Carnet de cuisine

La cuisine de Rachel et les Bne Israël

Mardi 2 octobre 2018 par Michèle Baczynsky
Publié dans Regards n°1030

« Les plats se lisent et les livres se mangent », a écrit un jour Marcel Proust. C’est exactement ce qui se passe en lisant Le livre de Rachel d’Esther David (éd. Héloïse d’Ormesson). En tournant les pages, les arômes s’en échappent. Les plats dont les recettes figurent entre les chapitres mijotent durant toute la lecture. Lecture gourmande garantie.

Rachel fait partie des Bne Israël, l’une des trois communautés juives en Inde. C’est la dernière représentante de sa communauté à Dauda, une bourgade proche de Bombay. Elle y vit seule depuis la mort de son mari et le départ de ses enfants pour Israël. Sa vie est rythmée par les fêtes religieuses et l’entretien de la synagogue désormais vide. Héritière d’un patrimoine culinaire ancestral, elle continue à préparer les plats culinaires des Bne Israël : le curry de mouton au tamarin, le pithal (sorte de galettes de millet), le poulet kesari, la friture de bombil (poisson très apprécié par les Bne Israël), le methi bhaaji (plat à base de feuilles de fenugrec), la malida (dessert à base de dattes, de coco et de pistaches), servi après l’office, à la synagogue.

L’arrivée de promoteurs immobiliers vient chambouler l’existence de Rachel. Ils veulent acheter la synagogue, ce lieu de mémoire que Rachel  défend ardemment. Les arômes enivrants de sa cuisine, ses plats mijotés à petit feu, comme une révolte qui se prépare, deviendront une arme de défense massive contre les spéculateurs.

Parmi les recettes du roman, je souhaitais partager avec vous le poulet kesari, un plat de fête et de Shabbat. Sa splendide couleur orangée provient du safran. Kesar signifie safran en mahrati, le roi des épices.

Après vous être régalé, j’espère que vous découvrirez à travers les arômes de ce plat l’histoire étonnante des Bne Israël, et qu’il vous donnera l’envie de déguster Le livre de Rachel. Comme le dit si bien Marcel Proust.

POULET KESARI, poulet au safran

Ingrédients pour 4 personnes

1 poulet d’1kg découpé

2 oignons émincés

1 càs de purée de gingembre/ail râpé

1 càs de curcuma

1/2 càc de piment rouge frais épépiné

5 clous de girofle

1 càc de grains de poivre

2 gousses de cardamome

1 bâton de cannelle

2 tomates moyennes coupées en cubes

1/4 litre de lait de coco

1 càs de noix de coco séchée

4 à 5 filaments de safran

1 pincée de coriandre fraîche

Préparation

1. Rincez les morceaux de poulet, salez, réservez.

2. Faites griller la noix de coco séchée dans une poêle, jusqu’à ce qu’elle devienne dorée. Réservez.

3. Faites tremper les filaments de safran dans un bol d’eau chaude.

4. Faites chauffer l’huile dans une poêle.

5. Incorporez-y les clous de girofle, le bâton de cannelle et les gousses de cardamome. Ajoutez les oignons. Faites-les revenir jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Ajoutez ensuite la purée ail/ gingembre, la demi-cuillère à café de piment rouge, le curcuma, les tomates, la noix de coco grillée. Cuire à feu doux jusqu’à ce que l’huile ait été complètement absorbée.

6. Incorporez les morceaux de poulet dans la préparation et 25cl d’eau et laissez mijoter à feu doux jusqu’à ce que le poulet soit cuit.

7. Ajoutez le lait de coco et l’eau safranée.

8. Garnissez de feuilles de coriandre et couvrez. Retirez du feu au bout de cinq minutes.

9. Gardez le couvercle sur la poêle jusqu’au moment de servir. Ainsi l’arôme du safran et des autres épices restera préservé.

Bon appétit !


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/