Elections

B. Netanyahou est-il le pire 1er ministre d'Israël ?

Lundi 2 mars 2015 par Ouri Wesoly

Sauf erreur, on ne voit pas de dirigeant israélien dont le bilan soit plus désastreux que celui de l’actuel chef de gouvernement. Et pourtant, il semble bien que les Israéliens vont lui permettre de rempiler une 4ème fois…

 

C’est demain, 3 mars que le 1er ministre israélien prendra la parole devant le Congrès des Etats-Unis. Il vient, a-t-il affirmé «pour une mission cruciale et même historique» : empêcher le « mauvais accord » que Washington veut conclure avec l’Iran sur le nucléaire.

Mais ce sera un discours «inutile et contreproductif ». Selon  Meir Dagan, chef du Mossad  de 2002 à 2010* en tous cas. Il  ajoute même que B. Netanyahou est celui qui aura « fait le plus de torts à Israël » dans ce dossier.

Et M. Dagan –qui n’est certes pas un de ces « gauchistes » que la droite voit dans tout opposant**-  sait de quoi il parle. Contrer la menace iranienne a été sa priorité durant 8 ans et il y est fort bien parvenu.

Il connait aussi son Netanyahou. Il se souvient – un exemple parmi nombre d’autres-  de sa prédiction d’aout 2012, lorsqu’il avait brandi devant l’ONU une pancarte  avec une bombe prête à exploser : l’Iran aurait l’arme atomique « au plus tard » en 2013….

Le Mossad, comme les autres services secrets, savaient alors pertinemment que c’était faux. Mais des élections législatives devaient avoir lieu quelques mois plus tard en Israël. Tout comme il y en aura d’ici 15 jours…  Quoique cette démarche soit sans doute inutile :

Il semble, d’après les sondages que le 1er ministre doive se succéder à lui-même.  Que son parti arrive en tête ou non, il serait le seul à pouvoir former une coalition majoritaire.  Non que, hormis  l’accroissement des colonies de Cisjordanie, il ait un bon bilan dans quelque domaine que ce soit.

Tout au contraire, en fait : à l’intérieur, selon un rapport de l’OCDE, (Organisation de Coopération et de Développements Economiques), en 2014, Israël a le plus haut taux de pauvreté parmi les pays développés.

Il est de 21% (13,8% en 1995) : un Israélien sur cinq – un enfant sur trois- vivent dans la pauvreté. Seul le Mexique dépasse l’Etat juif quant au nombre de familles pauvres. Les écarts de revenus se sont accrus au point que seuls quatre Etats font pire.

La classe moyenne n’est guère mieux lotie. Le récent rapport du contrôleur de l’Etat constate que de 2008 à 2013, la construction de nouveaux logements s’est ralentie (sauf en Cisjordanie où le gouvernement a investi 2,25 milliards d’euros dans des colonies isolées)

Moyennant quoi, le prix des logements en Israël a augmenté en 5 ans de 55%  et les loyers de 30%.  Et encore de 5% en 2014.  En même temps, la hausse constante du coût de la vie fait que, même avec deux salaires, nombre de familles risquent de basculer dans la pauvreté.

« L’envoyé de l’ensemble du peuple juif»

On n’évoquera que pour mémoire le train de vie dispendieux et les petits « arrangements » du couple Netanyahou avec l’argent de l’Etat. Les dangers que fait courir au pays la politique étrangère du 1er ministre sont incommensurablement plus importants.

Car celui-ci semble décidé à rompre avec les quelques rares Etats ou personnes qui soutiennent encore Israël de par le monde. On a déjà évoqué ici *** le lent mais irrésistible éloignement de l’Europe, 1er partenaire économique d’Israël, à cause de la lente annexion des territoires occupés.

De même avec les Etats-Unis. L’actuel épisode du discours devant le Congrès n’est qu’une illustration supplémentaire du manque d’intérêt de B. Netanyahou pour les Etats-Unis, le principal défenseur pourtant de l’Etat juif. Méir Dagan :

« Nous sommes protégés par le pouvoir du veto américain. Mais si nous perdons cette protection nous pourrions, dans un laps de temps très court, être l'objet de sanctions internationales ».

