Israël

Contre les tartuffes, Nathalie Portman est l'honneur d'Israël

Vendredi 27 avril 2018 par Joël Kotek, Directeur de publication de Regards et professeur à l'ULB

Contrairement à ce qu’affirment nos adversaires, avec la plus foncière mauvaise foi puisqu’ils connaissent nos positions pratiquement inchangées depuis 40 ans, le CCLJ ne confond pas « critique d’Israël » et « antisémitisme ». Il ne tient pas plus la moindre manifestation d’antisionisme pour de l’antisémitisme.

Oui, on peut être hostile à l’idée d'un Etat juif et évidemment à la politique de son Premier ministre sans être suspect pour autant d’antisémitisme (les Juifs ultrareligieux comme les Juifs internationalistes sont antisionistes par essence) et ce, quand bien, depuis la Shoah, cet antisionisme de principe qui n’a rien à voir avec la question palestinienne, peut paraître déraisonnable, voire suspect.

Pourquoi de tous les peuples de la terre (kosovar, bosniaque, moldave, monténégrin, … palestinien, etc.) seuls les Juifs n’auraient pas droit à leur propre Etat, qui plus est dans leur terre ancestrale. Et après avoir accepté de la partager et ce, contrairement à leurs voisins arabes (novembre 1947) ?

Mais soit, nos ‘amis’, issus de l’ultragauche comme de la droite radicale, ne sont pas une contradiction près. Qui plus est, si la Shoah n’a pas créé Israël -le sionisme préexiste à la Catastrophe-, elle en a justifié la nécessité, notamment pour les rescapés d'Europe centrale et les Juifs exclus de tous les pays du monde arabe. Tous comme les deux millions de Grecs d’Asie mineure, les 13 millions d’Allemands d’Europe centrale, ces quelques 900.000 Juifs n’ont désormais plus d’autre patrie que leur pays d’accueil, ici, en l’occurrence Eretz Israël.

Mais soit ! Il y aura toujours des belles âmes charitables à penser que le destin des Juifs est d’errer de par le monde pour n’avoir pas reconnu le Christ ? A chacun ses croyances. Reste que si l’antisionisme ne se confond pas nécessairement avec l’antisémitisme, il est manifeste qu’un redéploiement de l’antisémitisme s’opère, aujourd’hui, sous couvert d’antisionisme. S’il est clair que la critique d'Israël, de sa politique et de ses actions ne saurait être taxée d'antisémite, de nombreux antisémites ont compris qu’en s’attaquant à Israël, au nom des Droits de l’Homme (!), ils atteignent plus efficacement, leur but réel : s'en prendre aux Juifs. Concrètement comment distinguer critique raisonnée d'Israël et manifestation déguisée d'antisémitisme (antisionisme radical) ?

Pour y arriver, il suffit de songer à deux exemples contemporains : celui de Ken Loach et celui de Nathalie Portman. Le Britannique ne critique pas la politique israélienne en tant que telle mais l’existence même de l’Etat juif. Quel meilleur moyen, en effet, de délégitimer Israël qu’en le présentant par essence comme raciste, qu’en avançant la fable absurde d’une collusion idéologique entre les sionistes et les nazis ?

Accusation scandaleuse si l’on songe que ce furent, non les sionistes, mais les Soviétiques et les Palestiniens qui nouèrent des relations d’amitié avec les nazis, si l’on songe encore que ce furent les trotskystes qui refusèrent, au moins jusqu’en décembre 1943, d’entrer en résistance. Les accusations calomnieuses des Loach, Livingstone et Corbyn témoignent que leurs objectifs n’est pas de soutenir le processus de paix mais de saper les fondations même du seul Etat juif que compte notre Humanité.

Qu’en est-il de Nathalie Portman ? Rappelons que l’éminente actrice israélo-américaine vient de refuser le Prix Genesis, créé par plusieurs hommes d’affaires d’origine russe et attribué à une personnalité pour son dévouement à la communauté et aux valeurs juives, doté pourtant de deux millions de dollars. De quoi son refus est-il le nom ? De son opposition foncière non point à l’idée d’un Etat pour les Juifs (elle est totalement opposée à BDS) qu’à la politique menée par Netanyahou.

