Media

L'Humanité est restée ce qu'elle était

Mardi 5 juin 2018 par Simon Epstein, historien

En lisant un article de L’Humanité consacré aux manifestations de Gaza organisées le long de la frontière israélienne, on ne peut s’empêcher de relever que ce quotidien communiste ne s’est toujours pas délesté des impératifs mensongers qui, pendant tant d'années, furent sa raison d'être et son pain quotidien. 

 

Lisons L’Humanité en mars 1938. Un nouveau procès d'anciens compagnons de Lénine va s'ouvrir à Moscou. Inculpés de complot trotskiste, accusés d’être des « agents de Hitler », ils vont être jugés en public, comme le furent d'autres leaders bolcheviques en 1936 et 1937.

Marcel Cachin, le fondateur du Parti communiste français qui est aussi le directeur de L’Humanité, prend sa plume pour exprimer son point de vue. Il fustige les ennemis de l'URSS qui « élèvent leurs protestations insultantes contre les juges, contre les dirigeants de l'URSS, contre Staline ». Il rappelle que « toutes les garanties de la justice la plus démocratique sont accordées en URSS aux accusés ». Puis il anticipe, dans sa conclusion, sur le verdict à venir : « Et si le crime est prouvé, s'il est avoué, alors qu'on ne s'étonne pas de la fermeté des juges ! Qu'on songe plutôt à imiter la vigilance des magistrats soviétiques contre les saboteurs et les traîtres à leur patrie[1]».

Quelques jours plus tard, Cachin s'en prend violemment à Léon Blum et à Émile Vandervelde : ces deux social-démocrates sont « cités avec éloge par tous les réactionnaires et les fascistes» parce qu’ils «persistent à jeter la suspicion et l'outrage sur les juges soviétiques[2]». Sous le titre « Frappez impitoyablement! », le même numéro de L’Humanité rend compte de l’impressionnante campagne organisée par le parti communiste français : on se mobilise à Issy-les-Moulineaux, à Aubervilliers, à Clichy, etc.

Tandis que Cachin invite à « imiter la vigilance des magistrats soviétiques », tandis que L'Humanité se pâme d'admiration pour les procédures judiciaires en vigueur à Moscou, tandis que les militants communistes exigent que les traîtres soient frappés « impitoyablement », des millions d'innocents choisis sur « quotas » régionaux, ethniques ou sectoriels, sont déportés en Sibérie.

D’autres échappent au Goulag, tout simplement, parce qu’ils sont assassinés sur place : des dizaines de milliers de cadres communistes, dont les derniers survivants de la «vieille garde» du parti; des dizaines de milliers d'officiers de l'Armée rouge, y compris les héros et les chefs de la Guerre civile; plus généralement, des centaines de milliers de citoyens, toutes professions et toutes nationalités confondues. Et pendant ces années 1936-1938, qui sont particulièrement sanglantes dans la « patrie du socialisme », face au carnage qui n'en finit pas, face à la terreur qui s'exaspère, ce qui fut, à l’origine, le journal de Jaurès -oui, le journal de Jaurès !- ne cesse d'encenser, en termes toujours plus obséquieux, toujours plus complices, toujours plus criminels, le « grand Staline » qui mène le genre humain vers les lendemains qui chantent.

Les décennies ont passé et l’URSS s'est effondrée. Politiquement abandonné par ses électeurs, sociologiquement privé de la base ouvrière qui fit sa force, le parti communiste français lutte désespérément pour sa survie groupusculaire. Il pratique à cette fin une virulence « antisioniste » qui lui permettra, pense-t-il, de conserver son emprise sur ces fameuses banlieues qui jadis étaient rouges mais qui aujourd’hui, peut-on dire, se sont mises au vert…

L'Humanité, quant à elle, a modernisé son aspect : techniquement, elle est intéressante et même plaisante à lire. Mais elle ne s’est pas délestée des indignités morales et des impératifs mensongers qui, pendant tant d'années, furent sa raison d'être et son pain quotidien.

Lisons ainsi un article de Pierre Barbancey, daté du 31 mai 2018. Il exige l’annulation de la visite en France de Netanyahou, qualifié de « boucher de Gaza ». Il évoque les manifestations de Gaza qui sont, selon lui, « populaires et pacifiques ». Il montre comment les manifestants «sont fauchés par les snipers israéliens courageusement cachés au sommet de dunes et qui font un carton sur ceux qui leur semblent intéressants : des porteurs de drapeaux palestiniens, des secouristes ou des journalistes, pourtant aisément reconnaissables, des femmes et des enfants. Un homme bien connu parce qu’avec sa carriole il vendait des boissons sur les lieux du rassemblement a été tué. Peu auparavant, un autre Palestinien qui circulait en chaise roulante après avoir été amputé de ses deux jambes suite à ses blessures a été lui aussi victime des tirs israéliens.

