Israël

Un missile a frappé une localité au nord de Tel-Aviv

Lundi 25 mars 2019 par AFP et la Rédaction

Six personnes ont été blessées lundi lorsqu'une maison de Mishmeret, une localité située à 30 km au nord de Tel-Aviv a été frappée par une roquette. Le missile provenait de la bande de Gaza.

 

L'armée israélienne a tweeté une vidéo de cette localité sur laquelle des sirènes de raid aérien sont audibles. Des résidents ont indiqué au journal israélien Haaretz qu'ils ont entendu des explosions. Deux enfants se trouveraient parmi les victimes. L'habitation visée est toujours en feu.

Mishmeret est situé à plus de 80 km de la bande de Gaza, une distance rarement atteinte par les roquettes tirées depuis cet endroit.

Une roquette avait déjà été tirée sur Tel-Aviv le 14 mars, la première de ce type depuis 2014. Israël avait répondu par une opération de frappes aériennes intensive sur une centaine de cibles dans la bande de Gaza.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a nié être l'auteur du tir de roquette qui a fait sept blessés dans la nuit en Israël et a dit n'avoir aucun intérêt à une confrontation avec l'Etat hébreu.

« Personne au sein des mouvements de résistance, y compris le Hamas, n'a d'intérêt à tirer des roquettes de Gaza contre l'ennemi », a dit à l'AFP sous le couvert de l'anonymat un haut responsable du mouvement qui dirige la bande de Gaza. Selon lui, le tir pourrait avoir été provoqué malencontreusement par le « mauvais temps ». Si ce n'est pas le Hamas, qui a tiré ce missile ? 

Même si par miracle aucun mort n’a été enregistré, cette attaque représente un véritable défi sécuritaire et politique pour Israël. L’armée a immédiatement renforcé ses effectifs dans le sud du pays, en y déployant deux brigades supplémentaires, d’infanterie et blindée, ainsi que des réservistes des forces aériennes. Les points de passage vers le territoire palestinien ont été fermés et la zone de pêche réduite.

Ce tir de roquette a eu lieu alors que le premier ministre, Benjamin Netanyahou, se trouvait à Washington pour rencontrer Donald Trump à la Maison Blanche et devait prendre la parole, mardi, devant le lobby pro-israélien Aipac. Le chef du gouvernement, alerté dans la nuit, a décidé sur le champ d’écourter son séjour et de repartir juste après l’entretien avec le président américain. Ses rivaux, l’ancien chef d’état-major Benny Gantz en tête, ont mis en cause la perte de la capacité de dissuasion israélienne face au Hamas.

A deux semaines des élections générales du 9 avril, M. Netanyahou se trouve devant un choix cornélien. Frapper quelques sites du Hamas, ce qui peut apparaître comme un manque de fermeté. Ou lancer une opération militaire de grande envergure, il pourrait déclencher une escalade imprévisible, aux buts flous. Une nouvelle fois, la droite israélienne est rattrapée par son absence de vision au sujet de la bande de Gaza.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Jean-Pierre Cho... - 25/03/2019 - 19:04

    Une guerre aux irréversibles et très graves conséquences internationales doit être évitée... La sécurité d’Israël doit être cependant maintenue. Très difficile pour le Pays de ne pas tomber dans le piège d’une déjà trop longue provocation...

  • Par ezekiel - 26/03/2019 - 11:02

    La sécurité d’Israël doit être cependant maintenue.

    Le contraire serait un comble !!

  • Par ezekiel - 27/03/2019 - 10:46

    "Ou lancer une opération militaire de grande envergure, il pourrait déclencher une escalade imprévisible, aux buts flous" est il indiqué dans ce communiqué.

    Le but est tout sauf être flou : éradiquer le terrorisme pour que les populations israéliennes et principalement celles du sud d'Israël puissent dormir sereinement.