Révisionnisme

Traité de San Remo (1920) : quand la droite revisite l'Histoire

Mardi 1 octobre 2013 par Ouri Wesoly

C’est le nouveau mantra des tenants la droite dure : les Accords de San Remo, (avril 1920), seraient la base juridique des droits d’Israël sur la Cisjordanie.  Une bien belle idée, qui n’a que le défaut d’être fausse.

Lord Balfour et Winston Churchill (1917) : un foyer juif "en Palestine".

Si vous parcourez les médias de l’ultra-droite juive ces temps-ci, vous trouverez nombre d’affirmations comme : « Le vrai droit international est le traité de San Remo et il prévoit que les Juifs peuvent construire où ils veulent en Judée-Samarie et à Gaza ».

Ou « La Convention de San Remo donne toute la terre à l’ouest du Jourdain au peuple juif ». En fait, il s’agit d’une mode lancée en avril 2010 par l’actuel vice-Ministre de la Défense, Danny Danon (et successeur potentiel de B. Netanyahou).

A l’époque, celui qui n’était encore qu’un député du Likoud se trouvait  à San Remo pour le 90ème anniversaire de ces fameux Accords. ll avait alors affirmé : « Le temps est venu de parler des pleins droits d’Israël sur un territoire que beaucoup croient que nous avons conquis et occupé »

Du pain béni pour une droite toujours en quête d’arguments  juridiques pour justifier la colonisation de la Cisjordanie. Il y a certes la Torah (l’Ancien Testament) mais comme disait déjà le regretté Itzhak Rabin : « la Bible n’est pas un cadastre ».

Et voici que surgit de l’océan du passé un Traité signé par les vainqueurs de la 1ère guerre mondiale* qui donne  toute la Palestine aux Juifs ! Entériné, qui plus est, en juillet 1922  par la Société des Nations, l’ancêtre de l’ONU! Sauf que non.

Petit retour en arrière : durant la 1ère guerre mondiale, la France et la Grande-Bretagne sont prêtes à tout pour abattre la Turquie, alliée de l’Allemagne . Pour y parvenir, les Britanniques mènent -en même temps !- trois politiques contradictoires.

D’une part, en 1915, le diplomate Henry Mac Mahon (accompagné du fameux Lawrence d’Arabie) incite les Arabes à se révolter contre les Turcs. Leur récompense : la création d’un  «Royaume arabe ».

Lequel ne serait pas médiocre puis qu’il engloberait les territoires actuels de l’Irak, de la Syrie, du Liban, d’Israël et la Cisjordanie.  D’autre part, en 1917, le ministre des Affaires Etrangères britannique, lord Balfour rend publique sa célèbre « Déclaration ».

Laquelle promet à l’Organisation sioniste mondiale la création d’un « Foyer juif » en Palestine.  Tout cela, alors qu’en 1916, deux diplomates, l’Anglais Mark Sykes et le Français  François Georges-Picot ont signé des accords secrets pour se partager tout le Moyen Orient…

Et, après la victoire, c’est bien se qui se passa : le « Grand Royaume arabe » fut envoyé aux oubliettes tandis que Paris et Londres se répartissaient la région au travers de « Mandats »** Restaient les promesses faites aux Juifs.

Que les Britanniques, qui s’étaient attribués, entre autres un Mandat sur  les territoires d’Israël, la Cisjordanie et la Jordanie décidèrent de tenir. Ce fut l’objet de la Conférence de San Remo (19-26 avril 20) et du Traité qui la conclut.

 Dans son préambule***, celui-ci déclare que le mandataire britannique « sera responsable de mettre à exécution la déclaration d’origine » (celle de Lord Balfour. NDA) dont il reprend mot pour mot l’essentiel. A savoir :

« L'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine »

L’article 4 du Traité stipule que l’Organisation sioniste mondiale sera « l’agence juive appropriée  pour conseiller et coopérer avec l'administration de la Palestine dans les questions (…) susceptibles d'affecter les intérêts de la population juive en Palestine ».

