Le CCLJ condamne le texte ordurier émanant de l'Agence Diasporique d'Information

Lundi 10 novembre 2003

 

Le Centre Communautaire Laïc Juif condamne avec la dernière vigueur les propos infamants et les attaques personnelles dont son président d’honneur, David Susskind, a été la cible dans le communiqué n° 46/03 de l’Agence Diasporique d’Information daté du 07 novembre 2003. A en croire son auteur, David Susskind serait une figure mafieuse et népotique qui se serait enrichi grâce aux dictatures communistes et sur le dos des Juifs, ce qu’il est déjà en soi stupide de défendre. Mais le comble de l’absurde est atteint lorsque l’on apprend qu’il aurait fait bénéficier à ses amis et au Cclj d’une manne financière qui serait tombée des cieux politiques rendus cléments grâce à des amitiés socialistes et franc-maçonnes. Ce texte ordurier qui émane d’une organisation juive, reprend la structure argumentative de la propagande nazie des années 30. Il concentre sur la personne de David Susskind tous les fantasmes du complot et de l’influence occulte que l’on prête aux Juifs. L’ADI a joint le déshonneur à la calomnie lorsque, non contente de s’en prendre à la personne de David Susskind, elle attaque ce dernier sur son âge. En résumé, il ne serait pas seulement un parrain, mais un parrain déclinant. Il est odieux de s’en prendre ainsi à l’intégrité d’un homme qui a fait plus pour sa communauté que la plupart de ses contemporains, qui, loin de s’être enrichi sur le dos des Juifs, a donné son temps, son énergie et une partie considérable de son argent pour doter la communauté juive des institutions qu’elle possède aujourd’hui. Quant au prétendu ravissement de la démocratie auquel l’ADI fait référence, nous rappelons que toute personne désireuse de se porter candidate au conseil d’administration du Cclj - créé par David Susskind est libre de le faire et que l’élection se fait sur base d’un processus totalement démocratique et transparent. Lorsqu'Eric Picard, directeur de l'ADI, affirme qu'il a élaboré un projet alternatif de fondation qui se distinguerait par un fonctionnement démocratique, il se moque du monde. Depuis que cet organe de presse sévit sur Internet, il ne cesse de chanter l'air trop connu des démagogues "on nous cache tout" sans exposer le moindre argument fondé au mépris des règles élémentaires du débat contradictoire. Au lieu de confronter honnêtement ses idées, Eric Picard a préféré basculer dans l'ignominie en répandant des mensonges et des contrevérités sur la personne de David Susskind. Nous ne pouvons donc que douter des prétentions démocratiques d'Eric Picard qui ignore sûrement que la calomnie et la diffamation ne sont pas les modes d'expression caractérisant la démocratie.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/