Hommage

Il y a 80 ans à Lontzen... ces convois d'enfants juifs fuyant le Reich

Jeudi 14 Février 2019 par Denis Baumerder

La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste s’est déroulée le 27 janvier dernier. Outre différentes manifestations célébrées à travers le pays, les autorités communales de Lontzen ont inauguré un monument symbolisant l’exode d’enfants juifs en 1939. Que s’est-il passé là-bas, dans cette commune située près de la frontière allemande durant cette période troublée ?

Inauguration du monument symbolisant cet exode d’enfants juifs en 1939, Lontzen

Rappelez-vous… la Nuit de Cristal, la nuit du 9 novembre 1938, la destruction en Allemagne nazie des biens juifs, synagogues, commerces… De nombreux Juifs persécutés, assassinés avant même que ne débute la Solution finale. Près de 10.000 enfants juifs ont eu la chance de pouvoir quitter le Reich. Leur évacuation s’est effectuée par le rail, principalement vers l’Angleterre. Les convois devaient transiter par la Belgique… et par la gare d’Herbesthal située sur la commune de Lontzen.

A l’époque, c’était la première gare après la frontière du Reich. Il faut savoir qu’après la Nuit de Cristal, et jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne avait autorisé l’entrée sur son territoire de 10.000 enfants juifs.

Le 22 novembre 1938, la Belgique a marqué son accord pour accueillir un groupe de 250 enfants juifs venant d’Allemagne. Et le 13 décembre, commençait le transport d’enfants vers la Belgique avec un convoi de 60 jeunes venus de Cologne, en passant par la gare d’Herbesthal en direction de Bruxelles.

Le témoignage d’Henri Roanne-Rosenblatt

Parmi les enfants qui ont pu échapper au nazisme à l’époque se trouvait notamment Henri-Roanne-Rosenblatt. Présent à Lontzen le 27 janvier dernier, il a apporté un témoignage émouvant devant une foule compacte sous la tente,  par un temps exécrable. Mais les paroles de cet ancien enfant des trains fuyant le nazisme retentissaient en chacun de nous : « J’avais 6 ans, je suis arrivé ici le 7 mars 1939. Je suis venu de Vienne, j’étais donc parmi ces enfants qui suite à la Nuit de Cristal ont pu être évacués ».

Il se souvient des péripéties : « Ces Belges ont été réticents au départ puisque les premiers trains ont été refoulés. Il a fallu vraiment l’indignation de la population et des articles dans la presse pour que le gouvernement revienne sur sa décision et accueille finalement 750 enfants ». Il ajoute : « Certains ont été rattrapés par les nazis au déclenchement de la guerre ». Lui-même a pu être caché à Bruxelles.

Une gare dans la mémoire

Le témoignage d’Henri Roanne avait débuté par la lecture d’un PRO JUSTICIA rédigé le 7 mars 1939. Dans ce document établi par la gendarmerie nationale, on trouve la liste des 136 enfants juifs entrés en Belgique le 7 mars 1939 par le train numéro 146 arrivé en gare d’Herbesthal. Une gare qui n’existe plus. Sauf dans la mémoire de ces enfants du train, même 80 ans après...


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/