Rien là dedans, on le voit, qui donne aux Juifs des droits sur toute la Palestine. C’est ce que précise, au demeurant et sans ambiguité,, Winston Churchill, alors Secrétaire aux Colonies dans un « Livre blanc » sur la Palestine publié en 1922:

« La position de la Grande Bretagne n’est pas celle des dirigeant sionistes qui estiment que la Palestine en entier devrait être convertie en un foyer national juif mais qu’un tel foyer devrait être fondé en Palestine. ».

Une restriction majeure établie par un Churchill, pourtant chaud partisan du sionisme mais qui jaugeait avec réalisme sur la situation qui prévalait à l’époque .  Une restriction acceptée aussi –quoique à regret- par Chaïm Weizmann, qui dirigeait alors l’Organisation Sioniste Mondiale.

Mais une restriction sur laquelle la droite dure fait aujourd’hui l’impasse : à force de glissements sémantiques, elle s’échine à faire croire que le Traité de San Remo accordait la Palestine tout entière aux Juifs.

Et donc, dans la foulée, qu’il justifierait leur droit à bâtir des colonies (« implantations ») en Cisjordanie (« Judée-Samarie »). Un raisonnement bâti sur du  sable, comme à peu près tout ce que construisent les ultra-nationalistes israéliens…

*Participèrent à la Conférence de San Remo des représentants britanniques, français, italiens, grecs, japonais… et belges. Les Etats-Unis, retournés à leur politique isolationniste et la Russie, en pleine guerre civile, n’étaient présents.

**Mandat : L'article 22 du Pacte de la S.D.N confie à un Etat « la tutelle » sur des territoires « dont les peuples sont encore incapables de se diriger eux-mêmes dans les conditions particulièrement difficiles du monde moderne » 

*** Pour lire le texte intégral du Traité (en anglais) : https://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/britman.htm


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Steve - 3/10/2013 - 0:34

    Les ultra-nationalistes, une épine dans le pied des Israéliens ou un allié du Likoud (droite) depuis l'accord électoral entre Avigdor Lieberman et Benjamin Netanyahou d'octobre 2012 ? genre UMP et Front National en France, ou MR et Nation en Belgique ; si l'on en juge par les quelques déclarations retentissantes du ministre des affaires étrangères que Eitan Cabel, en 2006, n'a pas hésité à qualifier de racistes et qui ont conduit Ophir Pines-Paz à démissionner du gouvernement, toujours en 2006, pour protester contre la présence du parti de Lieberman, "dont les leaders sont contaminés par des déclarations racistes et anti-démocratiques",dans ce gouvernement.

    http://www.jpost.com/Israel/Lieberman-calls-Arab-MKs-who-meet-with-Hamas-collaborators
    http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3321526,00.html

  • Par Pafilou - 20/12/2013 - 10:56

    La droite revisite l'histoire !
    Si cet article ne prétendait pas être sérieux, on le prendrait pour un canular.
    L'auteur de cet article omet de dire que la Palestine avant 1922, c'est Israël, les territoires controversés ET la Jordanie actuelle. Lorsqu'il reproduit l'introduction du traité de San Rémo : "« L'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine »", il fait donc une erreur de taille.
    1. Rien dans ce traité ne limite l'établissement du foyer national pour le peuple Juif à une partie de la Palestine (dans le flou de la formulation le contraire est vrai également).
    2. Il s'agit de la Palestine avant le plan de partage de 1922.
    Je ne pense pas que ce soit la droite qui fasse l'impasse ici, mais bien l'auteur de la l'article :
    Certes, la néo-Palestine est née sans "déclaration officielle" d'une naissance pour le moins étrange.
    La Palestine originelle est morte en 1922 avec la naissance de la Transjordanie qui s'appelle aujourd'hui la Jordanie. Le terme de Cisjordanie (west bank pour les anglo-saxons) est apparu après la création de l'état d'Israël et la guerre d'indépendance qui a suivi. Cisjordanie faisait simplement le pendant de la Transjordanie.
    C'est entre 1948 et 1967 qu'est née la néo-Palestine. Son contour s'est précisé petit à petit en fonction des politiques [sans commentaire] internationales qui ont conduit à définir la Palestine comme Israël et les territoires controversés (et sans la Jordanie).
    Au lieu d'utiliser un terme précis pour cette création politique [...] comme celui que j'emploie : la néo-Palestine (et donc les néo-palestiniens), on utilise indifféremment aujourd'hui le terme de Palestine, tant pour la Palestine originelle que pour la néo-Palestine par abus de langage fort intéressant du point de vue du révisionnisme .
    Alors qu'il n'y a jamais eu d'état s'étant appelé Palestine détruisant ainsi d'un point de vue du droit (international ou non) la notion d'occupation et de colonie, l'Europe et nombre de nations MENTENT OFFICIELLEMENT en prétendant que la construction de logement en Judée et Samarie est illégale.
    Quand la SDN, puis l'ONU ont approuvé le plan de partage de la Palestine [originelle], ce sont deux confirmations officielles et légales selon le statut de ces organisations. Depuis rien d'officiel n'a permis d'aller plus loin.
    Si on conteste ces faits et ces accords, il y a une conséquence de taille : aucun accord n'a de valeur et ...
    Finalement, la droite [dure, ultranationaliste, patriote etc.] ne se trompe pas. L'auteur de l'article oui.

