Italie

Le mémorial de la Shoah de Milan

Lundi 6 août 2018 par Roland Smit

Créé en 2015, le Mémorial de la Shoah de Milan est situé au cœur de la Gare centrale de Milan, là où précisément les Juifs ont été regroupés pour être déportés vers Auschwitz-Birkenau. Cette institution assume pleinement sa mission de transmission de la mémoire de la Shoah en Italie et n’hésite pas à remplir sa vocation citoyenne, notamment à travers l’aide aux réfugiés.

La Fondation du Mémorial de la Shoah de Milan en Italie a un nouveau président : Monsieur Roberto Jarach. Né en 1944, vice-président de l’Union des Communautés hébraïques italiennes de 2012 à 2016 et président de la Communauté hébraïque de Milan de 2001 à 2005 et successivement de 2010 à 2012, Roberto Jarach a d’emblée fixé ses objectifs : « Il m’appartient d’atteindre le but désormais proche, déclare Roberto Jarach, de l’achèvement du projet et de la mise en œuvre  des programmes éducatifs et culturels de haut niveau. Le Mémorial est construit et il m’incombe d’achever la réalisation de la Bibliothèque, du Centre Multimédia  ainsi que du Book Shop. Nous attendons les fonds du Ministère de la Culture qui suffisent pour l’exécution des travaux ».

Il espère résoudre la question de gestion afin d’aboutir à un équilibre budgétaire qui se situe entre 250.000 et 280.000 euro par an. « Nous devrions l’atteindre si nous arriverons à compter de 25.000 à 30.000 visiteurs payants chaque année », précise-t-il.

En dix mois (2017-2018) 32.500 étudiants provenant de 420 écoles, ont visité le Mémorial. En 2017, 25.000 visiteurs non scolarisés dont 8.000 durant la période du 27 janvier (anniversaire de la libération d’Auschwitz) ont franchi les portes du Mémorial. Les autorités politiques également ont choisi la période commémorative de janvier pour leur visite et les trois précédents archevêques de Milan, les Cardinaux, Carlo Maria Martini, Dionigi Tettamanzi et Angelo Scola ont aussi honoré le Mémorial de leur présence.

Il est à la fois intéressant et émouvant de rappeler qu’une des rares survivantes de la déportation, Liliane Segre, a été nommée Sénatrice à vie par le Président italien Sergio Mattarella le 19 janvier 2018. Née en 1930, Liliane Segre fut déportée avec son père le 30 janvier 1944 depuis la voie 21 de la Gare Centrale de Milan au camp d’Auschwitz. Immédiatement séparée de son père, qui mourut vraisemblablement le 27 avril 1944, elle fut une des 25 rescapées sur les 776 enfants italiens de moins de 14 ans qui furent déportés à Auschwitz.

Consultée par les responsables du Mémorial pour décider quel substantif graver à l’entrée du monument, Liliane Segre, sans hésitation aucune, a opté pour la parole « Indifférence », car elle n’a jamais oublié que, après son arrestation, le convoi des futurs déportés traversa la ville de Milan en direction de la Gare Centrale, et elle voyait les fenêtres et volets se fermer au passage des camions. Elle n’avait pas encore 14 ans, et elle pensa : « indifférence », et, aujourd’hui à 88 ans, elle confirme qu’aucun autre mot ne peut être plus clair pour exprimer cette sensation horrible d’abandon qu’elle avait alors ressentie ce 30 janvier 1944.

De 2015 à 2017, Monsieur Roberto Jarach, alors vice-président de la Fondation du Mémorial organisa l’accueil de 8.500 réfugiés dans ses locaux. Evidemment cette belle initiative ne figurait pas dans les Statuts de la Fondation. L’hébergement était prévu de 20h du soir à 8h du lendemain et comprenait le dîner et le petit déjeuner. Monsieur Jarach monta lui-même une douche de toute urgence ! Le tout se déroula avec la collaboration de la Communauté Catholique de Sant’ Egidio qui mit à disposition 10-12 personnes ainsi que des interprètes arabe-italien. En trois ans, à part un petit incident, le tout se passa très bien. La Fondation a soutenu un déboursement de 30.000 euro par an et a reçu des réfugiés de 26 pays. 35% provenaient de Syrie, 35% d’Érythrée et 30 % de diverses autres nations. Plusieurs Palestiniens y furent également hébergés. Monsieur Jarach certes ne ferma ni fenêtres ni volets !

Infos : www.memorialeshoah.it


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Kalisz - 8/08/2018 - 13:13

    Peut -on imaginer plus épouvantable mémorial que celui de la Belgique situé à Anderlecht. Toujours fermé et non visitable. De plus, une architecture totalement rébarbative. Cela a déjà été souligné mais rien ne change. Alors autant la multiplication des pavés de mémoire.