De même dans le domaine militaire, des renseignements, du commerce… que serait Israël sans les Etats-Unis ? Pourtant, en méprisant et rejetant le président Obama et  le parti démocrate,  B. Netanyahou fait du soutien à l’Etat juif une « cause républicaine et non plus bipartisane »****.  

Exit donc l’appui de 50% des Américains… Pour faire bonne mesure, tout en manifestant la prétention « d’être l’envoyé de l’ensemble du peuple juif», le chef du gouvernement israélien semble aussi décidé à déstabiliser la diaspora juive.

Après les attentats contre Charlie Hebdo et le magasin Hyper Casher », il a multiplié les invitations à la communauté de « revenir à la maison », de « rentrer chez eux », etc. Une façon de dire, comme les antisémites, que les Juifs de France ne sont pas chez eux dans leur pays.

D’où la cinglante riposte de J Call***** : une déclaration titrée « Non, M. Netanyahou, vous ne nous représentez pas » à l’image de celle de J. Street qui lui dénie le droit de parler au nom des Juifs américain. A noter que la droite américaine n’est guère à l’aise, elle non plus.

L’Aipac (American Israel Public Affairs Committee), le principal lobby pro-israélien n’apprécie guère que, contrairement à l’habitude, ni le Président ni aucune personnalité démocrate ne soit présente à sa conférence annuelle pour écouter B. Netanyahou

A ce misérable bilan, s’ajoute le manque total d’espoir que peut promettre un « Netanyahou 4 » : il s’alliera sans doute avec les ultra-orthodoxes, avec les sionistes religieux de N.Bennett  et avec le parti extrémiste Israël Beteinu.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’argent des Israéliens sera à nouveau dilapidé dans les yeshivas et les colonies. Faute d’accord avec les Palestiniens, attentats et risques de guerre persisteront, tout comme l’isolement international de l’Etat juif.

Mais, faute sans doute d’alternative crédible, Netanyahou semble tout de même être le choix des Israéliens. C’est leur liberté. Les peuples ont le droit démocratique de se tromper. Même si l’histoire montre que ce genre d’erreur a souvent des conséquences terribles.

* http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/62650-150228-netanyahou-est-celui-qui-aura-cause-le-plus-de-tort-a-israel-meir-dagan

**Meir Dagan a commencé sa carrière dans l’unité d’élite "Sayeret Makal". Nommé à la tête du Mossad par Ariel Sharon, on lui prête de nombreuses actions contre le programme nucléaire iranien : incendies, virus informatique, assassinats

*** « Europe-Israël : chronique d’un divorce annoncé » (http://www.cclj.be/article/2/6133)

**** Selon le journaliste (pro-israélien) Thomas Friedman du  « New York Times »

 

 

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Alain - 3/03/2015 - 15:03

    A ce sujet, puis-je recommander a vos lecteurs la lettre de "Stratfor", consultant geo-strategique. Elle eclaire la relation entre les USA et Israel d'un angle tres interessant https://www.stratfor.com/weekly/netanyahu-obama-and-geopolitics-speeches?mc_cid=10e3de5ab6&mc_eid=7b0e742f9a