  • Par Maxime - 25/04/2014 - 20:57

    Vous avez volontairement oublié de montrer la carte de la Palestine des accords de San Remo, laquelle incluait non seulement la Judee Samarie (cis Jordanie), mais également la Jordanie que Churchill a "donné" à la Jordanie, pays créé de toutes pièces. Le droit international, ratifié par l'ONU, les USA et la GB attribue au peuple juif dirige par le Mouvement Sioniste ( les termes sont importants dans leur précision), tout le territoire signe dans les accords de San Remo. Les israéliens ont signé des accords de paix avec les Jordaniens et ont ipso facto reconnu leur désistement de ce territoire, de même que les Jordaniens ont reconnu ne plus reclamer la Judee Samarie aux Israéliens! Les Israéliens seraient d'accord de se désister de la Judee Samarie qui leur appartient selon les accords de San Remo, contre un accord de paix avec les palestiniens, mais ce derniers réclament tout et ne sont absolument pas intéressés par un accord de paix . Il n'y a pas la de problème gauche droite, il y a un problème de droit international, et un problème de paresse intellectuelle sinon de mauvaise foi.

  • Par owesoly - 29/04/2014 - 8:38

    <p>
    Vous confirmez mon titre, Maxime, en revisitant l&#39;histoire: le trait&eacute; de San Remo &quot;n&#39;attribue&quot; en aucun cas la Palestine mandataire &quot;au peuple juif&quot;. Ce trait&eacute; reprend&nbsp; la D&eacute;claration Balfour qui &quot;envisage favorablement l&#39;&eacute;tablissement d&#39;un Foyer Juif en Palestine&quot;.&nbsp; Aucune puissance de l&#39;&eacute;poque ne consid&eacute;rait alors les Juifs comme assez importants pour leur c&egrave;der en totalit&eacute; ce territoire.</p>

    <p>
    Et les Juifs eux-m&ecirc;mes n&#39;auraient su qu&#39;en faire, m&ecirc;me dans leurs r&ecirc;ves: en 1922, ils n&#39;&eacute;taient que 84.000 en Palestine sur une population de 750.000 habitants soit 11% de la population.</p>

  • Par Shilock - 11/06/2014 - 11:15

    Il est difficile de faire mieux que l'auteur de l'article dans la mauvaise foi.
    Les Juifs 84.000 en 1922,en Palestine mandataire,n'auraient pas su quoi faire de la totalité de ce territoire(comprenant la Transjordanie avant que l'Angleterre ne l'offre a l'Emir de la Mecque,pour favoriser les intérêts anglais des accords Sykes-Picot),dites-vous.
    Vous oubliez que ce territoire était destiné a des immigrants potentiels ,qui ne se seraient pas limités a 84.000 (chiffre a vérifier vu la façon dont vous vous arrangez avec la réalité ).
    Les Anglais par la suite ont fait le Livre Blanc pour limiter cette immigration ,c'est donc quelle existait ( je n'évoquerai pas l'immoralité de cette limitation,ni le nombre de morts qu'elle a entrainés ).
    La population juive actuelle d'Israel montre également le ridicule de vos propos.

