Israël

Gaza : Le temps ne joue pas en faveur d’Israël

Jeudi 5 avril 2018 par Nicolas Zomersztajn

La bande de Gaza est une poudrière. Il suffit d’une étincelle pour qu’elle explose. Mais cette fois-ci, l’action déployée par les Palestiniens a pris une toute autre allure que celles de 2014, 2012 et 2008.

 

Plus question de tirs de roquettes ni de tunnels. Il s’agit de manifestations (la marche du grand retour) organisées en cinq points le long de la frontière séparant la bande de Gaza d’Israël. Même si le mot d’ordre du « retour » est perçu à juste titre par les Israéliens comme l’annihilation programmée de leur Etat-nation, ces manifestations apparaissent plutôt comme un mode de protestation nouveau que Tsahal aura bien du mal à gérer sans dégât.

Etranglés économiquement par les restrictions sévères imposées par Israël ne leur permettant pas de vivre dans les conditions les plus élémentaires de la vie quotidienne, la population de Gaza est désespérée. C’est ce qui a poussé des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza à participer à ces manifestations.

La responsabilité du Hamas au pouvoir à Gaza depuis le coup de 2007 est aussi importante dans la situation de crise humanitaire où la population de Gaza se trouve depuis des années. L’exploitation cynique que ce mouvement islamiste en fait pour renforcer son emprise sur la population palestinienne est tout aussi déplorable.

Depuis que la Syrie s’enlise dans une guerre meurtrière, il ne faut pas être spécialiste du Proche-Orient compliqué pour comprendre que les Palestiniens cherchent à ne pas se faire oublier par la communauté internationale. Pour ce faire, ils savent qu’ils doivent marquer les consciences et remporter la bataille médiatique. Comment ? En brisant la clôture de séparation entre Gaza et Israël, symbole d’enfermement, en poussant Tsahal à réagir violemment et, si possible, en subissant des pertes pour exacerber l’idée des massacres commis par les soldats israéliens et dénoncer l’usage disproportionné de la force.

Les responsables politiques et militaires israéliens avaient conscience du problème. Malheureusement, Israël a répété la semaine dernière certaines de ses erreurs du passé. Les 17 manifestants palestiniens tués ce weekend ont immédiatement attiré l'attention de l’opinion publique internationale, tout comme en septembre 2000 lorsque la seconde intifada a commencé.

Cette erreur est impardonnable car les responsables de l’armée israélienne savaient que cet affrontement a pour objet de sensibiliser les consciences. Comme s’ils avaient soudain négligé la dimension médiatique du conflit. Dans ce contexte, la force armée, disproportionné ou pas, se retourne contre celui qui en fait usage.

Que faire, demandait Lénine ? La réponse n’est pas univoque. Le recours à la diplomatie est une option à explorer d’autant plus qu’un rapprochement entre l’Arabie Saoudite et Israël s’amorce depuis un certain temps et que l’homme fort du royaume, le prince héritier Mohammed ben Salmane, a déclaré il y a quelques jours « qu’Israël avait le droit de vivre en paix sur son territoire ».

Les autorités israéliennes ont certes le devoir de protéger sa population contre des incursions dans son territoire d’hommes armés venus y perpétrer des attentats -comme cela a été le cas encore récemment- mais elles ne peuvent répéter qu’elles n’ont rien à se reprocher alors qu’elles créent simultanément les conditions pour qu’un soulèvement palestinien à Gaza se produise et soit dirigé contre Israël. C’est irresponsable.

Il est trop facile de déclarer inlassablement qu’Israël a quitté Gaza en 2005 alors qu’il contrôle encore hermétiquement les accès terrestres et maritimes (aucun accès aérien) de ce territoire surpeuplé. L’asphyxie économique et énergétique de la bande Gaza doit cesser, d’autant plus qu’elle ne garantit en rien la sécurité d’Israël.

Alors que des manifestations palestiniennes vont à nouveau être organisées vendredi aux abords de la clôture frontalière, Israël ne peut se contenter de les réprimer violemment.

