Israël

Le soldat Elor Azaria reconnu coupable d'homicide

Mercredi 4 janvier 2017 par Nathalie Hamou

Le procès du sergent franco-israélien a profondément divisé la société israélienne. De l’avis des spécialistes, cet incident rarissime n’est en rien représentatif de l’attitude des soldats de Tsahal.

Manifestation de soutien au sergent Azaria, Tel-Aviv, 4/1/2017

Accusé d'avoir achevé en mars dernier un assaillant palestinien blessé à Hébron (en Cisjordanie), le sergent Elor Azria a été à l’unanimité reconnu coupable d'homicide par un tribunal militaire israélien, ce mercredi 4 janvier 2017, à l’issue d’un procès exceptionnel qui a profondément divisé le pays. Il faudra encore attendre un autre mois pour connaître la sentence de la Cour martiale à l’encontre de ce soldat dont la condamnation pourrait lui valoir plusieurs années de prison.

Pour justifier leur verdict, les juges de Tel-Aviv ont rejeté les allégations de la défense du sergent Elor Azaria, âgé de 20 ans, selon lesquelles ce dernier se serait senti menacé et aurait agi en situation de légitime défense. Le jeune soldat de Tsahal, qui dispose de la citoyenneté française, est jugé depuis mai 2016 pour avoir tiré une balle dans la tête d'un Palestinien gisant au sol et apparemment hors d'état de nuire après avoir attaqué au couteau des soldats israéliens.

La brigade du soldat Elor Azaria, le bataillon et ses commandants ont témoigné qu'ils ne partageaient pas le point de vue du soldat face à la situation, critiquant fortement sa décision d'avoir tiré. Tous les trois ont affirmé qu'il n'y avait aucune crainte que le terroriste ait été armé d'explosifs.

Peu avant la lecture du verdict, plusieurs centaines de manifestants, issus pour certains d’organisations d’extrême droite comme Lehava, s’étaient massés aux abords du tribunal militaire, situé à quelques encablures de la Kirya (le quartier général de l’armée) pour apporter leur soutien au sergent Elior Azaria. Non contents de scander des slogans racistes comme « Mort aux Arabes », ils ont proféré des insultes à l'encontre des forces de l’ordre et des journalistes.

Une violence qui illustre si besoin était l'importance symbolique de cette affaire pour la société israélienne. En tirant à bout portant sur un assaillant palestinien à terre à Hébron, devant la caméra d’un membre de l'ONG B’tselem, le jeune conscrit s'est en effet attiré autant de détracteurs que de défenseurs...

Confusion des esprits

La veille du jugement, le chef d'état-major, Gadi Eizenkot, qui plaide pour le respect des consignes de tirs interdisant d'achever un blessé ne présentant plus de danger, a ainsi déploré la « confusion des esprits qui porte atteinte à nos institutions et à nos exigences envers nos soldats ». « Un homme de 18 ans qui sert dans l'armée n'est pas notre enfant, ce n'est pas un bébé, c'est un combattant, un soldat », a affirmé le général Gadi Eizenkot en réponse à une campagne menée par la famille et les sympathisants d'Elor Azaria, ainsi que par certains responsables politiques qui présentent le soldat comme « l'enfant » de tous les Israéliens.

Parmi les leaders politiques à avoir pris très tôt la défense d’Elor Azria figure notamment le chef de file du parti ultranationaliste « Israël notre Maison », Avigdor Lieberman, actuel ministre de la Défense. Tandis que le leader du parti sioniste religieux « Foyer Juif » et ministre de l’Education, Naftali Bennett, a estimé que le sergent Azaria devait bénéficier immédiatement d’une grâce présidentielle. L’avocat du soldat a indiqué qu’il ferait appel de la décision du tribunal militaire.

Pour sa part, l’universitaire Asa Kasher, co-auteur d’un code d’éthique de Tsahal, a rappelé que cette affaire constituait une « rareté ». « L’affaire Azaria est un cas rarissime et à ce titre, ne doit pas être exploitée. Elle n’est en rien représentative de la conduite de Tsahal vis-à-vis de ses soldats ou des Palestiniens ». Asa Kasher a toutefois déclaré qu’il restait indispensable de continuer à éduquer les soldats israéliens et à leur enseigner les valeurs morales de façon plus concrète. « Le message doit être clair : un terroriste qui ne présente pas de danger doit être soigné et non abattu ». 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par ALIZEE - 4/01/2017 - 14:46

    Ce jugement est une honte.

    Je demande au président du CCOJB de prendre immédiatement position à ce sujet, ce qui nous permettrait pour la première fois de l'entendre et d'organiser une manifestation de soutien à ce soldat.

    Si le CCOJB ne devait pas donner de réponse à cette demande, je prendrai l'initiative avec certaines autres personnes qui m'ont donné un accord de principe pour initier une telle manifestation.

    Ce soldat n'a fait que son devoir. Il ne devait prendre aucun risque et se devait d'éliminer le terroriste pour autant qu'il n'y avait qu'une probabilité sur des milliards qu'il puisse encore être dangereux pour la sécurité des civils et militaires israéliens se trouvant sur place.

  • Par maurice e. - 4/01/2017 - 18:55

    A Alizee:

    Je trouve très paradoxal d'écrire, comme mentionné dans votre dernier paragraphe, que, d'une part le soldat Azria se devait d'achever le terroriste désarmé alors que d'autre part il n'y avait "qu'une chance sur un milliard" que l'homme à terre puisse encore constituer un danger.
    L'armée, qui semble être encore un garde fou éthique par rapport à la dérive droitière et hyper nationaliste de l'opinion publique israélienne, reste la conscience démocratique du pays et fort heureusement.