  • Par Shilock - 11/06/2014 - 11:30

    En quoi le don de la Transjordanie a la famille Hachémite d'Arabie ,en lutte (quasi perdue) avec les Saoud,favorisait les Anglais?
    Un des fils de l'Emir de la Mecque avait envahi l'Irak et s'apprêtait a en faire de même avec la Syrie.
    Syrie qui faisait partie des accords Sykes-Picot.

  • Par Shilock - 11/06/2014 - 11:38

    Le don de la Transjordanie étant destiné a calmer les ardeurs de la famille Hachémite sur la Syrie,et a préserver la stabilité des accords Sykes-Picot.

  • Par owesoly - 12/06/2014 - 8:14

    <p>
    Vos explications sont aussi indigestes que votre ton, Shilok. O&ugrave; prenez-vous que je nie l&rsquo;immigration juive en Palestine&nbsp;? Et de quel Livre blanc parlez-vous&nbsp;? Les Anglais en ont publi&eacute; 3 (1922,1930 et 1939) C&rsquo;est ce dernier qui a caus&eacute; des morts. Quel rapport avec le d&eacute;but des ann&eacute;es 20&nbsp;?</p>

    <p>
    De toute fa&ccedil;on, cela n&rsquo;a rien&nbsp; &agrave; voir avec le sujet de l&rsquo;article qui est : ni la D&eacute;claration Balfour ni le Traite de San Remo n&rsquo;ont jamais &laquo;&nbsp;donn&eacute;&raquo; toute la Palestine aux Juifs</p>

  • Par Votre nomsadia - 23/07/2014 - 18:04

    monsieur wesoly j.ai cru comprendre d.apres votre ecrit que ce traite de sa rmo vous derange et peut.etre plus juste une precisiondans ts les pragraphes du dit decret il n.est fait mention de palestiniens

  • Par SOLEIL - 6/11/2014 - 11:25

    CE QUE VOUS DITES EST FAUX !

    « Les Nations unies ont donné la souveraine sur la Palestine au peuple juif lors de la Conférence de la paix de la Société des nations de San Remo en 1920, comme cela est confirmé dans la résolution de San Remo et les minutes de la conférence, et elles n'ont aucune possibilité de transférer une partie des Droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non-juive, l'Autorité palestinienne en l'occurrence. »
    Tous les juristes de l'ONU savent cela, ils buttent sur cette résolution incontournable.

    Après la guerre de 67 déclenché par les pays arabes, Israël a reconquit la terre la Judée Samarie, y compris Jérusalem. La Résolution 242 du Conseil de sécurité a été adoptée autorisant Israël à demeurer en possession de toutes les terres jusqu'à ce qu'ils aient des «frontières sûres et reconnues». Il ne demandait pas à Israël de se retirer de tous les territoires et de Jérusalem sans avoir signé un accord de paix

    NOUS SOMMES DONC DANS NOTRE BON DROIT JUSQU'A CE QU'UN ACCORD VIABLE POUR LES DEUX PARTIES SOIT TROUVE !
    NEANMOINS, POUR FAIRE LA PAIX, IL FAUT DEUX PARTIES ET MOI JE NE VOIS QU'UN DEMOCRATIQUE : ISRAEL, FACE A UNE BANDE DE TERRORSSITES SANGUINAIRES. !!!

  • Par SOLEIL - 6/11/2014 - 11:33

    Je fais remarquer a tous les detracteurs d"israel qui l'accusent d'avoir vole des terres a ce peuple invente : les palestiniens !

    Que si tous les etas arabes avaient accepte le partage des terres comme il a ete fait en 1948 et que si ceux ci n'etaient pas entre en guerre avec l'etat naissant d'Israel, on en serait pas la aujourd'hui !

    A qui la faute ?

    De plus, si les arabes avaient extermine les juifs a cette epoque, est ce que quequ'un se serait leve pour les defense !
    Je signale a toutes les mauvaises langues, que face a six pays arabes armes jusqu'aux dents et superieures en nombre, les juifs ont reussit a gagner la guerre SEULS, ou plutot avec l'aide de D. !!!!!

