Lettre ouverte

Lettre ouverte à l’ambassadeur de Pologne concernant les lois sur l’histoire de la Shoah

Vendredi 2 septembre 2016 par Henri Gutman, Président du CCLJ

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Je tiens à vous faire part de mon inquiétude et de mon indignation concernant l’adoption de législations polonaises visant à réécrire l’histoire de la Shoah en Pologne, notamment en criminalisant tous ceux qui rappellent la participation active et massive des Polonais à l’extermination des Juifs de Pologne.

Vous n’ignorez vraisemblablement pas l’adoption par le gouvernement polonais d’un projet de loi visant à criminaliser l’utilisation du terme « camps d’extermination polonais » en référence aux camps d’extermination dirigés par les nazis en Pologne occupée.

Je peux comprendre que les autorités polonaises ne souhaitent pas que la Pologne occupée soit amalgamée au 3e Reich allemand, bien que seuls les incultes puissent faire la confusion. Il m’est cependant difficile de ne pas voir dans les nombreuses déclarations nationalistes et revanchardes et les projets législatifs du gouvernement polonais la volonté de réécrire l’histoire de la Pologne dans une perspective révisionniste.

Dans cette surenchère de déclarations incendiaires de responsables politiques appartenant au PiS, deux événements tragiques sont fréquemment visés : le pogrom des Juifs de Jedwabne par des villageois polonais en 1941 et celui de Kielce en 1946, donc après de départ des Allemands, également perpétré par des Polonais. Il me parait suspect de remettre systématiquement en cause des faits qui ont été clairement établis par le monde académique. En se fondant sur des preuves matérielles et des témoignages incontestables, des travaux historiographiques menés par des chercheurs polonais, américains et israéliens ont établi clairement la participation active et massive de Polonais à l’instigation et à la mise en œuvre des massacres de Jedwabne, de Kielce en 1946 et des centaines d’assassinats de Juifs dans la Pologne de l’immédiate après-guerre en 1945 et 1946. Mes propres parents, rescapés d’Auschwitz, ont été accueillis dans leurs villes près de Katowice par des « vous n’êtes donc pas tous morts ? ». Ils ont précipitamment fuit la Pologne le lendemain du pogrom de Kielce.

Les déclarations successives de membres du gouvernement polonais actuel n’ont-ils d’autre but que de nier la réalité de ces massacres solidement et abondamment documentés ? Je crains qu’en insistant incessamment sur la nécessité de « rééquilibrer la manière dont les Polonais pensent, parlent et étudient leur propre histoire », le gouvernement polonais soit bel et bien déterminé à imposer par la loi et l’intimidation un récit historique mensonger. Cela s’appelle « révisionnisme » dans toutes les langues.

Si je me permets de vous écrire, c’est précisément parce que l’immense majorité des Juifs de Belgique sont originaires de Pologne. L’histoire de ce pays est aussi la nôtre. Par ailleurs, les quelque 25.000 Juifs de Belgique qui ont été emportés par la barbarie nazie ont été assassiné dans un camp d’extermination situé en territoire polonais : Auschwitz-Birkenau.

Ne vous méprenez pas sur le sens de ma démarche. Il ne s’agit pas de prétendre que les Allemands ne sont pas les maitres d’œuvre de la Shoah ni de prétendre que la Pologne occupée ait organisée l’extermination des Juifs. Ni de nier les très nombreux Justes polonais qui ont sauvé des Juifs des griffes nazies. Je tiens seulement à vous exprimer ma très intense inquiétude face à des tentatives officielles de nier ou de minimiser la participation massive de Polonais à l’extermination des Juifs.

Cette surenchère nationaliste et liberticide est d’autant plus regrettable que nous avons apprécié et salué les gestes et les initiatives des gouvernements polonais successifs depuis 1989 en vue de garantir un dialogue constructif et pacifié avec les communautés juives.

J’ose espérer que le gouvernement polonais aura la sagesse et la clairvoyance de laisser aux historiens le soin d’écrire l’histoire de la Pologne et de garantir la liberté d’expression pour que les citoyens polonais puissent tirer les leçons des différentes facettes de leur histoire complexe et douloureuse.

Je vous prie de croire, Monsieur l'Ambassadeur, en l'assurance de ma respectueuse considération.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par christian heynold - 2/09/2016 - 22:35

    Bravo!
    Ne faudrait-il pas faire circuler cette lettre pour collecter un maximum de signatures?