est un amalgame violent et dangereux.

    En effet, l'article présente dans des termes finalement identitaires (le musulman a une interprétation littérale du Coran) dont j'ai dit le danger plus haut, une problématique nettement plus différenciée, et largement orientée par un contexte socio-historique précis. L'article évoque ainsi de façon très allusive les références à Ibn Taymiyya (figure médiévale centrale du salafisme) et à Mouhammad Ibn Abdel Wahhab, fondateur du wahhabisme, pour ensuite relativiser ces influences sous prétexte que l'islam est de toute façon littéraliste et qu'il n'y a pas de hiérarchie claire qui permettrait de faire prévaloir un autre point de référence pour une interprétation plus moderne du livre sacré de l'islam.

    La réalité est toute autre puisque l'islam sunnite comporte quatre grandes "écoles de droit" qui sont toutes plus modérées et laissent toutes une place plus importantes à l'adaptation contextuelle du texte à l'époque contemporaine que le salafisme et le wahhabisme, deux mouvements très proches dont se revendiquent à peu près toutes les formes d'islamisme contemporains et toutes les violences commises au nom du "djihadisme".

    La grande majorité de la compréhension musulmane du Coran ne produit en aucun cas les attitudes rigoristes et, moins encore, les violences sanglantes que promeuvent des groupes comme Daesh. Une lettre ouverte produite par 126 savants sunnites du monde entier et datée du 19 septembre 2014 a même montré point par point en quoi Daesh était en contradiction complète avec la Charia, dont le strict suivi serait déjà une interprétation rigoriste de l'islam (cf. http://www.lettertobaghdadi.com/ ; extraits publiés dans le journal Le Un du 8/10/14 ; texte désormais disponible en français sur le site).

    Dans ces conditions, laisser entendre qu'il n'y a pas de différence substantielle entre Daesh et un islam juste (si l'on préfère cette expression à celle du "vrai islam", à condition de bien l'entendre du point de vue d'une justesse proprement islamique) revient à faire le jeu soit de l'islamisme soit de l'islamophobie... voire des deux car il est probable que le second puisse servir d'instrument prosélyte au premier.

    En revanche, depuis que le wahhabisme est devenu la doctrine officielle de l'Arabie saoudite et que celle-ci a gagné en puissance grâce ses ressources pétrolières, en s'attirant du même coup la complaisance de nombreuses puissances ocidentales, ces courants radicaux plutôt périphériques ont atteint une diffusion exceptionnelle et toujours renouvelée au sein de la communauté musulmane, notamment d'immigration, au point de produire un problème qui mérite quant à lui d'être vivement pointé en interpellant la communauté musulmane.

    Cf. ce pointage pour la Belgique :

    http://www.lalibre.be/actu/belgique/madrane-le-peche-originel-en-belgique-a-ete-de-confier-les-cles-de-l-islam-a-l-arabie-saoudite-en-1973-564d5c4a3570bccfaf253054

    De nombreux commentaires ont déjà souligné l'amalgame que commet Xavier Luffin en posant un parallélisme entre le fait d'affirmer que Daesh n'est pas vraiment l'islam et que les États-Unis n'auraient pas produit la guerre du Vietnam sous prétexte que ce n'était pas les vrais Américains. Si le fait que "sa connaissance du monde arabo-musulman ainsi que sa maîtrise de l'arabe, du turc et de certaines formes dialectales de l'arabe lui permettent de travailler directement sur des sources de première [main] et donc de saisir toute la complexité des problèmes ainsi que la diversité des opinions" (selon les termes de Nicolas Zomersztajn dans une réponse à un commentaire) n'est pas remis en doute, cela ne l'empêche assurément pas de commettre un amalgame, d'autant plus problématique.

