Livres

Notre sélection de livres Jeunesse pour Hanoucca

Mardi 5 décembre 2017 par Michèle Baczynsky
Publié dans Regards n°873 (1013)

Regards vous a sélectionné un éventail de livres pour vos enfants, de quoi passer de bons moments de lecture pendant les fêtes.

Annette Tamarkin, auteure de livres pop-up pour les tout-petits, est régulièrement invitée dans les salons du livre en Belgique et en France.

Son travail est un poème. Que de couleurs franches et joyeuses ! Ô, simplicité et harmonie des formes et des pliages ! Voici un bel outil ludique à manipuler pour apprendre les couleurs, les animaux, les chiffres, les formes et les contraires.

Mes petits contraires a été publié avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles. Des animations-fabrication de livres pop-up pour les tout petits sont prévues. A suivre…

Annette Tamarkin, Mes petits contraires, éditions Les Grandes personnes - à partir de 2 ans

Les Editions Nathan ont demandé à Rachel Hausfater et Yaël Hassan d’écrire chacune un roman en tandem. Un choix judicieux quand on connaît les romans de ces auteures jeunesse de renom et, par ailleurs, amies dans la vraie vie. Dans Lily Nobody, Rachel Hausfater nous plonge dans la vie d’une ado élevée seule par sa mère, obnubilée par ce père dont elle ignore tout. Pas étonnant donc qu’elle écoute en boucle Papaoutai de Stromae. Quand on est un ado atypique et vulnérable, il n’est pas facile de trouver sa place au soleil. Heureusement, il y a les amis ! Yaël Hassan enchaîne avec Achille, fils unique, le partenaire de Lily, à l’atelier-théâtre, amoureux transi de Laurence. Lui aussi est fils unique, en rébellion contre son père, si peu enclin à exprimer ses sentiments, à tel point qu’Achille se demande des fois s’il est son vrai père. Les deux histoires, au style direct et incisif, avec des personnages attachants qui « ont des tripes », séduiront les ados.

Rachel Hausfater Lily Nobody / Yaël Hassan, Achille, fils unique, éditions Nathan - à partir de 14 ans

Entre mer et ciel, dans les salons cossus et feutrés d’un paquebot en route pour l’Argentine s’affrontent le champion du monde d’échecs et un aristocrate dont la passion pour les jeux d’échecs est née dans la solitude de sa cellule, dans une prison de la Gestapo. Ce tournoi qui le conduira à la folie est une ultime bataille contre la tyrannie, la dernière œuvre aussi de Stephan Zweig, publiée à titre posthume en 1944. Zweig s’est suicidé en 42, quelques mois après l’écriture de cette nouvelle.

Les crayonnés sont vivants, les aquarelles somptueuses. Chaque planche est captivante, comme l’histoire. Un défi réussi.

Stefan Zweig, Le joueur d’échecs (Adaptation, illustrations : David Sala), éditions Casterman - Pour adolescents / adultes

C'est en se promenant dans la rue, devant un  restaurant qui s’appelait « Le nom m’échappe », que la conteuse Muriel Bloch a eu l’idée d’une anthologie de contes autour du nom ou de son absence, chez les hommes et les animaux. Le nom interroge les personnes en quête de sens et d’identité comme dans Le secret du nom, conte soudanais qui donne son titre à ce recueil où le chat tient une bonne place : Un chat reste un chat (conte vietnamien), Chat et souris (conte de Grimm) et Le Roi des chats (conte anglais). De quoi ravir les chatophiles et les apprentis conteurs.

Muriel Bloch Le secret du nom et autres contes (Adaptés et illustrés par Muriel Bloch). Illustrés par Margaux Ohats, Gallimard Jeunesse/ Giboulées - 12 ans

Après le succès planétaire de leur film d’animation Valse avec Bashir, Folman et Polonsky se réunissent à nouveau, autour d’un roman graphique adapté du Journal d’Anne Frank. Une  question  s’imposait à eux, d’emblée. Comment deux hommes de plus de 50 ans peuvent-ils adapter une œuvre écrite par une adolescente ? Comment traduire sa pensée, ses tourments de jeune fille, sa personnalité sans la trahir ? Comment parler aussi de la Shoah ? David Polonsky s’explique : « Les observations d’Anne sont si fines, si drôles, si mûres que ce n’est déjà plus la parole d’un enfant. Ce qui m’a le plus ému, c’est lorsque j’ai illustré le passage où elle se projette dans le futur. En une seule image. Quel grand écrivain elle aurait été si elle avait survécu ? ». Ari Folman enchaîne : « On ne s’attend pas à lire une histoire pareille, qui se passe pendant la Shoah, écrite d’une plume si vive. Anne était drôle, espiègle, intelligente. Elle pouvait être méchante, aussi ». Une ado aux multiples facettes, dans laquelle se reconnaissent des générations d’enfants.

Le mariage des dessins de Polonsky, dans le style ligne claire, la rencontre de son imaginaire fécond avec l’adaptation de Folman a permis de faire découvrir Le Journal d’Anne Frank à un plus large public ou de le redécouvrir. Un grand roman graphique.

Le journal d’Anne Frank (Roman graphique, Scénario : Ari Folman, Dessins : David Polonsky) éditions Calmann-Lévy - Pour adolescents / adultes

Zak, le renard mélomane et voyageur, part à la découverte de la musique klezmer des Juifs d’Europe de l’Est, l’occasion de découvrir aussi l’accordéon, la clarinette, la contrebasse, la guitare et le violon. Onze mélodies joyeuses et rythmées, interprétées avec brio par le groupe Yankele, qui terminent ce voyage musical dans une farandole. Ça donne envie de danser !

Livre /cd, Avec le groupe Yankele (Illustrations de Lucile Placin), Collection Écoute & Devine chez Didier Jeunesse


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/