Israël

Jérusalem-Est accueille sa première course pour la paix

Vendredi 30 juin 2017 par Nathalie Hamou

L’évènement parrainé par l’ONG « Runners without Borders » a attiré ce matin plusieurs centaines de joggers juifs et arabes dans le quartier de Jabel Mukaber.

 

Ce matin, les habitants du quartier de Jabel Mukaber se sont réveillés au son d’un évènement peu ordinaire. Peu après 7h, des dizaines de participants ont afflué sur la ligne de départ pour participer à la première course organisée par l’association « Runners without Borders » à Jérusalem-Est. Pas moins de 500 joggers juifs et arabes étaient attendus pour effectuer le parcours de 5 kilomètres reliant Jabel Mukaber à Abu Tor, et emprunter la « Peace Forest » -un espace vert qui relie les quartiers Est et Ouest de la ville.

« Le but de cette course est de renforcer les liens entre les parties orientale et occidentale de Jérusalem et d’encourager la coopération entre Juifs et Arabes, y compris dans cette zone de haute tension », a indiqué l’ONG interreligieuse à la veille de la manifestation. Une allusion à peine voilée au fait que plusieurs assaillants palestiniens, récemment impliqués dans des attaques terroristes perpétrées dans la capitale israélienne, étaient originaires de Jabel Mukaber.

Changer les attitudes

L’association « Runners without Borders » a vu le jour voilà trois ans dans un contexte de vague de violence extrême. La guerre de Gaza de l’été 2014 a en effet été précédée par l’assassinat sauvage de trois adolescents israéliens dans le Gush Etzion et par un acte de revanche contre un jeune Palestinien de Jérusalem-Est, brûlé vif. Face à ce climat de haine, Israel Haas, un jeune Israélien qui a commencé à pratiquer le jogging bien avant son service militaire et démarré une carrière dans le marketing, a imaginé une réponse ad hoc.

Le projet « Runners without Borders » a recruté dans tous les quartiers de la capitale pour constituer plusieurs groupes distincts d’hommes, de femmes, ainsi que de jeunes âgés de 16 à 19 ans, tous composés à parts égales de Juifs et d’Arabes. Des entraînements bi-hebdomadaires ont pris place avec des membres venus des quartiers arabes de Jabel Mukaber Ras-el-Amud, Silwan, Shuafat, Beit Hanina, Tsur Baher, comme des quartiers juifs de Gilo, Kiryat Menahem, Arnina et Talpiot.

« Sur le papier, l’association est totalement apolitique. Mais en réalité, ce que nous faisons peut s’apparenter à la forme la plus subversive de politique, celle qui change les attitudes et construit des relations », avait confié Israel Haas en mars dernier, lors du marathon annuel de Jérusalem, auquel une trentaine de membres de l’association ont pris part. « Dès lors que vous obtenez ce genre de choses, les liens sont beaucoup plus forts que n’importe quel conflit politique ».

En dehors des courses organisées par la municipalité, l’ONG a déjà participé à des courses à Londres, Berlin et Milan. Soutenue notamment par une dotation de l’Ambassade américaine (sise à Tel-Aviv), elle est aussi parvenue à lever 400.000 shekels (soit 100.000 €) sur la plate-forme de financement collectif Indiegogo. Ce vendredi, une douzaine d’autres associations avaient répondu présentes sur l’axe Jabel Mukaber-Abu Tor, à l’instar de l’école bilingue juive-arabe Max Rayne-Hand in Hand.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/