Israël

Du sang neuf pour la direction du Meretz

Mardi 16 janvier 2018 par Nathalie Hamou

Trois quadras, dont l’ex-directeur de La Paix Maintenant, briguent la tête du parti qui organise ses premières « primaires » ouvertes, le 22 mars prochain.

Avi Buskila

Le Meretz pourra-t-il enrayer son déclin avec du sang neuf ? Le parti de la gauche radicale israélienne semble en tout cas séduire les jeunes activistes. La formation, qui n’a décroché que cinq sièges à la Knesset (sur 120 députés) lors des élections de 2015, et vient d’annoncer qu’elle organiserait pour la première fois de son histoire des « primaires » ouvertes le 22 mars prochain, a déjà suscité cinq candidatures.

Après Zehava Galon (62 ans), qui avait démissionné de la tête du parti pour initier ce système de primaires plus direct, et Ilan Gilon (61 ans), un autre membre de la Knesset et chef de la faction Meretz, trois jeunes quadras se sont lancés dans la course : l’activiste social Avi Dabush, passé par les rangs du New Israel Fund et de l’ONG Shatil, la parlementaire du Meretz, Tamar Zandberg, et  Avi Buskila, le directeur sortant de La Paix Maintenant.

Dans un post publié dimanche 14 janvier sur Facebook, Avi Bouskila a fait savoir qu’il démissionnait du mouvement La Paix Maintenant afin de briguer le poste à nouveau convoité par Zehava Galon. « Ce n’était pas une décision facile. J’ai réalisé qu’il était de mon devoir faire tout mon possible pour que moins de familles perdent des vies et soient détruites par des guerres qui n’ont pas de sens », a-t-il écrit. Avant de poursuivre : « Nous, au sein de Meretz, pouvons et devons, prendre les rênes, infliger une défaite au nationalisme et créer une forte réalité démocratique pour Israël ».

En annonçant jeudi dernier sa candidature, Tamar Zandberg avait quant à elle déclaré que « le parti Meretz a besoin d’un nouveau départ, d’un nouvel esprit et d’un nouveau leadership ». Celle qui vient de recevoir le soutien de l’ex-dirigeant du parti de la gauche radicale et ancien ministre de la Justice, Yossi Beilin, a ajouté que son ambition était de sortir le Meretz de sa torpeur, et de lui faire franchir le cap des dix sièges aux prochaines élections, un objectif qui n’a pas été atteint depuis quinze ans.

Avi Buskila, qui avait pris la direction de La Paix Maintenant en octobre 2016, avait pour sa part bousculé le profil type des précédents responsables du mouvement. Né de parents juifs marocains, décoré par Benjamin Netanyahou en 1997 pour avoir sauté sur un terroriste juif qui voulait mitrailler la foule arabe à Hébron, cet ancien commandant de l’armée israélienne avait été présenté lors de sa nomination, comme « le strict opposé d’un leader de gauche en Israël », par le quotidien populaire Yedihot Aharonot.

De son côté, Zehava Galon a appelé les membres du Parti travailliste à rejoindre les rangs de Meretz, afin de bâtir le camp de la gauche. En faisant valoir que le nouveau chef de file des travaillistes, Avi Gabbay, multipliait les déclarations pour séduire le centre droit. Notamment lorsqu’il s’est engagé à ne pas démanteler  les colonies juives dans le cadre d’un futur accord de paix.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par René - 16/01/2018 - 16:52

    Quel est l'intérêt de présider un parti qui n'emportera les voix que de quelques idéalistes perdus ?

    Franchement il y en a qui n'ont peur de rien et qui ne se rendent même pas compte du ridicule de la situation

  • Par cohen - 18/01/2018 - 16:38

    C'est comique il y a plus de candidats que d'électeurs potentiels. Comme l'écrivait très justement René, le ridicule ne tue pas.

  • Par Santo FRANCO - 19/01/2018 - 18:21

    Bravo à ces militants courageux qui ne se laissent pas démobiliser et à qui je souhaite beaucoup de succès.

  • Par Carole - 19/01/2018 - 22:15

    Il y a quelques semaines notre maître à tous monsieur Simon Bretholz à une fois encore fait preuve de un courage exceptionnel en allant enlever seul une banderole anti israélienne placée au dessus d un des principaux tunnels Bruxellois.
    Cet acte d héroïsme ne pouvait être que l oeuvre d un seul homme à savoir l actuel président de la communauté juive de Belgique monsieur Bretholz
    Merci à lui pour cette leçon qu il vient une fois encore de nous prodiguer.
    Puis je par ce message le proposer comme prochain Mensch de l'année.
    Il répond à tous les critères et je ne pense personnellement que quelqu un d autre que lui puisse actuellement mériter cette consécration. Rappelons aussi la ténacité qui a été la sienne sur les marches de la Bourse aux lendemains des attentats qui ont frappé notre pays.
    Merci Monsieur d'exister et de nous guider.
    Respectueusement
    Carole

  • Par Samuel - 21/01/2018 - 13:17

    Cohen a raison. Le ridicule ne tue pas.
    Il en est la preuve vivante.
    Que dira t il après les prochaines élections quand le premier ministre actuel sera renvoyé aux oubliettes de l histoire tant les israéliens ne voudront plus de lui ?
    Salutations
    Samy

  • Par maurice e. - 24/01/2018 - 23:45

    On peut qualifier les militants du Meretz de plusieurs qualificatifs comme lucides, visionnaires, humanistes, etc... mais sûrement pas de "courageux", comme s'il d'agissait d'opposants dans un régime totalitaire et qu'ils risquaient la mort ou la prison en Israel.

  • Par Daniel Donner - 25/01/2018 - 9:28

    "Cohen a raison. Le ridicule ne tue pas.
    Il en est la preuve vivante.
    Que dira t il après les prochaines élections quand le premier ministre actuel sera renvoyé aux oubliettes de l histoire tant les israéliens ne voudront plus de lui ?"

    Si on parle de ridicule...
    Shimon Peres n'a jamais ete elu Premier Ministre, meme si tous l'ont pretendu gagnant a chaque fois...avant les elections.
    En Israel il y a une majorite pour clamer que y en a marre de Bibi toute l'annee, mais apres les elections il reste Premier Ministre.
    Quant a savoir ce qu'il en sera apres les prochaines elections, dans un an et demi... vous savez qui aujourd'hui est prophete... Vous en etes?

  • Par Anthony - 6/02/2018 - 11:14

    Je trouve l'idée de Carole excellente car au moins ce serait un méritant qui serait honoré mais je doute fort du résultat car la personne en question est connue comme sympathisant de droite et donc en opposition avec l'organisation qui attribue cette récompense.

    Ce n'est en aucun cas une critique, seulement une observation objective.

    Quant à moi, je pense que seul Monsieur Rubinfeld, le dynamique et surtout actif président de la LBCA a l'étoffe pour être récompensé mais là aussi j'émets de sérieux doutes tant son opposition avec le CCLJ est connue depuis longtemps (rappelez vous le scandale lors de son élection à la tête de la communauté juive il y a quelques années)

    Anthony

  • Par sheli - 11/02/2018 - 21:42

    "Il y a quelques semaines notre maître à tous monsieur Simon Bretholz à une fois encore fait preuve de un courage exceptionnel en allant enlever seul une banderole anti israélienne placée au dessus d un des principaux tunnels Bruxellois." C'est cette fameuse vidéo où l'on voit aussi une femme en manteau de fourrure ararcher la banderole BDS sur l'autoroute ? Effectivement, le ridicule ne tue pas.