Israël doit réagir politiquement et rapidement. Car contrairement à ce que pensent les tenants de la manière forte et les durs de la droite nationaliste et religieuse, le temps ne joue pas en faveur d’Israël. « Les Palestiniens ont compris qu'ils ont découvert le ventre mou d'Israël, et ils reviendront le frapper », a déclaré à juste titre le député travailliste Nahman Shai, lui-même ancien porte-parole de Tsahal.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Yaacov - 5/04/2018 - 17:32

    Ancien belge d'Anvers ayant quitté mon pays de naissance il y a 7 ans maintenant, je consulte de temps en temps votre forum que j'apprécie beaucoup sans jamais être intervenu.
    L'article de ce jour dont l'auteur ne doit pas comprendre grand chose de la politique du moyen orient faute de quoi il n'aurait pas rédigé une telle prose et aurait au moins eu l'honnêteté intellectuelle de mentionner le blocus égyptien sur Gaza au lieu de se limiter bêtement à celui imposé par Israël dans le seul but de se défendre m'inspire la réponse qui suit :
    Je pense que vous doutez fort de la capacité de réaction de notre armée.
    Si nous sommes mis devant le fait accompli et que le danger est réel, il n'y aura pas d'autre solution que de faire le grand nettoyage avec les dommages collatéraux qui vont avec.
    Cette fois ci nous nous moquerons des injonctions de l'ONU et nous irons jusqu'au bout du travail pour protéger nos populations car nous en avons assez de subir les tirs de roquettes de nos voisins.
    L'occident pourra alors aboyer aux côtés des associations gauchistes d'Israël mais au moins on aura fait ce qu'il fallait faire.

    Yacov
    Beersheva

  • Par maurice e. - 5/04/2018 - 17:39

    Cher Nicolas,

    D'accord avec ton analyse. A ceci près, qu'en ce qui concerne Gaza, aucune solution n'est praticable tant que le Hamas contrôle le territoire et qu'il n'y a par ailleurs aucune pespective de dialogue entre le gouvernement actuel d'Israel et l'Autorité Palestinienne telle qu'elle est dirigée.
    Faire croire le contraire est du "wishful thinking"!

  • Par Jean Claude griess - 7/04/2018 - 12:30

    La référence à un étranglement économique de la part d’Israel me semble quelque peu réducteur , dans la mesure où une frontière existe également avec l’Egypte , qui ne fait rien pour aider au développement économique de Gaza ....pourquoi omettre la responsabilité de l’Egypte ?

  • Par patrick - 7/04/2018 - 19:58

    Jean Claude Griess,Tout simplement parce que ne pas mentionner ce fait convient très bien aux opinions d'Elie Barnavi et par conséquence du CCLJ.Faut bien reconnaître le manque d'objectivité total d'eux deux.Pierre

  • Par ALUF HANITZAHON - 10/04/2018 - 20:02

    Décidément le rédacteur chef de Regards ne connaît rien en géographie économique en qualifiant Gaza de territoire surpeuplé La densité de population est de 5398 habitants/Km2 Comparez cela avec Dacca 43797 hab/Km2 Cairo 73580 hab/Km2 Tokyo 13500 Hong Kong 6500
    La densité de Gaza est comparable à Istanbul
    Encore une fois l'amateurisme de Nicolas Zomersztajn me fait bien rire

  • Par Rebecca - 11/04/2018 - 10:40

    Aluf

    Vous avez raison l'auteur de l'article est totalement ignorant de ce qui se passe au Moyen Orient
    Y a t-il mis les pieds ne fut ce qu'une seule fois pour comprendre la situation ou se contente t-il des dépêches orientées de l'AFP ?

    On aurait apprécié des analyses un peu plus subtiles et plus objectives de la part d'un "journaliste"

  • Par Daniel Donner - 11/04/2018 - 13:21

    "Etranglés économiquement par les restrictions sévères imposées par Israël ne leur permettant pas de vivre dans les conditions les plus élémentaires de la vie quotidienne, la population de Gaza est désespérée. C’est ce qui a poussé des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza à participer à ces manifestations."

    Je m'associe aux critiques de la competance de Nicolas concernant la comprehension de ce qui se passe loin de sa maison.
    Dire que Gaza est etranglee economiquement est un rien etrange. Du cote egyptien, je ne sais dire exactement ce qui entre dans Gaza comme produit, mais du cote israelien, ne sont pas interdits tous les produits, seulement ceux permettant la construction de sous-terrain, la guerre...
    Pour cela il y a de l'argent a Gaza, tant qu'on veut. En ce qui concerne les besoins elementaires de Gazaouis, ce meme argent disparait soudain. Le seul responsable de la crise est Gaza est le 'Hamas qui a d'autres priorites que les tiennes Nicolas.
    Quant a savoir ce qui a pousse les gens a manifester c'est tout autre chose. Il y avait beaucoup de militant du 'Hamas parmi les manifestants. De plus, le 'Hamas a l'habitude d'utiliser des civils dans les endroits dangeureux. Y avais-tu pense? La responsabilite du 'Hamas ne se limite pas au point de vue humanitaire. Ecoute donc Abbas dont tu apprecies tant la prose en direction de l'Occident, en contradiction avec ce qu'il dit sur les medias arabes.
    Le 'Hamas ne cherche pas a retrouver les grands titres (ou pas seulement), il lutte contre le Fata'h pour le leadership palestinien et ces manifestations (que lui organise) l'aide dans cette lutte.

