Hommage

New York inaugure une statue en l'honneur des mères juives

Lundi 1 avril 2019 par G.K. et N.Z.

L’annonce avait suscité quelques polémiques, mais la décision vient d’être confirmée. Une statue représentant la mère juive intitulée « A Yiddishe Mame » sera érigée devant le pont reliant Brooklyn à Manhattan. Elle sera dévoilée le 1er juin 2019 à l’occasion de la Journée mondiale des parents.

Elie Kakou, inoubliable mère juive

C’est ce que le Borough de Brooklyn (New York) a décidé d’entreprendre cette année après avoir été sollicité par différentes associations juives de New York. Certains avaient souhaité qu’elle soit posée face à la Statue de la Liberté, mais afin d’éviter tout risque d’accusation d’emprise juive sur la culture américaine, il a été finalement décidé de choisir un endroit symbolique de New York où vit une importante communauté juive. C’est donc devant le pont reliant Brooklyn à Manhattan, visible de tous, qu’une mère juive veillera bientôt sur tous les habitants du quartier.

Dans sa chanson Les Mères juives, Georges Moustaki évoquait avec justesse les caractéristiques de cette femme devenue un véritable archétype : « elles sont toujours sur le qui-vive ; elles sont inquiètes et émotives ; elles sont parfois bien excessives ; elles sont douces et attentives ; elles peuvent être possessives ; elles sont vraiment très actives et sont pures comme l’eau vive ».

La mère juive a donc une importance pour tous et vient signifier quelque chose de toutes les mères. Mère à la fois débordant d’amour, toute dévouée à ses enfants et mère envahissante dont on n’a jamais fini de se dégager.

L’archétype de la « mère juive » est né aux Etats-Unis, à la fin des années 1960, avec la sortie de deux best-sellers : Comment devenir une mère juive en dix leçons, de Dan Greenburg, et le roman de Philip Roth Portnoy et son complexe dans lequel le grand romancier américain explique qu’un Juif reste pour sa mère un enfant de 15 ans jusqu’à sa mort.

Dans le sketch Le Complot d’Œdipe réalisé par Woody Allen pour le film New York Stories, un avocat d’affaires juif voit sa mère décédée réapparaître dans le ciel de New York et interpeller les passants en parlant de lui. Invité à l’émission Bouillon de culture, Bernard Pivot avait demandé à Woody Allen son juron favori. « Je ne peux pas vous répondre, parce que ma mère regarde peut-être l’émission », lui avait rétorqué le cinéaste.

Eyal Bernstein réalisera l'oeuvre

Popularisée par la culture populaire (humour, cinéma, chansons), mais aussi par la littérature, la mère juive a eu droit à tous les hommages, sauf un seul : une statue érigée en son honneur. Ce sera donc bientôt chose faite. Après le choix du lieu, celui de modèle a également fait l’objet de longues discussions. A l’instar de Marianne en France, faut-il une célébrité (Barbara Streisand, Golda Meir, Nathalie Portman…) pour incarner la mère juive ou au contraire une anonyme, à l’image de nos mères qui nous sont chères ? Faut-il retenir son caractère autoritaire ou sa chaleur humaine, en guise de réconfort dans une époque troublée par un regain d’antisémitisme ? Une Ashkénaze ou une Séfarade ? Une religieuse ou une laïque ? Autant de questions auxquelles le comité responsable de l’initiative n’a pas encore apporté de réponses définitives.

L’artiste chargé de réaliser la statue a néanmoins déjà été choisi, après un appel à candidatures. Il s’agit d’Eyal Bernstein, sculpteur israélien installé aux Etats-Unis et auteur du célèbre Pilpoul, deux rabbins discutant, bien connus des promeneurs de Central Park.

La statue de la mère juive titrée naturellement « A Yiddishe Mame » sera dévoilée le 1er juin 2019 à l’occasion de la Journée mondiale des parents. L’occasion de renforcer le caractère inclusif de cette journée censée s’ouvrir à toutes les formes de parentalité : famille monoparentale, famille homoparentale, famille recomposée… dans lesquelles la mère juive fait incontestablement figure de parent à part entière.

Bella Wajnberg « La mère juive, on ne peut s’en passer ! »

Bella Wajnberg
La comédienne et mère juive Bella Wajnberg réagit très positivement à l’annonce de l’inauguration de cette nouvelle statue au cœur de New York. « C’est une excellente idée, même s’il y aura toujours des gens qui seront contre », affirme-t-elle. Et de décrire sans hésitation le modèle auquel elle devrait ressembler : « Je la vois plutôt Ashkénaze, polonaise ou russe, une Séfarade risque d’entraîner plus de susceptibilités », confie-t-elle. « Un peu rondelette, avec un foulard sur la tête, et une casserole dans la main, puisque la torche est déjà prise… Y aurait pas moyen de lui ajouter un petit peu de tchoulent ? » Connue pour ses talents culinaires il est vrai, la mère juive est aussi célèbre pour son côté envahissant, dévorant, asphyxiant, « mais en même temps, on ne peut s’en passer », sourit Bella Wajnberg.

Agée aujourd’hui de 90 ans, elle se souvient de la pièce Mame’s Rapsody, jouée au CCLJ en 2014, écrite par Solange Goldwasser et inspirée du texte Votre maman de Jean-Claude Grumberg. Parmi les neuf textes tirés d’expériences personnelles, celui de Bella Wajnberg « A la gare de Merlemont » racontait avec beaucoup d’émotion comment elle avait retrouvé sa mère dans le train, sans pouvoir lui toucher mot, deux jours avant que cette dernière ne soit déportée. Si elle semble avoir elle-même réuni tous les traits de cette mère juive que l’on adore, généreuse et prête à tout pour ses enfants, Bella a toujours veillé cependant à ne pas être « accaparante ». « C’est le travers des mères juives : se croire indispensable pour tout et donc se mêler de tout », souligne-t-elle. « La génération qui nous a suivis et qui est née ici voit les choses différemment. A coup sûr, j’aurais perdu mes fils si j’avais été comme ça ! »

Quoi qu’il en soit, au même titre que le théâtre yiddish, la mère juive reste une pièce maîtresse du folklore et du patrimoine juif. A nous d’en prendre soin.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------Poisson d'avril------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Jean-Pierre Cho... - 1/04/2019 - 18:23

    On ne peut que dire bravo à cette initiative. Confiance en l’artiste... Espérance et Lumière !

  • Par Léon CHARLOT - 2/04/2019 - 23:18

    Je suis profondément ému, car voici le témoignage de la réalité vécue, vivante.
    Une Maman évoque plus que l'histoire : la vie, la conscience, la vérité, mais tellement d'Amour ! de Reconnaissance ! de Respect !
    Evoquer la Shoa implique la Mémoire de tant de "Maman" ...
    Au nom de ma Maman, mon nom propre : Merci !

  • Par Romy Souery - 4/04/2019 - 9:21

    Bravo pour l'article, je me suis fais avoir! :-)