Au CCLJ

Présence juive à Charleroi

Lundi 22 Février 2016 par Emmanuel Hollander

Tout en reliant de manière intime Charleroi aux grands soubresauts du 20e siècle, le livre de Vincent Vagman, Présence juive à Charleroi : Histoire et Mémoire offre une reconstitution minutieuse de la persécution et la déportation des Juifs de Charleroi. Des illustrations inédites accompagnent les souvenirs des derniers témoins de cette période. Vincent Vagman présentera son livre au CCLJ le mercredi 24 février 2016 à 20h.

 
Sur le même sujet

    « Pays de Charleroi,

    C’est toi que je préfère.

    Le plus beau coin de terre,

    A mes yeux, oui c’est toi (bis) »

    Cette chanson du poète Jacques Bertrand, les jeunes Juifs arrivés à Charleroi par centaines à partir de 1920 l’auraient volontiers reprise à leur compte tant la capitale dynamique du Pays noir leur a fait bon accueil. Venus du Yiddishland, nombre d’entre eux ont découvert un monde nouveau avec l’amitié de leurs camarades à l’usine et à l’association sportive ouvrière, une paie décente et surtout, le degré zéro ou presque de l’antisémitisme qui leur avait pourri l’existence en Pologne.

    Moins importante, certes que celles de Bruxelles et d’Anvers, la communauté juive de Charleroi a longtemps su garder sa spécificité tout en s’insérant dans le tissu bigarré qui caractérisait cette prospère métropole industrielle : Wallons, Flamands, Polonais, Italiens, tous durs à la tâche, mais aimant s’offrir un peu de bon temps et rentrant du marché des trouvailles « de bonne qualité pour pas cher » (maroquinerie, vêtements, lainages, fourrures, colifichets…).

    En historien sérieux, Vincent Wagman s’efforce à l’objectivité et contextualise. Il rappelle ainsi que si dans les années 1920-1950, la synagogue attirait bien peu de coreligionnaires, les Juifs se retrouvaient nombreux au sein de deux mouvements fortement politisés, les sionistes de gauche (Poale Zion) et les communistes.

    L’AJB infiltrée par les résistants juifs

    Un passage intéressant de l’ouvrage de Wagman a tout particulièrement retenu mon attention. Adolescent de 14 ans, au moment des rafles de 1942, je l’ai en quelque sorte vécu d’assez près. En novembre 1941, la Militärverwaltung a annoncé la création de l’Association des Juifs en Belgique (AJB), structure unique qui devient la courroie de transmission des exigences allemandes et à laquelle tous les Juifs du pays sont tenus de s’affilier. Les convocations vers Malines se révélant rapidement moins suivies, c’est à l’AJB que reviendra en septembre 1942 la sinistre besogne de remettre aux Allemands les adresses de ses membres en vue de leur déportation vers l’Est. A Charleroi, la section locale de l’AJB avait été infiltrée dès le début par des communistes dont le responsable, l’élégant Max Katz, était le bras droit d’un Président peu politisé et ignorant tout de l’activité résistante de son entourage. Convoqué le 22 septembre à 19h par la Gestapo qui exige une liste complète des adresses pour le lendemain dès 9h, J. Mehlwurm en revient tout paniqué. Max Katz dévoile alors son appartenance à la Résistance et persuade le Président de l’AJB de coopérer à enrayer la rafle prévue. Avec deux autres infiltrés, Broder et Makowski, ils passent la nuit à confectionner une fausse liste avec de vrais noms et des adresses fantaisistes, établies de telle façon qu’elles soient réparties loin dans les faubourgs de la ville, l’objectif étant de faire perdre beaucoup de temps aux Allemands. Quant au Président, un logement clandestin l’attend avec sa famille dans le Namurois s’il n’est pas retenu par la Gestapo. Sans perdre une seconde, Katz, Broder et Makowski s’élancent à vélo pour aller de maison en maison prévenir les Juifs de l’imminence de la rafle. A ceux qui ne savent où aller, une adresse et un mot de passe sont fournis… Cette initiative unique est couronnée de succès.

    Alternant documents officiels et données communautaires avec des récits et témoignages parfois pathétiques, Vincent Wagman a conçu une monographie marquée d’une grande probité et dont la portée dépasse de loin les descendants des immigrés juifs de Charleroi.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par armande misson - 22/07/2019 - 8:57

      SOS