  • Par Jacky - 4/01/2017 - 23:26

    Est-il exact que le soldat ait été reconnu coupable d'homicide INVOLONTAIRE ? Ce qui au vu des faits semble un déni de justice, non?

  • Par geraldine - 5/01/2017 - 10:21

    Si Israël semble se limiter à l'appellation "homicide", plusieurs médias dont l'AFP et Euronews ont précisé qu'il s'agissait d'un homicide volontaire, dans la mesure où Elor Azaria a tiré une balle dans la tête de l'assaillant palestinien déjà immobilisé au sol.
    Bien à vous
    La Rédaction

  • Par ALUF HANITZAHON - 5/01/2017 - 12:34

    Le soeur de la juge féminine est une propalestinienne notoire qui habite chez eux.Celà ne préjuge en rien le jugement de sa soeur. En gâ gelûf da?
    Quand démocratie et connerie se rencontrent,un gars de 18 ans paie les pots cassés;Qu'on le laisse en paix et qu'il puisse vivre normalement après son départ de l'armée.

  • Par ALIZEE - 5/01/2017 - 15:00

    Pour Monsieur Maurice :

    Il n'y avait qu'une chance sur un milliard mais cette probabilité existait et le soldat a tiré pour être certain que cette probabilité, si petite soit elle, n'existe plus.

    Rien que cela suffit à expliquer son geste.

    Pour information, en l'absence de réaction du CCOJB en faveur de ce soldat victime d'une justice injuste j'entamerai la constitution d'une nouvelle association fédérative des juifs de Belgique qui se voudra être un contrepoids à ce qui existe déjà mais qui, à mon estime, ne défend pas suffisamment notre communauté. Cette absence de réaction se voudra être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

    J'espère qu'il ne sera pas nécessaire d'en arriver là.

  • Par ALUF HANITZAHON - 5/01/2017 - 20:54

    Baruch Goldstein a été maîtrisé dans la mosquée où il avait tiré en 1994
    On attend toujours le,procès de ceux qui l'ont lynché à mort.

  • Par maurice e. - 6/01/2017 - 1:38

    A Alizee,

    Dans toutes les sociétés régies par l'état de droit, tirer sur une personne désarmée en provoquant sa mort est qualifiée par le code penal d'homicide volontaire et punissable.
    Les images filmées de l'incident et les déclarations du sergent Azria laissent peu de doute quant à l'absence de légitime défense et auraient conduit n'importe quel tribunal impartial à un verdict de culpabilité.

    Maintenant, si vos valeurs vous conduisent à préférer la loi du talion, je vous conseille d'être toujours le plus fort en cas de litige.

  • Par Comité de Coord... - 6/01/2017 - 12:21

    Pour "Alizée"Nous vous conseillons de vous mettre en contact directement avec le CCOJB pour obtenir une réponse et non via le CCLJ.A cette date nous n'avons pas été contacté mais vous invitons à le faireBien à vousLe CCOJB

  • Par ALIZEE - 6/01/2017 - 16:26

    Je n'attends aucune réponse du CCOJB mais des actes.
    Donc je ne comprends pas pourquoi je devrais les contacter et qui d'ailleurs et pour quoi faire ?

  • Par BOAZ - 8/01/2017 - 17:02

    Maurice

    Avec vous, ++.

    Notre avis est au demeurant partagé par le chef d'état major actuel de Tsahal et 5 anciens CEMA. Je suppose que ce n'est pas pour des prunes ?

  • Par mardoché - 8/01/2017 - 17:28

    L'attentat de ce midi à Jérusalem montre a suffisance combien le sergent Azria a eu raison d'éliminer le terroriste palestinien que ce dernier était ou non inoffensif lorsqu'il a été abattu.

    J'espère que les quelques sceptiques comprennent maintenant le pourquoi de la forte demande de grâce envers ce soldat.

    J'en profite pour rejoindre votre lectrice Alizée dans sa demande d'une position du CCOJB en faveur du soldat israélien. On peut toujours rêver n'est ce pas ?

  • Par maurice e. - 10/01/2017 - 7:28

    A Mardoché,

    Je réitère ce que j'ai écrit plus haut.
    Je ne vois absolument pas le rapport entre l'horrible attaque au camion bélier de Jérusalem et le fait de tuer un homme à terre, blessé et désarmé.
    A y réfléchir, il y une apparence de similitude entre l'acte du conducteur du camion de Jérusalem et l'acte du sergent Azaria.
    Il s'agit d'homicides dans les deux cas

  • Par mardoche - 10/01/2017 - 17:45

    Pour Maurice,

    Je ne veux plus dialoguer avec vous tant votre comparaison est répugnante.

  • Par maurice e. - 10/01/2017 - 22:04

    A Mardoche,

    Apparemment, ce qui importe pour vous, c'est l'identité de la personne qui commet des actes, et non la nature de l'acte lui-même.

    Peut-être cela vous paraîtrait également "répugnant " dans votre systeme de valeurs.

  • Par Daniel GRAU - 11/01/2017 - 17:59

    Monsieur Maurice E.,

    Comment pouvez-vous comparer deux situations totalement différentes ?

    Dans un cas, un terroriste lance volontairement son camion sur des personnes avec l'intention évidente de les tuer et dans l'autre cas, il s'agit d'un soldat qui élimine un terroriste qui venait de passer à l'acte.

    Je comprends que Mardoché soit choqué par vos propos.

    Bien à Vous,

    Daniel Grau