Sionisme

Il y a 120 ans, le premier congrès sioniste

Lundi 28 août 2017 par Nicolas Zomersztajn

Il y a 120 ans, le 29 août 1897, s'ouvre au casino de Bâle le premier congrès sioniste initié par Theodor Herzl, et dont l'objectif est de créer « un foyer pour le peuple juif ».

Sur le même sujet

    Dans son journal intime, Theodor Herzl a écrit: « A Bâle, j'ai créé l'Etat juif. Si je disais cela aujourd'hui publiquement, tout le monde se moquerait de moi. Dans cinq ans peut-être, dans cinquante sûrement, tout le monde acquiescera »... Il ne s’est pas trompé même s’il n’a pu voir son projet se concrétiser.

    Herzl est assurément l’artisan de ce congrès. Ce journaliste autrichien est correspondant à Paris du grand quotidien autrichien Neue Freie Presse lorsqu'éclate l'Affaire Dreyfus dans une France qui a pourtant émancipé les Juifs et fait d’eux des citoyens à part entière. Profondément affecté par l'antisémitisme dans les sociétés européennes les plus libérales, il se convertit alors à l’idée d’un Etat-nation pour le peuple juif. Herzl, le Juif assimilé ayant même envisagé une conversion collective à la cathédrale Saint-Etienne de Vienne des Juifs de l’Empire des Habsbourg, passera désormais son temps à convaincre les grandes puissances de soutenir son projet.

    A Bâle, non sans mal, Herzl parvient à réunir des représentants de toute l'Europe et même d'Algérie. Environ 200 délégués élégamment vêtus comme Herzl l’exige se retrouvent ensemble pour la première fois, dans une grande salle décorée d'un drapeau bleu et blanc, les couleurs du châle de prière juif, au centre duquel trône l'étoile de David. Le plus gros des troupes vient de la Russie tsariste où les idées sionistes avaient précédé l'apparition d'Herzl.

    Incontestablement, le congrès de Bâle « constitue une étape capitale de l'histoire juive moderne », note Walter Laqueur dans son Histoire du sionisme (éd. Gallimard, 1973). « Le premier congrès sioniste atteignit exactement le but que Herzl lui avait fixé: rouvrir le débat public sur le sionisme. Les journaux du monde entier, juifs et non juifs, rendirent compte du congrès et spéculèrent sur sa signification ».

    « Si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve », écrira Herzl quelques années plus tard dans Alteuland, ce roman dans lequel il décrit l’utopie sioniste tel qu’il l’imagine. Le rêve s’est réalisé 50 ans après le congrès d Bâle lorsque l’ONU vote le plan de partage de la Palestine sous mandat britannique et que le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclame l’indépendance d’Israël. 


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Nahum - 29/08/2017 - 11:29

      Et dire que la fédération sioniste de Belgique se trouve maintenant au cimetière depuis près de 20 ans.

    • Par EMILE - 30/08/2017 - 10:14

      Nahum

      Vous êtes trop gentil car cette organisation n'a jamais vraiment existé si ce n'est par son inactivité et son silence permanents
      Heureusement que le CCOJB est présent