Barbancey évite d’indiquer à ses lecteurs que ces manifestations sont soigneusement orchestrées par le Hamas, le Jihad islamique et les autres groupements fondamentalistes et guerriers qui dominent, encadrent et exploitent la population gazaouite. Ces organisations pouvant difficilement être qualifiées d’associations démocratiques à doctrine universaliste et à vocation humanitaire, il occulte leur présence, car elle porterait ombrage à son entreprise de béatification victimaire du peuple palestinien.

Barbancey omet aussi de signaler que les « manifestants » servent de filet de camouflage et de couverture protectrice aux commandos surarmés qui engendrent et entretiennent le tumulte. Ils guettent l’occasion de franchir la frontière, de passer en territoire israélien et de s’introduire dans un ou plusieurs kibboutz frontaliers. Leur but n’est pas d’y distribuer des bonbons et des brochures explicatives, ni même d’y faire signer une pétition pour la paix au Moyen-Orient. Leur objectif est de s’y comporter comme leurs homologues idéologiques se sont comportés au Bataclan et dans des dizaines d’autres lieux sur la surface du globe, c’est-à-dire d’y commettre un massacre aussi retentissant, aussi monstrueux que possible.

Dans leur majorité, les Palestiniens tués lors de ces tentatives de pénétration en territoire israélien appartenaient à ces mouvements d’assassins djihadistes, au Hamas notamment… Ajoutons que plus de cent roquettes et obus de mortiers ont été tirés sur les agglomérations israéliennes dans la nuit du 29 au 30 mai, ce qui ne corrobore pas la thèse, émouvante mais grotesque, du mouvement « populaire et pacifique ». Et mentionnons aussi les cerfs-volants incendiaires et les multiples artifices meurtriers dans lesquels le «pacifisme» palestinien, tout au long de ce mois de mai, a investi son ingéniosité créatrice.

Barbancey est trop jeune, bien sûr, pour avoir connu Cachin. Il n’a pu bénéficier directement de ses leçons d’éthique journalistique. Et pourtant, il démonise les Israéliens, il angélise les Palestiniens, en 2018, avec une dextérité qui n’a rien à envier à celle dont Cachin faisait preuve quand il célébrait, en 1938, la droiture exemplaire de la justice soviétique… Oui,  L’Humanité est restée ce qu’elle était.

 

[1] Marcel Cachin, «Le bloc des trotskistes et droitiers agents de Hitler devant la justice de l'URSS», L'Humani­té, 2 mars 1938. Cachin rappelle dans l'article qu'il as­sis­­ta, aux côtés de Paul Vaillant-Couturier, à un autre grand procès du même type, celui de Radek et Piatakov. Il pré­cise qu'il rendit compte de ce procès, dans le journal, «avec la plus entière bonne foi».

[2] Marcel Cachin, «Une infime minorité de malfaiteurs», L'Humani­té, 10 mars 1938. «Frappez impitoyablement!», est sur la même page.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Ezekiel - 5/06/2018 - 9:50

    Le cclj se démarque de ce titre scandaleux ?
    Que s y passe t il ?

  • Par marcel Hipszman - 6/06/2018 - 11:39

    vous tombez dans le travers même que vous dénoncez,vous faisant le relais complaisant de la version gouvernementale israélienne de ce qui reste un massacre délibéré relevé pas seulement par l'Humanité mais par l'ensemble de la presse mondiale quasi unanime,,New York Times,Guardian,Le Monde,La Croix,etc...Le fait que le Hamas ait revendiqué l'appartenance d'un certain nombre des victimes ne change rien au fait qu'une foule non armée a été tirée comme des lapins par les tireurs d'élite de Tsahal.Tous les commentateurs insistent sur le fait qu'il existait des moyens non léthaux pour contenir les manifestants gazaouis.
    Tout çà n'enlève rien,bien sur, à la part de responsabilité du Hamas dans cette affaire.Nul besoin pour ce faire d'aller chercher une justification a posteriori dans les tirs de roquettes survenus bien après ces évènements.Celà ne rappelle t-il pas un peu les procéds que vous dénoncez?
    Pour une appréciation plus mesurée ,je vous invite à vous reporter au communiqué de JCall sur cette affaire.
    J'ai souvent lu dans vos colonnes des commentaires moins complaisants vis à vis de la politique de Netanyahou.
    Que le titre de l'Humanité vous ai fait bondir-au passage je ne suis pas un lecteur de l'Humanité mais je l'avoue des 4 organes de presse cités plus haut-,je peux le comprendre,mais quel besoin d'aller fouiller dans les décombres de l'histoire pour justifier l'injustifiable

  • Par Santo FRANCO - 7/06/2018 - 16:55

    Je n'apprécie pas du tout cet article qui ne ressemble pas à la position que REGARDS défend au sujet des tueries de Gaza. Le CCLJ a-t-il retourné sa veste ?