Justes parmi les Nations

Deux familles belges à l'honneur pour deux vies sauvées

Lundi 5 décembre 2016 par Denis Baumerder

Le 30 novembre 2016, deux familles belges ont été mises à l'honneur pour avoir, au péril de leur vie, secouru des Juifs en détresse.

Jacky Weimann remerciant ses sauveurs

S.E. Mme Simona Frankel, ambassadeur d' Israël, a procédé à la remise de médailles décernées par  l'Institut Yad Vashem de Jérusalem, d'une part, à Gerda Meesters et, à titre posthume, à ses parents, Godfried et Marie Meesters, et d'autre part, à Victor et Flore Debouge, ainsi qu’à leur fille Marie-Louise. « Ils ont témoigné d'un engagement humanitaire total et ont agi avec courage et détermination  aux heures sombres du nazisme... ». Leurs noms viendront s'ajouter aux noms déjà gravés sur le Mur des Justes belges au Mémorial Yad Vashem. 

Le secret de Dina

Herman et Mina Weimann géraient un magasin de chaussures à Anvers. Ils avaient deux  enfants, Dina née en 1938 et Jacky né en 1939. En 1942, Herman est déporté avec le 15e convoi. Mina assiste à la confiscation  de tous ses biens. Elle fuit à Liège d'où, grâce à un réseau de Résistance judéo-chrétien, Dina est placée dans une ferme en Wallonie, à Bormenville. Flore et Victor Debouge, et leur fille Marie-Louise, l'accueillent avec affection. La famille Debouge a pris beaucoup de risques en raison de nombreuses rafles dues à la présence de résistants dans la région. Marie-Louise raconte : « En 1942, j'avais 21 ans. Mon frère Camille a été torturé et déporté à Sachsenhausen comme prisonnier politique. Mes deux autres frères étaient prisonniers de guerre en Allemagne. J'étais la confidente de Dina. Je n'oublierai jamais le jour où elle m'a confié tout bas, en secret, qu'elle était juive ». Après la guerre, Dina est partie vivre en Israël, d'où, chaque hiver, elle envoyait à  ses Sauveurs, des caisses d'oranges et de pamplemousses. « J'ai eu beaucoup de peine lorsque j'ai appris son suicide. Jacky était effondré ».

L'autre famille héroïque

Jacky Weimann a, de son côté, été hébergé dans une famille à Bilzen, en Flandre, au sein de la famille Meesters, dont tous les enfants étaient dans la Résistance, alors qu'une partie des habitants de Bilzen étaient plutôt pro-nazis. On imagine les risques de dénonciation... Jacky, très ému, à l’attention des deux familles : « Je m'adresse aujourd'hui spécialement aux « Justes » ici présents et à leurs descendants, pour leur dire qu'ils peuvent être fiers de l'héritage moral que leur ont transmis leurs parents, grands-parents et arrières grands-parents, et de leur  héroïsme au quotidien durant l'occupation allemande ». Marie-Louise de lui répondre : « Je pense que nous n'avons fait que notre devoir... ».


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/