    En l'occurrence, non seulement l'État islamique n'est pas le fait d'une communauté musulmane dans son ensemble comme le détour sous forme de raccourci par le respect de la lettre coranique tend à le faire croire, mais en outre critiquer l'État islamique au nom d'un véritable islam prend tout son sens dès lors que l'on se réfère à un contenu idéel, à une doctrine voire à une idéologie et que l'on compare les faits qui s'en revendiquent au contenu de celle-ci. On ne peut à la fois reprocher à l'islam de manquer de référent hiérarchique et dire que la responsabilité de groupuscules extrémistes incombe à toute la communauté musulmane, au contraire d'une politique américaine gouvernementale, ou même d'abus chrétiens lors des croisades ou de l'Inquisition largement promus par la hiérarchie chrétienne médiévale. On ne peut non plus assimiler le manque de référent hiérarchique à la domination de n'importe quelle mouvance au sein de l'islam alors que l'opposition à l'État islamique au nom de l'islam existe et qu'elle n'est pas seulement le fait d'individus isolés (cf. la lettre ouverte évoquée plus haut). Mais surtout, il est évident que les chrétiens dénoncent légitimement le fait que les Croisades ou l'Inquisition n'étaient pas en accord avec l'enseignement christique, comme on peut dénoncer la politique anti-démocratique de l'impérialisme américain, ou les dérives staliniennes d'un communisme très peu marxiste. Il s'agit du même geste lorsqu'une centaine de savants sunnites s'adresse à l'État islamique autoproclamé sans lui reconnaitre de légitimité sur le plan strictement islamique et ce, en tenant parfaitement compte de la connaissance que l'EI peut avoir du Coran dont les citations n'empêchent nullement l'abus, à l'instar des autorités chrétiennes médiévales usant de passages bibliques pour justifier leurs exactions. Ainsi, le premier point du résumé en 24 points de la lettre ouverte adressée à Abou Bakr Al-Baghdadi (calife autoproclamé de l'EI) déclare : "Il est également interdit de citer une partie du Coran — ou une partie d’un verset — pour en déduire une règle sans regarder tout l’enseignement du Coran et des hadiths lié à cette question. En d’autres termes, il y a de stricts préalables à la fois subjectifs et objectifs envers les fatwas et on ne peut se permettre de « piquer de-ci de-là » des versets du Coran sortis du contexte du Coran et des hadiths pour les ériger en lois." (Traduction disponible ici : http://www.lettertobaghdadi.com/wp-content/uploads/2014/11/french.pdf)


    3. Islam et modernité occidentale

    Si Xavier Luffin peut dire avec assurance qu'il n'a "jamais entendu un imam bruxellois se référer aux écrits de Nasr Hamid Abou Zayd, ce théologien égyptien cherchant à interpréter le Coran à travers une herméneutique humaniste", on ne peut pas faire pour autant comme s'il n'y avait effectivement pas de voix qui s'élevaient au sein de la communauté musulmane en faveur d'un islam ouvert à la modernité, à l'Occident et à la démocratie, avec un impact réel sur cette communauté. Il faut d'abord souligner que cette communauté ne s'interroge pas uniquement sur son rapport à l'islam en écoutant le sermon d'un imam ou en se rendant dans une librairie arabe du boulevard Lemonnier. La communauté musulmane de Bruxelles, par exemple, suit les nombreuses émissions télévisées et achète des ouvrages à la Fnac autant que les Bruxellois non-musulmans. Certes, les voix qui s'élèvent aujourd'hui au sein de la communauté musulmane en faveur d'un islam pacifique, au sein d'une modernité occidentale, sont elles-mêmes très problématiques parce qu'elles sont prises dans les contradictions les plus complexes d'une situation qui vise à articuler un traditionalisme souvent trop fermé à une modernité souvent trop émancipée de tout ancrage traditionnel et de toute valeur autre que les siennes (comme, par exemple, Tariq Ramadan qui domine les publications musulmanes sur l'islam occidental, et qui est aussi vendu dans les librairies de Lemonnier, ou Yacob Mahi souvent présent avec nuance et intelligence dans les débats télévisés mais également sujet à de nombreuses controverses).


    Il y a donc effectivement un travail important à produire par les musulmans dans la communauté musulmane et il est sain et vivifiant qu'un spécialiste comme Xavier Luffin et un centre laïque comme le CCLJ y invite les musulmans, mais il faut se méfier, là comme ailleurs, des amalgames dévastateurs dans un contexte largement miné et structuré par des rapports de force multiples et complexes.

  • Par ken dommelly - 22/11/2015 - 21:57

    aimez-vous les uns les autres c,est de jésus le plus célèbre des juifs

  • Par mehdi mountather - 23/11/2015 - 14:54

    Si c'est vrai Daech été créé par l'administration américaine et si c'est vrai les attentats de Paris est un complot si c'est vrai le 11.9 est un complot donc l’inévitable vengeance d 'ALLAH par un cataclysme historique le 27.11.2015 pire que le tsunami de Japon si la fin du monde vendredi 27.11.2015 aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter la panique et l'enfer.

  • Par eric bouet - 24/11/2015 - 10:43

    que faire!!!

  • Par ludo - 25/11/2015 - 18:58

    L'article est intéressant et les réflexions pertinentes cependant il y a quelques parties discutable comme "assumer" alors qu'on parle d'un petite minorité. Dis-t-on du Ku Klux Klan qu'ils reflètent la société américaine?
    Est ce que les juifs de mea shearim qui jettent des cailloux sur les voitures représentent "israel" ?

    Je crois que la base du problème c'est plutot la bêtise.
    Il n'est pas nécessaire d'être intelligent ou cultivé pour lire et comprendre de travers un livre.
    De même il faut être sacrément prétentieux ou orgueilleux pour faire justice au nom de dieu ...

    Toutes les religions ont utilisé la malléabilité des esprits plus faibles pour leur dicter leur conduite.