    "elles ne peuvent répéter qu’elles n’ont rien à se reprocher alors qu’elles créent simultanément les conditions pour qu’un soulèvement palestinien à Gaza se produise et soit dirigé contre Israël. C’est irresponsable."

    Je crois rever, je lis AFP ou Le Monde, pas Regards qui pretend soutenir le droit a l'existence d'Israel. Outre le fait que l'Egypte aussi bloque Gaza (on se demande bien pourquoi, sans raison sans doute, personne n'en parle d'ailleurs), que ferait un pays europeen si soudain, 30000 manifestants d'un pays limitrophe ayant annonce qu'ils cherchaient a detruire ce pays tentaient violemment d'y penetrer?

    Quant a parler de disproportion, tu ferais bien de lire l'article d'Andre Glucksmann dans Le Monde, journal pas vraiment pro-israelien.

    "alors qu’il contrôle encore hermétiquement les accès terrestres et maritimes"

    Si seulement c'etait vrai...

  • Par Marc Avner - 11/04/2018 - 16:09

    Je vois que tous ceux qui s'en prennent aux réflexions modérées de l'auteur de cet article se sont rendus fréquemment dans la bande de Gaza. Surtout ce général La Victoire qui a sauté sur Gaza où il n'a jamais mis un pied.
    Marc

  • Par Raphaël Gold. - 11/04/2018 - 16:20

    C'est bien vrai ça Marc. A lire tous ces grands connaisseurs professionnels de la situation à Gaza, cette bande de territoire coincée entre l'Egypte et Israël serait une destination idéale pour Neckermann.
    Soyons sérieux et n'oublions pas la conclusion de ce député travailliste, ou plutôt ce député de l'Union sioniste : Israël s'y prend mal et ne tire aucune leçon de ses erreurs.

    Raphaël

  • Par Daniel Donner - 13/04/2018 - 7:44

    A tout ceux qui defendent Nicolas en se riant de ce que d'autres affirment qu'il retransmet principalement les opinions de l'AFP et Le Monde, je rappelerai ce qu'Andre Glucksmann ecrivait en 2009 a la fin d'un article ou il critiquait les critiques d'Israel qui agirait de facon disproportionnee, son article se termine par cette phrase: Il n'est pas disproportionné de vouloir survivre. Un post entier ou pratiquement, une fois de plus, Israel est accuse sans parler de tant d'autres choses (le blocus cote egyptien n'est qu'un exemple) n'est vraiment pas digne d'une personne qui declare soutenir le droit d'Israel a exister.
    J'ai ete profondement choque par cet article a sens unique.

  • Par Raphaël Gold. - 13/04/2018 - 9:42

    Cher Daniel,
    Je ne pense pas m'être moqué de vous mais certaines personnes dans ce forum, et vous en faites partie, s'attaquent de manière abjecte à l'auteur pour avoir livré une analyse que vous ne partagez pas.
    Vous n'êtes pas d'accord, tant pis. Soit vous argumentez, soit vous passez à autre chose. Mais réagir comme vous le faites par argument d'autorité en le qualifiant d'incompétent n'entre pas dans le cadre du débat.
    D'autant plus que l'analyse qu'il livre n'est ni surréaliste ni fantasque; elle correspond à ce que diffusent de nombreux médias israéliens.
    J'ai aussi été choqué... mais par la bassesse, la vulgarité et la médiocrité de certains commentaires.
    Raphaël Gold.

  • Par Rémy - 13/04/2018 - 9:46

    Daniel

    Votre étonnement m'étonne à mon tour
    Les articles de Nicolas sont toujours à sens unique : des diatribues sans fin contre le gouvernement israélien choisit par les seuls qui ont droit à la parole à savoir les citoyens israéliens.
    Je ne pense pas que le CCLJ défende réellement Israël, c'était vrai il y a des dizaines d'années mais plus du tout aujourd'hui. L'amoncellement des communiqués ou autres articles parfois aussi ceux d'amis du CCLJ en sont la preuve évidente.
    Avec des "amis" comme le CCLJ, Israël n'a plus besoin d'ennemis.

