Série

"The Spy", une série sur Eli Cohen

Mardi 8 octobre 2019 par Florence Lopes Cardozo
Publié dans Regards n°1051

Evénement Netflix de la rentrée, la série The Spy relate le destin d’Eli Cohen, célèbre espion israélien ayant infiltré les plus hautes autorités syriennes dans les années 1960. C’est l’acteur britannique Sacha Baron Cohen qui interprète admirablement le rôle de cet espion israélien.

 

Gideon Raff, le créateur de la série israélienne Hatufim, s’est inspiré du livre L'espion qui venait d'Israël d’Uri Dan et Yeshayahou Ben Porat pour reconstituer cinq années extraordinaires de la vie d’Eli Cohen. Cette plongée tant dans les rouages du Renseignement israélien que dans la conscience d’un homme tiraillé crée une tension de tous les instants. Sacha Baron Cohen tourne ici une page de son registre loufoque pour prêter ses traits à l’élégant « 88 ». Présent sur chaque plan, il endosse avec brio une palette d’émotions variées, tantôt doux, discret et tourmenté, tantôt, fier, charismatique et arrogant. On ne pourra qu’être séduit par l’acteur et par son double rôle captivant.

Né en 1915, Eli Cohen grandit en Egypte avant d’être expulsé en Israël en 1956. Recruté par le Mossad en 1960 pour endosser le rôle d’un richissime homme d’affaires syrien retournant dans son pays après avoir passé une partie de son existence en Argentine, Eli doit se débarrasser de son accent égyptien pour adopter le syrien. Formé par Dan Peleg, Eli devient Kamel Amin Thaabet et part vivre en Argentine faire rayonner son nom au sein des expatriés syriens. Il y gagne la confiance d’Amin al-Hafez, futur président de la Syrie. En 1962, Kamel s’installe à Damas, où il parvient rapidement à infiltrer les plus hauts rangs de la société. Sa proximité avec les dirigeants du pays lui permet de récolter des informations militaires classifiées. Mari et père de famille à la ville, il ne rentre qu’exceptionnellement chez lui. En 1964, lors de sa dernière visite en Israël, inquiété par le nouveau commandant de l’establishment syrien de l’espionnage, il fait savoir au Mossad qu’il souhaite mettre un terme à sa mission. On le convainc de retourner sur le terrain.

Démasqué en 1965, Eli Cohen est condamné à mort lors d’un procès expéditif. Les demandes de clémence israéliennes et internationales ne sont pas entendues. A l’instar d’autres espions américains capturés quelques semaines plus tôt, Eli est pendu sur une place publique. A ce jour, sa dépouille n’a toujours pas été restituée malgré les demandes insistantes de sa famille. Israël a pu récupérer sa montre-bracelet l’an dernier et l'a rendue à ses proches. Espion emblématique, ses renseignements ont changé le cours de l'histoire du Proche-Orient : son activité a contribué à la victoire d’Israël lors de la guerre des Six Jours en 1967.

Une histoire de sacrifice et de patriotisme

Si l’issue tragique de l’histoire est d’emblée annoncée, elle n’enlève rien à la tension soutenue tout au long des épisodes. Largement tournée au Maroc, la série resitue la politique et la situation diplomatique entre la Syrie et Israël, dans les années 60. « C’est une histoire extrêmement personnelle de sacrifice et de patriotisme », explique Gideon Raff, le créateur de la série. « Il s’agit de l’histoire d’une région, l’histoire sur la façon dont le Moyen-Orient est devenu ce qu’il est aujourd’hui. C’est aussi une histoire d’immigration », complète le cinéaste dont Hatufim a inspiré la série américaine Homeland. De fait. Fraîchement immigré en Israël, Eli Cohen ressent le besoin de servir son pays, de le défendre des menaces planantes.

A travers sa réalisation sobre et esthétique, Gideon Raff donne à voir la métamorphose de l’humble citoyen israélien en puissant homme d’affaires syrien. On suit l’agent d’une intelligence et d'une ingéniosité foudroyantes, on l’observe s’élever dans les hautes sphères avec une aisance déconcertante. Il noue de longues amitiés, est admiré, respecté. Il est sur le point de devenir vice-ministre de la Défense. Son jeu est parfait. Et pourtant, chaque parole, chaque geste, chaque sourire, tant dans son foyer qu’en mission est désormais entaché de mensonge, de trahison. Cette usurpation d’identité finit, sur le long terme, par déteindre sur sa personnalité : Kamel ne le quitte plus. Egalement pétri d’humanité et de culpabilité, Dan Peleg, son mentor, veille, à la ville, sur son épouse éplorée, demande au Mossad de ne pas le sacrifier. Mais la raison d’Etat n’a pas d’états d’âme. Eli Cohen n’aura été qu’un pion dans l’échiquier du Moyen-Orient, un es-pion. 

The Spy
Série d'espionnage de six épisodes diffusée sur Netflix, réalisée par Gideon Raff. Avec Sacha Baron Cohen, Noah Emmerich, Hadar Ratzon Rotem.

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/