    Si déjà chacun essayait de suivre les 10 commandements avant de se préoccuper des détails comme "quoi manger", "comment punir", etc.
    Le monde irait déjà mieux

    Ma petite contribution ...

  • Par vandercapellen alain - 28/11/2015 - 13:59

    M. Luffin, en effet je constate que les Imams ont des paroles et des discours invraisemblables, dans la lecture, ont trouve : un imam demande aux femmes d'accepter d'etre battue par leur mari, pour aller au Paradis.
    Le Coran autorise le viol, le meurtre du fœtus et l'égorgement.
    Qui écoute de la musique court le risque d'etre transformé en singe ou en porc par Allah.
    Les femmes sont de la viande .
    Les vêtements impudiques provoquent des maladies de l'intestin .
    La terre ne tourne pas autour du soleil.
    La terre est plate.
    Le musulman qui se masturbe, lorsqu'il ira au ciel verra ses mains devenir enceintes .
    l'Holocauste est un sujet imaginaire pour un imam.
    Le 30/10/2015 à Paris désormais c'est l'imam qui autorise ou pas les jeunes à bruler les voitures .
    L'islam est très peu habitué à ce qu'on limite ses pouvoirs .

    M. Luffin, pour un Occidental, européen, non musulmam, toutes ses
    déclarations d'imams, jettent le trouble . Je me pose des questions existentielles , pourquoi les musulmans viennent ils en Europe non musulmanes. Et souvent veulent imposer leur cultures. De plus ont est passé en France de 1965 ---) 5 mosquées à 2014 ---) 2400 mosquées !
    Dont 60 mosquées Salafistes ?
    Cordialement Vandercapellen Alain

  • Par Didi - 30/11/2015 - 11:18

    Pour ceux qui refusent d'accepter la comparaison entre les atrocités commises par de états et celles faites par EI: EI se considère comme état et considère le coran comme sa constitution. Le coran est donc un peu la constition de tous le musulmans, tout comme l'était la bible pour les habitants des territoires chrétiens ou conquis par les chrétiens il y a quelques siècles. Les Belges ont colonialisé le Congo surtout pour ses richesses, mais sous le prétexte de la christianisation des "sauvages". Les Américains utilisent dans toutes les phrases le mot "God", se justifiant ainsi de la "nécessité divine" de chacune de leurs interventions militaires. Les Juifs trouvent toujours que ils sont les seuls ayants-droits du territoire d'Israel, parce que dieu le leur aurait promis selon des textes datant de plusieurs milliers d'années, ignorant ainsi que sur cette même terre plusieurs dizaines de générations de non-juifs ont construits des civilisations. Ce sont des exemples de ce que causent les religions, c.à.d. la haine entre Hommes. La différence entre "l'Occident", jadis chrétien (et en moindre mesure le judaïsme) d'un côté et l'islam de l'autre consiste dans la possibilité de critique: chez nous on peut critiquer ce qui se passe dans l'église, on peut blaguer sans se faire tuer, on peut faire de caricatures du christ sans se faire décapiter etc., même cela ne plaît pas aux "vrais" chrétiens. Par contre quand on touche à l'islam en le critiquant, en le mettant en question, voire en en faisant des blagues, on est des intolérants, des racistes et j'en passe d'autres. Je ne trouve pas logique que la nourriture halal est devenu le standard dans certaines cantines et que nous devons accepter que les femmes portents le voile intégral dan notre société, tandis qu'il est impensable que les chrétiens ou les non-croyants s'expriment librement des une bonne partie des pays musulmans, comme l'Arabie saoudite ou l'Iran. Probablement il y a des musulmans qui diront que ces pays ne représentent qu'une minorité des musulmans. Pourtant, je n'ai jamais entendu protester un seul musulman contre cette discrimination. Par contre les manifestations contre l'intolérance religieuse sont relativement fréquentes en Belgique ou en Europe. En nous rendant dans un pays musulman très conservateur nous devrions nous adapter, alors pourquoi celui qui vient chez nous, qu'il soit musulman ou pas, ne devrait-il pas s'adapter à nos coutumes ou au moins ne pas les rejeter ou combattre?

  • Par emma - 5/12/2015 - 22:10

    ce qui est un peu beaucoup simpliste dans cette analyse est le fait de faire semblant de s'appuyer sur des textes , des exégèses qui 'ont vraisemblablement pas été lu dans leur langue d'origine . En effet il est démontré de manière irréfutable que le Coran n'est pas traduisible est quelque que langue qu'il soit de façon pur , se ne sont des traductions que approximatives , quasi chaque verset n'est pas vraiment tel qu'il l'a été révélé , exemple dans le verset où il est question du port du voile il est écris en Français "Dis à tes femmes aux filles de tes femmes leurs amies de cacher leurs parures " lors que en Arabe le mot employé sigifie en Français couvrir la chevelure , cette confusion laisse ainsi a pensé que les femmes n'ont pas a se voiler juste à cacher leurs parures ou forme . Il en est de meme pour de nombreux verset.
    Prétendre donc pouvoir faire une analyse du Coran en ne s'étant documenté que sur des textes traduits et non originel fait donc perdre tout son sens à cette analyse.