    Rémy

  • Par Marc Avner - 13/04/2018 - 9:59

    Je suis d'accord avec Raphaël.Et je constate que les choses ne s'arrangent pas. Le CCLJ serait maintenant un ennemi d'Israël.Pour un ennemi d'Israël, c'est curieux de voir comme le CCLJ se démène pour dénoncer l'attribution des insignes de docteur honoris causa à Ken Loach (un véritable ennemi d'Israël). Une campagne bien menée.Je note aussi que depuis de nombreuses années, le CCLJ se bat contre BDS et le boycott d'Israël.Décidemment, ils ne comprennent rien. J'ai eu l'occasion d'assister l'année dernière à une conférence organisée par le CCLJ au Parlement européen. Parmi les conférenciers, nous pouvions entendre Ami Ayalon, ancien directeur du Shin Beth et ancien commandant en chef des forces navales de Tsahal ainsi que Shaul Arieli, colonel en retraite de Tsahal et commandant du secteur nord de la Bande de Gaza. Deux hommes qui ont consacré leur vie à la défense d'Israël invités du CCLJ. Comme je l'ai, pour des ennemis d'Israël, ils font fort !Marc Avner

  • Par Charlotte Goldberszt - 13/04/2018 - 21:20

    Je suis entièrement d'accord avec l'analyse que vous faites de la situation.
    Espérons que les Israéliens comprennent enfin qu'il est temps de
    changer le fusil d'épaule(au sens propre!).

  • Par Laetitia - 14/04/2018 - 12:59

    Raphaël
    En vous lisant je suppose que lorsque l intelligence à été distribuée vous deviez être absent

  • Par remy - 15/04/2018 - 8:00

    Chère Charlotte

    Vous plairait il de laisser les israéliens décider eux mêmes de leur sort
    Je ne pense pas qu'ils aient besoin de votre avis dont ils se passeront volontiers
    C'est fou ce que des gens comme vous se sentent obligés de donner des leçons de morale aux autres
    Qui êtes-vous pour le faire ?

    Rémy

  • Par Daniel Donner - 16/04/2018 - 11:06

    Par le passe je n'ai jamais attaque les auteurs par leur nom, seulement leurs "arguments". Si j'ose ajouter ici le nom de Nicolas a ceux-ci c'est parce que je refuse de penser qu'il represente le CCLJ.
    Aussi je vous demande donc a tout ceux qui defendez cet article. Ne devrait-il pas mentionner le blocus egyptien? Ne devrait-il pas mentionner la facon dont le 'Hamas emploie des innocents pour se defendre? Ne devrait-il pas parler du 'Hamas qui a organise ces manifestations plutot que de les croire spontannees (des temoignages le prouvent deja...)?

  • Par Yoram - 16/04/2018 - 16:36

    Rémy, qui étions-"nous", en 1947, pour décider, en votant en faveur du plan de partage de la Palestine, du sort d'une terre qui ne nous appartenait pas et qui était habitée ?

    Si encore les Juifs israéliens pouvaient ne décider que de leur sort ! Mais c'est foutu pour eux.

    Et à part trois pelés et deux tondus, ils ne peuvent même pas décider de leur propre sort : trop rongés de nationalisme et de racisme. C'est que ça vous bouffe les neurones ces trucs-là.

  • Par Charles - 17/04/2018 - 18:46

    Daniel Donner

    Oh que oui vous avez raison mais pour mentionner ce que vous demander, il faut un minimum d'honnêteté intellectuelle et, à force de lire ses écrits, je ne suis pas convaincu que l'auteur de l'article satisfasse à ce critère

  • Par Daniel Donner - 19/04/2018 - 9:57

    Vue la quantite emouvante des reponses a mes questions par ceux qui demandaient des arguments, je me permettrai de poser encore une question. Comment se fait-il que les manifestations "spontanees" des Gazaouis qui se plaindraient du blocus ne sont dirigees que vers la frontiere israelienne, pays que le 'Hamas annonce vouloir detruire?

  • Par Yoram - 19/04/2018 - 10:29

    Pour laisser Daniel Donner trouver la réponse à sa propre question, on pourrait le mettre sur la voie en lui soufflant à l'oreille le nom donné à ces manifestations (צעדת השיבה הגדולה) - en français dans l'article.