Elections communales 2018

Des candidats négationnistes sur les listes du cdH et du CD&V?

Jeudi 6 septembre 2018 par Belga et P.B.

La tête de liste cdH-CD&V pour les élections communales à Schaerbeek, Denis Grimberghs, défend la présence sur cette liste d'un candidat d'origine rwandaise, Mugabe Nizeyimana, trésorier de l'asbl Jambo, qualifiée par l'ambassade du Rwanda en Belgique d'« ouvertement négationniste » du génocide de 1994, ce que conteste l'intéressé. Une accusation pourtant confirmée par les rescapés.

 
Sur le même sujet

    « Il (M. Nizeyimana) a signé le formulaire d'engagement -mais non le code déontologie du cdH, car étant candidat CD&V- voici plusieurs mois », a assuré M. Grimberghs à l'agence Belga.

    Il a fait état d'« assertions vagues » relayées par la presse rwandaise et mercredi matin par le journal Le Soir - qui évoquait « un certain émoi au sein de la communauté rwandaise » de Belgique après la publication des listes électorales à Schaerbeek.

    La déclaration d'engagement signée par les non-membres du cdH -comme M. Nizeyimana- les invite « à respecter les principes démocratiques d'un Etat de droit ainsi que les droits et libertés inscrits dans la Constitution, dans la Convention (européenne) de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950 (...) et à reconnaître l'ensemble des génocides dont l'existence a été établie par les institutions nationales, européennes et internationale ».

    « Je ne peux accepter sur notre liste quelqu'un qui ne reconnaîtrait pas le génocide », a ajouté M. Grimberghs (cdH).

    Dans une déclaration séparée, le candidat CD&V a, « en tant que Belge originaire du Rwanda, mais avant tout comme humaniste », rappelé sa position « ferme et constante » sur le génocide perpétré contre les Tutsi d'avril à juillet 1994 au Rwanda et qui est « une reconnaissance sans réserves de l'existence et de la réalité de ce génocide ».

    M. Nizeyimana ajoute que le génocide « est un fait établi historiquement et judiciairement et qui a été perpétré par des militaires, des gendarmes, des civils et des responsables de partis politiques, des Interahamwe et des éléments d'autres milices, de même que des citoyens ordinaires, même si comme le souligne le Tribunal pénal international pour le Rwanda, « ce ne sont pas tous les membres des groupes susmentionnés qui se sont rendus coupables de crimes » ».

    Il assure qu'il s'agit non seulement de sa position personnelle, mais aussi celle de Jambo, qu'il qualifie d'« association défendant les droits de l'Homme, la paix et la justice dans la région des Grands Lacs d'Afrique » et qui « depuis sa naissance a toujours œuvré pour que toutes les victimes des violations graves du droit international humanitaire perpétrées dans la région des Grands Lacs au cours du quart de siècle écoulé obtiennent reconnaissance et justice ».

    « Je n'aurais jamais rejoint l'asbl si cette dernière niait le génocide perpétré contre les Tutsi, ce qui aurait été incompatible avec mes valeurs et convictions », affirme enfin le candidat CD&V.

    Felicité Lyamukuru fait partie d’un groupe de travail qui, à l’occasion des prochaines élections communales, a décidé d’interpeller les partis qui auraient inscrit sur leurs listes des candidats négationnistes. « Le problème porte moins sur M. Nizeyimana que sur l’asbl Jambo, clairement négationniste », affirme celle qui avait d’ailleurs contacté le CD&V. « Jambo est composé essentiellement de fils de génocidaires, mais ce n’est pas pour cela que nous réagissons, les enfants de génocidaires ne sont pas forcément coupables », souligne-t-elle. « Le problème qui se pose ici, c’est que plusieurs d’entre eux ont témoigné à décharge des génocidaires au Tribunal pénal d’Arusha, ou sont liés étroitement au FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), qui défend les Hutus rwandais réfugiés en RDC et s’oppose au président Kagamé. C’était le cas notamment du président de Jambo qui a finalement été écarté de la liste DéFI. Les déclarations de Nizeyimana ne suffisent pas », estime Felicité Lyamukuru. « Elles ne servent qu’à dédouaner l’asbl Jambo, en lui donnant en outre une visibilité. Le site de l’association a d’ailleurs été totalement nettoyé pour apparaitre politiquement correct ».

    Et de citer une dernière candidate problématiques sur la liste du CD&V de Denderleeuw, Laure Uwase, « fille de génocidaire, qui nie totalement les faits dont son père est accusé en parlant d’« accusations gratuites » », s’indigne encore Felicité Lyamukuru, qui réclame le retrait de la candidate.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/