  • Par Christian - 6/12/2015 - 23:03

    Dans TOUTES les religions dignes de ce nom, les 2 principes de base sont l'amour du prochain et le pardon, principes qui N'EXISTENT PAS dans l'islam, le coran et ne parle que de sanctions et de djad.

  • Par Kevin - 7/12/2015 - 22:57

    Le wahhabisme, courant idéologique pratiqué par daesh est rejeter par l'ensemble des musulmans sunnites. Voilà pourquoi les musulmans dise et redise sans cesse que daesh n'a rien avoir avec l'islam.L'islam pratiqué par plus d'un milliard de musulmans prône la miséricorde et condamne le meurtre. La guerre est prescrite dans certains cas,comme en cas d'agression ce qui est normal et logique, tout peuple à le droit de se.défendre par n'importe quel moyens.en vérité vous ne faites que des conjectures et vous ne connaissez rien à L'islam. Et vous oubliez surtout que l'Occident à financé et armé le groupe al nosra.filière d'Al qaida et qui a prêté allégeance à daesh.C'est l occident qui finance ce courant extrémiste et qui vous le vent comme un islam authentique.Plus d'un milliard de musulmans mais vous préfèrez écoute la voix d'une minorité.

  • Par Leibish - 8/12/2015 - 14:21

    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/ils-lisent-la-bible-dans-la-rue-en-faisant-croire-que-c-est-le-coran_1743366.html

  • Par Betty Harel - 10/12/2015 - 8:40

    Importante mise au point ...

  • Par tony - 15/12/2015 - 16:25

    Salut;Les soit disant penseurs musulmans, leur rôle était de faire accepter l'islam pour le monde. Ils n'ont pas assumé leurs rôles d’intellectuels pour faire des études critiques sur le fondement même des textes coraniques. Ils ont accepté l'islam comme religion sans trop se questionner sur son contenu contradictoire et certainement horrible, car aucune oeuvre de l'humanité n'est si haineuse , si barbare.- Les gouvernement doivent faire l’étude du contenu du coran (par les MP), plutôt que de l'accepter, cheque en blanc, comme religion. Car, tant que l'islam sera considérée comme religion, il y aura des fidèles qui vont l'appliquer, et donc, l'existence du fondement idéologique du terrorisme.- les cours de justice peuvent se saisir du dossier et rendre des avis juridique ou décision, car il représente la 1ere cause de la criminalité et du terrorisme.Il faut pas attendre quelque chose des musulmans qui sont nés et grandis dans la peur du châtiment , et qui trembles a la moindre raisonnante du non d allah. Ils n'ont pas le courage de réagir. Ils sont prisonnier de leurs peur qui les rend ignorant.Cela ne les dédouanent pas de leurs responsabilités direct ou indirecte de cautionner l'islam et ses conséquences. Ils vont même jusqu’à héberger et nourrir les terros, comme le cas des attentats de paris.

  • Par besbes - 19/12/2015 - 19:27

    votre texte ne fait pas du tout référence à la période d'ABDELMALEK IBN MAROUAN.elle est absolument nécessaire à connaître car c'est le noeud de l'histoire coranique qui peut remettre en question la révélation du texte coranique. le texte coranique du début était écrit en syriaque et beaucoup de choses ont été mal transposés (un exemple: la nuit du destin est plutôt celle de la naissance de Jésus; les houris dans le texte syriaque sont les raisins qui brillent etc etc ...)le texte de la sourate de l'éléphant est d'une absurdité monstre; et ce sont les scribes de ce Maraouan qui ont finassé le texte coranique dont nous disposons ce jour

  • Par Malek - 13/01/2016 - 23:51

    Bonsoir,
    Votre article ou explication est intéressante, mon opinion ou ma réflexion en est proche. Sachez que bon nombre de jeunes gens ou moins jeunes d'ailleurs échangent entre amis a se sujet et je pense que cet apport qu'est la réflexion de jeunes musulmans entre foi et dogme est primordiale pour la compréhension de l'islam dune part et me semble trop peu exploité par les médias ou autre pour effectuer le relai auprès du grand public. Nous autres jeunes musulmans ayant grandis et s'étant construit psychologique ment si je peux le dire ainsi, en France et en Europe pouvons comprendre mieux que quiconque le dogme et l'interprétation du sens de ce texte sacré qu'est le Qoran. Il me semble que bon nombre de jeune trentenaire peuvent comprendre le lien ou le fossé qu'il existe entre le message fondamentale et la signification de l'islam dans les sociétés d'aujourd'hui.Nous sommes sans doute a un tournent de quelque chose, je ne sais pas encore de quoi il s'agit mais le rôle de jeunes nos jeunes intellectuels ou universitaire qui connaissent la foi me semble être négligé par la sphère politique d'autant plus que bon nombre de jeunes doivent avoir des interrogations tout comme la population tout entière qui n'entend parlé de la religion musulmane qu'à travers des faits divers. Je pense que une émission consacré a l'explication de l'islam dans sa réelle perspective tout comme cela peut exister en Algérie pourrait éclairé bon nombre de nos concitoyens. Pour terminer et en espérant un éventuel échange avec vous ,je vous pose la question qui est réellement Omar la bagdadi Omar de Bagdad ? D'où vient il?