    Personne, aucun pays dit democratique, ni la France, ni les Britanniques, qui pourtant etaient les instigateurs d'un foyer juif , n'ont leve le petit doigt pour defendre les femmes et les enfants et le peuple juif d'un second holocauste (D. preserve) si D. n'avait accompli des miracles....

  • Par owesoly - 7/11/2014 - 20:22

    <p>
    C&#39;est tr&egrave;s bien de hurler &quot;soleil&quot; mais vous devriez lire les textes (la r&eacute;f&eacute;rence est en bas de l&#39;article) avant d&#39;entrer en transe. Vous constateriez que toute ressemblance entre vos interpr&eacute;tations du Trait&eacute; de San Remo et la r&eacute;alit&eacute; est pure concidence</p>

  • Par etpourtant - 8/11/2014 - 13:08

    La mauvaise foi semble être votre fond de commerce, les réponses de Maximes et Shilock sont très claires et vous êtes incapable de contre argumenter. Le fait que toute la palestine mandataire ne soit pas explicitement spécifié comme territoire du futur état juif n'enlève pas de légitimité à Israël sur ces territoires au contraire. Je passe sur vos commentaire concernant les quelques 84000 juifs et ce qu'il auraient fait des terres c'est tout simplement délirant. à vouloir démonter l'argumentation de vos opposants vous en arriver à démonter votre argumentation. C'est pathétique !

  • Par owesoly - 9/11/2014 - 8:50

    <p>
    Oui, oui, &quot;etpourtant&quot;, (ou quels que soient vos pseudonymes) , la r&eacute;alit&eacute; historique est plus puissante que vos invectives: ni les Accords de San Remo ni la D&eacute;claration Balfour dont ils s&#39;inspirent ne donnent toute la Palestine aux Juifs. Et cela pas plus dans le texte que&nbsp; dans l&#39;esprit des dirigeants de l&#39;&eacute;poque.</p>

    <p>
    Ceci dit, &agrave; moins que vous n&#39;arriviez &agrave; vous exprimer de fa&ccedil;on civilis&eacute;e, nous allons en rester l&agrave;</p>

  • Par Ixiane - 22/11/2014 - 12:54

    Pour moi, cette conférence est très claire !
    La Palestine occidentale de la mer au Jourdain a été la reconstitution du Foyer Juif en attendant la déclaration d'un Etat JUIF indépendant et libre !
    La Palestine Orientale ( Jordanie actuelle) est rendue aux arabes , qui ont eu 22 Etats ....

    Le problème est que les arabes ont toujours voulu le tout et le veulent encore !!!
    Un Etat palestinien déclaré unilatéralement , sans l'Etat d'Israël concerné , sera nul et non avenu , et n'aura pas de suite ( à part la guerre) .
    Si l'ONU déclare caduques toutes ses résolutions antérieures... l'ONU n'a plus de raison d'exister si c'est pour se contredire constamment !!!!

  • Par Lucien TAIEB - 2/02/2015 - 21:19

    Et quid de l'article 80 de la charte des Nations Unies ?

  • Par andre - 30/03/2015 - 15:11

    Il faut savoir ce qu'on entend par le mot "Palestine". Dans le deuxieme tome du livre de William Manchester "The last lion" consacre a Churchill, et a son argument avec Chaim Weizmann, resume ici dans la phrase

    « La position de la Grande Bretagne n'est pas celle des dirigeant sionistes qui estiment que la Palestine en entier devrait être convertie en un foyer national juif mais qu'un tel foyer devrait être fondé en Palestine. »,

    il est tout a fait clair que Churchill rejetait les pretentions de Weizmann a etablir Israel en partie a l'EST du Jourdain.
    Par "Palestine", il est clair egalement qu'il faut entendre dans ce texte la totalite de ce qui est devenu Transjordanie + Israel +
    territoires disputes. Churchill ne s'est jamais exprime sur le souhait des sionistes de s'etablir sur la totalite de la partoie de la
    Palestine a l'ouest du Jourdain.

