Israël

Incendies en Israël : la police interpelle 12 suspects

Vendredi 25 novembre 2016 par DPA

La police israélienne a interpellé 12 personnes suspectées d'avoir volontairement déclenché certains des incendies qui ravagent le pays depuis plusieurs jours, a-t-elle indiqué vendredi.

 

Les autorités palestiniennes de Cisjordanie ont de leur côté envoyé des pompiers et des véhicules en Israël, afin d'aider les Israéliens dans leur lutte contre les incendies qui se sont déclarés au nord et au centre du pays, a indiqué le gouvernement israélien.

Sur Twitter, le ministère israélien des Affaires étrangères s'est montré satisfait de cette initiative. "Nous remercions les autorités palestiniennes pour leur aide dans la lutte contre ces feux qui menacent de nombreuses vies", dit le message.

Le chef de la police Roni Alscheich avait affirmé jeudi que, selon lui, les personnes à l'origine des incendies avaient des "motivations nationalistes". Les médias israéliens parlaient quant à eux d'une "intifada palestinienne".

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le village de Beit Meir, au centre du pays, a également dû être évacué.

Selon le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, plus de la moitié des incendies sont d'origine criminelle.

Ce vendredi matin, la situation était "sous contrôle", a déclaré prudemment un porte-parole de la police Micky Rosenfeld, "mais les choses peuvent changer et évoluer au moment même où nous parlons".

Un nombre considérable de policiers, de pompiers et de secouristes restaient déployés dans les rues des quartiers les plus durement touchés pour surveiller et répondre à d'éventuels nouveaux départs de feu, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Pour le moment, les habitants qui ont été évacués ne sont pas autorisés à rentrer chez eux", a dit une autre porte-parole de la police, Luba Samri.

Quelque 50.000 personnes ont dû être évacuées jeudi dans la région d'Haïfa, troisième ville d'Israël. Des quartiers entiers de la ville côtière, des écoles, une université et des prisons.

Les feux de végétation sont favorisés par une extrême sècheresse depuis plusieurs mois et des vents violents.

Les déclarations de plusieurs officiels israéliens selon lesquels une partie des incendies auraient une motivation criminelle, voire politique, ont jeté le soupçon dans une partie de l'opinion sur la communauté arabe d'Israël.

Les leaders de cette dernière se sont indignés, criant au racisme et faisant valoir que les Arabes israéliens (17,5% de la population) étaient également affectés.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/