  • Par Garibaldi - 16/03/2016 - 11:55

    Cela fait du bien de constater qu'il reste encore des intellectuels lucides. Félicitations.

  • Par Christian Cholewa - 20/03/2016 - 13:07

    Comme je le dit et le répète au maximum, dans toutes les religions, quelle qu'elles soient, les principes et règles de base sont : "Aime ton prochain comme toi même" et " ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse" sauf dans l'islam !!!

  • Par Abi - 23/03/2016 - 12:07

    Je n'arrive toujours pas à comprendre comment des gens cultivés et à jour comme vous tous sur ce site, peuvent croire que les cellules terroristes islamiques ou je ne sais "quelle autre dénomination se rapprochant de l'Islam" sont tellement puissantes et organisées que tous les moyens technologiques dont disposent les services secrets du MONDE sont incapables d'éliminer, sachant qu'ils sont très disposés à surveiller une poussière ! Les médias vous ont rendus aveugles et bêtement manipulables ... Au lieu de vous enfoncer avec vos discours de chacun sa part de responsabilités, il faut revoir les textes coraniques, il faut que les musulmans se remettent en question.. essayez plutôt de plongez plus profondément dans le sujet et cherchez le comment du commencement et le pourquoi de la chose !! Personnellement je ne me laisserai pas manipulée ou contrôlée avec ces histoires à dormir debout déjà qu'ils ont commencé avec leur FAMEUX et tout puissant Oussama BEN LADEN, Al Qaida et nous voila avec une nouvelle tendance : DAESH !

    NB : En parlant de la responsabilité des Musulmans liée aux terroristes juste parce que ces gens se disent MUSULMANS et qu'ils citent souvent plusieurs versets du Coran jugés compliqués et "flous", j'en conclue alors que si je me déclare moine et décide de ne plus converser et en parallèle je sors en boite me bourrer la gueule; me permet d'en faire partie et que les vrais moines se doivent d'assumer leur responsabilité de me remettre sur le droit chemin ! De la pure connerie humaine !!

    Laissez ces gens tranquilles et cherchez plus loin que le bout de votre nez ...

  • Par Malignon Dominique - 24/03/2016 - 16:47

    Bravo pour cet article qui, je pense permet de remettre la pensée en marche et nous sort de cette tétanisation ou nous plonge cette violence, à priori INCOMPRÉHENSIBLE !!!

  • Par Alain Bellière - 24/03/2016 - 19:49

    Enfin la vérité.

  • Par Libellule - 27/03/2016 - 16:46

    Intéressant !
    Il faudrait juste arrêter de penser que C l'islam.
    Tout ceci ressemble à une machination dont l'islam est la première victime.
    Ces gens qui tuent et la manière ...
    La propagande derrière ... Trop bien fait et effectuè.
    Qui aurait assez de haines et de perfudies
    pour mettre en place tout ceci?
    On a déjà vu cela en 39/45...pendant la guerre froide .. dans les processus de décolonisation , qd les peuples voulaient
    leur dignité!
    On l'a vu au Vietnam ... en 1989/1991..en URSS ,
    en Afghanistan la pauvre dés2001! La destruction de l'Irak ..
    C la même machination .. assassinat de Kennedy , la chute de de gaule..
    Pour moi,Daesch, de par sa genèse , est une pure
    invention qui fait mal , bcp de mal!
    Nous agissons aujourd'hui , car ça touche nos enfants
    chez nous en occident!
    Sinon , on s'en foutrait .
    Mais ça sent mauvais au moyen orient et surtout ça coûtent cher
    et très cher , il faut mêler les autres à cette merde.
    Voilà pourquoi, nous sommes à notre tour , de façon
    évidente concernes mais pas Victime!

