Antisémitisme

La communauté internationale juge "inacceptables" les propos de Mahmoud Abbas

Jeudi 3 mai 2018 par N.Z. et AFP

S’exprimant le 30 avril dernier devant les centaines de délégués du Conseil national palestinien réuni à Ramallah, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, s’est lancé dans une diatribe antisémite lors d’un discours fleuve mêlant références millénaires et sujets d’actualité.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas

Prétendant révéler les racines de l’antisémitisme en s’appuyant sur des auteurs juifs, dont Karl Marx, qu’il a d’abord confondu avec Staline, Mahmoud Abbas a déclaré que la haine des Juifs, « très répandue à travers l’Europe », concrétisée par de nombreux massacres « depuis le 11e siècle jusqu’à l’Holocauste », n’était pas historiquement de nature religieuse, mais s’expliquait par leur « fonction sociale, qui était liée à l’usure [prêts avec intérêt], à la banque, etc. ». La preuve en serait, selon le leader palestinien, « qu’en 1.400 ans, il n’y eut jamais le moindre crime commis contre les Juifs dans le monde arabe ».

Dans la foulée, le président de l’Autorité palestinienne a expliqué que les Ashkénazes n’étaient pas réellement des Sémites et qu’Hitler avait encouragé le mouvement sioniste à ses débuts.

Ces propos virulemment antisémites entrent en résonnance avec la thèse controversée qu’il rédigea lorsqu’il étudiait à Moscou à l’Université Patrice Lumumba. Intitulée L'autre côté : La relation secrète entre le nazisme et le sionisme, cette « thèse » publiée en 1984 consiste en une lecture complotiste de la Shoah dans laquelle Mahmoud Abbas affirme que des membres du mouvement sioniste et les dirigeants nazis ont été en contact afin de faire le plus de victimes juives possible pour convaincre la communauté internationale de créer l’Etat d'Israël.

Selon une traduction réalisée par le Centre Simon Wiesenthal, Mahmoud Abbas remettrait également en cause le nombre de victimes et la véracité des chambres à gaz en s’appuyant notamment sur les écrits de Robert Faurisson.

« Les dirigeants ont une obligation de s'opposer à l'antisémitisme »

La sortie antisémite de Mahmoud Abbas a été unanimement condamnée. « Ces propos sont inacceptables » et « profondément troublants », a dénoncé ce mercredi le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Nickolay Mladenov. M. Abbas « a choisi d'utiliser son discours devant le parlement de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) pour répéter certaines des insultes antisémites les plus méprisantes, dont la suggestion que la place des Juifs dans la société était la cause de l'Holocauste », a souligné dans un communiqué le responsable de l'ONU. Ces propos « ne servent pas les intérêts du peuple palestinien ou de la paix au Proche-Orient », a-t-il ajouté, affirmant par ailleurs : « Les dirigeants ont une obligation de s'opposer à l'antisémitisme partout et tout le temps, et non de perpétuer les théories complotistes qui l'alimentent ».

Interrogé lors du point de presse quotidien de l'ONU sur la position du secrétaire général, Antonio Guterres, le porte-parole adjoint de l'organisation, Farhan Aziz Haq, s'est borné à répondre que le patron des Nations unies partageait pleinement le point de vue de Nickolay Mladenov.

L'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU, Danny Danon, a indiqué avoir envoyé une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU lui réclamant « de condamner » les propos de Mahmoud Abbas.

« Une telle diatribe haineuse contre un peuple qui a subi des milliers d'années de persécution intolérable est complètement inacceptable », a souligné le diplomate israélien en réclamant aussi « des excuses sincères » du Président palestinien.

L'Union européenne a elle aussi condamné ces propos. « Le discours prononcé par le président palestinien Mahmoud Abbas le 30 avril contenait des remarques inacceptables concernant les origines de l'Holocauste et la légitimité d'Israël », a fustigé une porte-parole de la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, déplorant : « Une telle rhétorique ne fera que jouer en faveur de ceux qui ne veulent pas d'une solution à deux Etats (palestinien et israélien) ».


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/