  • Par Roland Douhard - 3/03/2015 - 16:19

    Je crois qu'on ne peut pas contester l'attachement de Benjamin Netanyahou à Israël. Mais il est tantôt initiateur, tantôt victime du syndrome du bunker. Celui qu'il a dans la tête, probablement le plus difficile à démanteler, et celui qu'il est en train de bâtir patiemment dans l'Etat hébreu et aux yeux de la communauté internationale. Chacun peut comprendre et admet, à l'exception bien évidemment des Etats islamiques et des groupes islamistes qu'ils financent et qui nient la légitimité d'Israël, l'absolue nécessité d'assurer sa sécurité. Ceci n'est en effet pas négociable. Suffit de lire et d'entendre la littérature et les cris de haine de certains de ses voisins proches et plus lointains. La sécurité d'Eretz Israël n'est-elle pas, dans les faits, réalisée ? Nombre d'observateurs impartiaux et pourtant amis de Jérusalem notent que ses capacités militaires et technologiques, en constante évolution, sont largement suffisantes pour assurer la pérennité de son existence. Le problème des frontières, des réfugiés et de Jérusalem est donc un problème politique et dépend de la volonté et du courage du gouvernement israélien. A moins que de souhaiter à israël cent ans de solitude, je ne vois pas ce qui justifie aujourd'hui la congélation de la reprise d'un dialogue sérieux et concret avec l'Autorité palestinienne. Lui refuser, comme le fait depuis plusieurs années les forces réactionnaires israéliennes au pouvoir, toute légitimité et toute dignité pour reprendre un nouveau cycle de négociations, c'est assurément irresponsable. Soutenir que cette Autorité palestinienne n'en est plus une et, dans le même temps, tout faire pour qu'il en soit ainsi, c'est assurément cynique et improductif. Brandir la menace iranienne, réelle en cas d'installation d'armements de destruction massive opérationnelle, afin d'empêcher les Américains et les Européens de baliser un accord de contrôle strict de la politique nucléaire de l'Iran, c'est assurément prendre le risque, celui-là certain, d'isoler davantage Israël dans le monde et de l'exposer à des représailles diplomatiques, politiques ou plus. Quelle serait d'ailleurs l'alternative aux yeux du premier ministre israélien ? La confrontation militaire, voire nucléaire avec Téhéran ? Soyons sérieux. Plus que jamais, Israël a besoin de femmes et d'hommes d'Etat. Israël a besoin d'un changement d'équipes à sa tête. L'Union sioniste, que l'on dit au coude à coude avec le Likoud et ses alliés extrémistes, pourra-t-elle convaincre les électeurs, le 17 mars prochain, d'une telle urgence ? Pas sûr, pas sûr du tout. Cette alliance nouvelle et nécessaire vient un peu tard pour être suffisamment forte et crédible. Mais le peuple israélien a-t-il encore le choix ?

  • Par Etienne - 4/03/2015 - 10:09

    Un tableau bien noir que peint cet édito!: Israël, déjà rongé par une pauvreté croissante (voire galopante), est au bord d'un gouffre stratégique sans avoir d'autre choix aujourd'hui que se condamner à faire un pas un avant... Il ne manque plus qu'une référence à l'Athènes de Périclès qui s'est anéantie elle-même en s'enfermant dans des choix malheureux! Si, par-dessus le marché, le lecteur lit ces lignes en ayant en tête les signes du déclin de la civilisation occidentale, il n'a plus qu'une envie, retourner se glisser au lit avec un bon polar (ou mieux). Vous aviez le blues quand vous avez couché votre analyse sur le papier, monsieur Wesoly?

  • Par owesoly - 4/03/2015 - 11:34

    <p>
    Le blues, certes, Etienne mais surtout je suis terrifi&eacute; en voyant vers quels ab&icirc;mes la coalition actuelle m&egrave;ne Isra&euml;l, transformant au passage notre r&ecirc;ve sioniste en cauchemar.</p>

  • Par eric - 4/03/2015 - 15:28

    Ouri Wésoly

    merci de garder vos éternelles critiques envers un gouvernement qui ne vous plait pas pour vous sans devoir le faire sur la place publique
    laissez ce droit aux citoyens israéliens à qui seul le pouvoir en place doit des comptes et certainement à votre personne

  • Par owesoly - 5/03/2015 - 9:19

    <p>
    Comme vous ne semblez pas tr&egrave;s bien le savoir, Eric, la Belgique et Isra&euml;l sont des d&eacute;mocraties, r&eacute;gime dans lequel chacun est &agrave; le droit d&#39;approuver ou de critiquer les pouvoirs en place. Les Isra&eacute;liens sont donc libres de donner leur opinion sur Charles Michel et les Belges, Juifs ou non, d&#39;exprimer leurs sentiments sur B. Netanyahou.&nbsp;</p>

