Flash-back

10.000 camions contre un million de Juifs (25 avril 1944)

Mardi 3 avril 2018 par Tarbout
Publié dans Regards n°880 (1020)

Jusqu’en mars 1944, la Hongrie refuse obstinément de livrer aux Allemands ses quelque 750.000 Juifs pour les exterminer. Bien que ce soit un des premiers pays à adopter une législation antisémite dès 1920, le Régent Horthy estime qu’il définit lui-même la politique envers « ses » Juifs.

Joël Brand

Tout cela change le 19 mars 1944 avec l’arrivée des Allemands à Budapest. C’est Adolf Eichmann en personne qui est envoyé dans la capitale hongroise pour mettre en œuvre la déportation et l’extermination de cette dernière communauté juive encore intacte. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, Eichmann propose un marché diabolique aux dirigeants juifs de Hongrie : négocier leur vie.

C’est ainsi que le 25 avril 1944, Joël Brand est convoqué par Eichmann pour lui exposer sa proposition horrible « marchandises contre du sang » ! Jeune militant sioniste de gauche, Joël Brand fait partie du Vaada, le Comité juif d’Aide et de Secours. La rencontre a lieu à l’Hôtel Majestic de Budapest. Eichmann lui fait directement part de sa proposition : « Je suis prêt à vous vendre un million de Juifs… Des marchandises contre du sang. (…) Asseyons-nous et discutons ». Ils se revoient le 8 mai et Eichmann se montre plus précis : 10.000 camions équipés contre un million de Juifs. Eichmann obéit au chef suprême de la SS, Heinrich Himmler, qui souhaite par ce biais entrer en contact avec les alliés anglo-américains en vue de négocier une paix séparée.

Joël Brand accepte de négocier, même s’il considère cette offre comme horrible et cruelle. Suivant de près la progression des Alliés, et surtout l’avance rapide de l’Armée rouge, Brand et les dirigeants juifs hongrois espèrent retarder le programme d’extermination des Juifs de Hongrie en faisant traîner les négociations avec les SS. Joël Brand se voit attribuer un faux passeport et rejoint Istanbul le 19 mai. Mais il ne parvient à convaincre ni les dirigeants juifs ni les représentants des Alliés occidentaux qu’il rencontre à Istanbul. Les Alliés ne veulent pas entendre parler de négociations avec l’Allemagne. La reddition sans condition des Allemands est la seule issue qu’ils envisagent.

En mai 1944, les déportations vers Auschwitz débutent. En huit semaines, près de 435.000 Juifs hongrois sont déportés à Auschwitz-Birkenau. La seule négociation qui aboutit est celle menée durant l’été 1944 par Reszo Kasztner. Elle permet le sauvetage de 1.686 Juifs hongrois dont le convoi entre en Suisse en décembre 1944. Dix ans plus tard, le « train Kasztner » déchainera les passions en Israël en provoquant un scandale judiciaire, une crise ministérielle et le premier assassinat politique du pays (Kasztner est abattu à Tel-Aviv en 1957 par un militant d’extrême droite).


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/