Du côté de la JJL

PAN Passages à niveaux

Jeudi 1 juin 2017 par Mikha Weinblum, Ancien directeur de la Maison des Jeunes
Publié dans Regards n°863 (1003)

« Passages à niveaux », comme cette échelle établie par l’OCAM sur les risques d’attentats. Comment les jeunes des différentes communautés ont vécu ces tragiques événements et les menaces qui s’en sont suivies ? Retour sur cet atelier organisé tout au long de l’année et qui a permis de vraies rencontres.

 

« Passages à niveaux » est un projet audiovisuel conçu par ITANU (www.itanu.net) pour la Maison de la Jeunesse laïque juive (MJLJ) dans une perspective de création et de dialogue intercommunautaire.

Ce projet est né d’une réflexion et d’un questionnement post-attentats. Quel impact ont eu ces attentats sur les jeunes issus de différentes communautés ? Quel regard est porté sur ces jeunes ?

Si pour eux, l’impact immédiat a été un renforcement de la sécurité de leurs activités, nous ne savions pas quel était leur ressenti. A fortiori nous le savions encore moins pour des jeunes issus d’autres communautés.

Notre objectif était que les jeunes participants identifient, décryptent, créent et communiquent sur les situations qu’ils rencontrent dans une ville qui vit au rythme des « niveaux de menace vraisemblables ». Il était aussi de faire travailler ensemble des jeunes qui ne vivent pas dans les mêmes quartiers, qui ne fréquentent pas les mêmes écoles, qui ne se connaissent pas.

Ce projet s’est donc réalisé entre un groupe de la JJL et des jeunes de la Maison de Jeunes du Cedas (Centre de Développement et d’Animation Schaerbeekois). La première rencontre s’est déroulée au CCLJ autour du jeu « Wediactivists » organisé par le BIJ. Un jeu qui vise à décrypter et à combattre les discours de haine sur le Net. Ensuite, les jeunes ont scénarisé et réalisé des capsules vidéo sur les préjugés. Enfin, ils se sont retrouvés au CEDAS pour un atelier slam animé par Nkumu Moke du CEDAS, dont la thématique était ces changements de niveau de risque. Les jeunes ont eu l’occasion de faire l’ouverture du Festival « Ceci n’est pas un jeune » avec leurs slams et d’y voir également projetées leurs capsules vidéo. Tout au long de ce processus, nous avons bénéficié de l’expertise de Gyora Gal de l’activité ITANU.

Ce projet fut un succès et nous espérons qu’il débouchera sur d’autres projets avec le CEDAS. L’intérêt est pleinement partagé par les jeunes des deux associations. Avec des différences confessionnelles et philosophiques vécues naturellement comme enrichissantes par les participants et plus largement, par les adultes qui les ont entourés.

Vous pouvez voir toutes les vidéos sur le site du projet www.projet-pan.site dont le slam de Lucas de Lathouwer.

Niveau 1

De plus en plus de patrouilles
Les flics nous guettent d’un œil sévère
Tous mes frères ont la trouille.
On nous harcèle toute la journée à coup de guerre et d’attentats,
On nous associe malgré nous à ces barbares que nous ne sommes pas.

Niveau 2

La pression monte lentement
Le racisme est omniprésent, il s’attaque au gouvernement
A coup d’extrême droite douteuse aux idéologies boiteuses.
Mais le pire dans tout ça, c’est qu’il y a des cons qui y adhèrent
C’est triste à dire, mais Come back en 33, bonjour Adolf Hitler

Niveau 3

On vit confinés chez nous. Tout ça à cause de quoi ?
D’une bande d’extrémistes, d’une bande de fous.
Et quand on sort de la maison, ce qui arrive de plus en plus rarement
C’est plus pour s’marrer entre potes, mais pour affronter l’regard des autres passants.

Niveau 4

Après Bruxelles et Paris
La Paix, la tolérance ne sont plus qu’une lointaine utopie.
Il n’y a plus d’égalité à part devant la bêtise de l’homme.
Elever nos voix contre elle ou nous soumettre, le voilà notre ultimatum.
A force de préjugés, nos esprits sont devenus fermés.
Après tout ça dites-moi comment garder foi en l’humanité.

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/