Communiqué

Le CCLJ inquiet suite à la publication du plan de paix américain pour le Moyen-Orient

Jeudi 30 janvier 2020 par Isi Halberthal, Président du conseil d'administration

Le Centre communautaire laïc juif David Susskind (CCLJ) exprime sa profonde inquiétude suite à la publication du « plan du siècle » par le Président Trump ce mardi 28 janvier 2020.

Ce plan permet surtout à Israël d’annexer la vallée du Jourdain et toutes les colonies israéliennes de Cisjordanie. En acceptant la plupart des revendications de la droite nationaliste israélienne et des Evangélistes américains sans tenir compte des aspirations des Palestiniens, ce plan est voué à l’échec.

Loin d’apporter la paix, il risque de mettre fin aux accords de coopération sécuritaire entre Israéliens et Palestiniens provoquant de nouvelles explosions de violence. Pire, il pourrait, à terme, mener à la dissolution de l’Autorité Palestinienne qui pousserait la communauté internationale vers la solution « un Etat pour deux peuples » et donc à l’annexion totale des territoires, sonnant ainsi le glas du rêve sioniste.

Comme l’a justement déclaré l’ancien Premier Ministre -et ancien membre du Likoud- Ehoud Olmert dans les médias israéliens (i24), seule une solution de compromis négociée par les parties passant par la création d’un Etat palestinien, avec Jérusalem-Est comme capitale, garantira à Israël sa sécurité et son avenir en tant qu’Etat à forte majorité juive et démocratique.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Boros Alexandre - 30/01/2020 - 20:05

    Ce n’est évidemment pas un plan de paix , mais une propagande électorale du candidat Trump !Lamentable et le mieux , c’est de l’ignorer .

  • Par Remy - 30/01/2020 - 20:49

    Une fois de plus le cclj se mêle de ce qui ne le regarde pas. Cette question ne concerne que les palestiniens et les israéliens.
    Vous inquiétez vous parce que notre pays n à toujours pas de gouvernement de plein exercice ? Non et pourtant cela nous concerne au premier chef

  • Par De Rouck Éric - 31/01/2020 - 17:54

    Je trouve que le dessin qui accompagne l'article peut porter à confusion. Mahmoud Abbas n'ayant plus de mandat pour représenter les palestiniens, ils ne disposent plus d'un représentant...

  • Par maurice e. - 1/02/2020 - 3:48

    Le problème fondamental est qu'une "solution de compromis" ne sera acceptable par une majorité d'Israéliens que si elle comporte un renon au "Droit du Retour" et l'abandon au retour (irréaliste aujourd'hui) aux lignes de 1967 (qui ne sont ,légalement que des lignes de cessez le feu).Les Palestiniens n'obtiendront jamais mieux que les propositions de Barak en 2000 ou de Olmert en 2008, toutes deux rejetées par Arafat ou Abbas.Ils attendaient que la "communauté internationale" fasse pression sur Israel pour obtenir des conditions maximalistes.Non seulement cela n'a pas eu lieu, mais la conjecture internationale n'a fait que renforcer les positions de la droite nationaliste israélienne et le "Camp de la Paix" a pratiquement disparu en Israel (dû en partie à l'irrédentisme palestinien).Il est urgent que ceux parmi la communauté juive diasporique ( comme le .C.A. du CCLJ ou J Call) .qui se soucient à la fois de l'avenir d'israel et de l'obtention d'un compromis durable usent de leur influence (s'ils en ont) pour convaincre leurs amis palestiniens qu'il en va de leur intérêt de changer la formulation de leurs revendications.Sinon la droite israélienne a encore de beaux jours devant elle pour de très nombreuses années..

  • Par Raphy - 1/02/2020 - 11:43

    Alexandre

    Vos écrits prouvent à suffisance votre méconnaissance de la situation au moyen orient et en Amérique par la même occasion.
    Sans doute faites vous partie de celles et ceux qui adoubaient Obama

  • Par Papa Bécaye Dieng - 2/02/2020 - 2:32

    Que Dieu tout puissant bénisse cette terre d'ISRAËL et la protégé à jamais . Amen !

