Antisémitisme

Cocorico, un dessinateur belge primé au concours… négationniste de Téhéran

Mercredi 8 juin 2016 par Joël Kotek, Directeur de publication de Regards et professeur à l'ULB

Le 15 mai dernier, la chaîne télévisée iranienne Al-Alam diffusait un reportage sur l’ouverture du « 2e concours international de dessins et caricatures de l’Holocauste ». Les résultats du concours ont été rendus publics le 31 mai dernier et publiés sur le site resistart.ir. Tandis que le premier prix de 12.000$ était attribué au caricaturiste française Zéon, de son vrai nom Pascal Fernandez, un prix spécial du jury était attribué à notre compatriote Luc Descheemaeker.

 

Pour rappel, c’est en 2006 que le journal Hamshahiri, le plus gros tirage de la presse iranienne, avait organisé le premier concours négationniste. Il s’agissait aux dires de ses organisateurs d’une réplique à la publication des caricatures de Mahomet parues dans le journal danois Jyllands Postens, comme si les Juifs en avaient la moindre responsabilité. Cette première édition avait récompensé d’un second prix la caricaturiste française Françoise Pichard, proche de Jean-Marie Le Pen, ex-aequo avec Carlos Latuff, l’altermondialiste brésilien bien apprécié des cercles de gauche. Cette fois-ci, en la personne de Zéon, c’est un dessinateur affidé à Alain Soral et Dieudonné, les Dupont Dupond de l’antisémitisme radical, qui a décroché le premier prix.

Nul besoin de souligner le caractère négationniste de la caricature primée. Celle-ci représente, en effet, le portail d’Auschwitz-Birkenau sous la forme d’une caisse enregistreuse dont le compteur est précisément arrêté sur 6 millions. Sur le tiroir-caisse figure encore une mention des plus explicites « Shoah Business ».

Si Zéon, est bien connu des milieux d’extrême droite française, il n’est pas pour autant inconnu en Belgique. C’est, en effet, avec un dessin de ce même caricaturiste que la section socialiste de Molenbeek, assistée du PAC, avait choisi d’illustrer, en mars 2013, un débat « libre et serein » (sic) sur le sionisme, notamment avec Philippe Moureau. C’est à la suite d’une campagne de presse orchestrée depuis Regards que la conférence fut finalement annulée, non sans provoquer la démission de Vittorio Mettewie, son président de section, posé par ses propres camarades en bouc-émissaire idéal.

De manière générale, cette compétition aussi absurde que perverse démontre surtout les liens entre l’Iran et les pires mouvances néo-fascistes européennes. Son organisateur, Massoud Shojai Tabatabai, n’a pas hésité à affirmer sur le site resistart.ir que Zéon ne pouvait utiliser son vrai nom, car « celui qui menace le régime sioniste reçoit, en France, une peine de six mois à six ans de prison », expliquant encore que les sionistes se servaient de « l’Holocauste à des fins lucratives et comme prétexte pour piller les terres palestiniennes ». Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait démenti, à l’ouverture du Concours, tout lien entre le gouvernement iranien et cet événement, contredisant en cela son propre organisateur. Le 27 avril dernier, en effet, ce dernier n’avait pas manqué de souligner, notamment dans une interview accordée au site iranien Nasimonline, ses liens organiques avec le ministère de la Culture, allant jusqu’à révéler, quelques jours plus tard, que le Guide suprême iranien Ali Khamenei l’avait personnellement félicité pour « l’excellence de son travail ». On ne le sait que trop. Le discours négationniste est très répandu en Iran.

On se souvient des propos relayés au plus haut niveau de l’Etat par l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad. Ce n’est donc nullement par hasard que le régime ait choisi d’organiser ce concours abject. A toutes fins utiles, soulignons qu’une sélection des meilleures caricatures est actuellement exposée au Musée palestinien d’art contemporain (MPAC) de Téhéran. S’il n’a pas été possible d’exposer au public tous les 750 dessins en compétition, nul doute qu’y figurent les dessins de Zéon et de Luc Descheemaeker, un caricaturiste flamand, plus connu sous son pseudonyme d’O-Sekoer.

Sans la moindre vergogne, celui-ci expose sur son blog son dessin, primé d’un prix spécial du jury. Son pseudo lui va à ravir. Nul doute que notre mercenaire aura très prochainement besoin d’aide. Le négationnisme est, en effet, un délit passible de prison.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Pierre Lasky - 8/06/2016 - 17:06

    Au secours (o-Sekoer), c'est bien le cas de le dire. Ce sinistre individu enseigne à l'Institut Saint-Joseph de Torhout.
    Je lance donc un SOS au Centre interfédéral pour l'égalité des chances pour qu'il intervienne auprès de cet établissement.

    Pierre L.

  • Par christian negroli - 9/06/2016 - 15:29

    Tout ce que j'aie a dire :Mon pére déporté politique a DACHAU et NEUENGAME de 1943- 1945.Je suis fils de déporté,Porte-Drapeau d'une Fédération de Déporté ,Vice-Président de cette fédération dans mon département,et faisant partie d''une association de fils et fille de déportés.Ceci de 1990 a nos jours.

  • Par j.michel - 10/07/2016 - 17:00

    Pourquoi Cocorico ? L’emblème belge n’est plus le lion mais le coq gaulois ?

  • Par BOAZ - 11/07/2016 - 12:34

    j.michel :

    Nous sommes sur un site belge francophone et le coq est aussi l'emblème de la Wallonie...... : - )