Strabismes

S'inquiéter, mode d'emploi

Mardi 2 mai 2017 par Noémi Garfinkel
Publié dans Regards n°861 (1001)

Pour nous autres, se ronger les sangs est un hobby, au même titre que faire du jogging, jouer au bridge ou s’occuper des enfants.

Et comme toutes ces activités, la rumination -telle que nous la pratiquons- obéit à des règles strictes, et y déroger risquerait d’enrayer une mécanique bien huilée, laissant un vide bien plus angoissant que la plus fabriquée et artificielle des craintes.

Le judaïsme répertorie cinq méthodologies essentielles pour se mettre la rate au court-bouillon de façon réglementaire et reconnue par le Beit Din :

·         L’approche personnelle : saisissez l’occasion d’une remarque parfaitement anodine faite par quelqu’un à votre sujet. Exagérez-en la teneur jusqu’à la caricature. Fabriquez de toutes pièces des intentions auxquelles votre interlocuteur n’a jamais pensé. Agonisez d’agitation jusqu’à vous convaincre que tout ce stress va vous donner un cancer et vous tuer.

·         La méthode politique : regardez les infos à la télévision. Ignorez allégrement les actualités nationales et focalisez-vous sur l’histoire d’une usine de transformation de poisson qui rejette des substances toxiques dans la rivière d’une zone à peine habitée en Islande. Soyez certain(e) que ces toxines vont d’une manière ou d’une autre trouver le moyen de gagner votre quartier, vous donner un cancer et vous tuer.

·         La thématique économique : achetez un stock d’actions dont la dévaluation soudaine vous laissera sans le sou. Passez une nuit blanche à essayer d’équilibrer votre budget. Sortez-en avec une abominable migraine et prenez de l’aspirine. Croyez avec certitude que ces comprimés vont vous phagocyter le tractus digestif jusqu’à vous donner un cancer et vous tuer.

·         La démarche environnementale : tendez l’oreille vers des bruits provenant de votre toit. Déduisez-en immédiatement qu’une colonie de frelons asiatiques, sujet d’expériences dans un laboratoire voisin, s’est réfugiée dans vos combles. La toxicité de leur venin est telle que la simple proximité de ces bestioles suffit à ce que les doigts et la langue s’engourdissent. Au moment où vous les ressentez, persuadez-vous que ces symptômes vont entraîner une mutation génétique, vous donner un cancer et vous tuer.

·         La tentative familiale : partez du principe qu’il faut vous mettre en quête d’un psychothérapeute. Cette option a d’emblée le mérite de répartir le moulinage de chapeau entre vous et votre famille, car en plus de vous fournir régulièrement et à long terme du matériel pour nourrir votre inquiétude, chacun de vos proches présumera que vous consultez à cause de lui/elle. Ne vous y trompez pas, seule une réponse aura de l’importance à leurs yeux : qu’a dit le docteur à propos de moi ? Ici, le risque d’avoir un cancer est peut-être moindre, mais vous ne vous en sortirez pas sans avoir été convaincu(e) qu’il ne vous est rien arrivé de grave, et que si c’était quand même le cas, ce n’est certainement de la faute de personne. 


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Daniel ZASLAVSKY - 2/06/2017 - 8:49

    chère Noémie , je ne peux que abonder dans votre sens et je vais de ce pas consulter mon médecin , car votre article me donne a penser que pourrais avoir contracté la psittacose ( a coup sur) merci a vous ! j 'avale mon valium a tout hasard, un malade qui ne s'ignore plus