Carnet de cuisine

Les blintzes, à la recherche d'un monde perdu et retrouvé

Mardi 1 mai 2018 par Michèle Baczynsky
Publié dans Regards n°882 (1022)

Un jour, dans le village de Chelm, où, d’après la légende, la proportion d’idiots était statistiquement très élevée, les habitants se trouvèrent confrontés à une pénurie de produits laitiers. La fête de Shavouot approchait. La question se posa : comment allaient-ils préparer les blintzes au fromage et à la crème fraîche épaisse pour célébrer la fête ?

C’est alors qu’un sage de Chelm se gratta le front puis la barbe et dit : « Nous imaginerons que l’eau qui coule dans la rivière est de la crème fraîche épaisse et que la crème fraîche épaisse est l’eau de la rivière. Ainsi nous pourrons farcir les blintzes à volonté. Nous connaîtrons une pénurie d’eau, mais nous trouverons bien une solution après la fête, n’est-ce pas ? ».

Les blintzes sont des crêpes très populaires dans la cuisine ashkénaze. Les Juifs en consommaient beaucoup. Rien à voir avec les crêpes Suzette. Elles sont plus épaisses, contiennent plus d’œufs et tirent leur origine en Hongrie, connues sous le nom de palacsinta, un héritage culinaire des Turcs, lorsqu’ils conquirent les Balkans, au 14e siècle.

Les blintzes (prononcez blint-sès) sont toujours fourrés, soit de viande de bœuf, de foie haché, de pommes de terre, de sarrasin, mais leur version la plus connue est celle au fromage que l’on mange surtout à Shavouot, la fête des semaines.

Il est de coutume pour les Juifs pratiquants de consommer à Shavouot des plats à base de produits laitiers, le lait symbolisant la Torah, source de nourriture spirituelle. En Israël, dans le monde séculier, comme dans de nombreux kibboutz, Shavouot est vidé de tout contenu religieux. C’est une fête champêtre qui en célèbre essentiellement la dimension agricole (le début de la moisson du blé) et le lien de l’homme avec la terre. Juifs pratiquants ou non consomment à cette occasion des plats, des pâtisseries à base de produits laitiers, comme les blintzes et gâteaux au fromage.

On en préparera en nombre suffisant, car ce n’est pas par hasard que le mot blintzes est au pluriel. Comme le dit Leo Rosten, l’auteur des Joies du yiddish, on n’a encore jamais entendu parler de quelqu’un qui n’en aurait mangé qu’un seul ! Ça se saurait !

BLINTZES au fromage

Ingrédients pour 4 personnes

Pâte à crêpes


2 jaunes d’œuf


750 gr de fromage cottage ou faisselle ou de fromage blanc gras (40%)

100 gr de crème épaisse
 fraîche (sour cream)


70 gr de sucre

jus d’un 1/2 citron

• 3-4 gouttes d’essence de vanille

cannelle (facultatif)

La farce


3 jaunes d’œufs


150 gr de farine


1/2 litre de lait


2 càs d’huile végétale ou l’équivalent en beurre


beurre pour la cuisson

PRÉPARATION

On commence d’abord par préparer la farce…

Battez les œufs dans un bol. Ajoutez le fromage, le sucre, le jus de citron, la pincée de sel.

Ne battez pas trop la préparation afin qu’elle reste épaisse. Réservez au frais.

… puis la  pâte à crêpes et les blintzes

Battez les jaunes d’œufs, puis ajoutez le sucre, le lait, l’huile, le sel et tout à la fin, la farine pour éviter les grumeaux.

Beurrez généreusement la crêpière. Laissez chauffer quelques minutes, puis versez une louche de la pâte à crêpes. Il ne faut cuire qu’un côté de la crêpe. Empilez les crêpes sur une assiette.

Sortez la farce. Etalez une crêpe, le côté cuit, vers vous.

Déposez 2 cuillères à soupe de farce dans le bas. Rabattez le bas de la crêpe au-dessus de la farce. Rabattez ensuite les parties latérales vers le milieu pour qu’elles se rencontrent (comme les deux rouleaux de la Torah). Enroulez-les en partant d’en bas afin de former des rouleaux que vous déposerez dans la crêpière beurrée.

Chauffez et laissez cuire jusqu’à ce que les blintzes soient dorés.

Saupoudrez de sucre glace ou de coulis de framboises ou de crème épaisse ou tout cela à la fois !

A vos crêpières ! Bon appétit !


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/