  • Par Michael Dar - 2/02/2020 - 15:16

    Vous marchez complétement a coté de vos pompes vous n'avez rien compris au conflit qui est un conflit Arabo-Israélien et non un conflit Israélo-Palestinien, qui n'est en somme rien d'autre que la continuation et la perpétuation de l'animosité de Mohamed a l'égard des juifs. Absolument rien d'autre que la disparition pur et simple de l'État hébreu et de ses juifs ne les satisfera. Lisez donc le Coran! Il serait ridicule de croire qu'a l'heure ou l'Europe et le monde occidental se fait envahir en douce (comme des cons) par les Arabes- Musulmans avec un certain success faut le constater et l'admettre ceux-ci seraient intéressés a atteindre un compromis avec Israel.

  • Par Daniel Donner - 3/02/2020 - 12:04

    Petites questions.

    Abbas est-il absent parce qu'on ne l'a pas invite ou parce qu'il refuse tout dialogue?
    Si c'est le cas ne faut-il pas malgre cette absence chercher une solution?

    Avez-vous regarde les cartes des territoires que ce plan propose?
    Les avez-vous compares a ce que proposait Rabin?
    Pouvez-vous me dire quelle est la grande difference?

  • Par maurice e. - 4/02/2020 - 0:02

    A Daniel Donner,

    J'aurais plutôt tendance à vous donner raison. Personne ne sait ce que Rabin était prêt à accepter pour les dernières phases du traité de paix entre Israéliens et Palestiniens. Ce que l'on sait, c'est qu'avant son assassinat, il continuait à souhaiter une certaine forme de contrôle israelien de sécurité sur la vallée du Jourdain, un nombre limité de "réfugiés" autorisés à "revenir" en Israel et un état palestinien démilitarisé.. C'etait d'ailleurs la position majoritaire du "Camp de la Paix".
    Quant au statut final de Jerusalem c'etait encore plus diffus.
    Ce qui était différent de la situation avtuelle, c'est le nombre et la dimension des implantations israélienne au delà des lignes de 1967.
    Les atermoiements des dirigeants palestiniens (à l'époque le Hamas et encore moins le Hezbollah libanais n'existaient pas encore) ont permis à la droite israélienne d'augmenter considérablement ces implantations et de rendre la solution à deux états encore plus difficile.

  • Par Amos Zot - 4/02/2020 - 21:09

    Très bon plan pour la prospérité et la liberté du peuple palestinien qui attend son Ben Gourion depuis si longtemps. Lui qui a accepté moins de 50% du territoire dû sur base du Traité de San Remo ratifié par la Société des Nations et sans une prime de 50 milliards de dollars d'investissements.
    Prononcer le terme de "colonie" pour "les implantations" juives en Judée- Samarie est non seulement inexact sur les plans juridiques et historiques mais insultant et de nature à attiser la haine à l'égard des Israéliens et des Juifs.
    Seul vrai problème de ce plan, les 300.000 Palestiniens résidant dans le triangle israélien faisant l'objet d'un échange de territoires et qui , dans leur grande majorité, refusent de quitter " l' Etat d'apartheid" qu'est Israël pour se retrouver citoyen de la Palestine "démocratique".

  • Par Jean Charles - 5/02/2020 - 14:43

    Merci Amos pour votre brillante analyse qui recadre correctement les choses au contraire de ce qu écrit l auteur de l article qui visiblement ne comprend pas grand chose à la politique du moyen orient.
    Je n ai jamais entendu parler de l auteur. Travaille t il pour un organe de presse et si oui lequel ?
    Merci pour vos précisions

    Jean Charles

  • Par Starc - 5/02/2020 - 22:32

    Un état palestinien me semble actuellement impossible.Pourquoi pas une fédération israelo-palestino- jordanienne?

  • Par Monique - 7/02/2020 - 13:11

    Bonjour Jean Charles
    Vous semblez ignorer que l auteur de l article n est autre que l actuel président du CCLJ C est à dire une des plus importantes personnalités juives du moment.
    Je vous prierais donc de vous excuser pour les propos désobligeants qui ont été les vôtres à l égard de sa personne.
    En tant que président du seul centre communautaire juif de Bruxelles il est certainement une des personnes les plus aux faits de la situation politique du moyen orient.
    De plus il est indécent de vous exprimer comme vous le faites sur le site qui vous permet de livrer vos états d âme et un peu de respect ne serait pas de trop.
    Monique