  • Par chaim - 6/03/2015 - 7:34

    Mr Wésoly

    Vous êtes le ayatollah de la critique anti premier miinistre israélien

    Je suis d'accord avec Eric : cela ne nous concerne pas

    Occupez vous de lutter contre ce qui se passe sur le campus de l'ULB et vous serez dans votre rôle

    A force de lire vos sempiternelles critiques contre l'actuel gouvernement israélien vous lassez

    Vous voulez critiquer avec légitimité :

    installez vous en Israël et vous aurez le droit de vote.

  • Par owesoly - 6/03/2015 - 11:47

    <p>
    Encore une fois, Eric et Cha&iuml;m, nous sommes en d&eacute;mocratie. En tant que sioniste de gauche, je suis oppos&eacute; au gouvernement de B. Netanyahou. Je n&#39;ai besoin ni de &quot;l&eacute;gitimit&eacute;&quot; ni d&#39;&ecirc;tre citoyen isra&eacute;lien ni m&ecirc;me de votre accord pour exprimer une opinion .</p>

    <p>
    De m&ecirc;me &ecirc;tes-vous libres de soutenir le 1er ministre actuel. Et m&ecirc;me si je consid&egrave;re que commettez une erreur majeure, je ne me permettrais pas ni de vous traiter &quot;d&#39;ayatollah&quot; ni de vous inciter &agrave; vous taire. &nbsp;</p>

    <p>
    &nbsp;</p>

    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Roland - 6/03/2015 - 11:54

    OW à Eric : "Comme vous ne semblez pas très bien le savoir, Eric, la Belgique et Israël sont des démocraties".
    .
    Eric à OW : "Merci de me prendre pour un crétin en m'apprenant que la Belgique et Israël sont deux démocraties comme si je ne le savais pas."
    .
    Tout ce picotage de poulailler pour ne pas savoir qu'Israël présente ce qui peut paraître un avantage aux yeux de certains : être une démocratie raciste.

  • Par lucien - 6/03/2015 - 12:05

    Mr Wésoly

    Vous êtes le modérateur de ce site.

    Pourquoi ne censurez-vous purement et simplement pas les propos d'extremistes de droite comme Eric et Chaïm qui n'ont pas à salir le site d'un mouvement qui favorise la paix au proche orient comme l'est le CCLJ.

    Ces gens usent de votre hospitalité pour déverser leur haine.

    Ce n'est pas acceptable.

    Qu'en pensez-vous ?

    Serge

  • Par owesoly - 8/03/2015 - 10:58

    <p>
    Je n&#39;aime pas censurer, Serge. Certes, je ne mets pas en ligne ces trolls qui se sont convaincus que leurs opinions sur tout et le reste int&eacute;ressent les gens. Je ne publie pas non plus de commentaires racistes (sexistes, etc.) ou n&eacute;gationnistes. Hormis ceux l&agrave;, ce forum est un lieu de d&eacute;bats o&ugrave; chacun est libre de donner son opinion, si possible avec un raisonnement, y compris, bien entendu, ceux qui sont en d&eacute;saccord avec nous.</p>

    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Roland Douhard - 10/03/2015 - 15:23

