Netanyahou et l'armée critiqués dans la gestion de la flotille de Gaza

Jeudi 14 juin 2012

Le Premier ministre israélien est accusé par le "contrôleur de l'État" hébreu d'avoir ordonné, sans concertation, l'attaque en mai 2010 du navire "Mavi Marmara", provoquant la mort de neuf militants qui voulaient forcer le blocus de Gaza. Aucune explication satisfaisante n'a été fourni à la Commission quant aux raisons de leur décès.

 

Un rapport officiel du « contrôleur de l’Etat » israélien critique un manque de concertation dans le processus de décision qui a conduit en mai 2010 à l’attaque par la marine israélienne du navire turc « Mavi Marmara », qui voulait forcer le blocus de Gaza.

Le rapport stipule "Aucune explication satisfaisante n'a été fournie à la Commission par Israël pour aucun des neuf décès. Les preuves médico-légales montrant que la plupart des personnes décédées ont été abattus à plusieurs reprises, y compris dans le dos, ou à courte portée n'a pas été suffisamment pris en compte dans les documents présentés par Israël. Il y a eu de mauvais traitements significatifs de passagers par les autorités israéliennes après que la prise de contrôle des navires fut achevée et jusqu'à leur déportation. Cela comprenait des mauvais traitements physiques, du harcèlement et de l'intimidation, la confiscation injustifiée de biens et le refus de l'assistance consulaire en temps opportun."

"Aucun des quatre passagers qui ont été tués [sur le pont supérieur du navire et sur la passerelle], y compris un photographe qui,  était entrain de prendre des photos et a été abattu par un soldat israélien positionné sur le pont supérieur,  alors qu'il ne posait aucun menace pour les forces israéliennes. Il y avait beaucoup de tirs réels de soldats israéliens sur le pont supérieur et  nombres de passagers ont été blessés ou tués alors qu'ils tentaient de se réfugier à l'intérieur du bateau ou aidant les autres à le faire."

"Certains passagers dans la zone de contrôle des passeports ont vu un passager âgé être malmené après semble-t-il avoir été tabassé. Lorsque d'autres passagers, y compris les Irlandais et turque, ont protesté contre ce traitement, ils ont été chargé par des soldats utilisant des matraques. Durant l'incursion, près de 30 passagers ont été battus sur le sol, à coups de pieds et de poings dans une attaque perpétrée par les soldats. Un passager irlandaise a été vu  se faire particulièrement et gravement rouer de coups sur la tête et maintenu dans une position proche de la suffocation.."

 

Informations provenant de France24 et 972mag.com.

 

 

 

 
 
 

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/