Tandis que Ken Loach s’en prend au sionisme par haine d’Israël, c’est au contraire l’amour d’Israël qui pousse Nathalie Portman à s’en prendre à son gouvernement. C’est toute la différence. « Parce qu’Israël m’est cher, je dois m’opposer à la violence », a déclaré Nathalie Portman. Cette actrice est une sioniste critique et ce, à l’instar du CCLJ. Elle est en cela l’honneur d’Israël ; le Britannique un antisioniste radical qui flirte avec l’antisémitisme.

Sans doute faudra-t-il rappeler, ici et à nouveau, en quoi l’antisionisme radical tient de l’antisémitisme, comme le rappelle la définition de travail de l’IHRA (l’International Holocaust Remembrance Alliance), reprise à leur compte par le Parlement européen et notamment l’Etat Allemand. Que nous dit cette définition sinon que les attitudes et les expressions anti-israéliennes sont antisémites lorsque l’Etat juif,

  • est posé en Juif des Nations,
  • est accusé d’être responsable des malheurs du monde,
  • est jugé selon des critères différents des autres pays (double standard qui explique le boycott des seuls produits, artistes et universitaires israéliens),
  • assimilé au nazisme.

Non sans raison cette définition pose l'antisionisme radical en dernier avatar de cet habitus occidental à faire du Juif le principe du mal.

En résumé, s'il peut arriver que l'accusation d'antisémitisme serve à exercer un chantage moral sur les opposants à la politique israélienne, l'antisionisme radical tient bien de l'antisémitisme de par ses appels à la théorie du complot (les sionistes qui veulent détruire le Labour) et ses représentations fantasmatiques du juif sioniste.

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Michèle BACZYNSKY - 27/04/2018 - 10:45

    Une lumiere de lucidite dans ce brouhaha.merci.

    Hier encore une dame s est approchee de moi et m a demande: "Hitler etait donc sioniste ?"
    Voila le poison qu un Ken Loach et ses amis ont distille dans le coeur des gens. Comme le plastique dans la mer ca risque de s auto biograder tres lentement

  • Par Hamburski Serge - 27/04/2018 - 10:56

    Bien d'accord avec votre analyse Mr. Kotek et tout-à-fait d'accord avec la position de Nathalie Portman. Cordialement

  • Par Alain Willemot - 27/04/2018 - 21:33

    Comme d’habitude une excellent analyse Mr Kotek.

  • Par Roland Berliner - 28/04/2018 - 18:16

    Très très bon commentaire, merci Joël.

  • Par Myriam ATLAN - 28/04/2018 - 19:11

    Tout est dit, monsieur, je vous approuve entièrement et vous remercie. C'est regrettable pour certains esprits...chagrins de réagir quelquefois de manière si virulente.

  • Par Luc Dardenne - 29/04/2018 - 8:06

    Merci Joël Kotek pour votre éclairante analyse.Amitiés. Luc

  • Par amos zot - 1/05/2018 - 13:54

    Further explaining her rationale, Portman said in her Friday statement: “Israel was created exactly 70 years ago as a haven for refugees from the Holocaust. But the mistreatment of those suffering from today’s atrocities is simply not in line with my Jewish values. Because I care about Israel, I must stand up against violence, corruption, inequality, and abuse of power.”
    Traduction:
    En expliquant son argumentation, Portman a dit dans sa déclaration de vendredi: "Israël a été créé il y a exactement 70 ans comme refuge pour les réfugiés de l'Holocauste. Mais les mauvais traitements infligés aux victimes des atrocités d'aujourd'hui ne correspondent tout simplement pas à mes valeurs juives. Parce que je me soucie d'Israël, je dois m' élever contre la violence, la corruption, l'inégalité et l'abus de pouvoir. ":


    Si les propos ci-dessous ne constituent pas pour vous un double standard et même des mensonges , a fortiori venant d'une personne ayant accepté , sauf erreur de ma part, un prix d'une organisation chinoise liée directement ou indirectement au gouvernement chinois, je vous conseille vivement de relire le cours donné par un éminent spécialiste de l'ULB en matière d'antisémitisme.

  • Par Kretz - 4/05/2018 - 11:17

    Très bon article et clair qui fait la part des choses aux deux situations. Merci.