Expo

Kanal Brut - Arts et mémoire

Vendredi 1 juin 2018 par Roland Baumann
Publié dans Regards n°884 (1024)

Joyau de l’architecture moderne bruxelloise, l’ancien garage Citroën-Yser sera le haut-lieu d’une vaste scène culturelle répondant aux ambitions de rayonnement international de notre capitale. 

Ouverte le 5 mai dernier, l’exposition « KANAL Brut » se veut la préfiguration du nouveau pôle culturel né du partenariat entre le Centre Pompidou et la Fondation Kanal, créée par la Région de Bruxelles-Capitale. Dédié à la création artistique sous toutes ses formes, ce projet incite le visiteur à la découverte d’une architecture spectaculaire, conçue au début des années 1930 à l’initiative d’André Citroën. Le projet « Une Scène pour Bruxelles » des bureaux d’architectes NoA/EM2N/Sergison Bates choisi pour la reconversion du garage existant en nouveau pôle culturel « KANAL-Centre Pompidou », réunissant un musée d’art moderne et contemporain, le centre d’architecture CIVA et des espaces culturels divers, sera réalisé en 2019-2022. Lauréat d’un concours international, ce projet valorisera le patrimoine exceptionnel de l’architecture existante du garage, « véritable cathédrale de verre et d’acier », restituant en particulier toute sa monumentalité d’origine à son showroom, célèbre pour sa façade-rideau arrondie. Dispersés dans différentes sections de l’ancien garage Citroën, les chefs-d’œuvre issus des collections du Centre Pompidou exposés actuellement font entrevoir aux visiteurs ce que seront les collections du futur musée d’art contemporain une fois réalisé cet énorme projet de reconversion de site industriel en haut-lieu de la scène culturelle bruxelloise.

Industriel novateur

La société belge des automobiles Citroën, constituée début 1924 à Bruxelles, fut la première filiale établie hors de France par André Citroën (1878-1935), ingénieur et industriel de génie, le « Henry Ford » de l’automobile européenne. De père hollandais et de mère polonaise, diamantaires juifs émigrés à Paris, la lecture de Jules Verne et la construction de la tour Eiffel incitent André à devenir polytechnicien. Associé aux débuts de l’industrie automobile, il fonde bientôt une usine d’engrenages en V. Vient la guerre, et inspiré par les méthodes de travail en série découvertes lors d’un voyage aux USA, il fait construire en 1915 au quai de Javel à Paris une grande usine de munitions dont l’énorme production et l’organisation contribuent à l’efficacité de l’artillerie française. Reconvertie dès 1919 en usine d’automobiles, l’entreprise Citroën vit un essor prodigieux. Grand novateur, tant par sa production de voitures bon marché, que par son réseau de concessionnaires et surtout ses techniques de publicité (énorme enseigne lumineuse sur la tour Eiffel, traversée du Sahara en véhicules tout-terrain, « Croisière noire » en Afrique, etc.), André Citroën contribue aussi au progrès de la condition ouvrière. Victime de la crise mondiale et de l’hostilité des banques, fin 1934, l’industriel juif est dépossédé de ses usines au profit de Michelin et ne survit pas à cette tragédie.

« KANAL Brut » valorise le patrimoine architectural que représente « la plus grande station-service d’Europe » inaugurée en 1934, place de l’Yser, alors qu’André Citroën se trouvait à l’apogée de son rêve industriel et social, mais n’évoque pas pour autant pas la biographie de ce grand Juif français, dont l’esprit d’entreprise contribua tant à l’essor de la société moderne, fondée sur la mobilité automobile. Citroën, c’est aussi une histoire de luttes et de solidarité ouvrière, dont l’image emblématique est peut-être cette photo de Rose Zehner, syndicaliste appelant à la solidarité avec l’Espagne républicaine, au milieu d’une foule d’ouvrières grévistes et qu’immortalise le photographe juif Willy Ronis en mars 1938, au quai de Javel.

Incités par le plan de « KANAL Brut »  à « se perdre » dans les immensités de Citroën-Yser, les visiteurs trouveront-ils l’œuvre d’art contemporain qui touche directement à la mémoire ouvrière de Citroën ? Exposée parmi les rayonnages métalliques de l’ancien magasin de pièces détachées, une captivante installation vidéo de l’artiste belgo-marocaine Saddie Choua, inspirée tant par Frantz Fanon que Guy Debord, nous confronte à des images de discrimination raciale, de colonialisme… et des luttes syndicales menées chez Citroën, cette grande marque qui fêtera ses 100 ans en 2019, et dont la mémoire juive tout comme l’histoire sociale restent méconnues du grand public…

Exposition « KANAL Brut », à voir jusqu’au 10 juin 2019
KANAL - Centre Pompidou
Quai des Péniches, 1000 Bruxelles
www.kanal.brussels

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par ezekiel - 20/06/2018 - 18:51

    Est ce que je me trompe si j'écris que cet article a été écrit parce que le patron du musée est un éminent membre du CCLJ et accessoirement apparatchik du PS dont la proximité avec le CCLJ est connue de tous ?

  • Par Rédaction Regards - 21/06/2018 - 10:06

    Bonjour Ezekiel,
    cela faisait longtemps effectivement que l'on ne nous avait plus taxé de porte-voix du PS. L'objectif de notre article était de revenir sur l'histoire d'André Citroën et non sur le "patron du musée" comme vous dites qui n'est d'ailleurs cité nulle part. Mais libre à vous de croire ce que vous voulez bien sûr.
    Avec nos meilleures salutations
    La Rédaction

  • Par Ezekiel - 21/06/2018 - 13:02

    Où est le problème d assumer que vous êtes proches et mêle très proches du PS parti au sein duquel se retrouvent vos principaux amis et soutiens dont certains sont des anti-israéliens notoires ?
    Pourquoi ne pas vous assumer ?

  • Par Rédaction Regards - 21/06/2018 - 14:09

    Nous assumons ce que nous sommes, pas ce que nous ne sommes pas. Vous devriez mieux vous renseigner.
    Bien à vous