  • Par Mehdi - 28/03/2016 - 17:11

    Pour ma part je suis convaincu que les propos du professeur ont été détournés de leur sens par ce journaliste, que je soupçonne mal intentionné et assurément d'obédience sioniste. Je vois mal un professeur de cette envergure (j'ai vérifié son CV!), qui peut effectivement apporter des critiques objectives et un éclairage avisé sur de réels problèmes endogènes et exogènes vécus par plusieurs pays musulmans, utiliser des arguments aussi ridicules, comme
    -parler de comportement victimaire des musulmans alors qu'ils sont chaque jour réellement attaqués partout, de toutes parts et avec tous les moyens disponibles (votre article est un bon exemple!). Revoyez l’exemple algérien, vous serez bien éclairés!
    -Demander un mea culpa de la part des musulmans pour les crimes commis, en grande partie contre eux, par des terroristes créés par la CIA et financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar (deux grands exemples a suivre en matière de libertés individuelles), genre Ben Laden, alors qu'on n'a entendu aucun Chrétien s'excuser pour les prêtres pédophiles ni aucun Juif demander le pardon pour les crimes d'Israël en Palestine occupée.
    -Comparer l'histoire des USA, un pays, avec une religion, l'Islam...
    - Etc. etc. etc.…….
    C'est un article versant dans la désinformation qui vise ni plus ni moins a créer la peur des musulmans d'Europe. C'est quoi l'étape suivante? l'inquisition et le bûcher?!

  • Par Jean-Jacques - 16/05/2016 - 21:54

    Le refus obstiné de beaucoup de musulmans de reconnaître Daesh comme l'expression d'une forme d'islam (certes radical), le refus de reconnaître la part de danger que représentent incontestablement (et quelles que soient les traductions) certains versets du Coran... lorsqu'ils ne sont pas (re)contextualisés s'accompagnent souvent de théories conspirationnistes - très en vogue, en particulier chez les plus jeunes - selon lesquelles les musulmans n'ont rien (!) à voir avec ce qui se passe en Syrie... ou ailleurs, l'islam étant forcément une religion d'amour (ce qui ne veut strictement rien dire, car on essentialise un terme, comme si ce n'était pas des hommes qui font "exister" une religion): selon l'une de ces brillantes théories, seuls les Américano-sionistes manipulent de pauvres ignorants, des malades mentaux afin de réorganiser ce que certains appellent 'l'Empire". Combien de fois n'ai-je pas entendu ce type de discours qui, bien évidemment, simplifie au plus haut point la réalité et empêche tout questionnement... des principales victimes? Pourtant, il est clair que les FAITS parlent d'eux-mêmes. Pourtant, il est clair que, à de rares exceptions près, les pays musulmans ne sont guère démocratiques, que la condition de la femme n'y est pas spécialement enviable (certains versets du Coran soulignent la "supériorité" de l'homme et les "droits" qui y sont attachés), que la Charia, un juridisme très éloigné des "droits de l'Homme" s'imposent dans nombre de pays musulmans. Ne parlons pas de la condition des athées, à supposer qu'ils s'affichent (condamnés par le Coran), des homosexuels (il n'en est cependant pas question dans le Coran), des chrétiens... Quant à l'apostasie, si elle n'est pas explicitement condamnée dans "Le Coran", elle l'est à travers des hadiths que certains pays ne se font pas faute d'exploiter... de la manière la plus radicale!Mais ce sont toujours forcément les "autres" (les Juifs, les Américains, les "néocolonialistes") qui sont exclusivement responsables de cette situation. Certains intellectuels européens n'hésitent pas à soutenir de telles thèses.... qui ne font que se retourner contre les principales victimes: les musulmans eux-mêmes!J'ai le sentiment de me trouver dans le même cas de figure que celui des communistes bien-pensants qui, contre toute évidence, refusaient naguère de reconnaître les crimes de Staline, de Mao ou des Khmers rouges... au nom de la sacro-sainte idéologie qui devait - forcément - aboutir à la libération des prolétaires.

  • Par rjiba - 15/06/2016 - 11:49

    OUI MONSIEUR , Nicolas Zomersztajn L'ETAT ISLAMIQUE (DAESH) CE N'EST PAS L'ISLAM"

  • Par Sarah - 24/06/2016 - 12:42

    Être d'accord avec les propos d'une personne qui se dit connaisseuse de "l'islam", mais qui compare les actes des américains en Irak d'ordre politique à des actes par convictions religieuses, serait stupide... Les origines d'une personnes n'influent en rien ses convictions et actes religieux, tels que ceux de daesh ici...
    Je tiens également à préciser qu'en tant que musulmane je ne considère pas les personnes faisant partie de cette secte (daesh) comme des musulmans mais des usurpateurs, des barbares, des personnes atteintes de sérieux problèmes psychologiques...
    Quand j'apprends une tuerie dans un lyçee aux Etats-Unis, commise par quelqu'un atteint de certains troubles, ou un attentat perpétré par daesh, je ressens la même peine pour les victimes et de la peur car, j'aurai très bien pu être l'une des victimes de ces criminels sans foi ni loi. Donc je ne peux reconnaître ou accepter leurs actes si pour moi ils ne sont que des "gens dérangés" cherchant à salir ma pure et vraie religieux qu'est l'Islam.
    Je ne ressens donc aucune honte mais du dégoût quand je constate leurs actes et ai de la peine pour les familles des victimes de ces barbares.