  • Par andre - 28/04/2015 - 14:49

    Un long et puissant discours de Churchill au Parlement le 22 mai 1939, accusant Chamberlain pour sa "nouvelle politique en Palestine" (limitation du nombre de Juifs, etc..), merite qu'on en cite au moins la fin:
    At the end he stared straight at the prime minister's eyes and recalled that twenty years earlier, in this chamber, Chamberlain had said -- he was quoting him directly -- "A great responsibility will rest upon the Zionists, who, before long, will be procceding, with joy in their hearts, to the ancient seat of their people. Theirs will be the task to build a new prosperity and a new civilisation in old Palestine, so long neglected and misruled." Churchill closed with three shattering sentences: "Well, they have answered his call. They have fulfilled his hopes. How can he find it in his heart to strike them this mortal blow ?"

    (William Manchester, The Last Lion, Alone, 1932-1940, paperback edition, p.398.

  • Par Elie de Paris - 24/07/2015 - 11:39

    Sauf.... qu'Israël, et vous vous gardez bien de le dire, n'occupe * que 20000 km² des 120000km² de la Palestine mandataire...
    * et que sur ces 20000 , 5000km² sont ...occupés par l'A.P le Hamas...
    Nous sommes bien loin de l'entièreté, exagérée, pretendue dans vos propos...

  • Par Richard Rossin - 24/08/2016 - 20:16

    Ce raisonnement est aussi faux que les thèses de la droite pour 2 raisons:
    1/ Un courrier de Mac Mahon à Hussein ben Ali du 15 novembre exclut expressément la Mésopotamie (Irak que les Anglais se réservent) et l'ouest d'une ligne Alep-Mer Morte ! Ce qui a été retiré de la promesse britannique est l'Est de la Syrie sur lequel la FRANCE prend le mandat mais est compensé par justement l'Irak pour Fayçal fils de Hussein... Finalement les Hachémites sont les grands gagnant de la guerre avec le Hedjaz pour Hussein, la Syrie puis l'Irak pour son fils Fayçal et la Transjordanie pour son autre fils Abdallah.
    2/ sur le mandat "palestinien", il comportait la Transjordanie effectivement retiré par Churchill pour respecter les accords Mac Mahon et avec l'accord de Weizmann (on ne peut affirmer aussi clairement que ce fut avec regret compte tenu des accords Weizmann/Fayçal). Les Anglais eux-mêmes, après ce livre blanc de Churchill (dont les propos rapportés sont justes), appelaient la région du Jourdain à la mer la Palestine juive...

    Ceci ne veut évidemment pas dire que les Arabes de la régions ont été d'accord et la guerre de 1948 n'est une victoire que parce qu'Israël a survécu mais une défaite sur Jérusalem et les Samarie et Judée annexées par la Transjordanie (1950) sous le nom de Cisjordanie...

  • Par Henri Schongut - 15/01/2017 - 1:48

    Cette fameuse Déclaration Balfour décrivait la Palestine comme l'ensemble : Transjordanie et Cisjordanie, Pour les Sionistes Révisionistes de lÉpoque c'était l'entièreté de ces deux entités qui devait revenir aux juifs (shte gedod hayarden). Lorsque Çhurchill a cru bon de préciser qu'il ne s'agissait pas de toutes la Palestine qui serait un foyer juif, il s'agissait de dire : Transjordanie aux Hashemites et Cisjordanie (tout ce qui est à lÓuest du Jourdain) aux juifs. Les Anglais pragmatiques ayant choisi le Jourdain comme frontière entre (futur) état juif et état arabe. La notion de Cisjordanie, comme on l'a connait aujourd'hui est beaucoup plus tardive. Introduire la notion de Cisjordanie en 1920 - 1922 est totalement anachronique et remet en question la crédibilité de tout votre développement pourtant si joliment argumenté.

  • Par isy Oselka - 15/05/2018 - 9:38

    Une question comment se sont constitué tous les autres États? La FRANCE , USA etc etc . Pourquoi vouloir absolument des juifs qu' ils soient plus catholiques que le pape. 1) même si ce n'est pas un cadastre notre présence et nos frontières sont indiquées dans la Bible qu' elle autre état peut il en dire autant 2) des terres ont été achetée au prix fort par les Rodshild et autres.3) pour les communiste la terre appartient à celui qui la travail. C est ce qu on fait les 1er pionniers pas encore appelés colons. Bref Israël est à ma connaissance le seul état qui réponds à autant de critères et son l existance est toujours remise en cause après 70 ans d existance.