Nouvelle génération

Youval Aharon "Présenter mon identité à l'autre, c'est ma façon d'être juif"

Vendredi 7 Février 2020 par Géraldine Kamps
Publié dans Regards n°1058

Elu président de l’UEJB Louvain-la-Neuve il y a un an, Youval Aharon souhaite multiplier les partenariats avec les nombreuses organisations du campus universitaire. Pour mieux faire connaitre la communauté juive et lutter plus efficacement contre les préjugés.

 

Youval Aharon est né en 1999 à Bruxelles et a grandi au sein d’une famille juive ashkénaze laïque, un père originaire de Roumanie et une mère née en Israël. « La grand-tante de mon grand-père maternel, Sarah Malkin, venue de Lettonie, fait partie des pionniers du premier kibboutz Degania, créé en 1910 », souligne le jeune homme, dont les parents se sont rencontrés en Israël, avant de s’installer en Belgique pour des raisons professionnelles.

Comme sa sœur ainée, Youval suit sa scolarité à l’Athénée Ganenou. Il fréquente la Jeunesse juive laïque (JJL) et célèbre sa bar-mitzva au CCLJ, ainsi qu’à la synagogue sépharade. « J’ai passé toute ma jeunesse entouré de Juifs, avec de fortes préoccupations identitaires et sécuritaires, et parfois sans doute un manque de recul », confie-t-il. « La JJL, avec un grand nombre d’enfants d’écoles non juives, a été mon ouverture au monde ! ».

Les débats d’actualité au sein du mouvement de jeunesse viennent compléter les discussions très animées en famille autour de la politique israélienne. Youval développe son esprit critique et ses connaissances, retenant le côté stimulant des « madrigot » à la JJL. « On devait étudier l’histoire et les idéaux de la JJL et du sionisme, on apprenait aussi la Brabançonne et l’Hatikva, avant de passer un petit examen pour obtenir des écussons à coudre sur notre chemise », explique celui qui continue de soutenir son mouvement, fier des valeurs qu’il transmet.

Après sa rhéto, Youval réussit l’examen de polytechnique et se lance dans des études d’ingénieur civil architecte à Louvain-la-Neuve. Celles-ci ne correspondant finalement pas à ses envies futures, il se réoriente après deux ans dans des études de psycho. « Je ne pensais pas aller à l’UEJB en arrivant à Louvain-la-Neuve », raconte-t-il, « mais mon ami Elie Bok, alors président, m’y a invité pour fêter Rosh Hashana, et j’y suis resté ! ».

Ouverte en 1979, l’antenne louvaniste de l’Union des étudiants juifs de Belgique (UEJB LLN) est restée inactive longtemps avant d’être relancée en 2013. Dès son arrivée, Youval s’implique dans le comité organisateur et invite aux activités ses amis ingénieurs. « Notre objectif était de nous tourner vers les autres, en proposant aussi bien une soirée de cuisine juive qu’un tournoi de badminton ».

Youval Aharon est élu président en janvier 2019 pour un mandat de deux ans. Membre du Kot à projets Partenaires Interculturels (KPI) depuis la rentrée, il voit une nouvelle opportunité de collaboration. « Nous poursuivons les mêmes ambitions : le dialogue interculturel, la lutte contre les préjugés, avec à l’UEJB la volonté de mieux faire connaitre la culture juive, et au KPI la lutte contre le racisme. J’ai toujours été attentif à la culture de l’autre, les deux associations sont donc pour moi complémentaires ». Youval a ainsi pu ajouter une touche juive au Festival interculturel du KPI avec un groupe de Klezjam de la Maison de la Culture juive, tandis que l’UEJB et le KPI ont déjà organisé ensemble un « Shabbat Dinner » aux accents multiculturels. « Je suis convaincu que nous pouvons nous enrichir les uns des autres », affirme celui qui juge nécessaire aujourd’hui d’investir le milieu citoyen pour faire changer les choses. « Si l’on veut lutter contre l’antisémitisme, il faut être présent sur le terrain de l’antiracisme et dénoncer l’ensemble des discriminations », soutient-il.

Assumer cette part de son identité

Si l’UEJB se considère comme sioniste et pour la paix, partisane de la solution à deux Etats, attachée à Israël, tout en se permettant d’être critique par rapport à sa politique, l’organisation a choisi de ne pas mettre l’accent sur Israël, « un sujet loin d’être fédérateur », reconnait Youval. Le président mise en revanche sur une plus grande implication de l’UEJB dans le monde associatif, comptant aborder des facettes moins connues de l’histoire juive, comme la vie juive d’avant la Shoah, ou le prolétariat juif, pour lutter contre les stéréotypes des Juifs dans la finance. « Mettre un visage derrière ce qu’est un Juif me semble important pour mieux le connaitre », pointe Youval. « Dans l’esprit de beaucoup de non-Juifs, les Juifs sont morts… L’UEJB montre des traditions bien vivantes pour casser cette image ».

Revenant sur sa propre identité juive, il confie : « Mon prénom m’identifie sans que je le veuille. Etre juif, c’est la première chose que les gens savent de moi. Présenter mon judaïsme à l’autre, c’est ma manière d’être juif ». S’adressant aux étudiants juifs éloignés de la communauté : « Je pense qu’il doit être possible d’assumer cette part de son identité, même quand on n’a pas nécessairement grandi au sein de la communauté. Etre juif n’implique pas d’être religieux, ni de soutenir un gouvernement, cela peut juste être une possibilité de renouer avec la culture de ses ancêtres. C’est une richesse, dont il est dommage de ne pas profiter ». 

Lundi 10 février 2020 à 13h : l’UEJB LLN et le Kot-é-Sens (pour le dialogue inter-religieux) célébreront Tou Bichvat avec un rabbin, un prêtre et un imam, avant de planter un arbre, au Musée Hergé.
Infos Page Facebook UEJB LLN

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Jacky - 8/02/2020 - 15:30

    Jusque dans les années 1970 , rares étaient les étudiants juifs bruxellois qui s’inscrivaient à l’UCL. Autres temps, autres mœurs...Combien d’années faudra-t-il attendre pour avoir la première association d’élèves juifs de Notre - Dame - de - Marie ?

  • Par Monique - 9/02/2020 - 7:18

    Bravo à ce jeune homme plein de sagesse. La relève est assurée

  • Par Monique - 10/02/2020 - 19:19

    Jacky
    Si de plus en plus d étudiants juifs s inscrivent à l UCL C est en raison du fait que l ULB est une des universités les plus antiisraeliennes de la planète
    Il fait peur aujourd'hui d être juif dans cet endroit devenu malsain

  • Par Maurizio - 13/02/2020 - 20:38

    Chère Monique

    Vous êtes complètement dans l erreur
    Il n y a rien d antiisraelien au sein de l université libre de Bruxelles il n y a que la critique de la politique ignoble de la droite israélienne