  • Par Celine Roman - 19/07/2016 - 6:26

    et si on remplaçait 'état islamique' par salafiste? L ennemi serait enfin nomme, ne serait plus un concept. Le premier ennemi des salafistes, avant les mécréants, ce sont les autres musulmans, désignes comme traîtres. Et on attend de ceux la, qui ont voulu s'intégrer dans nos sociétés, (et donc abandonne le communautarisme) , qu ils se désignent comme cible de ce mal que nous ne savons pas nommer?

  • Par ALUF HANITZAHON - 22/07/2016 - 11:47

    L'islamisme n'a rien à voir avec l'Islam tout comme l'alcoolisme n'a rien à voir avec l'alcool ni le tabagisme avec le tabac
    Vive les cons qui pullulent dans nos medias

  • Par Dr Mohamed Madkoo - 22/07/2016 - 22:42

    Je suis d'accord avec le commentaire . Je voudrais surtout ajouter que la seule approche à même de faire la part des choses réside à reconnaître et confirmer que le Coran à été promulgué en deux phases temporelles. Les versets Mecquois " dictés " à Muhammad en sa seule qualité de prophète et les versets MÉDINOIS dictés en sa nouvelle fonction de Chef d'état ( naissant ) , de commandant d'une Armée et de prophète .
    Les versets Mecquois dans leur intégralité introduisent les préceptes du culte , de la religion dans sa mansuétude et son pacifisme. Tandis que plusieurs versets " dictés " à Médine concernaient les injonctions relatives à la survie des musulmans , aux actions et réactions relatives à des situations de combat , voir même de vie ou de mort OU de prises de positions impératives envers des conflits sociaux .
    Il en a résulté des versets qui se contredisent [ attitude de l'islam, des musulmans , par rapport aux adeptes des " livres " reconnus célestes (?) ] pour ne citer que ceux-là . Une fois ce grand pas franchis , il sera possible de décréter que les versets belliqueux, voir sanguinaires , étaient promulgués pour traiter des situations, des dangers particuliers , bien précis, et qu'une fois résolus ces dits versets ne doivent en aucun cas être maintenus , encore moins universalisés ou considérés éternels .
    Travail aléatoire , de longue haleine , mais à mon sens condition sine qua non pour priver les extrémistes de références qui malheureusement , indéniablement résident dans le Coran .
    Pou conclure , en m'inspirant des divers commentaires sous-mentionnés , je me permettrai de comparer " notre " 15éme siècle de l'hégire à votre 15éme siècle Géorgien espérant qu'une Renaissance musulmane ( maintes fois tentée : Mohamed Abdou entre autres) se concrétise.

  • Par Gilles - 24/07/2016 - 8:22

    DAESH est une nouvelle IMPOSTURE des Illuminatis

  • Par musulman - 28/07/2016 - 0:51

    Arrêtez de dire n'importe quoi. Vous n’êtes pas très intelligent. Nous sommes bien sur un site religieux n'est-ce pas ? Un site juif si je comprend bien ?

    Vous interprétez le coran à votre manière comme ça vous arrange. Les gens qui commettent des injustices au nom de l'islam, ne sont pas musulmans. Ils ont rien compris de la religion et salisse l'islam. L'islam est une religion de paix comme le judaïsme et le christianisme.

    Dans chaque verset du coran, il y a une interprétation. Il y a l’exégèse du coran. Càd la compréhension. Chaque verset se situe à un temps. Il y a des verset qui parle pour l'époque du début de l'islam. D'autre verset correspond au présent et d'autre au futur. Comment pouvez dire que le coran appel au meurtre si il y a un verset du coran qui dit que tuer un homme c'est comme avoir tué toute l'humanité. (source : http://www.sunnisme.com/article-les-versets-du-coran-qui-commandent-de-tuer-73790066.html/).
    Si vous avez attendu un verset qui parle de meurtre, c'était à l'époque où l'islam est né et que les non croyants arabe offensait les premiers musulmans. Alors Dieu a envoyer le verset qui dit combattez ces injustes; Voila la vérité. Ce verset n'est plus valable pour notre époque car cela est passé et entre temps le coran nous enseigne la paix. Et malheureusement beaucoup de soit disant musulman applique encore ce verset. Et c'est une minorité. Car tous les savants et les écoles musulmanes enseigne le coran comme il le faut.

    Dans la Bible, il y a un verset qui parle de la lapidation. (Source : http://saintebible.com/john/8-5.htm). Il y a surement une interprétation mais je ne la connais pas . Ce n'est pas pour autant que je vais discriminer les chrétien si je sais que le christianisme est une religion de paix.

    De même pour la torah. Il y a in verset qui parle de meurtre (Source : http://www.diatala.org/article-il-est-permis-de-tuer-les-goyim-non-juifs-93364585.html).