    <p>
    Je ne suis pas le Roland qui traite Isra&euml;l de &quot;d&eacute;mocratie raciste&quot;. Les deux termes sont parfaitement contradictoires. Je ne partage pas cet &eacute;trange concept, m&ecirc;me si je regrette que l&#39;Etat h&eacute;breu fasse trop peu d&#39;efforts pour int&eacute;grer les Arabes isra&eacute;liens &agrave; la vie du pays. Ils doivent &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;s comme des citoyens &agrave; part enti&egrave;re. Ils ont toute leur place en Isra&euml;l, &agrave; moins de leur attribuer officiellement un sous-statut. Avoir de nombreux et redoutables ennemis ext&eacute;rieurs devrait inciter tout gouvernement &agrave; &eacute;viter d&#39;en avoir &agrave; l&#39;int&eacute;rieur. A d&eacute;faut, un Etat d&eacute;mocratique qui fonctionnerait sciemment et durablement &agrave; deux vitesses ne pourrait &ecirc;tre viable. Si d&#39;aucuns veulent transformer Isra&euml;l en Etat th&eacute;ocratique, sorte de pendant juif &agrave; l&#39;Iran chiite, alors l&#39;Etat de droit actuel, qui existe bel et bien, n&#39;en d&eacute;plaise &agrave; ses d&eacute;tracteurs en tous genres, ne sera plus qu&#39;un vain souvenir pour d&eacute;mocrates d&eacute;&ccedil;us et d&eacute;chus. Les communaut&eacute;s de la diaspora ont toujours respect&eacute;&nbsp;d&#39;abord la loi civile de leur pays d&#39;accueil avant la Halakha. Il serait tr&egrave;s regrettable de voir la repr&eacute;sentation nationale, que constitue la Knesset, renoncer un jour, sous la pression de lobbys, &agrave; son r&ocirc;le l&eacute;gislatif souverain, au profit d&#39;une confiscation juridique et politique d&#39;un quelconque Bloc de la foi. A cet &eacute;gard, les partis de droite et de gauche d&eacute;mocratiques et la&iuml;ques ont un devoir de loyaut&eacute; vis-&agrave;-vis des p&egrave;res fondateurs d&#39;Isra&euml;l ainsi qu&#39;une obligation de r&eacute;sultats d&eacute;mocratiques, &eacute;conomiques et sociaux, aujourd&#39;hui et demain.</p>

  • Par Daniel Donner - 12/03/2015 - 18:24

    "En tant que sioniste de gauche, je suis opposé au gouvernement de B. Netanyahou. "

    Ouri, toute la champagne en Israel est desolante. Que propose la droite? Rien de realiste. Elle s'attache a des idees du passe qui n'ont aucun futur, comme "l'autonomie et non l'etat". Ou plus de concurrence pour briser les monopoles (c'est ainsi que toutes les companies de portable en Israel sont en train de s'effondrer sans que personne ne bouge affirmant stupidement que ce serait bon pour les clients). Mais que propose la gauche?
    Si vous etes un homme de gauche, a quoi sert de perdre son temps a critiquer Natanyahou? Tous le font et cela ne sert a rien. Vous savez pourquoi? Parce que les gens, meme si c'est inconscient, ne sont pas stupides et veulent des idees POSITIVES.
    On ne gouverne pas un etat avec pour slogan "Seulement pas Bibi". Ca ne peut attirer que les imbeciles (certes ils sont les plus nombreux et en democratie...). Dans leur for interieur les gens veulent des idees positives.
    Je ne suis pas Juif parce que je sais ce qui n'est pas a mon gout dans le christianisme, l'Islam ou le boudhisme (mem si je le sais). Je suis Juif surtout parce que je sais les valeurs du judaisme et que je les pense justes.
    Pareil pour la politique. Je veux savoir quels sont les idees des participants. On ne sait rien d'Herzog. Il est comme Obama, yes we can. Mais on ne peut diriger un pays ainsi. Que pense-t-il de la sante? De l'education? De la securite? Du rapport au defavorises? J'en passe! On ne sait rien. Pareil pour la droite. Libermann peut se permettre de se dire pour la peine de mort pour les terrorists, il sait qu'il n'obtiendra pas une majorite et que cela lui attirera des voix. Il y a eu une etude qui a montre que tous les gouvernements en Israel avait un programme avant les elections... et des actions apres qui n'avaient rien a voir.
    Voila le probleme. La seule qui presente ses ideaux est Ye'himovicz. J'espere qu'elle nous reviendra. En attendant, plutot que de critiquer Bibi ce qui n'aura aucun effet, sauf de donner des arguments aux anti-israeliens, vous devriez peut-etre essayer de convaincre cette gauche dont vous vous sentez faire partie d'avoir un discours peut-etre moins populiste mais o combien plus clair et convaincant!