Etude 2016

Shimon Peres, la France et la bombe

Vendredi 23 décembre 2016 par Frédérique Schillo

Shimon Peres, le dernier géant d’Israël, prix Nobel de la Paix, s’est éteint le 28 septembre 2016. Dinosaure de la vie politique israélienne avec plus d’un demi-siècle passé aux plus hautes responsabilités de l’Etat, député de façon ininterrompue jusqu’à son accession à la présidence en 2007, deux fois Premier ministre, ministre dans 12 gouvernements depuis celui de David Ben Gourion en 1959, il était le dernier des Pères fondateurs de l’Etat juif.

 

Pour tous, il reste l’homme qui a permis à Israël d’acquérir la bombe, en construisant le réacteur nucléaire de Dimona grâce à l’appui français, et celui qui a signé les Accords d’Oslo avec les Palestiniens en 2013. Or les deux événements étaient liés selon lui. « Dimona a ouvert la voie à Oslo », aimait-il à répéter : « Une nation en attaque une autre pour deux raisons : son désir de la détruire et sa capacité de le faire. Parce que nous ne pouvions pas modifier le désir (des ennemis d’Israël), nous devions les convaincre qu’ils ne pourraient pas le faire. Ainsi, Dimona a coupé l’herbe sous le pied à ceux qui pensaient qu’ils pourraient détruire Israël. »

Cependant, avant de pouvoir se présenter en « M. Sécurité » comme architecte de la dissuasion nucléaire israélienne, Shimon Peres a d’abord dû être le très patient et très persévérant acteur d’un rapprochement militaire avec la France auquel peu de responsables israéliens – et pas même Ben Gourion – ne croyaient, quand ils ne cherchaient pas tout bonnement comme Golda Meir à le torpiller. Il a ensuite été l’un des acteurs de la « collusion de Sèvres », une réunion secrète durant laquelle les Français se sont engagés à soutenir Israël dans une guerre menée conjointement avec la Grande-Bretagne contre l’Egypte de Nasser, mais à la condition que les Israéliens lancent l’opération qui servirait de « prétexte » à l’opération alliée. Dans le même temps, la France acceptait de fournir le réacteur nucléaire de Dimona, dont on peut se demander s’il était ou non la condition à la participation israélienne dans la guerre de Suez.

C’était il y a tout juste 60 ans, en 1956. Shimon Peres écrivait alors l’une des plus glorieuses pages de l’Histoire d’Israël. Et aussi l’une des plus secrètes. Des archives diplomatiques et militaires mises au jour, en Israël comme en France, permettent de retracer sa longue marche vers l’alliance militaire avec la France et l’acquisition de la bombe.

Vous pouvez lire cette étude dans le document PDF ci-dessous

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/