    Et il y a plein de verset dans les talmud qui parle des non juifs qui sont des chiens etc etc etc.

    Mais ça on n'en parle jamais. C'est que l'islam qui compte pour salir.


  • Par chuck lebon - 29/09/2016 - 22:45

    Réponse à musulman , mehdi,rijba et sarah.
    Les musulmans ne peuvent pas rester dans le déni ad vita eternam.Il faudra bien voir la vérité en face .L'islam est plein de violence et d'appels au meurtre.La majorité des musulmans sont pacifistes et condamnent la violence mais combien connaissent le coran e,la sunna(boukhari et muslim) et la vie (la sira) du prophète.Les musumans défendent l'islam avec leurs sentiments et leur foi mais pas avec les textes et les sources musulmanes car ils les ignorent.La violence est pou l'époque du prophète? Bien alors peuvent ils renier et dire que sourate al anfal(le butin),sourate mohamed et sourate attawba doivent être effacées du coran car elles sont hors contexte et ne peuvent plus être appliquées?Qui aura le courage de dire ça?Pas toi musulman ou toi rijba ?Quand on dit qu'il y a de la violence dans la bible (je ne suis pas chtétien) oui c-est vrai mais elle est surtout descriptive et la plupart des peuples contre lesquels elle s'exerce n'existe plus: les cananée,les amorites,les hittites,les perrizites,les jebuséens et j'en passe.Tandis que la violence du coran est à l'impératif.Ce sont des ordres de dieu lui même. Et elle s'exerce contre les kouffars c'est à dire le reste du monde:les chrétiens,les juifs,les athés,les boudhistes etc..Quant à ce verset qui dit que tuer un humain c'est tuer le reste de l'humanité il faut le lire en entier..Il s'agit du verset 32 de la sourate 5(Al Maida) D'abord dieu s'adresse aux enfants d'israel et pas aux musulmans;Mais continuons.:"Quiconque tue un être humain NON CONVAINCU DE MEURTRE OU DE DESORDRE SUR TERRE etc....Ah il ne faut pas qu'il fasse du désordre sur terre (ce terme vague laisse la place à toutes les interprétations les plus dangereuses) mais si quelqu'un est jugé coupable de désordre alors là il y a le verset 33 qui remet les choses en ordre"Quiconque combat dieu et son prophète(même par la parole) ou qui provoque le désordre sur la terre qu'il soit MIS A MORT,CRUCIFIE ou AMPUTE d'ne main et d'un pied par ordre croisé ou expulsé.Alors là ça remet bien les idées en place .Bref même ce verset sorti à tout de champ et répété à l'infini est lui aussi un appel au meurtre quand on le lit en entier.
    J'aimerais bien des contradictions et des contradicteurs mais sans la victimisation habituelle.Des textes ,des sources autorisés et le coran sont les vrais arguments. Bon courage

  • Par LS - 21/10/2016 - 11:33

    Exactement, j'ai enfin trouvé un article pour appuyer mes arguments.
    Pour moi, pas d'islam = pas d'islamistes.

  • Par peu importe apr... - 25/10/2016 - 22:16

    ce n'est pas l'islam, c'est un dérivé du wahhabisme secte hérétique et déclaré officiellement comme telle par une récente conférence des mufti et ce sans la présence des muftis wahhabites qui désiraient absolument venir mais ne durent pas invités et cette conférence était sous présidé par l'ex recteur de l'université dAl Azhar qui fait autorité dans le monde musulman.
    Ce clan, les sa oud, qui osent donner son nom a tout un pays, l'Arabie en l 'occurrence est honteux, et le prophète de l'islam avait prévenu que du nadj , région de Riad, sortirait la corne du diable et débutera la fitna

    Une chose sur laquelle je suis totalement d'accord avec vous, c'est d'un coté l’excès de victimisation que certaine presse donne à des voyous qui mériteraient des années de prisons ( au moins) et le manque de visibilité aux autres actes anti-musulmans, souvent contre les femmes d'ailleurs,
    pesons et soupesons les choses, les voyous , en taules, les agresseurs de gens honnêtes quelle que soient leur religion, au trou également et jugé de la même manièere

  • Par derka - 25/10/2016 - 22:37

    dans ce cas lisez moi donc le talmud puisque vous êtes docteur es religion.
    parlez moi de jésus et Barabas le bandit criminel que ponce Pilate à libéré condamnant en cela jésus .
    pourquoi ne nous dit on jamais que le fameux barabas cruel bandit criminel, en tout cas présenté ainsi dans tout les films Hollywood a produit et d'autres.
    s’appelait en réalité yéshua, oui, jésus, tout les deux avait le même prénom
    et pour couronner le tout, bar en hébreux, signifie fils de et abba, signifie père
    donc jésus fils du pere. qui est qui dans tout cela,