Israël/Culture

Report du vote de la loi controversée contre les artistes "déloyaux"

Mardi 27 novembre 2018 par AFP

Le vote d'une loi controversée au Parlement israélien visant à couper les subventions aux artistes jugés « déloyaux » envers l'Etat d'Israël a été reporté ce lundi sine die, a annoncé la ministre la Culture et des Sports Miri Regev.

Le théâtre Habima, à Tel-Aviv, l'un des hauts lieux de la culture israélienne

Sur le même sujet

    Ce projet de loi présenté par Miri Regev (Likoud) vise à conférer au ministère de la Culture le pouvoir d'octroyer ou de supprimer des subventions publiques aux créations théâtrales et cinématographiques en fonction d'une série de critères.

    Parmi les institutions culturelles menacées de se voir couper les vivres figurent celles présentant des œuvres qui « nient l'existence de l'Etat d'Israël comme Etat juif et démocratique, qui incitent au racisme, à la violence, au terrorisme, soutiennent la lutte armée ou des actes terroristes d'un Etat ennemi ou d'une organisation terroriste, qui présentent la fête de l'indépendance d'Israël comme un jour de deuil, qui déshonorent le drapeau national ou d'autres symboles de l'Etat ».

    Ce texte a suscité une levée de boucliers dans le monde de la culture. De nombreux artistes ont dénoncé une tentative d'imposer une censure.

    Mme Regev, qui espérait obtenir lundi un vote définitif sur ce texte, a dû y renoncer faute de pouvoir mobiliser suffisamment de députés, alors que le gouvernement ne dispose plus que d'une voix la majorité au Parlement, qui compte 120 membres.

    Au sein de la coalition pro-Netanyahou, le chef du parti de centre droit Koulanou, Moshé Kahlon, également ministre des Finances a ainsi annoncé qu'il accordait la liberté de vote aux neuf autres députés de sa formation, dont certains ont annoncé qu'ils voteraient contre le texte.

    M. Kahlon « veut faire tomber le gouvernement tout en étant dans le gouvernement », a réagi, furieuse, Mme Regev lors d'une conférence de presse.

    A la tête du parti ultra-nationaliste Israel Beitenou -qui a cinq députés au Parlement-, l'ancien ministre de la Défense Avigdor Lieberman, qui a récemment démissionné, a aussi prévenu qu'il s'opposerait au texte.

    De son côté, Mme Regev a annoncé qu'elle maintenait son projet de loi, sans préciser à quelle date elle comptait le présenter de nouveau au Parlement.

    Selon les commentateurs, le projet pourrait rester dans les tiroirs au moins jusqu'aux élections prévues normalement en novembre 2019, mais qui pourraient être avancées.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Arnaud - 27/11/2018 - 14:45

      Rien que de plus normal que de supprimer les subventions aux artistes israéliens subversifs.
      Je pense aussi qu il faut confisquer leur passeport afin qu ils ne puissent pas aller cracher leur venin en dehors d Israël
      Vive Bibi qui prend les bonnes décisions

    • Par kalisz - 28/11/2018 - 15:47

      A la grâce de Dieu. Ce n'est pas dans les tables de la loi. Dieu merci, cher Moïse.